En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
Mauvais signe
L'activité économique se contracte même en Allemagne : et si la crise de la zone euro ne faisait que (re)commencer ?
Publié le 02 avril 2013
L'activité manufacturière a baissé pour le 13e mois consécutif en France au mois de mars si l'on en croit l'indice PMI Markit/CDAF publié ce mardi.
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Waechter est directeur des études économiques chez Natixis Asset Management.Ses thèmes de prédilection sont l'analyse du cycle économique, le comportement des banques centrales, l'emploi, et le marché des changes et des flux internationaux de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'activité manufacturière a baissé pour le 13e mois consécutif en France au mois de mars si l'on en croit l'indice PMI Markit/CDAF publié ce mardi.

Atlantico : L'indice PMI final pour l'industrie manufacturière s'est quelque peu redressé à 46,8 après une première estimation (dite flash) initialement fixée à 46,6. Que révèlent ces chiffres sur la situation réelle en zone euro ?

Philippe Waechter : Le premier fait marquant et troublant que révèlent chiffres sur le mois de mars est qu'il n'y a désormais plus un seul pays de la zone euro qui soit sur un niveau d'activité supérieur à 50 (un indice inférieur à 50 signifiant une contraction de l'activité, ndlr). Autrement dit, plus aucun pays n'est désormais épargné alors que l'Irlande ou l'Allemagne était jusqu'à présent au dessus des 50. Il y a avait pourtant eu un certain rebond en Espagne et en Italie en début d'année, mais celui-ci a fait long feu, tout le monde revenant aux niveaux observés aux cours de l'automne 2012.

Il s'agit donc d'un véritable changement de régime pour l'ensemble de la zone euro. La France reste depuis un an sur un niveau extrêmement bas et ne parvient pas à inverser la tendance.  La situation des pays latins est très problématique et, dans le même temps, l'économie allemande ne parvient plus à jouer son rôle de locomotive.

Comment expliquer la dégradation de la situation allemande ?

L'Allemagne n'avait qu'un seul point au dessus de 50 en février, mais depuis le mois de février le pays est dans une situation fragile du fait que la dynamique des commandes qui lui était adressées, notamment celles liées à l'exportation, ne présentaient pas des allures très robustes car le reste du monde n'étaient lui même plus dans une bonne situation.

Fin 2012 et début 2013, l'amélioration constatée en Asie avait permis de donner une impulsion positive sur les indices PMI allemand et français à cette période. Mais les chiffres du mois de mars à l'exportation ont baissé de manière très marquée ce qui traduit à la fois les difficultés persistantes de la zone euro mais aussi une dynamique asiatique moins robuste que ce que l'on aurait pu imaginer.

Alors que le taux de chômage a atteint les 12% en zone euro en février selon les chiffres publiés par Eurostat ce mardi, qu'est ce que ces indices PMI laissent présager en matière de croissance et de perspective d'emploi ?

L'économie est en phase de contraction rapide. L'estimation flash pour l'ensemble de l'économie reflète pour l'instant une contraction de l'activité au premier trimestre probablement comprise entre 0,2% et 0,4%. Cette perspective aura un impact non négligeable sur la dynamique de l'emploi en zone euro et sa capacité à alimenter sa demande intérieure.

Si l'environnement international ne s'améliore pas, la situation en zone euro pourrait se détériorer de nouveau.

Comment les choses vont-elles évoluer en France ?

Plusieurs chiffres ont été publiés la semaine dernière : le taux de marge des entreprises est en baisse et le pouvoir d'achat des ménages se contracte...

Pour l'instant, nous n'apercevons toujours pas d'inversement de tendance. France ou zone euro, la problématique reste la même : il n'est plus sûr qu'il y ait des "forces" économiques internationales pour nous tirer vers le haut. Et si l'environnement international n'est pas suffisamment robuste pour nous tirer, nous avons encore du mal à imaginer des moteurs de croissance en interne que se soit en France, en Espagne, en Italie voire en Allemagne ou au Pays-Bas. Nous ne voyons pas très bien comment la situation pourrait spontanément s'améliorer.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
04.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
05.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Notre-Dame de Paris : l’incendie aurait été causé par une série de négligences
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Gringo Nedromi
- 03/04/2013 - 12:04
@sympa l'ambiance
Difficile de répondre à vos question mais je ferai le pari suivant:
Si nous (enfin si elle, Angela, car c'est elle qui dirige) s'entête dans la voie de l'austérité à tous crins alors explosion garantie de l'Euro dans les 24 mois. C'est pas forcément les petits qui partiront en premier.
Et Marine garantie sur facture en 2017 (elle pourra remercier dans le désordre Angéla, Jerôme, Draghi...)
Temps de plier bagage vers des cieux plus cléments (s'il en reste!)
nervall
- 03/04/2013 - 02:38
aux germanophiles incultes
27 février 2004 : Le Président américain George W. Bush et le Chancelier d’Allemagne Gerhard Schröder signent l’ Alliance germano-américaine pour le XXIe siècle (“Das deutsch-amerikanische Bündnis für das 21. Jahrhundert ,13 janvier 2006 : Peu de temps après son élection à la Chancellerie, Angela Merkel se rend à Washington pour confirmer au Président américain George W. Bush que la pseudo-alternance gauche/droite qui a eu lieu en Allemagne ne remet pas en cause l’Alliance germano-américaine signée par son prédécesseur.: http://www.diploweb.com/forum/hillard3.htm
nervall
- 03/04/2013 - 02:34
avec 12% chomage , poser cette question....
Selon une étude de Morgan Stanley ,

l’Allemagne peut supporter un euro valant 1,53 dollar selon les calculs de Morgan Stanley, voire jusqu’à 1,94 dollar d’après Deutsche Bank, tandis que la compétitivité française commence à pâtir lorsque sa monnaie dépasse 1,23 dollar.
L’Italie est en position encore plus délicate, et la Grèce souffre dès que l’euro s’échange contre 1,03 dollar ou plus. Paris estime d’ailleurs que si la devise européenne reste à son niveau actuel sur la durée, cela risque de coûter à sa croissance déjà atone 0,3 point de pourcentage. D’où la difficulté d’établir une politique de changes qui convienne à l’ensemble des 17 Etats de l’UEM.
et c'est la teutonnie et sa BCE made USA ( alliance du 27 fevrier 2004) qui decide pour tous , euronext avalée par les usa , un poison destructeur, l'euromark