En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

02.

Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes

03.

Alerte aux grandes oreilles chinoises : voilà pourquoi vous devriez tourner 7 fois votre pouce avant de poster quelque chose sur les réseaux sociaux...

04.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

05.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

06.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

07.

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

03.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

04.

Santé mentale : ces millions de Français que la pandémie fait chanceler ou s’écrouler en silence

05.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine

02.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

03.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

04.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

05.

Louis Hausalter : "L'histoire de Marion Maréchal éclaire l’état de décomposition et de recomposition du paysage politique"

06.

Plongée dans les coulisses de l’organisation de la Convention de la droite : l'engagement de Marion Maréchal et Eric Zemmour en faveur de l’union des droites

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Insolite
Spectateurs virtuels
Denver Broncos : les personnages de South Park s'invitent au stade pour les matches de NFL
il y a 12 heures 33 min
pépites > Défense
Chemin de la paix...
L'Arménie saisit d'urgence la Cour européenne des droits de l'homme après les tensions militaires avec l'Azerbaïdjan
il y a 14 heures 14 min
pépites > Economie
Outils de lutte contre la crise et face à la pandémie
Le gouvernement présente son projet de budget 2021
il y a 15 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Contes et légendes" de Joël Pommerat : Pommerat au firmament

il y a 17 heures 44 min
Alimentation
Plus de la moitié des produits végétariens étudiés par une association contiennent de l’eau comme ingrédient principal
il y a 18 heures 22 min
pépites > Religion
Séparatisme
Absence de mixité, prières… un club sportif aux pratiques troublantes
il y a 19 heures 47 min
décryptage > Economie
Nécessité d'un compromis

Sécurité sanitaire et emploi : les difficultés du "en même temps"

il y a 20 heures 15 min
pépite vidéo > Défense
Tensions
L'Arménie et l'Azerbaïdjan instaurent la loi martiale
il y a 20 heures 35 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

COVID-19 : France, Royaume-Uni, Espagne, comment faire baisser la contamination ? Des "Gilets jaunes des bars" maintenant ?

il y a 21 heures 7 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Malaise au poignet ? Le nouvel bracelet connecté de santé d'Amazon analyse votre voix et vos émotions
il y a 21 heures 49 min
light > Media
"En toute franchise"
Ségolène Royal va intervenir régulièrement sur le plateau de LCI dans le cadre d'un débat
il y a 13 heures 54 sec
pépites > Politique
Candidature
Rachida Dati se confie dans la presse britannique sur son souhait de vouloir "gagner l'élection présidentielle de 2022"
il y a 14 heures 42 min
décryptage > France
Les entrepreneurs parlent aux Français

La coupe est pleine. Insurrection ? Désobéissance ? Révolte ? Les PME et TPE ont-elles encore le choix ?

il y a 17 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vagabondages" de Lajos Kassak : sur les routes de Budapest à Paris avant 14, le savoir survivre d’un artiste prolétaire… une pépite de la littérature hongroise

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Economie
Coronavirus

Impact du Covid-19 : vers un budget 2021 en apesanteur

il y a 19 heures 11 min
décryptage > Société
Licence to kill

L’amendement inutile : l’IMG, (Interruption médicale de grossesse) à 9 mois pour cause de détresse psychosociale

il y a 19 heures 55 min
Crise
La paralysie de l'économie due au coronavirus menace New York déjà très endettée
il y a 20 heures 24 min
décryptage > International
Disraeli Scanner

Donald Trump : comment le populiste s’est mué en conservateur

il y a 20 heures 52 min
décryptage > Santé
Confusion généralisée

Alerte au rhume : la maladie la plus répandue avait mystérieusement disparu depuis le confinement. Elle revient et ça va tout compliquer avec le Covid-19

il y a 21 heures 22 min
décryptage > Sport
Une deux, une deux

Fermetures des salles de sport : à quelles activités physiques se mettre pour garder la forme face à un automne semi-confiné ?

il y a 21 heures 53 min
Nouvelle médecine

La thérapie venue des Etats-Unis qui prétend soigner les névroses par la lecture

Publié le 24 mars 2013
Peu répandue en France, cette pratique aide les personnes qui souffrent notamment de dépression. Grâce aux livres, elles sont amenées à se prendre en main elles-mêmes ou avec le soutien d'un thérapeute.
Pierre André Bonnet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre André Bonnet est médecin généraliste et chef de clinique de médecine générale au département universitaire de médecine générale de la faculté de Marseille. Il est l'auteur de La bibliothérapie en médecine générale (Sauramps Médical). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Peu répandue en France, cette pratique aide les personnes qui souffrent notamment de dépression. Grâce aux livres, elles sont amenées à se prendre en main elles-mêmes ou avec le soutien d'un thérapeute.

Atlantico : La Reading Therapy, tendance venue des pays anglo-saxons et encore peu connue en France permettrait de soigner certaines névroses grâce à la lecture. Comment fonctionne cette méthode ?

Pierre André Bonnet : Les psychologues et certaines équipes de psychiatres (très peu en France) ont étudié différentes manières d’utiliser les livres pour soigner. La méthode scientifique requiert une reproductibilité de l’intervention pour pouvoir comparer et mesurer les effets observés.

On distingue 3 niveaux d’utilisation : la bibliothérapie seule (pas de contact avec le thérapeute), la bibliothérapie avec contact minimal (le livre est le principal vecteur mais un soutien en consultation vient ponctuer le travail effectué par le patient) et enfin la bibliothérapie dirigée (le livre vient souligner et renforcer une thérapie présentielle). On comprend bien que les deux premières situations s’adressent à n’importe quel praticien. Seule la bibliothérapie dirigée requiert des compétences particulières en psychothérapie.

Les ouvrages utilisés peuvent être puisés dans les lectures personnelles du praticien, qui en fonction de sa connaissance du patient et de son environnement fera de bons conseil. Mais seuls les ouvrages dits « self-help book » ou « livres de thérapie auto-administrée » sont évaluables et ont fait la preuve de leur bénéfice. Ils permettent d’entamer un vrai travail de fond centré sur le problème. Ce sont des guides pour apprendre à gérer ses émotions. Le Baromètre Santé (INPES) indique que 15 à 20% de la population générale souffre d’un problème de santé mentale, on voit donc l’intérêt de cette méthode facilement accessible et efficace pour le médecin généraliste de premier recours.

A-t-on observé des résultats concrets avec cette méthode originale ? Quels sont les ouvrages et auteurs les plus préconisés ?

Les publications scientifiques sur le sujet foisonnent depuis environ cinq ans. Les résultats sont particulièrement favorables dans les troubles suivants : troubles de l’humeur (dépression), troubles anxieux (phobies spécifiques comme la peur de conduire, phobie sociale, attaques de panique), certains troubles du sommeil (car souvent liés à de l’anxiété), les difficultés au travail (harcèlement, stress), certains troubles de l’érection d’origine psychogène. Utilisée en soins primaires (médecine de ville) ou en établissements comme les maisons de retraite, la bibliothérapie montre toujours une efficacité. Toutefois pour les troubles les plus sévères (dépression grave), elle reste moins efficace que la prise en charge dite « classique » en consultation.

Cette efficacité n’est démontrée que pour des livres dont le contenu est inspiré des thérapies cognitives et comportementales. Il ne s’agit pas d’un déni des autres approches, mais c’est la seule thérapie dont la méthode est reproductible, donc délivrable par la lecture et comparable d’un patient à l’autre. On citera comme auteur Charly Cungi, thérapeute et auteur de nombreux livres (par exemple Faire face à la dépression). Ou encore Christophe André, qui dans un registre plus général et moins technique, offre de nombreux outils pour gérer ses problèmes (Les Etats d’âme, par exemple).

La bibliothérapie peut-elle remplacer une véritable psychothérapie ?

Dans certains troubles, la bibliothérapie est aussi efficace que la thérapie classique, notamment en ce qui concerne les phobies, et les troubles non graves de l’humeur. Toutefois un problème trop envahissant nécessitera toujours au minimum le soutien d’un soignant.

Ne reste-t-elle pas avant tout accessible aux catégories sociales élevées, qui peuvent se permettre de payer des séances et de prendre le temps de lire ?

Cette question peut aussi s’envisager à l’envers : une consultation chez le généraliste, c’est 23€, remboursé. Un livre, c’est autant de consultation « à la maison », pour le même prix. Ce n’est pas remboursé, mais le rapport « qualité/prix » ne se mesure pas. Pour ce qui est des thérapies, il est clair que le patient qui peut déjà se payer une thérapie peut aussi acheter un livre. Mais le livre permet surtout de rendre accessible les outils et le savoir qui permettent de se soigner en déboursant l’équivalent d’une demi-séance de thérapie… Donc la bibliothérapie n’exclut pas les plus modestes, au contraire, elle est l’instrument d’une plus large diffusion d’outils de soins jusque là réservé aux plus aisés.

La limite n’est pas liée à l’argent, mais aux habitudes de consommation de la culture. Dans les milieux les plus modestes, on est effectivement plus enclin à faire face, à prendre sur soi, à ne pas se « regarder le nombril » et à donner la priorité aux difficultés de la vie quotidienne.

Le livre ne change pas le monde, mais il peut changer l’idée qu’on s’en fait. C’est là le secret de la bibliothérapie, et de la recherche du « bonheur » en général.

Prescrire un livre, c’est avant tout s’appuyer sur la personne souffrante, lui redonner la confiance et la mettre au cœur de la démarche de soin. Le patient n’est alors plus l’être « soumis » et docile qui reçoit le traitement et attend le changement, mais il se soigne lui-même dans l’action de lire. Pour paraphraser Gandhi, le patient-lecteur est amené à « devenir » le changement.

Peut-on s'attendre à ce que cette méthode rencontre du succès en France, nous qui avons tendance à privilégier les médicaments ?

La France privilégie les médicaments car les prescripteurs n’ont souvent pas d’autre option, et les habitudes sont longues à changer. Les gens recherchent une solution « court-termiste » à des problèmes de fond. La souffrance sociale fait échouer les sujets dans les cabinets médicaux. Les médecins de leur coté voient leurs pratiques de plus en plus contrôlées et imposées par les tutelles (sanctions en cas d’écarts de prescription, rémunération sur objectifs…), sacrifiant les principes humanistes de la relation médecin-malade sur l’autel de la démarche-qualité.

La bibliothérapie sortira de l’empirisme lorsque nous aurons montré aux tutelles qu’elles économiseront de l’argent en remboursant certains livres… Mais pourquoi pas ? Mais je pense surtout qu’il faut que la bibliothérapie sorte du seul champ de la santé. On peut imaginer l’ouverture de librairies orientées, ou la création de structures associatives dédiées à l’accompagnement par la lecture.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires