En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
light > Culture
Impact de l’affaire Matzneff
Jean-Marie Gustave Le Clézio décide de quitter le jury du Prix Renaudot
il y a 1 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Boussole" de Mathias Enard : un livre d’une érudition éblouissante

il y a 1 heure 57 min
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 2 heures 38 min
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 4 heures 23 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 5 heures 49 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 6 heures 55 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 8 heures 23 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 9 heures 46 sec
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 9 heures 32 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 10 heures 14 min
light > Science
Découvertes scientifiques
Selon des chercheurs allemands, l'Antarctique était recouvert d'une forêt luxuriante qui abritait des dinosaures
il y a 32 min 54 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le grand écart, Chronique d’une démocratie fragmentée" de Pascal Perrineau : une analyse en profondeur des revendications et colères sociales

il y a 2 heures 12 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 3 heures 57 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 5 heures 28 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 6 heures 20 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 8 heures 7 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 8 heures 48 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 9 heures 15 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 9 heures 55 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 10 heures 24 min
© Reuters
Les crises économiques de 1929, 1974 et 2008 ont des points communs.
© Reuters
Les crises économiques de 1929, 1974 et 2008 ont des points communs.
Bonnes feuilles

1929, 1974, 2008 : les points communs des trois grandes crises économiques

Publié le 02 mai 2013
L’auteur Philippe Chalmin analyse les crises économiques de 1929, 1974 et 2008. Extrait de Crises : 1929, 1974, 2008, histoire et espérances (2/2).
Philippe Chalmin est professeur d’histoire économique à l’Université Paris-Dauphine où il dirige le Master Affaires Internationales. Membre du Conseil d’Analyse Economique auprès du Premier Ministre, il est le président fondateur de CyclOpe, le ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Chalmin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Chalmin est professeur d’histoire économique à l’Université Paris-Dauphine où il dirige le Master Affaires Internationales. Membre du Conseil d’Analyse Economique auprès du Premier Ministre, il est le président fondateur de CyclOpe, le ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’auteur Philippe Chalmin analyse les crises économiques de 1929, 1974 et 2008. Extrait de Crises : 1929, 1974, 2008, histoire et espérances (2/2).

Voici donc croquées à larges traits les principales caractéristiques des trois grandes crises du "long" XXe siècle : 1929, 1974 et 2008. On ne peut qu’être frappé par les points communs de ces trois épisodes de l’histoire économique mondiale tant en ce qui concerne leurs causes que leur déroulement.

On constate en premier lieu que chacune d’entre elles a frappé un monde en pleine euphorie. La crise met un terme aux Années folles, aux Trente Glorieuses, à la nouvelle économie. Elle frappe dans un ciel serein que certes quelques Cassandre avaient scruté avec angoisse mais dont personne n’avait pris au sérieux les prophéties. Au contraire, ces longues périodes de prospérité avaient contribué à un véritable sentiment d’immunité. Tout marchait si bien que, enfin, on avait trouvé la martingale idéale.

Que des politiques tiennent ce genre de discours, passe encore, mais lorsqu’il s’agit d’économistes reconnus comme Fischer ou Samuelson, il y a vraiment de quoi s’inquiéter. En 2009, la reine Elizabeth II s’étonna à juste raison de cet aveuglement des économistes. À quoi servaient-ils au fond ?

De manière plus sérieuse, il est clair que l’euphorie économique amène les régulateurs à fermer les yeux sur des prises de risque qui, en d’autres temps, auraient été jugées extravagantes. Cet excès de confiance explique les difficultés à prendre rapidement la mesure d’une véritable crise. Après le grand beau temps donc, non seulement un orage mais une tempête lourde qui fait oublier pour longtemps les rayons du soleil ; et surtout ne pas croire les météorologues s’ils disent qu’il ne pleuvra jamais plus.

Deuxièmement, les trois crises ont été caractérisées par la montée des inégalités au sein des sociétés, cela étant d’ailleurs la conséquence de la prospérité antérieure. Si le constat est évident en 1929 et en 2008, il l’est moins pour 1974, ce qui explique probablement que cette crise ait été la moins financière des trois. Alors que la réduction des inégalités, par le biais de l’État providence, est typique des social-démocraties de marché occidentales, au point dans certains cas d’en exagérer le caractère égalitariste, leur augmentation est le propre des pays émergents et en développement, comme la Chine ou la Russie en 2012. En 1929 et 2008, l’écart entre les revenus les plus extrêmes augmenta sans commune mesure avec la croissance de certains secteurs tels la haute technologie : les 1 % les plus riches virent leur part dans la richesse nationale croître d’une manière que l’on pourrait qualifier d’indécente si la morale avait là quelque place.

Cette augmentation des inégalités s’accompagna d’un primat du matériel sur toute forme d’idéologie et même de spiritualité. En 1929 comme en 2008, on assista à l’apologie du "golden boy", de Gatsby à Jérôme Kerviel, des boîtes de la Prohibition aux salles de marché de la City. En 1974, l’approche fut un peu différente, la société de consommation des années 1960 triomphait : enfin on pouvait consommer bien au-delà de ses simples besoins primaires.

Le primat du matériel, l’augmentation des inégalités, l’illusion d’un bonheur de pacotille, tout ceci contribua à semer les graines d’une véritable crise morale qui, en 1974, éclata bien avant la crise économique elle-même. Mais en 1929 et en 2008, elle était déjà là, sous-jacente.

Enfin chacune des crises a connu son lot de chocs externes qui ont souvent servi de révélateurs. Ce furent bien sûr les craquements du système bancaire, de la faillite du Kredit Anstalt de Vienne en mai 1931 à celle de Lehman Brothers en septembre 2008. Certes, en d’autre temps, il y avait déjà eu des faillites de banques ou d’institutions financières (aux États-Unis, la Continental Illinois en 1984, puis le système des Caisses d’épargne – Savings and Loans – en 1986), mais celles de 1929 et de 2008 furent presque systémiques en enclenchant un véritable effet de domino alors que les épargnants cherchaient désespérément de la sécurité.

Les marchés de matières premières connurent aussi de véritables chocs en 1974 et 2008. En 1929, on était encore pour l’énergie et les métaux au temps des cartels. Mais en 2008 et surtout en 1974, les matières premières furent une des causes majeures du déclenchement de la crise et, en 1974, du choc inflationniste qui suivit. Dans les trois cas, l’absence de coordination monétaire ne fit qu’aggraver la situation en privilégiant le "chacun-pour-soi". La dévaluation américaine de 1933, l’abandon de Bretton Woods en 1971, l’instabilité totale des marchés monétaires au début du xxie siècle, firent de ces marchés des caissons amplificateurs des tensions liées à la crise économique.

Ajoutons aussi la dimension géopolitique qui préside à ces périodes. Certes en 1929, l’Europe se congratule à Genève et à la Société des Nations, mais le couple infernal dettes-réparations continue à empoisonner les relations transatlantiques. En 1974,la décolonisation est à peine terminée et grâce à ses matières premières, le Sud espère prendre le pouvoir : c’est la grande impasse de ce que l’on appela alors le dialogue Nord-Sud. 2008 est marquée par la montée des pays émergents – et surtout de la Chine – mais aussi par le relatif échec du G20. À chaque fois, les contemporains ont du mal à appréhender l’ampleur exacte des mutations de la planète, qu’ils exagèrent ou à l’inverse sous-estiment.

En 1929 comme en 2008, l’ultime étincelle qui mit le feu aux poudres est venue de la passion et de la folie des marchés. Il est fascinant de constater combien les êtres les plus rationnels, ceux qui construisent les modèles les plus pointus, peuvent être saisis par une sorte de folie qu’a posteriori, rien ne peut justifier. L’historien sait que les arbres ne montent jamais au ciel, mais dans le feu des marchés ceux qui le pensent sont nombreux. C’est même une constante de l’histoire et il suffit pour s’en convaincre d’évoquer la folie qui saisit les Pays-Bas entre 1637 et 1640 sur les marchés des bulbes de tulipes : un seul bulbe d’une tulipe rare mais dont on ne savait s’il donnerait une fleur put s’échanger pour le prix d’une demeure patricienne à Amsterdam ! Il en fut ainsi durant l’été 1929 sur le marché boursier américain, en 1974 pour nombre de matières premières comme le sucre, en 2008 pour l’immobilier, les marchés boursiers et la plupart des matières premières. Bien sûr chaque marché a sa propre histoire, mais l’effet d’euphorie est collectif. Et c’est lorsque l’euphorie atteint son comble que les valeurs sur les marchés deviennent déraisonnables ; c’est alors que l’on peut commencer à parler de bulle et que celle-ci, à l’image des bulles de savon, finit par éclater.la plupart des matières premières. Bien sûr chaque marché a sa propre histoire, mais l’effet d’euphorie est collectif. Et c’est lorsque l’euphorie atteint son comble que les valeurs sur les marchés deviennent déraisonnables ; c’est alors que l’on peut commencer à parler de bulle et que celle-ci, à l’image des bulles de savon, finit par éclater.

Extrait de "Crises : 1929, 1974, 2008. Histoire et espérances" (François Bourin Editeur), 2013. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Equilibre
- 02/05/2013 - 14:10
Cause, conséquence,concommitance
Pour 2008, l'origine étatique de la bulle n'est pas écrite.
Pour 29, l'argent liquide de la FED non plus
Pour 74, la fin du pétrole pas cher
Normal, ce ne sont pas des similitudes. C'est un peu le problème avec ces crises. Qu'elles aient un destin commun, normal. Seules les causes initiales semblent diverger. Après, déroulement du scénario de crise.
Et je pense que nos "économistes" ne peuvent encore qu'approcher que de très loin la vérité.
.
Et mon petit doigt me dit que celle de 2008 n'est bien évidemment pas terminée et que celle-ci va continuer et mal se terminer. Et qu'elle battra en intensité les précédentes, dû à ses caractéristiques mondiales hors norme, ainsi qu'identitaires, à tous les niveaux.
Ganesha
- 02/05/2013 - 09:52
Crise Continue
Cet article est moins déraisonnable qu'on pouvait le craindre... en particulier, il montre de la compassion pour les inégalités sociales...
Ma principale critique : il fait des crises de 1974 et de 2008 deux évènements séparés, comme si entre les deux, il y avait eu une période "normale" de bonheur et de prospérité : ceux qui ne les ont pas vécues dans l'oligarchie savent que ce sont des années de crise continue, avec une aggravation inexorable.
Un détail de relecture défaillante : la dernière phrase a subi un double "copié-collé".