En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Point par point

Avant de tirer sur la politique familiale, si on réalisait un bilan efficacité des allocations en tout genre ?

Publié le 20 mars 2013
Gérard Bapt, député PS, recommande de diviser par deux les allocations familiales des ménages dits "aisés" dans un entretien accordé au journal Les Echos.
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est "Ce que doit faire le (prochain) président", paru aux éditions Albin Michel en janvier...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Agnès Verdier-Molinié est directrice de la Fondation IFRAP(Fondation pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques).Son dernier ouvrage est "Ce que doit faire le (prochain) président", paru aux éditions Albin Michel en janvier...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Bapt, député PS, recommande de diviser par deux les allocations familiales des ménages dits "aisés" dans un entretien accordé au journal Les Echos.

Atlantico : Gérard Bapt, le rapporteur du budget de la Sécurité sociale à l'Assemblée, recommande de diviser par deux les allocations familiales des ménages dits "aisés" (soit "environ 53 000 euros par an pour un couple avec deux enfants, et un peu plus de 61 000 euros pour une famille avec trois enfants", afin de rapporter un milliard d'euros), l'objectif étant d'économiser 3 milliards d'euros. Alors que vous avez récemment publié 60 milliards d'économies ! (Albin Michel en mars 2013), quel bilan pouvons-nous tirer de l'efficacité des allocations distribuées en France ?

Agnès Verdier: La politique familiale menée en France est relativement efficace puisque nous avons un taux d'enfant par femme assez élevé (2,01 enfant par femme). Notre système est conçu pour que chaque personne qui travaille dans l'Hexagone cotise 5,4% de ses revenus -non plafonné- pour permettre une politique familiale où chacun a la certitude d’être aidé s’il prend la responsabilité de fonder un foyer avec des enfants.

Avec la proposition de Gérard Bapt, la politique familiale de la France serait totalement mise à mal : ceux qui travaillent et cotisent pour verser des aides aux familles pourraient ne plus avoir droit pour autant à ces prestations pour leurs propres familles considérées comme "trop riches". Autrement dit, plus un ménage gagne par mois, plus il cotiserait à la politique familiale et ce sans avoir droit à cette politique.

Gérard Bapt considère-t-il qu'une famille est "aisée" à partir de 53 000 euros par an avec deux enfants à charge soit 4 400 euros par mois ? En réalité, vivre à 4 à Paris par exemple avec un tel revenu est difficile. Gérard Bapt propose aussi de supprimer à ces familles le complément du mode de garde pour les enfants gardés à domicile ou chez des assistantes maternelles (environ 800 000 enfants). Cela peut avoir deux effets pervers : "désinciter" à déclarer les emplois à domiciles et désinciter aussi les mères de famille à travailler pour des familles à qui on répond souvent qu’elles n’ont pas droit à une place en crèche… car trop riches !

La solution est non pas de diviser par deux les allocations pour des foyers soi-disant « riches » mais plutôt de fiscaliser les allocations familiales certes mais aussi tous les compléments de revenus (aides au logement, RSA, allocation adulte handicapé etc.). Rien qu’avec la fiscalisation des allocations familiales, 500 millions d’euros entreraient en plus dans les caisses publiques. Plutôt que de raboter sans cesse, visons déjà l’équité devant l’impôt. Pourquoi les revenus de la solidarité ne sont-ils pas imposables quand les mêmes montants de revenus d’activité le sont ?

Le système français de protection social est fondé sur le principe selon lequel à chaque prestation sociale correspond un public bien déterminé. Cette logique est-elle source d'inefficacité ? Va t-elle à l'encontre du principe d'universalité et faut-il y remédier ?

Aide au logement, allocations familiales, RSA, AAH... La multiplicité des aides est une vraie question surtout que, la plupart du temps, ces différentes aides s'adressent aux mêmes familles qui doivent alors se déplacer à différents guichets.

L'une des raisons de l'explosion des dépenses sociales en France provient de l'instauration du RSA. Avant, une personne qui ne parvenait pas à trouver un emploi touchait le RMI, un montant fixe par personne. Le RSA est, lui, fixé en fonction du nombre de personnes vivant dans le foyer. Il y a un caractère relativement illimité à ce calcul. Il faut déterminer ce que la société est prête à payer par foyer fiscal et par an. Au delà d'une question d'économies, c'est une question d'efficacité.

Dans un souci d'efficacité et de rationalité, et pas seulement d'économies, il faut donc comme nous l’avons proposé à la Fondation iFRAP, rendre imposables toutes ces aides. Cela permettrait de :

  • savoir "qui touche quoi" : à l'heure actuelle nous ne le savons pas, nous ne connaissons pas le montant des compléments de revenus nets cumulés en France par foyer fiscal. Il est évoqué depuis longtemps un dossier partagé entre les différents guichets qui permettrait d’avoir cette information (et permettrait aussi de limiter la fraude) mais cela n’avance pas du tout… 

  • fixer un plafond fiscal : il n'y a aucun plafond pour les aides sociales. Il faut en fixer un par foyer fiscal, par an ou par mois. C'est exactement ce qu'a fait David Cameron au Royaume-Uni en instaurant un plafond de 26 000 livres par an, ce qui semble cohérent.

  • d'établir un même taux d'imposition entre un foyer qui gagne 2 000 euros par son travail et celui qui reçoit 2 000 euros chaque mois sous forme d'aides qui jusqu'à présent était totalement exonéré. C'est une question d'équité.
 

Dans un rapport intitulé "L'envers de la fraude sociale : le scandale du non-recours aux droits sociaux", l’Observatoire des non-recours aux droits et services estimait à 5,7 milliards d'euros le montant de Revenu de solidarité active non-versé aux personnes y ayant pourtant droit. La principale faille du système de protection social est-il sa complexité ?

Effectivement, le système de protection sociale français a perdu en efficacité en devenant beaucoup trop complexe pour le citoyen. Il y a un véritable problème de lisibilité. Il n'est pas normal que les familles dans le besoin ne puissent pas toucher les aides auxquelles elles ont droit uniquement parce qu'elles sont face dans un système compliqué.

Cela dit, certaines familles auraient droit à certaines aides mais refusent d’être à la charge de la collectivité. Il ne faut pas négliger ce phénomène notamment dans le cadre du RSA activité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

02.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

03.

Un million de personnes veulent envahir la zone 51 aux Etats-Unis

04.

Jordan Bardella sur Sibeth Ndiaye : "Elle est habillée comme un Télétubbies"

05.

Pourquoi le Roi Lion pourrait être le dernier classique que Disney parvient à recycler

06.

Quand les documents officiels sur le SNU montrent que l’occasion de restaurer l’autorité a été manquée

07.

Pourquoi l’Europe ne s’est jamais complètement remise de l’échec de l’attentat du 20 juillet 1944 contre Hitler

01.

Quel avenir pour le nucléaire français ?

01.

Ces raisons pour lesquelles le marché de l’immobilier n’est pas vraiment favorable à ceux qui veulent se loger malgré des taux d’intérêt historiquement bas

02.

Camille Combal et Heidi Klum mariés en secret ; Karine Ferri &Nabilla, Kate &Meghan : tout était faux !; Libertinage et infidélités lesbiennes : Stéphane Plaza & Miley Cyrus assument; Brad Pitt & Angelina Jolie se réconcilient par surprise

03.

Les accusations de racisme et de sexisme portées contre Zohra Bitan pour avoir critiqué les tenues et la “coupe de cheveux sans coupe” de Sibeth NDiaye sont-elles justifiées ? Petits éléments de réflexion

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Critiquée pour son poids, Miss France réplique : "Moi au moins, j’ai un cerveau"

06.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

01.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

02.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

03.

Ces caractéristiques pas très progressistes qui expliquent paradoxalement que Greta Thunberg soit devenue l’idole de ceux qui croient l’être

04.

Lignes de fractures : ce que les drapeaux algériens nous révèlent de l’état des Français (et des nouveaux clivages politiques)

05.

Descente aux enfers : alors que la canicule s’abat sur la France, la culture démocratique s’évapore

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
unlecteur
- 20/03/2013 - 17:26
L'iconographie fait vraiment sourire !
Les familles nombreuses sont souvent composées de français de papier, en particulier sub-saharien...
kettle
- 20/03/2013 - 17:15
Bon pour l'economie
Ca finance le BTP au bled.
jurgio
- 20/03/2013 - 16:45
Les allocations familiales sont une portion incongrue
Ces indemnités très appréciées après la guerre deviennent inextricables dans une économie remise en route depuis longtemps. En réalité, nous sommes dans la même impasse que, par exemple, celle des assurances sociales et les retraites par répartition, lesquelles ne fonctionnent équitablement que dans un pays en croissance de population. Comme on dit populairement, on ne fabrique plus aujourd'hui que des chômeurs... On y voit l'incapacité de nos politiques à redresser les conjonctures : jamais, on n'a cherché une seconde à rendre les Français plus riches. Au contraire, en multipliant les non productifs, les appels d'immigration moins chère et, bien sûr, des impôts de toutes sortes (on s'apprête à reprendre en partie ce que l'on vient de donner !), on en est donc réduit à épuiser des budgets de plus en plus maigres en redistribution comme la viande à des chiens à la curée (il est vrai qu'un citoyen qui mange dans la main est, généralement, un bon chien électeur).
En priorité, il faut s'employer de toutes nos forces à enrichir le pays ; qui n'aurait idéalement plus besoin d'aide directe.