En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 1er avril en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 min 50 sec
light > Culture
Impact de l’affaire Matzneff
Jean-Marie Gustave Le Clézio décide de quitter le jury du Prix Renaudot
il y a 1 heure 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 3 heures 39 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 4 heures 20 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 6 heures 5 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 7 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 8 heures 37 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 10 heures 4 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 10 heures 42 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 11 heures 14 min
pépites > Terrorisme
Rebondissement
Meurtre de Daniel Pearl : le Pakistan annule la peine de mort d’Omar Sheikh, le citoyen britannique condamné
il y a 1 heure 5 min
light > Science
Découvertes scientifiques
Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures
il y a 2 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 3 heures 54 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 5 heures 39 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 7 heures 10 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 8 heures 2 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 9 heures 49 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 10 heures 29 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 10 heures 56 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 11 heures 37 min
© Indochine/Twitter
Le groupe de rock Indochine a créé la polémique avec son nouveau clip "College boy".
© Indochine/Twitter
Le groupe de rock Indochine a créé la polémique avec son nouveau clip "College boy".
Fermez les yeux

College Boy : montrer la violence peut-il vraiment avoir des vertus éducatives ?

Publié le 03 mai 2013
Le groupe de rock Indochine a créé la polémique avec son nouveau clip « College boy ». La vidéo met en scène des adolescents qui persécutent l’un d’entre eux, jusqu’à la crucifixion et la mort. Les vidéos violentes ont-elles des impacts éducatifs ? En quoi montrer la violence peut-elle être bénéfique ?
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Duriot est enseignant du primaire.Il s’est intéressé à la posture des enfants face au métier d’élève, a travaillé à la fois sur la prévention de la difficulté scolaire à l’école maternelle et sur les questions d’éducation, directement avec les...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le groupe de rock Indochine a créé la polémique avec son nouveau clip « College boy ». La vidéo met en scène des adolescents qui persécutent l’un d’entre eux, jusqu’à la crucifixion et la mort. Les vidéos violentes ont-elles des impacts éducatifs ? En quoi montrer la violence peut-elle être bénéfique ?

Atlantico : Le récent clip de "College boy" du groupe Indochine montre un adolescent qui se fait martyriser, crucifier puis exécuter. Alors que le CSA s'interroge sur sa diffusion, le leader du groupe défend qu'il pourrait avoir des vertus éducatives. Qu'en est-il réellement : montrer la violence peut-il avoir des vertus éducatives ? Si oui, lesquelles ?

Pierre Duriot : Après visionnage du clip, le moins que l’on puisse dire est qu’il a été pensé avec justesse. Tous les ingrédients de la violence ordinaire sont présents et le réalisateur évite même les écueils. A savoir, la violence monte crescendo, elle vise un garçon ordinaire et on n’en connait pas la cause. Les adultes ayant responsabilité tournent pudiquement la tête et au final, la force publique cherche plus à expliquer le comportement des agresseurs qu’à se soucier du sort de la victime. Il évite habilement l’écueil racial en ne choisissant pas une victime « institutionnelle », le jeune persécuté n’est pas de couleur. Par contre, le public aux yeux bandés est lui, multiculturel, à l’image donc de la société coupable toute entière de ne pas voir. En cela, cette réalisation dépeint une réalité avec beaucoup d’exactitude mais par contre, une image brute comme celle là n’a aucune chance d’avoir la moindre vertu pédagogique. Ce qui donne une dimension pédagogique à une image ou un événement c’est l’exploitation qui en est faite, avec l’aide d’un adulte bénéficiant d’un statut d’éducateur, qui va amener le ou les jeunes à la discussion et la réflexion. Il faut « médiatiser », au sens « introduire une médiation » pour expliquer et mettre à distance le message brut et le transformer en message pédagogique. Par exemple, quand en histoire, un professeur évoque l’Holocauste avec des images terrifiantes de camps de concentration, à aucun moment il ne laisse les élèves gérer seuls l’impact du document. Il y a fort à craindre que tout le contraire se produise avec ce clip et qu’il soit visionné par des enfants très jeunes sans la moindre explication. Les « vertus éducatives » ont bon dos.

Comment fixer la limite entre des images chocs pour dénoncer une certaine réalité (type prévention routière) et des images traumatisantes pour les ados ? 

Il n’y a pas de limites à proprement parler entre les images à vocation pédagogique et les autres. Il y a une culture en fonction des pays. Par exemple, en matière de prévention routière, il est d’usage, dans les pays anglo-saxons, de montrer la réalité de manière beaucoup plus crue qu’en France. Encore une fois, tout dépend des conditions dans lesquelles le jeune voit ces images. S’il doit gérer seul ses affects après visionnage, on est sûr que l’objectif ne sera pas atteint. Et plus l’enfant est jeune, moins il a d’outils à sa disposition pour expliquer et distancier ce qu’il voit. Il ne faut pas se focaliser sur les adolescents mais toujours penser que les images diffusées en leur direction vont systématiquement toucher aussi les enfants en bas âge et les adultes. Il est impératif que ces derniers, parents, enseignants, cadres divers, soient présents pour aider le jeune à comprendre et à entamer une réflexion sur ce qu’il voit.

Quels sont les risques pour les jeunes de visionner des images brutales trop tôt ? 

On ne peut pas parler de risque pour « les jeunes ». Chacun va réagir en fonction de son vécu, de la violence qu’il subit ou qu’il a en exemple dans sa vie, en fonction du contexte dans lequel il est soumis à des images violentes, en fonction de sa capacité à expliquer ce qu’il voit et à différencier la réalité de la fiction, à sérier la violence des actualités de celle d’un film. Ceci dit, de manière globale, la confrontation précoce à la violence n’est évidemment pas à conseiller. Il est pourtant important d’y initier l’enfant, parce que cette violence fait partie intégrante de la personnalité humaine et de la nature en général, pour qu’il soit à même d’apprendre à la gérer et à l’exploiter. Par exemple, transformer la violence brute en volonté de gagner dans les règles lors d’une compétition sportive. C’est ce que l’on va appeler communément la « socialisation », cette capacité à vivre ensemble en apprenant à verbaliser et gérer ses pulsions violentes pour empêcher le passage à l’acte. Evidemment, le trop plein, trop tôt, d’images et d’actes trop violents, dont beaucoup vont échapper à la réflexion avec un adulte ne va pas permettre une construction idéale en rapport avec le développement de l’enfant. Si cette violence a de tous temps été une composante de la jeunesse, on s’aperçoit dans nos sociétés occidentales modernes, d’un glissement progressif vers un type de violence nouveau, plus soudain, plus gratuit, plus grave. Et effectivement, les passages à l’acte ou le nombre de personnes susceptibles de passer à l’acte vont augmenter et résonner encore plus fort à travers une société moderne où l’information circule en temps réel. En résumé : ne pas laisser les enfants seuls face à des images ou des jeux violents.

Films, journaux télévisés, séries : la violence audiovisuelle s'est-elle banalisée ?

Ce n’est pas simplement la violence audiovisuelle qui s’est banalisée, c’est une nouvelle forme de violence tout court, typique des sociétés modernes et qui prend de multiples formes pour s’attaquer à l’ensemble du corps social. Les images télévisuelles ne sont qu’une facette, les tabassages entre adolescents filmés avec les téléphones portables, une autre facette. Elles font la une des journaux car elles sont spectaculaires et exploitables visuellement tout de suite. Mais l’avènement de la société violente dans sa forme actuelle est bien plus insidieux. Il commence par un lexique langagier violent, utilisé très tôt, peu réprimé et entré dans les mœurs. Par des gestes violents des tout-petits peu réprimés eux non plus : « Ils sont encore jeunes… ». Par une violence visible par l’enfant, dans le couple, en voiture, en famille, à l’école, dans la manière dont on se parle, dont on se comporte les uns envers les autres. Par une violence subie par l’enfant, de la part d’adultes ou de camarades et qui n’est ni verbalisée ni légitime. Par des films où la violence du héros est magnifiée, légitimée, érotisée et où tout est fait pour que le spectateur puisse s’identifier au héros et légitimer ainsi sa propre violence. Et puis il y a la violence sociale étalée tous les jours à la une, celle qui consiste, entre autres, à jeter à la rue du jour au lendemain, pour des motifs économiques inexplicables et lointains, des parents qui se retrouvent ainsi, par la violence qu’ils subissent eux-mêmes, bien en peine d’éduquer des enfants sur qui se répercute une part de cette insécurité. On peut dire que les violences se cumulent et effectivement se banalisent d’autant mieux qu’elles sont nombreuses et que la vitesse de l’information empêche leur traitement intellectuel et pédagogique. Pour cause de vitesse de l’information et faute de temps, l’explication médiatique de la violence se réduit souvent à désigner « les bons » d’un côté et « les méchants » de l’autre et légitimer ainsi la violence des « bons » c'est-à-dire légitimer la violence tout court.

La lutte contre cette violence moderne, puisque l’on s’en émeut, passe bien par l’apprentissage précoce d’une capacité individuelle de chacun à gérer ses propres pulsions de manière à diminuer sa propension à passer à l’acte individuellement ou en groupe : ce n’est pas voie qui a été choisie. Plutôt que de travailler sur l’humain et le « vivre ensemble » depuis l’apparition de ces violences « modernes », on a préféré travailler majoritairement, quasiment dans le monde entier, sur la sécurisation des espaces urbains, par des systèmes d’alarmes, des caméras, des portes automatiques et une surveillance par des policiers ou des vigiles. Ces derniers par exemple, n’existaient pas en France dans les espaces publics voici trente ans. Alors si l’on peut certes pointer la violence audiovisuelle comme l’une des responsables de la banalisation, en faire la seule coupable serait un grand tort.

 Propos recueillis par Manon Hombourger

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Covid-19 : les images du pape François, seul au Vatican, pour une bénédiction "Urbi et Orbi"

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 03/05/2013 - 23:25
"La confusion des genres"...
Beaucoup plus intéressante que cette dissection plutot stérile de la violence scolaire, ces chanteurs qui se mêlent de morale publique illustrent le caractère majeur de notre société Française désemparée par l'impuissance de ses dirigeants, "la confusion des genres", tentative naïve et désespérée de se substituer à l'action publique déficiente.
Autrefois, les citoyens alertaient l'état sur ses lacunes et l'encourageaient à agir mieux.
Le découragement aidant, les artistes décident d'utiliser leurs dons artistiques pour faire bouger les lignes.
Les premiers et les plus brillants d'entre eux sont les artistes Chinois, qui utilisent leur art à la manière d'une lutte non-violente contre le pouvoir qui jugule leur Liberté créatrice.
Indochine tente naïvement de leur emboîter le pas, en dénonçant des pratiques plus vagues et sans réelles conséquences:
Dire que la violence existe, aussi, dans le système éducatif, c'est croire naïvement que l'éducation doit être sanctuarisée à l'intérieur d'une société pour qui on tolère une violence naturelle.
Ceci participe de l'angélisme ambiant qui aboutit le plus souvent à l'inverse de ce qu'il prétend combattre...
mag
- 03/05/2013 - 17:40
mag
Vive Indochine !!! Bien sur ,il ne faut surtout pas que tous les français le sachent ce qui se passe dans l'éducation nationale .................!Bravo à eux ,ils sont courageux et ont certainement des enfants ! vous avez raison les critiqueurs ,continuez à faire les offusqués ,jusqu'au jour ou vos enfants y auront droit aussi !
Karamba
- 03/05/2013 - 14:41
On aurait pu faire...
le même clip mettant en scène la violence au quotidien des racailles de banlieue qui volent, dégradent, agressent. Probable même qu'il n'aurait pas été nécessaire de confectionner une ultra violence visuelle totalement factice pour valoriser la victimisation. La réalité aurait suffi.
Et pourtant on ne le fera pas.