En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Il est quasiment impossible de simuler un sourire...
:-)
Pourquoi sourire est la chose la plus importante que vous puissiez faire dans votre journée (et pas seulement pour être agréable)
Publié le 11 mars 2013
Et pourquoi nous sommes presque tous incapables de simuler un sourire...
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et pourquoi nous sommes presque tous incapables de simuler un sourire...

Combien de fois sourit-on par jour ? Impossible de la dire tant cela dépend des personnalités et des moments de la journée. La plupart du temps, nous sourions pour exprimer le plaisir, mais le sourire est une manifestation physique bien plus complexe qu'il n'y paraît : il ne s'agit pas seulement de la contraction de plusieurs muscles (ceux aux deux coin de la bouche et ceux autour des yeux). "Le sourire provient d'une vibration qui associe la joie et la terreur, l'émerveillement et l'effroi", écrit Patrick Drevet dans son essai Le Sourire. "Contrairement au rire, qui préoccupe les chercheurs depuis une vingtaine d’années, peu d’études ont été consacrées à la plus subtile des expressions humaines", rappelle le site Psychologies.

Le neurologue français Guillaume Duchenne de Boulogne fut un des premiers scientifiques à étudier le sourire, dans les années 1860. Duchenne utilise notamment l'électricité comme instrument d'expérimentations physiologiques. L’usage du courant alternatif lui permet de stimuler avec précision un seul faisceau musculaire à la fois. Ses expérimentations électriques lui permettent de conclure qu'un vrai sourire de bonheur est formé non seulement par les muscles buccaux mais aussi par les muscles oculaires. Ces sourires "authentiques" sont nommés "sourires de Duchenne" en son honneur. Sa grande originalité est d'avoir aussi eu un souci artistique. Photographe, il a méticuleusement recensé toutes les expressions possibles du visage en se servant comme modèle d'un homme aux traits paralysés. C'est à l'aide de l'électricité que les expressions étaient obtenues, souligne le site The Atlantic.



De ses expériences, Duchenne conclut que les muscles buccaux obéissent à la volonté, contrairement aux muscles oculaires. "Le muscle autour des yeux ne peut être activé que par un vrai sentiment, ou une émotion agréable. Son inertie démasque un sourire feint", explique Duchenne. Une découverte confirmée au XXe siècle par le psychologue américain Paul Ekman. La plupart d'entre nous sont incapables de simuler un sourire des yeux. Conclusion : si vous faites un déjeuner d'affaires et que votre interlocuteur vous sourit, mais que vous ne savez toujours pas s'il vaut mieux signer le contrat qu'il vous propose, regardez les petites lignes au coin de ses yeux. Si vous décelez des pattes d'oies, c'est que son sourire est sincère. Si ce n'est pas le cas, il se pourrait bien que votre nouvel associé ne soit pas aussi sympa qu'il n'y paraît. A noter que les yeux ne mentent pas moins si le visage de la personne est bourré de botoxé, précise The Atlantic.

Ce que nous voyons influence grandement le fait de sourire ou non. Mais pas obligatoirement. Les scientifiques ont découvert que nous n'avons pas besoin d'informations visuelles pour sourire. Les travaux de Darwin ont par exemple prouvé que les aveugles sourient au même moment que les autres personnes au cours d'une conversation. Il est bien évidemment possible de sourire lorsqu'on est seul, mais les rapport sociaux augmentent leur fréquence : en moyenne, nous sourions six fois plus dans des contextes sociaux.

La complexité du sourire peut aussi s'apprécier en examinant les réactions de ceux qui ne peuvent pas le faire normalement. Les personnes qui ont subi des dommages au cerveau sont parfois incapables de sourire sur demande, mais sourient parfois involontairement à des blagues. Inversement, les patients atteints de la maladie de Parkinson parviennent à sourire quand on leur demande de le faire, mais ont parfois de mal à sourire à une blague qui les a fait rire.

Plus de sourires permet-il un mariage heureux ou une espérance de vie plus longue ? Des études ont bien montré qu'il existait de tels liens, mais comment les expliquer ? Le stress est probablement la clé. Des chercheurs ont récemment cherché à connaître l'effet des sourires sur le stress, rappelle Futura Sciences. Autre exemple de la complexité du sourire : les personnes les plus sociales sont aussi les moins déprimés. Est-ce une coïncidence ? Les scientifiques ne sont pas encore parvenus à le déterminer. Mais comme l'a dit l'écrivain américain Edward E. Kramer : "N'attendez pas d'être heureux pour sourire, souriez plutôt afin d'être heureux".

Atlantico a interrogé Miche Fize, chercheur au CNRS en sociologie. Auteur d'une vingtaine d'ouvrages, consacrés notamment à l'adolescence et à la famille, il est l'auteur de Faites l'humour, pas la gueule : La fonction sociale du rire aux Editions de l'Homme, 2010.

Atlantico : Le sourire apparaît comme une manifestation physique extrêmement complexe. Socialement, comment l'expliquer ?

Michel Fize : Contrairement au rire, il existe très peu de travaux sur le sourire. Dans mon livre Faites l'humour, pas la gueule : La fonction sociale du rire (2010), j’aborde la notion de sourire par son étymologie : au sens propre, le sourire, c’est ce qui est sous le rire. C’est en quelque sorte son amorce. Bien évidemment, le sourire ne s’inscrit pas systématiquement dans une étape qui consiste à déclencher le rire : le sourire possède, en soi, ses propres vertus. Il peut s’agir d’une manifestation de joie, c’est parfois un signe d’approbation au cours d’une conversation, il peut aussi s’agir d’un sourire moqueur… Le sourire est une manifestation complexe qui doit être décodée socialement.

Le sourire est donc avant tout social ?

Oui, et étant donné qu’il est social, le sourire est parfois "automatique", construit et élaboré. Le sourire obéit aussi à des codes sociaux. C’est un geste comme un autre qui vient parfois s’additionner à d’autres gestes, tout simplement pour communiquer avec autrui.

D’ailleurs, certains animaux sourient (voire rient). Ces sourires animaliers n’ont sont pas vraiment au sens humain où nous le pratiquons : il s’agit plutôt de signaux instinctifs pour manifester la peur ou la soumission par exemple. Mais comme nous, il s’agit d’une manière de communiquer et de signaler un sentiment.

Comment expliquer qu'on sourit plus souvent en société que seul ?

Il est évident que, comme le rire, le sourire a une fonction sociale. On peut sourire seul, par exemple en regardant un film comique. Mais s’il n’y a pas de support pour expliquer votre sourire, et que vous souriez dans votre coin, on risque de s’interroger sur votre état de santé ! On parle d’ailleurs du rire des fous…

Encore une fois, c’est principalement en société que le sourire à son rôle le plus important. Bien conçu, le sourire fait partie des modes de sociabilité qui entraînent la convivialité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Peut-on encore s’enrichir autrement qu’avec l’immobilier en France ?
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
France stratégie : le gaité fonction publique s’enferme dans ses dénis sur la dépense publique
05.
France/Allemagne, le match éco ou la preuve par 4 de l’inefficacité de la politique économique d’Emmanuel Macron
06.
Pourquoi la trahison d'Emmanuel Macron envers François Hollande pourrait bien lui revenir en boomerang le jour où il aura besoin d'appuis...
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Anemone
- 10/03/2013 - 08:32
ET...
... Les sourires de Normal 1er?

Ces sourires que je qualifierai de "niais" ou de "ravi de la crèche" (excusez moi @Ravidelacrèche, mais je suppose que votre pseudo est justement du à cet humour que j'apprécie vis à vis de Normalus)

Ont-ils une "fonction sociale" (celle de me faire fuir), ou bien expriment ils la satisfaction narcissique de Soi-Moi-Je-Suis-Le Meilleur-Le--Plus -Grand?

----"Bien conçu, le sourire fait partie des modes de sociabilité qui entraînent la convivialité."
OK, c'est que Normal 1er les conçoit mal, ses sourires. Il devrait les faire faire par une mère porteuse, avec choix des gamètes sur catalogue.
Parce que, côté concubinage, l'a pas fait les bons choix non plus...
-L'une a le sourire benêt et l'autre le sourire carnassier. Pas franchement conviviaux, les sourires.

A part cela, j'ai bien aimé l'article.
bagad
- 10/03/2013 - 08:32
du jour où...
j'ai décidé d'avoir un visage souriant dans les lieux publics, vous n'imaginez pas le nombre de gens qui me sourient en me voyant.
c'est tout et c'est tantvmieux !
Ravidelacreche
- 09/03/2013 - 15:39
"sourires de Duchenne"
et les rires de Dugland ?