En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 7 heures 49 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 9 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 10 heures 13 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 12 heures 1 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 14 heures 1 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 15 heures 9 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 15 heures 23 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 16 heures 6 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 8 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 10 heures 18 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 12 heures 51 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 14 heures 29 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 15 heures 14 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 15 heures 40 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 16 heures 31 sec
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
François Hollande était interviewé par David Pujadas jeudi soir.
© Reuters
François Hollande était interviewé par David Pujadas jeudi soir.
Déception

Hollande, le président qui n'avait qu'une boîte à outils normale pour relever le défi de la 3ème révolution industrielle

Publié le 29 mars 2013
François Hollande, affable et optimiste, satisfait de tout ce qu’il a fait, s'est exprimé jeudi devant les Français angoissés.
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Hollande, affable et optimiste, satisfait de tout ce qu’il a fait, s'est exprimé jeudi devant les Français angoissés.

François Hollande s’est exprimé jeudi devant une France angoissée, une France qui ne croit plus en grand-chose, une France déçue par sa classe politique, une France qui a été gavée de promesses et qui est confrontée au principe de réalité.

C’est donc évidemment sur le fond qu’on attendait François Hollande, mais que pouvait-il annoncer de vraiment crédible ? Écartelé entre une extrême gauche et une gauche plus ouverte mais ancrée dans ses erreurs économiques qui lui servent d’idéologie. Et donc finalement c’est sur  le ton qu’il pouvait faire la différence. Il aurait pu, ainsi que le lui a même suggéré David Pujadas presque déçu, promettre du sang et des larmes.

Il n’en fut rien ; nous avons reçu chez nous un président affable et optimiste, satisfait de tout ce qu’il a fait, des promesses qu’il tient et de sa « boite à outils ». Une boite à outils dont nous connaissons tous les ustensiles et avec laquelle on ne réparera pas grand-chose. Un homme de bonne volonté incontestablement, qui a compris qu’il avait besoin des entrepreneurs… et des salariés bien sur, mais qui continue de confondre les emplois artificiellement crées avec les vrais recrutements. Un président qui en est resté au principe selon lequel la masse d’emplois est un gâteau qu’il convient de répartir : «  pourquoi encourager les heures sup, alors qu’il y a tant de chômage ! » avec ce raisonnement on continuera longtemps de plébisciter la réduction du temps de travail.

Pas vraiment gêné par la question des 75% d’imposition retoqués par le conseil d’Etat, il a trouvé la solution, elle consiste à faire payer l’entreprise ! Curieuse décision, incompréhensible. D’un coté on veut aider les entreprises et de l’autre on va les matraquer si on estime qu’elles paient trop leur management. Qui punit-on finalement ? Pourquoi ? Mesure d’autant plus injuste que le groupe international avec des bénéfices conséquents n’hésitera pas une seconde à payer un peu plus d’impôts sur le dépassement du seuil de tolérance gouvernemental ; sans compter la créativité des avantages en nature… cette symbolique là ne rapporte rien à personne.

Le pacte de croissance est donc en place, cela nous est confirmé ; on parle beaucoup de la croissance : elle reviendra c’est sûr ! On a presque la date, le président l’a décidé elle n’est pas loin, il y croit. Nous beaucoup moins. « Je n’attends pas la croissance, je la crée ».

On se souvient de celui qui voulait aller la chercher avec les dents… cela n’avait pas marché non plus ! Comment ne pas comparer avec « l’autre », qui continue de le hanter même s’il sera élégant et lui accordera le bénéfice de la présomption d’innocence (qu’il venait d’accorder à Cahuzac, ça aide). D’ailleurs François Hollande ne résiste pas à la tentation des 2 ou 3 petits pics : « moi je ne fais pas d’annonces permanentes », suivez mon regard…

Autant l’un pouvait galvaniser les foules même si son message n’était pas accepté et même s’il suscitait de la haine, autant François Hollande dans sa tempérance a du mal à s’imposer. Son physique, sa tenue, sa cravate hésitante dont se gaussent les journalistes, sa diction hachurée en pointillés ne galvanise pas le téléspectateur… rien dans sa stature n’est a priori de nature à laisser croire qu’il va relever le challenge de la 3ème révolution industrielle d’une France qui a raté le début du film.

Il y a tentative de marquer un essai avec le « choc de simplification ». Une bonne idée dont on voudrait qu’elle soit vraie mais dont rien n’annonce le début du commencement. Ce choc de simplification par ailleurs ne peut être un choc de compétitivité que s’il provoque et c’est logique, une économie des dépenses de l’Etat ; vaguement évoqué mais en éludant la vraie question et le véritable enjeu : si on dématérialise, si l’on raccourcit les circuits etc. il faut simultanément que la fonction publique s’allège en conséquence ? En revanche lueur d’espoir sur l’allongement de la durée des cotisations pour les retraites car, n’est-ce pas, par la grâce de son mandat le président a découvert que nous vivions plus longtemps.

Le président ne semble pas avoir la même perception de la dimension de la crise que nous-mêmes et en particulier que les chefs d’entreprises ; il trouve le temps long et regrette le temps perdu par l’Europe. Pourtant lui-même nous raconte un feuilleton donnant les prévisions de 2015 et la période de l’inversion de la courbe du chômage, qui peut y croire ? Lui, c’est même ce qui est inquiétant.

On peut regretter malgré des questions insistantes de Pujadas une certaine complaisance : quid du jour de carence qui est un scandale inégalitaire entre le public et le privé ? Il ne fallait pas passer ce renoncement sous silence. Quid de la reforme scolaire qui cafouille et qui coûte cher ?

Jeudi soir évidemment la gravité était au rendez-vous, mais malgré le ton affirmé, peut-être pour marquer l’impuissance, nous avons pataugé… avec lui. Pas compris le détour par la justice de ceux qui ne sont pas en prison alors qu’ils devraient l’être et ceux qui y étaient alors qu’ils ne devraient pas ? Pas bien compris l’encadrement des loyers ? Pas convaincue par le déblocage des participations dans les entreprises pour permettre de compenser la baisse du pouvoir d’achat.

Qu’avons-nous appris que nous ne savions pas ? Les mesures sont les mêmes que celles qu’on nous vend depuis des mois sans avoir le moindre retour sur l’efficacité ou même l’utilisation qui est faite de la boite à outils ?

En revanche, une petite lueur d’espoir au détour d’un plaidoyer pro domo, le président a dit ce que nous souhaitons entendre, il n’est pas le président du parti socialiste mais celui de tous les Français. Et si cette phrase annonçait qu’il allait prendre des décisions qui ne relèvent plus de l’idéologie du parti mais de l’intérêt du pays ?

En attendant le stade suivant, on a assisté à une danse d‘un pied sur l’autre. Il faut parler Hollandais pour comprendre ce que veut dire vouloir « la rigueur et pas l’austérité » ?

Ah bon ? Quels sont les Français, quels sont les entrepreneurs qui ont su mettre quelque chose de concret sous cette déclaration ? C’est sur ce point que nous attendions d’être éclairés.

En revanche nous avons eu la promesse que nos comptes en banque ne seraient jamais prélevés nuitamment, en tous les cas pas à moins de 100 000 euros.

Regrettons enfin qu’on nous ait parlé d’impôts, de Banque publique, d’un Etat qui veillerait à aider ceux qui investissent dans les bonnes filières, mais pas de confiance en ceux qui entreprennent. Pas d’encouragement à l’investissement privé, au succès… un geste seulement pour ceux qui vendent leur boite après une vie de travail parce qu’eux le méritent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
MALUFRA
- 30/03/2013 - 09:11
le bricolo hollande
Je dirais même que ça boite à outils était vide.
yvonman53
- 30/03/2013 - 09:07
Boite a outil
Avant on mettait les boules de pétanque dans la boite a outils.Mais c’était avant.
Gégé Foufou
- 30/03/2013 - 08:07
Détail des outils
Un maillet pour taper sur les pauvres contribuables
Une équerre pour les mettre bien au carré
Un fil à plomb comme le droit fil de la pensée unique socialiste
Un compas pour tracer la courbe descendante du chômage fin 2013
ETC
Et le tout sous l'oeil du Grand Maitre la finance internationale mondialiste et européiste.
Marine vite avec le tracto pelle pour nettoyer les écuries d'Augias