En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

04.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage

07.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 1 heure 42 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 2 heures 18 min
light > Justice
Mystérieuse affaire
Ils abandonnent leur fille adoptive et déménagent au Canada
il y a 2 heures 47 min
décryptage > Justice
Enquête virage

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

il y a 4 heures 9 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 5 heures 56 min
pépites > France
Une nouvelle grogne des Gilets jaunes ?
Un possible retour de la taxe carbone est envisagé
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Société
Tribune

Quelques bonnes raisons de promouvoir le travail post retraite

il y a 9 heures 34 min
décryptage > Politique
unification des forces ?

Rencontre Macron-Conte en Italie : mais à quoi peuvent aboutir les discussions entre partis attrape-tout ?

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Economie
un non-dit dans ses déclarations

Politique fiscale : ce que la France pourrait faire pour répondre aux appels du pays de Mario Draghi

il y a 10 heures 20 min
décryptage > High-tech
navigateur internet

Faut-il faire confiance aux promesses de protection accrue de la vie privée faites par Firefox ?

il y a 10 heures 46 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 2 heures 18 sec
light > Santé
santé publique
L'Etat de New York interdit les cigarettes électroniques aromatisées
il y a 2 heures 28 min
pépites > Religion
sondage
L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France
il y a 4 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 5 heures 46 min
chocs culturels
Une loi interdisant de manger des chiens est bloquée au Royaume-Uni
il y a 7 heures 36 min
pépite vidéo > Environnement
climat
Greta Thunberg rencontre Barack Obama
il y a 8 heures 32 min
décryptage > Style de vie
Wikiagri

Envie de vous calmer ? Après les bars à chat, la ferme aux chameaux

il y a 9 heures 45 min
décryptage > Société
immigration

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

il y a 10 heures 8 min
décryptage > Santé
mortalité

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

il y a 10 heures 28 min
décryptage > Style de vie
C’est arrivé près de chez vous

Le pays champion du monde en termes de durabilité alimentaire est…

il y a 11 heures 7 min
© Wikimédia
Selon Mediapart, des textes de réforme de la Constitution devraient être présentés mercredi en Conseil des ministres.
© Wikimédia
Selon Mediapart, des textes de réforme de la Constitution devraient être présentés mercredi en Conseil des ministres.
Article 68 alinéa 1 ...

Une réforme constitutionnelle à minima ... mais alors pour quoi faire ?

Publié le 13 mars 2013
Des textes de réforme de la Constitution devraient être présentés mercredi en Conseil des ministres. Sans révolutionner le fonctionnement des institutions, ces révisions représentent un exercice technique et politique... qui n'est jamais sans conséquences.
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Didier Maus est professeur à l'université Paul Cézanne Aix-MarseilleIl est l'auteur de nombreux ouvrages de droit constitutionnel.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des textes de réforme de la Constitution devraient être présentés mercredi en Conseil des ministres. Sans révolutionner le fonctionnement des institutions, ces révisions représentent un exercice technique et politique... qui n'est jamais sans conséquences.

Atlantico : Des textes de réforme de la Constitution devraient être présentés mercredi en Conseil des ministres. Plusieurs révisions sont envisagées : suppression de la cour de justice de la République, réforme du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), dialogue social inscrit dans la Constitution, fin du statut de membres de droit du Conseil constitutionnel des anciens présidents de la République et interdiction pour un ministre d’exercer un mandat d’exécutif local. Quelles peuvent-être les conséquences concrètes de chacune de ces révisions ?

Sur la suppression de la Cour de justice de la République :

Didier Maus : Il va être nécessaire d’inventer une autre procédure pour juger les ministres poursuivis pour des crimes ou délits commis dans l’exercice de leurs fonctions. Il est difficilement imaginable qu’ils relèvent purement et simplement du tribunal correctionnel ordinaire. Il est peut-être possible de créer, à l’intérieur des juridictions judiciaires, une juridiction spéciale avec un nombre plus important de juges ou de confier ces cas directement à la cour d’appel. Il existe bien en matière de terrorisme une cour d’assises spéciale, composée uniquement de magistrats professionnels. On peut imaginer diverses solutions. Attendons de voir le projet.

Sur la réforme du Conseil supérieur de la magistrature (CSM) :

Il s’agit de modifier la composition et le rôle du CSM. L’objectif est de rendre la justice plus indépendante ou du moins d’éviter les suspicions qui, parfois, pèsent sur elle. Il convient à la fois d’éviter le corporatisme et des choix trop politiques.

Sur le dialogue social inscrit dans la Constitution :

Il s’agit d’une ancienne demande de certains partenaires sociaux. Elle consiste à reconnaître le rôle politique du dialogue social et d’une certaine manière à instituer une démocratie sociale. Cela se heurte à la doctrine traditionnelle qui attribue au Parlement la totalité de la représentation et des responsabilités. On voit bien, en ce moment, que la transposition législative de l’accord social du 11 janvier 2013 pose la question du pouvoir effectif du Parlement et suscite des réactions, notamment à gauche de la Gauche et chez les syndicats non signataires. Il sera sans doute utile de renforcer le rôle du Conseil économique, social et environnemental.

Sur l'interdiction pour un ministre d’exercer un mandat d’exécutif local : 

Il s’agit purement et simplement de constitutionaliser la pratique des gouvernements Jospin et Ayrault. C’est souhaitable. Un ministre ne doit avoir dans la tête que les intérêts de son appartenance au gouvernement et être disponible 7 jours sur 7, même si, dans les faits, il lui sera impossible d’oublier ses anciennes fonctions locales. C’est cohérent avec la limitation du cumul des mandats pour les parlementaires.

Sur la suppression des anciens présidents de la république du Conseil constitutionnel : 

Il s’agit d’une demande récurrente depuis une vingtaine d’années. Le rôle du Conseil constitutionnel a considérablement évolué depuis 1958. Il est devenu une juridiction constitutionnelle travaillant à temps plein. La présence des anciens Présidents de la République est très liée au contexte de 1958. Il s’agit d’une curiosité historique. Il ne serait pas absurde de prévoir un autre statut pour les anciens Présidents de la République. Si cette révision est votée et même si elle ne s’applique aux actuels anciens Présidents, il serait logique qu’ils se l’appliquent d’eux-mêmes. Le Conseil constitutionnel aurait tout à y gagner.

Pourquoi ne pas conduire ces réformes en passant par la loi ? Une révision constitutionnelle était-elle absolument nécessaire ?

Lorsqu'une institution ou une procédure figure dans la Constitution et que l'on souhaite la transformer ou la supprimer, il est nécessaire de réviser la Constitution. C'est le cas de la suppression de la Cour de justice de la République et de la réforme du Conseil supérieur de la magistrature. Il n'est absolument pas possible de faire ces réformes par une loi ordinaire.

La Cour de justice de la République a été instituée par la révision constitutionnelle du 27 juillet 1993 (articles 68-1 et 68-2 de la Constitution) pour remplacer le système d’origine de la Constitution de 1958 qui renvoyait les ministres, en cas de crime ou délit commis dans l’exercice de leurs fonctions, devant la Haute Cour de justice. Indépendamment de considérations de fond, la modification des règles relatives à la responsabilité pénale des ministres nécessite une révision de la Constitution.

Le Conseil supérieur de la magistrature a d’ores et déjà fait l’objet de deux révisons constitutionnelles, l’une le 27 juillet 1993, la seconde (celle en vigueur aujourd’hui) le 23 juillet 2008. Une tentative de révision a échoué en 2000. La modification de sa composition ou des règles de base de ses attributions exige une révision de l’article 65 de la Constitution.

Lorsqu'il s'agit d’ajouter des éléments à des instituions existantes (statut des ministres) ou de modifier l’équilibre des pouvoirs (dialogue social) il est indispensable de modifier la Constitution.

L’article 23 actuel de la Constitution fixe le statut personnel des membres du gouvernement en interdisant le cumul avec un mandat parlementaire ou avec une activité professionnelle, mais laisse la possibilité d’exercer de fonctions électives locales. Limiter encore plus la liberté des ministres nécessite donc une révision de la Constitution.

En ce qui concerne le dialogue social, il s’agit, probablement d’une part de prévoir des mécanismes obligatoires de dialogue et d’autre part de mieux délimiter les champs respectifs de la loi et des accords sociaux. Ici aussi il n’y a pas d’autre solution juridique qu’une révision de la Constitution.

La réforme du statut pénal du chef de l’État ne figurerait pas dans les textes présentés au Conseil des ministres. Le rapport de la  commission « Jospin » de rénovation et de déontologie de la vie publique est-il enterré ?

Par principe les propositions d’une commission, même présidée par M. Jospin, n’engagent ni le Président de la République ni le gouvernement. Elles constituent une base de réflexion, mais sont élaborées dans un contexte qui ne tient guère compte des contraintes et possibilités politiques. La proposition emblématique du rapport Jospin, celle sur la limitation du cumul des mandats des parlementaires, n’est pas oubliée. Elle fera l’objet de projets de loi organique ou ordinaire. On connaît les difficultés juridiques et politiques de sa mise au point et de son calendrier d’application.

La réforme du statut judiciaire du Président de la République, qui est plus vaste que son simple statut pénal, se heurte à de réels obstacles institutionnels et politiques. Accepter que le Président de la République puisse être contraint à témoigner devant un juge d’instruction, sans que cette audition puisse, si nécessaire, déboucher sur d’autres conséquences pénales (témoin assisté, voire mise en examen) risquerait d’être encore plus mal vécu que la situation d’aujourd’hui. Rien n’interdit au Président d’accepter de lui-même d’apporter un témoignage. À lui d’apprécier la comptabilité avec sa charge de Président de la République. On comprendrait donc que la prudence conduise à attendre ; de plus il n’y a véritablement rien d’urgent. 

Le droit de vote des étrangers est également éludé. S’agit-il d’une réforme constitutionnelle a minima faute de majorité politique ?

Les conditions de la révision constitutionnelle sont fixées par l’article 89 de la Constitution. Après un vote identique de l’Assemblée nationale et du Sénat il faut soit organiser un référendum soit convoquer le Congrès du Parlement et y obtenir un vote à la majorité des 3/5 des suffrages exprimés. Il n’y a, aujourd’hui, aucune difficulté pour obtenir un vote concordant des deux assemblées sur le droit de vote des étrangers non membres de pays de l’Union européenne aux élections locales, mais aucune chance, pour l’instant, de recueillir la majorité des 3/5 au Congrès. La voie du référendum est certes possible, mais peu conseillée en l’état des mauvais sondages de popularité du Président de la République et du gouvernement. Dans ces conditions la prudence, ici aussi, conduit à attendre soit que la Gauche devienne encore plus majoritaire au Parlement, soit qu’une partie de l’opposition accepte la réforme sur le vote des étrangers. L’arithmétique parlementaire oblige à être réaliste. Chacun se souvient que la révision constitutionnelle initiée par Nicolas Sarkozy en 2008 n’a été votée au Congrès qu’avec deux voix de majorité.

Le climat politique est tel qu’il n’est pas du tout évident que les quatre sujets évoqués en tête de cette analyse, pourtant peu conflictuels, puissent être adoptés. Il sera nécessaire de faire le bilan après une première lecture dans les assemblées parlementaires. En 1973 le président Pompidou avait proposé de réduire le mandat présidentiel de 7 ans à 5 ans. Après un vote concordant de l’Assemblée nationale et du Sénat il avait abandonné la procédure estimant que le vote du Congrès à la majorité renforcée n’était pas acquis.

Réviser la Constitution n’est pas uniquement une opération de technique juridique ; elle est d’abord une réforme politique. Le pari du référendum de 1962 a été gagné, mais c’est en voulant, à nouveau, réviser la Constitution par référendum que le général de Gaulle, en 1969, à la suite d’un résultat négatif, a démissionné. Ce souvenir sera toujours présent à l’esprit de ses successeurs.

Du point de vue du prestige de la fonction, et par conséquent du prestige de la France, le Président de la République a raison de ne pas prendre des risques inutiles. Un résultat négatif serait automatiquement porté à son passif.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

02.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

03.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

04.

Maladies cardio-vasculaires : l’étude scientifique qui a piégé une bonne partie de la presse

05.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

06.

Manuel Valls danse sur une chanson des Gipsy Kings à son mariage

07.

Un CRS frappe violemment un Gilet Jaune

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

03.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

04.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

05.

Les gènes du gaucher ont été découverts et voilà pourquoi c’est une découverte aux conséquences pratiques importantes

06.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

04.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Le chef de l’organisation météorologique mondiale s’en prend de manière virulente aux extrémistes du changement climatique

Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
choubidou
- 13/03/2013 - 17:28
Cour de justice et commission des requêtes
Et avec la Cour de justice, la suppression de la commission des requêtes qui ne motive pas ses décisions de rejet des plaintes.

Même quand le garde des sceaux mis en cause, ne renvoie pas devant le Csm et les tribunaux ces dizaines de magistrats en bande organisée qui ont garanti 15 ans d’impunité à ce milliardaire, directeur de campagne de F. Mitterrand passé avec 30 Mf à travers le parquet de Paris… et aussi… et aussi … afin de permettre le rapprochement de 2 journaux que vous lisez tous les jours, le juge d’instruction défendant les intérêts économiques de l’un d’eux et se présentant aux législatives pour le PS.

L’un d’eux valide les comptes de campagne. Un autre distribue une certaine médaille. Un autre encore apparait dans une commission chargée de donner des avis sur les pratiques commerciales . Il est certain que la République fonctionne mieux avec des individus qui la sabotent!

Récupérer le non-lieu d’anthologie – 8 lignes 3 erreurs grossières – auprès de Sm Usm et Commissions des lois de l’assemblée et du sénat , tous bien informés depuis un certain nombre d’années.
Ali ce
- 13/03/2013 - 15:40
encore de l'esbroufe
pour ne pas parler de ce qui important, redonner confiance aux entreprises, relancer l'emploi, arrêter de distribuer sans discernement et taxer moins.
On s'en fout, si c'est un ancien président qui est au conseil constitutionnel, celui ci ou un autre, de toute façon, c'est partout le parachutage des copains, aujourd'hui encore un ancien syndicaliste vient d'obtenir la présidence de l'Ademe.
Alors si c'est juste pour mettre des gens sans compétence à un poste pour les remercier autant laisser ce qui est en place, le prix est le même.
unpèreencolère
- 13/03/2013 - 14:25
"blablabla...nous sommes là, on agit !"
Avez-vous constaté des réformes réalisées dans une parfaite globalité, essentiellement quand elles touchent les citoyens lambda que nous sommes ! Pourquoi donc celle-ci serait-elle exempte de ces "tronquages", de ces bricolages, organisés pour nous faire croire que : "blablabla...nous sommes là, on agit !". Pourquoi donc serait-elle exempte de ces "négociations" plus ou moins intègres, dont nous ne sommes pas le sujet de préoccupation ?! Pas de raisons que ça commence un jour, la place est chaude ! Alors pourquoi à minima, exactement, je ne sais pas. Ce dont je suis sûr en revanche, c'est que exclus du débat nous sommes, nous resterons, car si l'élite a des priorités, nous n'en faisons pas partie, ni adultes, ni jeunes, ni personnes âgées. Rien, que neni, nada ! Donc pour nous, le minima persistera ! unpereencolere