En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 10 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 11 heures 13 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 13 heures 27 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 15 heures 13 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 15 heures 46 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 16 heures 6 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 16 heures 20 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 4 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 11 heures 19 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 15 heures 30 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 15 heures 57 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 16 heures 28 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 16 heures 43 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
Toujours plus haut !

Les records à Wall Street reflètent-ils vraiment l'état de l'économie américaine ?

Publié le 11 mars 2013
L'indice phare de la place financière de New York a atteint le plus haut niveau de son histoire cette semaine. Faut-il s'en réjouir ou s'en inquiéter ?
Alexandra Estiot est économiste, spécialiste des Etats-Unis chez BNP Paribas.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandra Estiot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alexandra Estiot est économiste, spécialiste des Etats-Unis chez BNP Paribas.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'indice phare de la place financière de New York a atteint le plus haut niveau de son histoire cette semaine. Faut-il s'en réjouir ou s'en inquiéter ?

Atlantico :  Le Dow Jones, l'indice phare de la bourse de New York, a atteint son plus haut niveau historique mardi. Son précédent record datait de 2007, soit avant le déclenchement de la crise financière puis économique. Que traduit ce nouveau record sur l'état de l'économie américaine ?

Alexandra Estiot : Certes, l’indice Dow Jones a atteint un plus haut historique, mais il faut tout de même relativiser, car si l’on tient compte de l’inflation, on reste sous les niveaux atteints en 2000. Cela dit, l’amélioration est notable, et en ligne avec l’amélioration du résultat des entreprises américaines, sous le jeu de forts gains de productivité ayant permis de réduire les coûts unitaires de production et ainsi, d’améliorer la compétitivité des entreprises exportatrices, qui ont aussi bénéficié du repli du dollar. Par ailleurs, les perspectives pour l’économie américaine s’améliorent, avec notamment un marché immobilier assaini.

La Fed, la banque centrale américaine, a lancé un programme de "planche à billets" de 600 milliards de dollars en 2010 en plus d'un programme de 40 milliards de dollars par mois pour une durée illimitée. Les résultats de la bourse de New York ne sont-ils pas le reflet "artificiel" de cette injection de liquidités massive ?

Les différentes vagues d’assouplissement quantitatif ont effectivement consisté à l’achat de titres longs par la Fed grâce à la création monétaire. Mais il n’y a rien d’artificiel à ce type de politique. Une banque centrale cherche toujours à orienter les taux d’intérêt à long terme. Lorsque les conditions économiques sont "normales", les décisions sur les taux courts influencent les anticipations du niveau dans le futur de ces mêmes taux courts, et par là, le niveau des taux longs. Lorsque les taux courts s’approchent de zéro, on ne peut plus utiliser leur baisse pour abaisser, ou maintenir bas, les taux longs : il n’y a alors d’autres choix que d’intervenir directement sur ces marchés.

En assurant que les taux d’intérêt resteront bas pour longtemps, la Fed envoie un signal aux investisseurs : le rendement est ailleurs. Cette politique incite ainsi à une prise de risque alors même que les conditions économiques restent incertaines, permettant aux entreprises de se financer à moindre coût. L’idée est donc bien de soutenir l’investissement. Bien entendu, un univers de taux trop bas trop longtemps conduit à une mauvaise estimation des risques et souvent à la formation de bulles. Mais les officiels de la Fed veillent bien davantage à ce type de dérive que dans le passé, et constatent, qu’actuellement, les risques potentiels sont très limités au regard de celui qui pèserait sur l’économie si la politique monétaire venait à devenir restrictive prématurément.

Démocrates et républicains ne sont pas parvenus à un accord sur le séquestre budgétaire. Résultat, plus de 80 milliards de coupes budgétaires sont entrées en vigueur. Au-delà des effets récessifs connus, l'économie américaine peut-elle se permettre de tels soubresauts ?

Il ne faut pas trop s’inquiéter des baisses de dépenses automatiques entrées en vigueur le 1er mars dernier. En premier lieu, une loi de financement (continuing resolution) doit être votée avant le 27 mars prochain afin d’assurer le financement de l’État fédéral jusqu’à la fin de l’actuel exercice budgétaire (30 septembre). Ceci pourrait constituer l’occasion de recalibrer ces baisses de dépenses automatiques vers des coupes plus ciblées, et pourquoi pas une hausse des recettes. Par ailleurs, le montant de ces baisses reste limité, et les effets sur l’économie devraient être limités, réduisant la croissance de moins d’un demi-point de PIB.

En réalité, les baisses de dépenses cette année sont moindres que celles mises en place l’année dernière, alors que la pression au niveau des finances des Etats et collectivités locales se lèvent. En résumé, les finances publiques américaines prises dans leur globalité pèseront moins sur la croissance, alors que les fondamentaux de l’économie réelle sont meilleurs qu’au cours des toutes dernières années. Un moindre poids sur une économie plus dynamique ne devrait donc pas avoir d’effet notable sur l’économie américaine, et encore moins sur celle de la zone euro.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
boblecler
- 10/03/2013 - 11:43
En 2007, il n'y a pas que
En 2007, il n'y a pas que Lheman BROTHERS qui