En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

03.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

04.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

05.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

06.

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

07.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Si je t'oublie" de Morgan Sportès : le captif amoureux

il y a 4 heures 35 min
décryptage > France
Wiki Agri

Le Sénat se penche (enfin) sur le suicide des agriculteurs

il y a 5 heures 32 min
décryptage > International
Bras de fer

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Culture
N’oublie pas leurs petits souliers

Petit (riche) papa Noël : mais au fait, que rapportent les tubes de Noël chaque année à leurs auteurs ?

il y a 7 heures 1 min
décryptage > Europe
"Get Brexit Done"

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

il y a 8 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le Jeune homme à la Mule" : quand Michel Orcel chausse la lorgnette de Stendhal…

il y a 18 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Raymonda" de Rudolf Noureev d'après Marius Petipa : la perfection classique pendant trois heures d’horloge… Et on en redemanderait…

il y a 18 heures 36 min
pépite vidéo > Religion
Huit mois après
Chantier de Notre-Dame de Paris : France 2 dévoile des images de l'intérieur de la cathédrale
il y a 20 heures 23 min
pépites > France
Fortes perturbations
Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro
il y a 1 jour 10 min
light > France
Mauvaise camaraderie ?
Miss France 2020 : les ultimes heures de la compétition avant le sacre auraient été marquées par des tensions entre les candidates
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Politique
Et maintenant le "Jewxit" !

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

il y a 5 heures 7 min
décryptage > Economie
Sommet

Sous les BRICS, la Chine

il y a 5 heures 57 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Dérèglement climatique : ce que les modifications de nos régimes et de nos modes de production alimentaires peuvent changer pour la planète. Ou pas
il y a 6 heures 47 min
décryptage > Politique
Discours de l’anti-méthode

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

il y a 7 heures 55 min
décryptage > France
Usual Suspects

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

il y a 8 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le roman des Goscinny, naissance d'un gaulois" de Catel Muller : un parcours tendre et souriant aux sources de l'inspiration du père d'Astérix et Obélix

il y a 18 heures 25 min
pépites > Défense
Solidarité et soutien envers nos soldats
Emmanuel Macron sera avec les militaires français en Côte d’Ivoire pour les fêtes de fin d’année
il y a 19 heures 51 min
light > France
"Nipple Gate"
Miss France 2020 : aucune caméra ne permettra de voir les coulisses afin d’éviter un incident en direct
il y a 21 heures 20 min
pépites > Politique
Confiance
Edouard Philippe considère que la "bonne foi" de Jean-Paul Delevoye est "totale"
il y a 1 jour 45 min
pépite vidéo > Sport
Valeurs du sport bafouées
Roxana Maracineanu, ministre des Sports, a été huée et menacée par des supporters lors d'un match du Red Star
il y a 1 jour 2 heures
© Reuters
Le PS va-t-il devoir chercher un nouveau souffle à l'extrême gauche ou au centre ?
© Reuters
Le PS va-t-il devoir chercher un nouveau souffle à l'extrême gauche ou au centre ?
Alliés de circonstance

Va-t-on vers une profonde recomposition de la gauche ?

Publié le 01 avril 2013
Attaques de la gauche contre François Hollande, cote de l'exécutif en berne... Le Parti socialiste et ses alliés vont-ils devoir chercher un nouveau souffle à l'extrême gauche ou au centre ?
Thomas Guénolé est politologue et maître de conférence à Sciences Po. Son dernier livre, Islamopsychose, est paru aux éditions Fayard. Pour en savoir plus, visitez son site Internet : thomas-guenole.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Guénolé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Guénolé est politologue et maître de conférence à Sciences Po. Son dernier livre, Islamopsychose, est paru aux éditions Fayard. Pour en savoir plus, visitez son site Internet : thomas-guenole.fr
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Attaques de la gauche contre François Hollande, cote de l'exécutif en berne... Le Parti socialiste et ses alliés vont-ils devoir chercher un nouveau souffle à l'extrême gauche ou au centre ?

Atlantico : Tandis que Jean-Luc Mélenchon et les Verts haussent le ton, les attaques contre le président de la République se multiplient dans son propre camp. Le député Pascal Cherki, issu de l’aile gauche du PS, reproche à François Hollande de diriger la France comme un conseiller général. A-t-on franchi un cap dans la remise en cause du président de la République ?

Thomas Guénolé : Sous la Ve République, il y a toujours eu des critiques contre le chef de l’Etat dans son propre camp, voire des rivalités déclarées : le « oui, mais » de Valéry Giscard d’Estaing à De Gaulle, les tensions entre Georges Pompidou et Jacques Chaban-Delmas, Jacques Chirac contre Valéry Giscard d’Estaing, Michel Rocard contre François Mitterrand, Nicolas Sarkozy contre Jacques Chirac… C’est donc un phénomène à relativiser.

Pour autant, la Ve République, en pratique, c’est une monarchie élective où l’essentiel repose sur le président de la République. À cet égard, c’est la première fois que le chef de l’Etat est attaqué sur son aptitude à exercer la fonction, a fortiori aussi rapidement au cours de son mandat. Cela correspond d’ailleurs à un doute, une inquiétude, ressentis par la majorité des Français. De fait, autant Nicolas Sarkozy était rejeté pour des problèmes de comportement, autant François Hollande est en train d’être rejeté sous l’angle de la compétence.

Jusqu’à quand François Hollande va-t-il pouvoir tenir l’équilibre gouvernemental actuel ? À moyen terme, va-t-il devoir redéfinir son jeu d’alliance ?

D’un point de vue purement pratique, il n’a besoin que d’une majorité absolue à l’Assemblée nationale pour pouvoir gouverner. Les députés socialistes ou assimilés et écologistes y suffisent. Or, les satellites du PS ont besoin de lui, indispensablement, pour espérer conserver leurs sièges aux élections locales et européennes à venir. Au delà des postures prises à telle ou telle occasion, le risque de fracture dans cette majorité est donc assez faible.

En mars, la cote de popularité de François Hollande, déjà très faible à droite, baisse également auprès des sympathisants de gauche avec respectivement 42 % de satisfaits au Front de gauche (contre 55 % en février), 77 % au PS (contre 79 %) et 47% (contre 53 %) chez les Verts. Dans ce contexte, peut-on imaginer une recomposition du paysage politique à gauche, notamment autour de la personnalité de Jean-Luc Mélenchon ?

Il est certain que François Hollande, et au-delà le Parti socialiste, sont politiquement en danger, et ce pour trois raisons principales.

Premièrement, l’endettement du pays, la stagnation de la croissance, et les engagements européens signés, les obligent à une politique d’austérité, ce qui est impopulaire. C'est le syndrome NIMBY, "not in my backyard" ("pas dans mon jardin"): la majorité des Français sont pour que des efforts soient faits, mais les rejettent viscéralement dès que cela les touche individuellement. Réservoir d'impopularité, la politique d'austérité affaiblit donc le Parti socialiste face à sa concurrence.

Deuxièmement, la concurrence dans l’offre politique existe sur trois fronts : Jean-Luc Mélenchon à gauche, l’UMP à droite, et Marine Le Pen dans le rejet non-aligné. Cela favorise l’affaiblissement du Parti socialiste, puisqu’à tout type de mécontentement correspond une offre politique. Heureusement pour François Hollande qu’aujourd’hui l’UMP est en crise de leadership, sans quoi sa situation serait encore pire.

Troisièmement, la "communication sans message" du président de la République aggrave sa situation. Il tient en effet un double langage : d’un côté il annonce des mesures relevant d’une politique d’austérité – allocations familiales conditionnées au revenu, retardement de l’âge de la retraite, etc. –, et de l’autre... il nie conduire une politique d’austérité. Ce flou sur le cap de sa présidence entretient une inquiétude, voire une angoisse, donc un rejet, dans la population, dont tout un pan voit ses conditions de vie se détériorer rapidement : prix à la pompe, prix du panier de courses, loyer, énergie, taxes, etc.

Dans ce contexte, il est logique qu’un sentiment de flottement à la tête de l’Etat soit très mal reçu par les électeurs. Cependant l'hémorragie n'est pas à direction unique : Jean-Luc Mélenchon peut en profiter politiquement, mais aussi Marine Le Pen et, sitôt sa crise interne stabilisée, l'UMP.

À l’inverse, François Hollande peut-il se rapprocher du centre alors que François Bayrou ne cache plus son souhait d’entrer au gouvernement ?

Il pourrait le faire, mais d’un point de vue tactique cela ne présenterait aucun intérêt pour lui. Au Parlement, le Mouvement démocrate de François Bayrou ne pèse rien, donc cela ne changerait rien en bien pour la majorité actuelle. En revanche, cela poserait des difficultés immédiates avec la frange très à gauche d’Europe Ecologie -Les Verts, sans parler de Jean-Luc Mélenchon qui dénoncerait immédiatement un gouvernement passant au centre-droit.

Par ailleurs, l'extrême centre incarné par François Bayrou est nettement affaibli par la renaissance de feue l'UDF sous les traits de l'UDI de Jean-Louis Borloo : l'essentiel des anciens cadres du Mouvement démocrate s'y sont ralliés. De fait, au contraire de l'UDI, François Bayrou va au devant de très grandes difficultés pour parvenir ne serait-ce qu'à boucler ses listes de candidats pour les municipales et les européennes.

Gauche-centre voire gauche-droite : a-t-on observé ce type de grande alliance centrale ailleurs en Europe ?

Oui, mais à chaque fois cela a été imposé par les résultats des élections : typiquement, en Allemagne, le premier mandat d’Angela Merkel fut une grande coalition centrale gauche-droite uniquement faute de majorité claire à gauche ou à droite, d’où un gouvernement central par défaut. En France, le mode de scrutin à l’Assemblée nationale a été pensé il y a plus d’un demi-siècle précisément pour empêcher d’en arriver à cette situation.

Dans le contexte de crise actuel, le clivage droite/gauche est-il toujours pertinent ? Quels sont les nouveaux points de clivages ?

Le clivage binaire gauche-droite n’a jamais correspondu à la réalité. En fait, l’espace politique français est multipolaire, avec cinq pôles : extrême droite, droite, centre, gauche, extrême gauche. À cela s’ajoutent des zones frontières : pour ne prendre que deux exemples, la gauche et l’extrême gauche cohabitent dans Europe Ecologie-Les Verts, et depuis quelques années, la droite et l’extrême droite cohabitent à l’UMP.

Cela étant, si l’on doit identifier les points de clivage aujourd’hui, ils sont résumables, en simplifiant, à deux axes : ouverture contre fermeture, et puissance publique contre individu. Dans le clivage « ouverture contre fermeture, » on trouve notamment l’Europe, la mondialisation, l’immigration. Dans le clivage « puissance publique contre individu, » on trouve notamment le rôle de l’Etat dans l’économie, le modèle fiscal, le type de protection sociale.

Une autre façon d’identifier les clivages est de répondre à la question : « qui est l’ennemi ? » La réponse varie selon le camp qui répond : les élites et les immigrés pour l’extrême droite, la pollution et le tout-pétrole pour Europe - Ecologie Les Verts, les riches et les banques pour l’extrême gauche, et ainsi de suite. D’ailleurs, comme toujours en situation de crise économique et sociale, l’essentiel du débat public actuel tourne autour de cette question : qui sera le bouc émissaire de la crise ?

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

02.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

03.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

04.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

05.

Dimanche noir pour le métro parisien : le trafic sera totalement interrompu le 15 décembre sur quatorze lignes de métro

06.

L’onde de choc : les gauches radicales françaises et américaines face à l’effondrement Corbyn

07.

Face à l’Iran ce qui manque à l’Amérique n’est pas la capacité militaire mais la crédibilité

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

04.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

05.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

06.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (16)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 02/04/2013 - 23:24
Le prochain duel: frontistes contre abstentionnistes!
l'extrême-gauche; maintenue en survie artificielle par les médias.
On débranche les médias; elle meurt, tout court!
la gauche socialo-écolo: déjà morte! (dès le lendemain de l'élection de Flamby)
La droite social-démocrate: bien mal en point!
Borloo: sera le dernier fusible de Flamby après qu'il aura dissout l'assemblée des non-représentants du peuple!
ne restent que le FN et les abstentionnistes!
Le duel risque d'être rude!...
jurgio
- 02/04/2013 - 23:08
Le PS
La seule chose qui puisse lui succéder est un Post-Scriptum.
esurlo
- 02/04/2013 - 15:53
Le comportement
...fuyant de la Joconde , et l'esquive des réalités dérangeantes , ont conduit le premier fonctionnaire à rechercher de nouvelles béquilles .
...Nul doute qu'il se trouve quelques volontaires pour remplir ce role .
Cela nous donnera un Boulgui-Boulgua bien éloigné des élites et experts qu'il nous faudrait , et qui sont à peu près unanimes dans les solutions proposées .....
On crève d'affrontements sectaires , et d'idéologies dont le seul but est la "conquete des masses " électorales .....................
On en peut plus des politiques qui "se positionnent " sur un créneau électoral pouvant leur assurer un avenir ...............