En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

03.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

06.

La France se créolise-t-elle autant que le croit Jean-Luc Mélenchon ? L’analyse de 40 ans d’évolutions des valeurs des Français suggère que non

07.

Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

05.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

06.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 22 min 29 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 3 heures 25 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 5 heures 37 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 5 heures 46 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 6 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 6 heures 39 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 7 heures 19 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 7 heures 44 min
light > Santé
Santé
Covid-19 : Alexandre Benalla transféré à l'hôpital Cochin à Paris
il y a 8 heures 20 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 46 min 41 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 2 heures 58 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 5 heures 20 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 5 heures 43 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 5 heures 54 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 6 heures 28 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 7 heures 12 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 7 heures 22 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 7 heures 51 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

il y a 8 heures 21 min
Booba vs La Fouine

Menaces, bagarres : que révèle le comportement des rappeurs français ?

Publié le 24 mars 2013
Après des mois d'affrontements par morceaux interposés, la tension ne retombe pas entre les rappeurs français Rohff et Booba ou Booba et La Fouine. Simple coup marketing ou véritable haine ?
Emilie Coutant
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emilie Coutant est sociologue, consultante en mode, médias, tendances, risques et addictions.Docteur de l’Université Paris V, elle a soutenu une thèse intitulée “Le mâle du siècle : mutation et renaissance des masculinités. Archétypes, stéréotypes, et...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après des mois d'affrontements par morceaux interposés, la tension ne retombe pas entre les rappeurs français Rohff et Booba ou Booba et La Fouine. Simple coup marketing ou véritable haine ?

Atlantico : La Fouine, Booba, Rohf s’affrontent par vidéos interposées depuis des semaines. Leur haine est palpable et la menace physique à peine voilée... Mais pourrait-il s'agir d'un simple petit arrangement entre amis pour faire vendre ?

Emilie Coutant : La querelle que se livrent ces rappeurs à travers leurs chansons, leurs enregistrements vidéos ou lors d’interviews pour les médias est loin d’être « du chiqué » comme on a pu l’entendre, ou destinée à faire vendre davantage de disques. Si cela a été assimilé à un classique « battle » (petit jeu scénique où deux rappeurs se clashent par micros interposés) du fait du mode d’expression choisi de prime abord (les paroles de leur musique), les tensions entre les intéressés sont bien réelles.

L’escalade de la violence des propos et des menaces de confrontation est à prendre au sérieux d’autant que des faits ont quand même eu lieu (vidéo de la bagarre à Miami postée par Booba, balles tirées sur la voiture de La Fouine…) Même si la médiatisation du clash fait du buzz (qui profite aux ventes de disques), l’animosité entre les protagonistes existe bel et bien. Elle est très présente aujourd’hui chez de nombreux acteurs de la culture rap, qu’ils soient artistes ou simples amateurs, car elle représente un levier de résistance face à la dureté de leur existence.

Le rap parlait il y a quelques années de problèmes sociaux (intégration, religion, sexualité...). Désormais, c’est la violence que les rappeurs posent sur leurs disques : pourquoi cette dérive ? Leur musique est-elle si mauvaise qu’ils prennent le chemin des menaces et de la haine ?

Le rap n’est pas de la mauvaise musique. Comme dans tous les styles musicaux et toutes les productions de l’industrie du disque, il y a du bon et du mauvais. Comprendre les valeurs qui caractérisent un style musical ne doit pas se faire de façon manichéenne. Il s’agit tout d’abord de comprendre l’origine du rap et l’attrait qu’il représente pour ceux qui en font et ceux qui en écoutent.

Oui, certaines chansons de rap sont traversées par des discours de violence et de haine, qui font écho aux situations de violence qui ont régulièrement lieu dans les banlieues. Cette violence est exprimée car elle existe, on pourrait dire alors que le rap agirait comme un exutoire permettant de l’évacuer. Mais il serait trop simpliste de qualifier le rap d’exutoire alors qu’il exprime avant tout une part de la vie humaine et sociale.

La culture rap manifeste un rejet de cette violence sourde, dont on parle peu, la forme institutionnelle de la violence représentée par la rationalisation généralisée de l’existence. Le rap parle aux marginaux, aux exclus, à ces jeunes et moins jeunes, ces hommes ou ces femmes qui ne se reconnaissent pas dans les institutions de notre société. Car celle-ci les a oublié il y a bien longtemps.

Aux Etats-Unis, le rap est connu pour être une vraie guerre des clans ; elle s’est d’ailleurs souvent terminée par des morts, comme 2Pac ou Notorious. Là-bas, des rappeurs s’affrontent et se tuent et la violence a toujours été leur fond de commerce : est-ce le futur du rap en France ?

La guerre des clans qui anime le rap US et aujourd’hui français est, encore une fois, la forme visible/starisée/médiatisée de l’affrontement des bandes qui existe dans certains zones urbaines. Cette médiatisation est intéressante pour comprendre les codes et valeurs qui fondent l’imaginaire de la culture rap et, au-delà de la musique, les codes et valeurs à travers lesquels se reconnaissent les hommes qui partagent une réalité sociale semblable.

L’analyse des discours met en lumière l’utilisation des champs lexicaux de la résistance, de la guerre bien sûr mais aussi du feu. L’idée est tout embraser mais également de tout éteindre (cf. la remarque de Booba à propos de Rohff et Laouni : « je vais les éteindre ») Sachant que le feu est à la fois symbole de mort et de renaissance, à la fois dévorant et régénérant, il rappelle l’aspect positif de la destruction, et ici, de l’expression de la violence : il permet de faire advenir quelque chose de nouveau. Ces hommes qui expriment leur désarroi face à leur exclusion sociale, face au sentiment d’être oublié par la société, face à la dureté de leur réalité quotidienne, de façon violente et destructrice manifestent par là même leur désir de changement, de renouvellement de leur condition d’existence, en un mot, leur désir de vie !

En outre, l’analyse des figures de la culture rap en France à l’instar de Booba, La Fouine ou Rohff révèle les traits de caractère et les images qui sont valorisées par les hommes et qui participent à la construction de leur identité masculine. Dans leurs clashs interposés, le choix de certains décors pour les vidéos n’est pas anodin, à l’instar de la salle de sports dans laquelle se présente Booba, haut lieu de compétition et de mesure de la virilité.

Par ailleurs, dans la réalité des quartiers, un univers dans lequel transitent drogues, armes de poings et armes à feu, ces mises en scène de confrontation n’est pas sans rappeler l’imaginaire Scarface et sa figure Tony Montana, fortement valorisés par les hommes issus de ces milieux et adeptes de la culture rap. Cette musique fournit ainsi un lot d’icônes et de stars auxquels ceux qui l’écoutent peuvent s’identifier et dans lesquels ils peuvent se projeter. Ils sont d’ailleurs nombreux à prendre position dans commentaires sur les vidéos des clashs, en défendant leur préféré et dénigrant ses adversaires, comme s’ils participaient en tant que protagonistes de la confrontation.

Le rap, genre musical déjà peu accepté par les médias, n’a-t-il pas tout à perdre de cette escalade de la violence ?

Notre société n’a en tout cas rien à gagner en ignorant ces formes d’expression virulentes et ces manifestations de la part d’ombre qui révèle à la fois la vulnérabilité de ces populations et leur désir d’être entendu. Les productions culturelles ont toujours œuvré à rendre visible ce qui demeurait caché. Il est de notre travail de chercher ce qui se cache sous la surface des choses et ne pas limiter notre regard aux formes émergées des icebergs.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
winnie
- 25/03/2013 - 17:24
on s'en fout
est ce que ca interesse les gens ?
une minorité de sous culturés tout au plus !
ce n'est que haine ,violence ,sexe; meme pas de la musique :du bruit trés pénible!
Le Hurleur
- 25/03/2013 - 15:12
J'ai arrêté de lire
à "...qu’ils soient artistes ou simples amateurs, car elle représente un levier de résistance face à la dureté de leur existence."
yvonman53
- 24/03/2013 - 22:22
ben
Que ça se vend bien !