En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
La lutte contre le sida se poursuit.
Espoirs
Où en est la recherche contre le sida ?
Publié le 16 mars 2013
Quatorze Français sont parvenus à contrôler le VIH sans médicament, après quelques années de traitement. L'occasion de faire un point sur l'état de la lutte contre le sida.
Laurent Hocqueloux est médecin, spécialiste des maladies infectieuses au CHR d'Orléans.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Hocqueloux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Hocqueloux est médecin, spécialiste des maladies infectieuses au CHR d'Orléans.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quatorze Français sont parvenus à contrôler le VIH sans médicament, après quelques années de traitement. L'occasion de faire un point sur l'état de la lutte contre le sida.

Atlantico : Une étude française publiée dans une revue scientifique américaine ce jeudi indique que 14 patients français sont parvenus à contrôler le VIH sans médicament, après quelques années de traitement. Récemment  aux Etats-Unis, des chercheurs annonçaient la guérison apparente d'un enfant contaminé par le VIH à la naissance. Que faut-il penser de ces "quasi-guérisons" ?

Laurent Hocqueloux : Pour le cas américain, c’est la première fois que l’on démontre un cas de guérison fonctionnelle chez un enfant. Mais les médecins n’ont pas le recul suffisant, d’au moins un an, qui fait partie de nos critères de guérison en France. On sait qu’un certain nombre de patients qui ont été traités et qui arrêtent leur traitement peuvent contrôler le virus pendant quelques temps. Jusqu’à un an, il y a cependant beaucoup d’évolutions donc même si l’enfant américain semble être sur la bonne voie, nous préférons attendre qu’il soit âgé d’au moins un an pour être certain de sa guérison.

Pour les cas français, ce ne sont pas les premiers rapportés. Nous connaissons notamment cinq cas, étudiés il y a quelques années. Mais c’est la première fois que l’on apporte des données sur une cohorte de patients. Une étude sur plus de dix personnes, cela commence à être solide d’un point de vue scientifique. L’étude vient d’être publiée dans une revue américaine, mais nous avions déjà parlé de ces cas l’an dernier lors d’un congrès international. Nous mettons ici en évidence que certains patients - qui ne sont pas prédisposés à contrôler de manière naturelle le VIH – grâce au traitement, sont capables de le faire par la suite. C’est une piste importante si l’on arrive à comprendre ce qui s’est passé chez ces patients, pour éventuellement imaginer des traitements plus efficaces, améliorer la vaccination. Nous aurons besoin d’au moins un an ou deux pour vérifier nos hypothèses. Jusqu’à présent, le mécanisme reste inconnu. D’ailleurs, nous venons d’envoyer une demande de refinancement auprès de l’ANRS (Agence nationale de recherche sur le sida et les hépatites virales) pour continuer nos études auprès de ces 14 patients qui sont accompagnés de quelques autres. Après cette publication très médiatisée, je pense que les quelques 150 000 euros dont nous avons besoin devraient nous être accordés. Ainsi, nous pourrons continuer à les suivre et savoir si, d’années en années, les patients continuent à être "contrôleurs". Ce sera l’occasion de faire diverses analyses que nous n’avions pu réaliser jusqu’alors.

Et sans parler de guérison, comment vit-on aujourd'hui lorsqu'on est séropositif ?

Aujourd’hui, des recherches sont en cours pour mettre en place un vaccin. L’un à l’ANRS, l’autre à Marseille. Ils ne ciblent pas les mêmes patients mais l’un comme l’autre n’ont obtenu jusqu’alors de résultats. Pas plus outre-Atlantique d’ailleurs malgré une trentaine d’années de recherches.

J’ai l’impression, moi qui ait connu l’époque des traitements très lourds – d’ailleurs c’est pour cette raison qu’on les a arrêté il y a dix ans –, qu’il y a eu une amélioration considérable de la tolérance aux traitements, de la facilité de la prise des trithérapies antirétrovirales car certains patients prennent même seulement un comprimé par jour. Il reste bien évidemment des effets secondaires, mais comparés à ceux subis jusqu’à il y a une dizaine d’années, les progrès sont spectaculaires. Les malades que je suis ont un travail, sont mariés, ont des enfants… C’est une maladie qui est devenue chronique et avec laquelle, en dehors de l’aspect psychologique, on vit désormais plutôt bien.

Où en sommes-nous dans les traitements ?

Aujourd’hui, si le patient est déterminé et accepte bien le médicament qu’on lui propose, il y a une efficacité complète du traitement. S’il ne le supporte pas en revanche, nous disposons de plusieurs alternatives qui permettent toujours de trouver une solution adaptée. Après, certains patients ne seront pas capables d’accepter le traitement, comme pour une hypertension ou un diabète : il faut prendre le traitement quotidiennement et ce, toute la vie.

En 1996, on a vu arriver les premières trithérapies. Le traitement avec un seul comprimé par jour a quant à lui été introduit en 2009. L’année dernière enfin, un nouveau comprimé unique a vu le jour. Deux ou trois autres feront leur arrivée dans les prochaines années. Désormais le but est de proposer plusieurs associations de médicaments en un seul comprimé pour tenter de convenir à tous les malades.

La guérison ne passe-t-elle pas également par plus de prévention et d’information ?

Des progrès sont à faire du côté des médecins qui doivent proposer plus souvent le dépistage. Du côté de la population, les plus jeunes ont une certaine facilité à se diriger vers les centres de dépistage. En revanche, leurs aînés et principalement les hommes hétérosexuels, passés la trentaine, sont très difficiles à convaincre. Actuellement, nous évaluons quelques 35 000 séropositifs qui s’ignorent. Un chiffre qui a baissé depuis la fin des années 2000. En effet, depuis, il y a eu une campagne de sensibilisation auprès des médecins généralistes pour les inciter à faire du dépistage, parfois même au sein du cabinet, par des procédés rapides mais efficaces. Ainsi une partie, pas encore suffisante – certes -, des médecins s’est responsabilisée.

Quels sont les réussites et les échecs dans la lutte contre le sida ?

Les progrès sont majeurs car il y a énormément de recherches grâce aux laboratoires pharmaceutiques. Les progrès décevants, ce sont les vaccins…même si les traitements sont de mieux en mieux supportés.

Le revers de la médaille, c’est la stabilité déconcertante du nombre d’infections. On peut l’expliquer par l’attitude insouciante des gens qui ont moins peur d’être malades aujourd’hui puisqu’ils se disent qu’à l'heure actuelle, de nombreux traitements leur permettront de vivre en stabilisant la maladie. On voit malheureusement que le nombre de personnes infectées parmi les homosexuels s’est stabilisé alors que, sur plusieurs années de suite, on voit que le nombre de cas déclaré a globalement baissé...

Très important : tant qu’aucun marqueur précis ne nous permet de savoir quels sont les patients qui parviennent à contrôler la maladie sans médicaments, il est formellement déconseillé à tous les séropositifs d’arrêter leur traitement. Car sans le traitement, la rechute est assuré…

 

Propos recueillis par Mathilde Cambour

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires