En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 16 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 20 min
pépites > Justice
Recours
Eric Zemmour saisit la Cour Européenne des Droits de l'Homme
il y a 3 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "L'un de nous deux" de Jean-Noël Jeanneney

il y a 4 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Exposition : “Bacon en toutes lettres” : Une singularité fascinante mais difficile à appréhender !

il y a 4 heures 10 min
pépite vidéo > Europe
Guerilla
Barcelone : Violents affrontements pour la troisième nuit consécutive
il y a 6 heures 26 min
décryptage > Culture
Critique

La réparation dans l’art : un livre virtuose étonnant

il y a 7 heures 28 min
décryptage > International
Un foulard sur les yeux

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

il y a 7 heures 54 min
décryptage > Environnement
Green-Washing

Quand les Etats européens trichent avec les règles de comptabilité pour faire croire à leur vertu énergétique

il y a 8 heures 46 min
décryptage > Economie
Analyse

Journée mondiale pour l'élimination de la pauvreté : croissance, recettes empiriques ou politiques sociales, qu’est-ce qui marche ?

il y a 9 heures 49 sec
décryptage > Social
Atlantico Business

J’aime ma boite : 64 % des salariés aiment leur entreprise, mais l’inverse est-il vrai ?

il y a 9 heures 13 min
pépite vidéo > Faits divers
En vert et contre tous
Des activistes d'Extinction Rebellion violemment dégagés du toit d'un métro à Londres
il y a 2 heures 4 min
pépites > Politique
Commission
Blanquer contre Taché : LREM tente une médiation
il y a 3 heures 31 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "La porte sans entrée. Approche du Zen" : Devenez ou restez zen, vous vous en porterez mieux !

il y a 4 heures 6 min
pépites > Europe
At least
Brexit : Un accord a été trouvé
il y a 5 heures 54 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment - Take Two

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Patrick Besson : "J’ai toujours pris Salman Rushdie pour un triste con"

il y a 7 heures 36 min
décryptage > Social
Merci patron...

J'aime ma boite : mythe ou réalité ?

il y a 8 heures 9 min
décryptage > Economie
Nouveau Monde

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

il y a 8 heures 54 min
décryptage > Europe
Axe anglo-allemand

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

il y a 9 heures 2 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Pour Finkielkraut, Zemmour est tombé dans le piège tendu par l’islam radical ; Bayrou essaie encore de faire partir Philippe de Matignon ; 40 salariés chez LREM pour la com digitale, 1 chez LR ; Pour Salvini le fascisme est aussi mort que le communisme
il y a 9 heures 20 min
Éducation

Royal tacle Peillon : pourquoi la France ne veut-elle pas admettre que la réussite sociale peut passer par autre chose que les études ?

Publié le 19 mars 2013
Ségolène Royal a critiqué ce week-end la suppression du droit des jeunes de 14 et 15 ans à se former en alternance. Une décision qu'elle juge "regrettable".
François Durpaire est historien et écrivain, spécialisé dans les questions relatives à la diversité culturelle aux Etats-Unis et en France. Il est également maître de conférences à l'université de Cergy-Pontoise.Il est président du mouvement...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Durpaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Durpaire est historien et écrivain, spécialisé dans les questions relatives à la diversité culturelle aux Etats-Unis et en France. Il est également maître de conférences à l'université de Cergy-Pontoise.Il est président du mouvement...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ségolène Royal a critiqué ce week-end la suppression du droit des jeunes de 14 et 15 ans à se former en alternance. Une décision qu'elle juge "regrettable".

Atlantico : La présidente du conseil régional de Poitou-Charentes a déclaré ce samedi sur Tweeter regretter la suppression du droit des jeunes de 14 et 15 ans à se former en alternance. Plus largement, pourquoi la France ne veut-elle pas admettre que la réussite sociale peut passer par autre chose que les études ?

François Durpaire : Notre système d’éducation est principalement fondé sur le théorique, disons depuis Condorcet (XVIIIe siècle), c’est-à-dire (presque) au fondateur de notre vision de l’école publique. C’est évidemment très différent du modèle anglo-saxon et notamment américain. Si on fait le parallèle, on peut prendre d’un côté Condorcet qui prône l’éducation théorique, de l’autre John Dewey (XIXe siècle) qui, lui, privilégie une éducation par la pratique. Il parle d’éducation par l’acte. En somme, c’est en forgeant que l‘on devient forgeron ! Pour les Français, la pensée reste le pilier de l’éducation. Le blocage est quasi philosophique. Même si les politiques enchaînent les discours sur l’apprentissage, en se comparant au modèle allemand, cela ne suffit pas à transformer les mentalités.

La situation socio-économique est telle, avec l’accentuation du chômage, que l’on se pose de plus en plus de questions quant aux missions de l’enseignement. Il y a donc des tensions entre ceux qui persistent à croire que l’enseignement français doit résider dans la transmission de connaissances, et ceux qui se disent qu’un ministre de l’Éducation nationale devrait avoir pour objectif que chacun trouve sa place dans la société. Aujourd’hui, nous avons au gouvernement un ministre de l’Éducation nationale et une ministre de l’Enseignement supérieur. Est-ce qu’il ne faudrait pas envisager l’instauration d’un ministère de l’Éducation nationale ET de l’Enseignement supérieur qui s’intéresserait à tous les enseignements de la maternelle à la sortie du système éducatif ? Un ministre qui serait en dialogue permanent avec celui en charge de l’Économie, et qui aurait un secrétaire uniquement en charge du socle de connaissances communes.

Est-il possible aujourd'hui en France de réussir socialement sans avoir entrepris d'études supérieures ?  

Oui. D’ailleurs parmi nos dirigeants, dans les médias, à la tête de grandes entreprises, l’on trouve des personnalités qui n’ont pas le cursus "idéal". De nombreux exemples d’autodidactes. Ces derniers sont parfois même appelés autodidactes à tort puisqu’ils ont aussi fréquenté des écoles, mais celles-ci ne sont pas reconnues. Cela dit, ces dirigeants appartiennent à une autre génération. De nos jours, il y a une sorte de rigidification et les recruteurs ont tendance à répondre aux postulants : "si tu n’as pas fait cette école, je ne vois pas comment tu pourrais réussir dans le métier !" On parle de diversité pour la parité hommes/femmes, les handicapés, les étrangers, etc , mais on devrait parler également de la diversité de parcours professionnels. Cela peut être tout à fait intéressant. Malheureusement, quand on regarde les membres des cabinets ministériels –et c’est représentatif – on réalise que la plupart sont des énarques, et pratiquement tous de la même génération. Très peu de personnes issues de l’associatif ou de la société civile. Donc cet espèce d’enthousiasme de diversité que j’applaudis ne concerne visiblement pas encore toutes les diversités. Dans un cabinet, dans une entreprise, dans un métier, la diversité de parcours est l’assurance d’être en prise avec la société. Il faut trouver un juste milieu.

 

Qu'en est-il dans d'autres pays ? 

Dans le système américain, quand on regarde le Congrès et la Chambre des représentants, on constate qu’il existe une certaine diversité de parcours et, même si l’ascenseur social n’est plus ce qu’il a été, il y a toujours cette idée du se"lf-made-(wo)man". On l’a vu lors du conflit entre Arnaud Montebourg et Maurice Taylor (PDG de l’entreprise américaine Titan). Ce dernier, qui a critiqué notre modèle, est un autodidacte et dirige un grand groupe sans pour autant avoir été à Harvard ou à l’ENA ! Aux États-Unis, "Grandes écoles" ne signifient pas nécessairement "réussite sociale" puisqu’il y a un système d’ "alternative action" et des bourses. Beaucoup de jeunes passent d’abord par un community college (l’équivalent des BTS) dans une formation qui dure deux ans, puis vous récupérer l’enseignement en université grâce à des passerelles. C’est valable aussi en France dans les Grandes écoles. En effet, il ne faut pas opposer trop facilement nos deux systèmes.

L’enseignement supérieur français est très élitiste. Les notes obtenues sont extrêmement importantes, d’ailleurs les concours sont anonymes. Aux États-Unis, lors des concours à l’entrée des universités, ce que l’on cherche ce sont les leaders, et dans tous les domaines : l’esprit d’entreprise, mais aussi le sport. Lors de l’entretien, un postulant qui n’a pas un bulletin scolaire très satisfaisant peut tout à fait obtenir une place grâce à ses hobbies. Plus tard, dans l’entreprise, on va faire un tri en amont de la même façon.

On voit bien que ce qui fait l’identité de la personne lors de l’entretien pour rentrer en école ou pour trouver un emploi n’est absolument pas mis en valeur en France : je parle du curriculum vitae. Les loisirs nous renseignent pourtant beaucoup sur la personnalité du candidat. Plutôt que d’écrire que l’on aime le cinéma, la lecture, la mode, il faut prendre conscience du potentiel de cette partie afin d’inciter les recruteurs à nous faire confiance et ne pas hésiter à inscrire que l’on a voyagé en Inde, que l’on aime les échecs, ou encore que l’on donne des cours particuliers de mathématiques. Il faudrait revoir ce point qui peut être déterminant lors du recrutement.

Comment expliquer cette nécessité pour de nombreux jeunes d’entreprendre de longues études, parfois assez onéreuses, d'autant plus que ces dernières ne garantissent pas forcément l'accès au marché de l'emploi ?

Ce qui garantit l’accès à l’emploi, c’est des longues études pertinentes. Pour les journalistes, les économistes, les ingénieurs qui ont choisi les bonnes écoles – j’entends par là des écoles renommées pour leurs résultats – il n’y a, aujourd’hui, pas de raisons de s’inquiéter. Le problème réside dans la multiplication des écoles qui vendent des services soi-disant similaires à ceux des écoles reconnues par l’État mais qui, en vérité, ne valent souvent pas grand-chose en termes de qualité d’enseignement. Il y a beaucoup à faire également au niveau de l’orientation. Des personnes n’ayant pas un niveau d’études très élevé ne sauront pas diriger leurs enfants en toute connaissance de cause et tomberont facilement dans les pièges du business. Désireux de les voir réussir, ils vont payer très cher une école qui n’a pas forcément de bons résultats mais une brochure particulièrement attractive…

La matière "orientation" devrait être obligatoirement enseignée dès le collège. Les professeurs pourraient participer et donner des conseils constructifs au regard du travail effectué en classe et ayant connaissance du caractère de l’élève. Ainsi, il y aurait moins d’inégalités entre les enfants de milieux sociaux et culturels différents.

Pourquoi en France ne valorise-t-on pas davantage les filières professionnelles et les professions "manuelles" ? 

A l’époque de Jean-Pierre Raffarin par exemple, il n’y avait pas un discours sur trois qui ne soit consacré à l’apprentissage et à la nécessité de le mettre en avant. Mais je crois que c’est un effort pédagogique de long terme. Tous les ans, on nous propose des reportages qui dressent l’état des lieux du travail manuel en France. Cependant, rien ne change. Il faut désormais passer à l’expérimentation. La solution réside peut-être simplement dans la formation enseignante. En fait, les discours de nos politiques ne valent rien tant que l’ensemble du monde enseignant ne sera pas convaincu de la nécessité d’un retour en grâce des filières professionnelles. Elles  méritent d’être reconnues. Il faut également que ces formations soient  revalorisées et pas la  "voie de garage" idéale pour ceux qui n’ont pas de bons résultats à l’école. Si on faisait réfléchir les élèves sur la récompense en termes financiers certes mais aussi d’images, les candidats seraient sans doute plus nombreux.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Brexit : la France mal à l’aise dans un deal négocié principalement entre Londres et Berlin

06.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

07.

Bye bye Uber, Deliveroo ou WeWork ? Voilà pourquoi le mode de vie urbain des années 2010 est en train de s’effondrer

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

04.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

05.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
sbgf43
- 20/03/2013 - 09:04
Oui a l'alternance
Il fut un temps ou dans l'industrie les professeurs techniques étaient tous des praticiens confirmés...a ce jour je me demande si il ont déjà vu une machine outil en exploitation sur site ?Je ne suis pas fan de Mme Poitou mais sur ce cas je la soutiens.
mumus
- 20/03/2013 - 08:36
le nerf de la guerre
L'éducation nationale est budgétée au nombre d'enfants inscrits dans les écoles, donc, les pontes de ce machin font tout pour garder le plus longtemps possible le plus grand nombre de personnes scolarisées, c'est aussi bête que ça.
Guy Bernard
- 20/03/2013 - 08:15
soyons pragmatiques
ceux qui savent faire les choses les font, les autres l'enseignent...
l'enseignement est dispensé par des profs nullissimes.
peu d’élèves savent lire, écrire, compter, même à bac+3 !
songez qu'au bout de 8 ans d'anglais, personne ne le parle alors qu'un immigré arrive en fraude a Londres le parle au bout de trois mois.
et on se demande comment évaluer l'efficacité de l'enseignement !
l'enseignement est avant tout un brevet de socialisme.