En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
La planète Mars aurait un jour réuni des conditions atmosphériques propices à la vie.
Planète rouge

Du fantasme à la réalité : à quoi ressemblerait la vie sur Mars ?

Publié le 17 mars 2013
Une récente découverte du robot de la NASA Curiosity laisse entendre que la planète Mars réunissait autrefois des conditions atmosphériques propices à la vie.
Michel Viso a rejoint le Centre national d’études spatiales (CNES) en 1985 et a collaboré à de nombreux projets spatiaux. Il est depuis 2004 responsable de l’exobiologie au CNES à la recherche de la vie dans l’Univers.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Viso
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Viso a rejoint le Centre national d’études spatiales (CNES) en 1985 et a collaboré à de nombreux projets spatiaux. Il est depuis 2004 responsable de l’exobiologie au CNES à la recherche de la vie dans l’Univers.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une récente découverte du robot de la NASA Curiosity laisse entendre que la planète Mars réunissait autrefois des conditions atmosphériques propices à la vie.

Atlantico : Selon la NASA, des conditions atmosphériques propices à la vie sur Mars étaient autrefois réunies. L'idée d'une colonie humaine autonome sur Mars continue-t-elle d'appartenir à la science-fiction ou devient-elle une éventualité à moyen terme ?

Michel Viso : Je pense qu'on en est très loin. L'annonce de la NASA concerne simplement le fait qu'ils ont trouvé des carbonates et des sulfates, qui correspondent à une période d'humidité sur Mars. Cela a déjà été démontré. C'est intéressant car cela prouve qu'il y a probablement eu de l'eau sur Mars il y a des centaines de milliards d'années. Mais d'envisager que l'homme puisse un jour vivre sur Mars est autre chose. Actuellement il n'y a pas de possibilité d'existence de liquide dans des conditions normales à la surface de Mars. Si Mars a perdu une grande partie de son eau au cours de l'histoire, c'est qu'il y a une raison. Quoiqu'on puisse faire, la quantité d'eau présente sur Mars serait infinitésimale. Avoir un avant-poste sur Mars est envisageable, mais dans tous les cas on apporterait des choses entièrement dépendantes de la Terre. Il est donc difficile d'affirmer qu'il y a eu de la vie sur Mars,et encore plus difficile d'imaginer une colonisation d'une branche terrestre qui vivrait en autonomie sur Mars.

Pourrait-on imaginer des systèmes fermés et dépendants s'inspirant par exemple des bases scientifiques en Antarctique ?

Il y a les conditions martiennes telles qu'elles existent : une fois qu'on a créé une ville en habitat étanche, on peut faire certaines choses dedans, dont tenter de vivre en autarcie. Par contre, on sait recycler entre 95 et 98 % des eaux grises et noires (eaux de lavage..). On peut donc recycler ces eaux et les faire passer à travers un filtre pour en faire quelque chose. On peut donc l'envisager. Mais on ne peut pas manger qu'un aliment sans risquer de graves carences : il faudrait donc imaginer organiser des cultures sur Mars mais il faudrait qu'elles fonctionnent en structures fermées, bien qu'il faille apporter un certain nombre d'appareils technologique sur place (glace, plastique,béton..). On a toujours le rêve d'une ville en béton sur Mars, mais quand on voit la réalité, rien ne justifie de pouvoir envisager de tels projets. On ne peut pas faire en quelques mois ou quelques années ce qui s'est réalisé en trois siècles sur Terre. On est quand même assez loin de ces ressources sur Mars, dont les gens parlent beaucoup mais pour l'instant les conditions martiennes sont telles que c'est extrêmement compliqué. Il faut apporter les hommes et les choses, mais aussi les renvoyer sur Terre. Or, actuellement, on ne sait pas encore renvoyer 500 grammes d'échantillon de matière.

Qu'en est-il de l'exploitation des ressources ? Peut-on l'imaginer sous peu ?

C'est totalement illégal. Le traité de l'espace de 1967 qui a été ratifié par la plupart des pays a déclaré que l'ensemble de l'Univers hors la Terre était le bien commun de l'humanité, et que par conséquent on ne pouvait pas se l'approprier. Ce sont les Etats qui sont responsables des actions de leur pays. On peut toujours dire qu'on va changer la loi, mais il faut rappeler que ce traité a été fait afin de démilitariser l'Espace et éviter que certains déclarent propriété sur certaines parties de l'Univers. Par exemple, les Américains souhaiteraient déclarer monument national le premier pas de l'homme sur la Lune, mais ce serait faire acte de propriété, et c'est donc un sujet polémique. Cependant, il est possible de garder la propriété des objets qu'on a apporté et ramené des expéditions, mais personne n'a la propriété du ciel.

Propos recueillis par Théophile Sourdille

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

02.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

03.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

04.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

05.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

06.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Ferdinand_Pecora
- 17/03/2013 - 20:14
L'exploration spatiale: objectif commun de l'humanite
Comme l'a dit Jacques Cheminade pendant la présidentielle 2012, exploration spatiale nécessite un changement de paradigme économique. C'est la que la stricte séparation des banques (Glass-Steagall Act) au niveau international prend tout son sens : si l'ensemble des États-nations reprennent le contrôle du crédit productif public circulant dans un systeme de banques dédié exempt de jeux speculatifs, alors ils peuvent travailler à ce genre de grands projets ensemble.
bd
- 17/03/2013 - 14:48
Vouloir coloniser Mars est absurde, dispendieux... et criminel!
1) Mars est situé entre la Terre et la ceinture d'astéroïdes située entre Mars et Jupiter.
Mars est donc plus vulnérable aux catastrophes générée par les géocroiseurs (grosse météorites léthales comme celle qui a provoqué l'extinction des dinosaures sur terre) martiens.
De plus, située entre la Terre et la ceinture, Mars "prend" une partie des météorites qui pourraient heurter la terre.
Les terraformeurs zélés sont-ils prêts à faire prendre ce risque à une nouvelle civilisation à y implanter?

2) Les pousières Martiennes est quasiment aussi dangereuses et corrosives que sur la lune.
Silicose garantie à l'inhalation de ces poussières vierges de toute érosion.
Eh oui! Notre vieille Terre a eu quelque millions d'années d'érosion pour adoucir, arrondir et neutraliser chimiquement la majorité de nos poussières.

3) Si c'est pour l'exploitation, mieux vaut aller sur la lune ou les astéroïdes où la pesanteur -et donc le coût- est moindre.

Conclusion : Maitrisons l'espace proche avant d'envisager la colonisation.
Pour coloniser l'espace, il faut un saut technologique qui divise par au moins 10 le coût de l'accès à l'espace.
QuadPater
- 17/03/2013 - 11:57
Il y a des centaines de milliards d'années...
... l'Univers n'existait pas. Alors Mars, hein...
Remplacer "milliards" par "millions".