En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Le gouvernement souhaite favoriser le biogaz, plutôt que le gaz de schiste.
Plan B
Le biogaz plutôt que les gaz de schiste : la France a-t-elle trouvé une alternative à un mirage énergétique ?
Publié le 12 mars 2013
Le gouvernement souhaite favoriser le biogaz, plutôt que le gaz de schiste pour lequel la France se démarque par l'absence de débat et d'experts. Un choix ambitieux mais risqué.
Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Porcher
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le gouvernement souhaite favoriser le biogaz, plutôt que le gaz de schiste pour lequel la France se démarque par l'absence de débat et d'experts. Un choix ambitieux mais risqué.

Atlantico : Le gouvernement d’Angela Merkel a annoncé mardi 26 février qu'il allait déposer un projet de loi autorisant l’exploitation des gaz de schiste. Alors que la France a souhaité couper court aux débats en interdisant la fracture hydraulique, seule technique d'exploitation aujourd'hui utilisée et accusée d'être polluante, le gouvernement va donner un coup de pouce au biogaz. Avons-nous raison de miser sur ce dernier, alors que d'autres pays ont tendance à aller vers les gaz de schiste ?

Thomas Porcher : Aujourd’hui, en Europe, les décisions politiques sont plus difficiles à prendre car elles doivent tenir compte du réchauffement climatique et des objectifs européens (réduction de 20% des émissions de gaz à effet de serre, augmentation de 20% de l'efficacité énergétique et contribution des énergies renouvelables à auteur de 20%).

Il faut également prendre conscience que les décisions énergétiques sont lourdes de conséquences car elles ont un impact sur plusieurs décennies en raison des investissements qu’elles entraînent. Il suffit de voir aujourd’hui les débats sur la taxation du diesel ou sur le nucléaire, ils proviennent de choix faits il y a une quarantaine d’années. C’est pour cela qu’il ne faut pas se presser. Certes, l’Allemagne a autorisé l’exploitation des gaz de schiste mais ce choix a été influencé par une autre décision : la sortie du nucléaire. Aujourd’hui, notre gouvernement a misé sur la transition énergétique et semble vouloir explorer différentes pistes. Le biogaz, issu de la fermentation de déchets - essentiellement agricoles, mais aussi industriels ou ménagers - en est une. Mais, il faut être conscient que ni le biogaz, ni le gaz de schiste ne nous donneront l’indépendance énergétique.

Le gouvernement a-t-il raison de considérer que les gaz de schiste sont un faux eldorado énergétique ?

Nous avons la chance de bénéficier de l’expérience américaine mais il faut en avoir une grille de lecture juste. Ce que beaucoup de politiques ou experts n’ont pas. Aujourd’hui, aux Etats-Unis, le prix du gaz est autour de 3$ par million de BTU contre 10 $ en Europe principalement grâce à l’exploitation des gaz de schiste.

Mais de nombreuses compagnies, dont Exxon et Total, jugent ce prix trop bas pour que leurs investissements soient durablement rentables. C’est donc une grave erreur de considérer le prix actuel du gaz aux Etats-Unis comme un prix stable. D’ailleurs, le manque d’investissement va entraîner à terme un manque d’offre et les prix remonteront. A cela, il faut ajouter les risques environnementaux. Dans ces conditions pourquoi se presser ? Le gaz ne va pas s’envoler, il reste sous terre.

Quels avantages représentent les biogaz citées ci-dessus ?

Le potentiel du biogaz est encore peu développé en France mais même en exploitant au maximum cette ressource, elle ne pourra couvrir qu’une petite partie de la consommation française de gaz. Actuellement, à l’échelle européenne, la production de biogaz reste marginale et est principalement située en Allemagne et en Grande Bretagne.

Avons-nous des ressources suffisantes pour nous assurer que nous ne paierons pas notre énergie plus chère dans les prochaines années ?

Non, et cela même si nous utilisions nos réserves de gaz de schiste. Car le gaz de schiste ne sera qu’une part du gaz consommé. Or, les tarifs pour le consommateur dépendent également du gaz importé. Par contre, il est vrai qu'une production de gaz locale pourrait être un argument de renégociation des contrats de long terme avec les fournisseurs, mais la baisse de la demande - via la transition énergétique – en est également un.

La France pourrait-elle être stratège, et attendre de voir ce que donnent les explorations des gaz de schiste dans d'autres pays ?

La non-utilisation des gaz de schiste en France n'est pas une perte en soi car le gaz n'est pas perdu, il reste dans notre sous-sol. Les prix du gaz comme ceux du pétrole, sont structurellement orientés à la hausse, et si dans dix ans, le gouvernement décide d'extraire du gaz de schiste, sa valeur sur le marché, et donc sa rentabilité, sera d'autant plus importante. De leur côté, les techniques d'extraction se seront améliorées. Au final, garder le gaz sous terre, c'est un peu comme conserver une épargne avec un très fort taux d'intérêt. C’est également, laisser le choix aux générations futures de l'utiliser si nous échouons dans la transition énergétique.

Propos recueillis par Ann-Laure Bourgeois

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
La taxe carbone va prendre l’avion, très bonne idée, sauf que ceux qui vont payer ne sont pas ceux que l’on croit
05.
Faut-il se résoudre à une situation à l’israélienne alors que le Sahel tend à devenir un nouvel Afghanistan ?
06.
La République des taxeurs fous se porte bien
07.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
06.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
prochain
- 12/03/2013 - 17:14
Les prix remonteront aux USA
Parce qu'ils vont exporter du gaz liquéfié au Japon, Chine etc. où le prix est 4-5 fois plus élevé, les projets de terminaux et d'usines de liquéfaction sont déjà en route. Les grands chimistes (Dupont, Dow...) grands consommateurs de gaz naturel (éthylène, fertilisants...) et les emplois font mouvement vers le Texas.
jerem
- 12/03/2013 - 16:22
@ Apicius - 12/03/2013 - 11:27
quel altruisme. on vous souhaite de bien vous faire ponctionner avant votre départ
jerem
- 12/03/2013 - 16:19
le gaz de schiste ne partira pas
comme ni la suisse , ni l'italie n'ont annoncé qu'elles comptait pomper en sous sol les masses "astronomiques" sous les terres francaises .... on va regarder les dégats au texas et meme leur vendre des techniques à l'essai , ici ou ailleurs , avant de les mettre en pratique sur la terre de Moliere