En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Avoir son propre potager en ville est une pratique qui se répand de plus en plus.
Tous au vert
La ferme à la ville : de quoi témoigne le boom de l'agriculture urbaine ?
Publié le 21 mai 2014
Avoir son propre potager même en ville, une pratique qui se répand de plus en plus. Cultiver ses carottes et ses tomates : pourquoi ce retour au vert ?
François Purseigle est ingénieur en agriculture et maître de conférences en sociologie agricole. Il est habilité à diriger des recherches en sociologie à l’Institut National Polytechnique de Toulouse (ENSAT).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Purseigle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Purseigle est ingénieur en agriculture et maître de conférences en sociologie agricole. Il est habilité à diriger des recherches en sociologie à l’Institut National Polytechnique de Toulouse (ENSAT).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avoir son propre potager même en ville, une pratique qui se répand de plus en plus. Cultiver ses carottes et ses tomates : pourquoi ce retour au vert ?

Atlantico : De plus en plus, on voit naître dans les villes des jardins collectifs, des petits lopins de terre à cultiver. La tendance est au vert dans nos grandes métropoles. Que traduit cette volonté de vouloir faire de l'agriculture en ville ?

François Purseigle : Elle renvoie à la question agricole qui n’est pas forcément une question rurale. L’agriculture n’est pas réservée dans son traitement à l’espace rural, qu’il s’agisse de petite ou de grande agriculture. On peut admettre aujourd’hui que l’urbanité a triomphé sur le rural, la planète compte une majorité d’êtres humains qui vivent en ville. Pour autant l'enjeu agricole met en lumière des préoccupations d’urbains et pas forcément de ruraux. L’agriculture est tout aussi concernante pour les citadins car ils sont attentifs à ce qu’ils mangent, et souhaitent avoir la main sur les dispositifs productifs qui vont contribuer à la distribution alimentaire dans les villes La volonté d’accorder une place à l’agriculture urbaine traduit une envie de renforcer son regard sur les conditions de production.

D’autre part, il y a une interpénétration croissante entre les espaces ruraux et urbains. Les frontières entre les deux sont floues. Ce souhait d’agriculture urbaine n’est pas  nouveau, mais aujourd’hui on le perçoit comme une possibilité de faire une restructuration de certains espaces.

Au-delà de sa capacité à produire des richesses, l’agriculture offre une possibilité d’emplois en ville.

Est-ce que les gens idéalisent l'agriculture, notamment à cause de l'influence de la télé-réalité ?

Il ne faut pas tout ramener à la télé-réalité. On idéalise l’agriculture au regard de son histoire et au regard de sa trajectoire personnelle. La plupart des Français sont issus du monde rural ou agricole, à une ou deux générations près. Il y a un siècle, la France était avant tout paysanne, c’est plus une question d’attachement que d’idéalisation.
Au-delà de ça, la question agricole porte des enjeux forts : territoriaux, alimentaires, environnementaux. L’agriculture n’est pas regardée aujourd’hui comme elle l’était hier. Cela prouve que les urbains ont envie de se réapproprier la production des richesses agricoles.

Parle-t-on d'un effet de mode ou bien d'une vraie prise de conscience de la part des habitants des villes ?

Les populations ont quelque peu oublié que l’agriculture pouvait être aussi urbaine. Cependant, les cultures en villes resteront marginales, il ne s’agit pas de « réagricoliser » tout le chantier urbain. Au-delà de l’effet de mode, ce type d’agriculture ne peut pas s’adapter à tous les contextes urbains, à toutes les populations. Il faut qu’elle soit désirée par les collectivités par le biais de projets territoriaux.

Il s’agit plus d’une reprise de conscience de l’articulation entre urbanité et agriculture. Cette articulation s’exprime à travers le repositionnent d’aires maraîchères, la mise en place de fermes verticales... 

Le vrai enjeu est celui de la coexistence entre les populations urbaines et les espaces ruraux qui ne sont pas forcément vus comme des espaces de production. C’est le paradoxe d’une société qui joue la carte du retour au vert :  là où les zones rurales sont des lieux de résidence plus que de production, les villes, elles, veulent se convertir en un lieu de production.

Propos recueillis par Manon Hombourger

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
05.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
06.
Entrée en service des bus électriques chinois : ce (contre)choc pétrolier que personne ne voyait venir
07.
A l’insu de son plein gré : le « nouveau monde » finira-t-il par faire basculer la France dans une nouvelle culture démocratique « grâce » à ses vieux travers ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Colchique
- 22/04/2013 - 21:43
"Que traduit cette volonté de
"Que traduit cette volonté de vouloir faire de l'agriculture en ville ?"

Il traduit simplement que les gens prennent conscience de leur droit à l'alimentation........par rapport au tout béton, ou aux vertes pelouses où l'on doit marcher sur la pointe des pieds, cher Monsieur.

La terre est faite pour être cultivée et non pour être couverte de béton ou de royaumes. La terre est vivante.
Alors, si vous ne savez que faire, je vous recommande la lecture du "Paradoxe de sapiens". Vous pouvez le télécharger sur le net.