En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 15 min 10 sec
décryptage > Economie
Réalité des chiffres

Hôpitaux, retraites ou inégalités : la fiscalité, ce verrou français qui étrangle toute vraie réforme.

il y a 1 heure 6 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Hong-Kong s’enflamme, sa jumelle historique, Singapour, récupère les flux de capitaux et redoute la contagion…

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Politique
2022

Les Français tous prêts à la bataille retour Macron Le Pen… ou majoritairement orphelins de la politique…?

il y a 2 heures 17 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 12 heures 31 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 13 heures 44 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 16 heures 18 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 17 heures 25 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 18 heures 43 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 19 heures 50 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 48 min 28 sec
décryptage > Société
Protection de l'enfance

Parents dangereux : ces violences contre les enfants dont on parle si peu

il y a 1 heure 27 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
il y a 2 heures 8 min
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 11 heures 45 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 13 heures 16 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 15 heures 49 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 16 heures 50 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 21 heures 20 sec
© Reuters
Selon ses proches, Jérôme Cahuzac aurait déclaré "qu'il avait été à deux doigts de commettre l'irréparable".
© Reuters
Selon ses proches, Jérôme Cahuzac aurait déclaré "qu'il avait été à deux doigts de commettre l'irréparable".
Sur le divan

Allô docteur : comment survivre à la sortie du (très gros) mensonge ?

Publié le 08 avril 2013
Selon ses proches, Jérôme Cahuzac, "dévasté" et "détruit", aurait déclaré "à deux reprises qu'il avait été à deux doigts de commettre l'irréparable".
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Paul Mialet est psychiatre, ancien Chef de Clinique à l’Hôpital Sainte-Anne et Directeur d’enseignement à l’Université Paris V.Ses recherches portent essentiellement sur l'attention, la douleur, et dernièrement, la différence des sexes.Ses...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon ses proches, Jérôme Cahuzac, "dévasté" et "détruit", aurait déclaré "à deux reprises qu'il avait été à deux doigts de commettre l'irréparable".

Dès notre naissance, nous vivons dans le double. Tout ce qui n’est pas nous vient nous fixer ses bornes. D’un côté, notre appétit insatiable, de l’autre un monde qui nous résiste : les objets et leur masse, les êtres vivants et leur volonté. Tant de choses en dehors de nous refusent de se plier à nos caprices, certaines pourtant essentielles à notre vie même… Très vite, il nous faut trouver un compromis entre avidité et nécessités. En même temps que se construit le dehors - l’espace des autres -, se développe un espace pour soi : le domaine privé. Et ce domaine sera défendu bec et ongle, à coup d’opposition conflictuelle, et s’il le faut, de mensonges. Question de survie de notre « moi ».

Les négociations entre monde public et monde privé commencent  ainsi très tôt. Elles dureront toute la vie. Pour faciliter la vie collective, des codes sont mis au point auxquels il faut souscrire. La politesse, par exemple, exige qu’on gratifie chacun d’un  « bonjour » qui, au fil du temps, a perdu sa signification : peu importe. En fait, nous ne sommes jamais complètement « nous-mêmes », et le plus souvent, nous respectons des convenances. Il s’agit  d’être admis dans la famille d’abord, puis plus tard, dans le groupe. Nous apprenons à tricher pour respecter le grand jeu collectif : notre « je » endosse le travestissement du jeu social. Le garçon de café joue son rôle de garçon de café, disait Sartre. Et en ce qui me concerne, j’attends que mes patients aient quitté la pièce pour mettre les pieds sur le bureau…

Petites tricheries sans conséquences, mais attestant du dédoublement inévitable entre personnage social et personne privée qui cohabitent chez chacun de nous. Dans la plupart des cas, le rôle social n’est pas écrasant : il n’impose pas une grande distance par rapport à la personne privée. Le garçon de café peut s’autoriser à ne pas plaisanter s’il n’est  pas d’humeur ;  quant à moi, je ne renonce pas à une part importante de moi-même en gardant les pieds sous le bureau. Dans les deux cas, le personnage social fait simplement partie du décor : on  attend du serveur une consommation, et du médecin une prescription - laissant à tous deux le soin de s’accorder au contexte, pour ne pas perturber le bon déroulement de l’office.

Il peut arriver néanmoins que le personnage social, celui qui fait office de façade, soit au centre des transactions. L’exemple extrême est celui des acteurs, auxquels on demande précisément qu’ils ne soient pas eux-mêmes, mais qu’ils mettent leur talent au service de la représentation d’une autre personne. Leur sincérité – la sincérité de leur jeu - n’est jugée qu’à la façon dont ils parviennent à nous tromper.

Dans les métiers où le personnage social joue un rôle prépondérant, c’est-à-dire dans les activités où l’on dépend d’un public, il se crée une forte division entre « soi», la personne privée, et « lui » (ou « elle »),  la personne publique. La personne publique est un personnage auquel on participe, certes, mais elle est également le produit de l’imaginaire du public, nourri par les médias qui vivent de la curiosité publique. Aussi, lorsqu’on est devenu une « personnalité », c’est-à-dire une personne célébrée par un public, on en vient paradoxalement à se dépersonnaliser, prenant une certaine liberté envers son personnage social qui appartient au public autant qu’à soi-même, et peut être fort éloigné de sa personne privée. Les personnalités sont des acteurs en représentation permanente. Leur travail consiste principalement à ne pas décevoir leur public.

Les personnalités du spectacle ont pour fonction de faire rêver. Même si les mises en scène de leur vie privée sont fausses, on ne leur en tiendra pas rigueur : leur personne privée s’expose finalement peu. Elles n’ont pas à faire preuve de sincérité dans leurs opinions ou leur conduite. Elles ont avant tout à se rapprocher du mythe auxquelles elles participent.

Il n’en est pas de même pour les personnalités politiques. « Lui » ou « elle », la personne publique, est alors le porte-voix de la personne privée. Elle est présumée en exprimer les convictions. Elle demeure toutefois une construction à l’usage du public qui ne se nourrit que partiellement de la personne privée. A notre époque d’image, cette construction joue un rôle majeur et on la confie à des professionnels de la communication – c’est-à-dire de la mise en scène.

Les célébrités ont donc l’habitude d’un dédoublement entre personne privée et publique. Elles ne prêtent attention à ce qu’on dit de « lui » ou « elle »,  le personnage public, que du point de vue de l’efficacité du rôle. Les jugements que l’on porte à son propos ne les concernent pas directement. Par exemple, ils peuvent être traités de tricheurs, menteurs ou même violeurs  sans se sentir touchés comme des gens ordinaires : cela ne s’adresse pas à eux-mêmes, mais au personnage qu’ils interprètent.

Cette division n’est pas sans danger.  Vivre à côté d’une construction sur soi-même, c’est participer à une forme d’illusion. Il faut abandonner la notion de sincérité usuelle. La sincérité de l’acteur consiste à mettre sa sensibilité au service de la représentation d’une autre personne que lui-même. La sincérité de la personnalité politique consiste à participer à la mise en œuvre d’un personnage public qui lui permettra de réaliser au mieux les actions qu’il projette pour le bien public. Le mensonge ne compte pas s’il sert le bien public. De là à prendre l’habitude de mentir en toute circonstance… La tentation est grande.

L’homme politique public doit donc résister en permanence à la tentation de s’octroyer ce qu’il veut pour lui-même en se sentant à l’abri du qu’en dira-t-on – car celui dont on parle n’est pas lui – et en étant de plus doté d’un pouvoir considérable - un pouvoir qui permet de faire taire les gêneurs. Dans ces conditions,  la toute-puissance mégalomaniaque, celle du nourrisson qui sommeille en chacun, ne demande qu’à se réveiller. Il faut alors un grand sens des responsabilités pour poursuivre sa mission, celle de répondre aux attentes du public qui vous a amené là.

Car après tout n’est-ce pas finalement cette vertu-là – le sens des responsabilités - plutôt que toute autre vertu morale, qui doit être jugée face aux défaillances de ceux qui nous gouvernent ? L’erreur du dernier en date, Monsieur Cahuzac n’est pas d’avoir menti – le mensonge fait partie de sa vie quotidienne comme de celle de ses pairs – mais plutôt d’avoir cru qu’il pourrait échapper à la révélation de ses fautes, sans mesurer les conséquences dévastatrices d’un tel égarement. Certes, un chirurgien esthétique peut essayer de mettre ses profits à l’abri du fisc au prix de légers mensonges et au risque de sévères amendes. Mais un ministre, qui plus est ministre du Budget ayant à charge de traquer l’évasion fiscale ?... Il n’y a pas là mensonge, mais bien plus grave : imposture, escroquerie. Et mépris pour le public, dont le jugement compte peu, très peu, si peu qu’on se prépare, envers et contre tout, à poursuivre sa carrière de représentant du peuple à l’Assemblée !

Etrangement, les réactions du public à propos de ces formes d’escroquerie sont volontiers compassionnelles. On dénonce le harcèlement, on craint  « l’effondrement existentiel ». Mais le dédoublement protège ces personnes à part qui rebondissent toujours. Quand l’affaire prend un tour extrême, des psys de tous poils se relaient pour nous expliquer que ces tristes écarts cachent en fait des conduites suicidaires. La question de l’interprétation suicidaire de la prise de risque a toujours opposé deux catégories de psys. Ceux, très maternels, qui considèrent que les pilotes de formule 1 courent après la mort. Ceux, plus paternels, qui jugent qu’ils courent après une vie plus forte que la mort. Parions pour la seconde option. Quand on se lance dans le défi d’être plus fort que tout, il convient d’en assumer les risques. Ne nous laissons pas émouvoir outre mesure par les accidents de parcours de nos hommes politiques. Apitoyons-nous davantage sur les victimes : le public… Vous, moi, nous !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
casanova
- 08/04/2013 - 21:47
Autre question soulevée par le petit moustachu :
Pourquoi Cahuzac, qui aurait fait fortune avec sa clinique de chirurgie esthétique, a-t-il ouvert un compte en Suisse avant de créer sa clinique ?
esurlo
- 08/04/2013 - 18:49
15 millions d'euros sur la patate ...
....ça pèse ..
..faudrait qu'il se libère , et nous dise tout ............
jlbaty
- 08/04/2013 - 17:19
intox
Quand il dépouillait les patients pour de la chirugie esthetique
Quand Il dépouillait la sécu
Quand Il depouillait le fisc
Quand il detounait des tonnes de pognon
Il n ' avait pas envie de mourir , alors ,
Qu ' on le maintienne en vie le temps d 'avouer les saloperies de ses frangins maçon ensuite autolyse