En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
Bonnes feuilles
La réunification de l'Allemagne a coûté cher au reste de l'Europe
Publié le 02 mars 2013
Guillaume Duval raconte que l'Allemagne a échangé l'accord de la France sur la réunification contre la création de la monnaie unique. La première est intervenue en 1990 tandis que la seconde n'a été créée qu'en 1999. Extrait de "Made in Germany" (1/2).
Guillaume Duval est rédacteur en chef du mensuel Alternatives économiques, auteur de La France ne sera plus jamais une grande puissance ? Tant mieux ! aux éditions La Découverte (2015) et de Made in Germany, le modèle allemand au-delà des mythes aux...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Duval
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Duval est rédacteur en chef du mensuel Alternatives économiques, auteur de La France ne sera plus jamais une grande puissance ? Tant mieux ! aux éditions La Découverte (2015) et de Made in Germany, le modèle allemand au-delà des mythes aux...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Duval raconte que l'Allemagne a échangé l'accord de la France sur la réunification contre la création de la monnaie unique. La première est intervenue en 1990 tandis que la seconde n'a été créée qu'en 1999. Extrait de "Made in Germany" (1/2).

"Si la réunification n'a pas eu que des aspects négatifs pour l'économie allemande, elle en eut par contre beaucoup pour celle de ses voisins. La façon très excessive dont la Bundesbank a réagi au petit regain d'inflation suscité par ce processus au début des années 1990 a en effet cassé l'activité non seulement en Allemagne, mais dans toute l'Europe, causant la récession de 1993. Combinée aux fameux critères de Maastricht, les contraintes fixées par ce traité européen pour la construction de la future monnaie européenne, cette politique monétaire non coopérative a fait de toute la décennie 1990 une décennie perdue non seulement pour l'économie allemande, mais pour l'ensemble de l'économie européenne. Du coup, les années 1990 ont laissé des traces quasiment aussi négatives dans les comptes publics allemands qu'ailleurs en Europe et notamment en France : sous l'impact de la réunification, la dette publique brute allemande est montée de 36% du PIB en 1991 à 60,2% en 2000, en surplus de 24 points, mais, dans le même temps, la dette publique française a elle aussi augmenté de 36% du PIB en 1991 à 57,4% en 2000, 21 points de plus. En ce sens, le coût de la réunification allemande a été largement partagé avec ses voisins.

Comment s'explique un tel parallélisme ? L'Allemagne avait échangé l'accord de la France sur la réunification contre la création de la monnaie unique, mais la première est intervenue en 1990 tandis que la seconde n'a été créée qu'en 1999. Entre-temps, le Deutsche Mark a conservé son rôle incontesté de monnaie pivot du système monétaire européen et la Bundesbank a continué à donner seule le la en matière de politique monétaire.

Le boom de l'activité engendré en Allemagne par la réunification et la reconstruction de l'Allemagne de l'Est avait déclenché une petite poussée d'inflation : le rythme de la hausse des prix qui n'était que de 1,3% par an en 1988 était progressivement monté jusqu'à 5,1% en 1992. Un niveau insupportable aux yeux de la Bundesbank. Du coup, elle a poussé ses taux vers des sommets : elle a fait passer ainsi les taux d'intérêt à court terme qui n'étaient que de 4,3% en Allemagne en 1988 à 9,5% en 1992. Le tout sans aucune concertation avec ses partenaires européens. En France, pendant ce temps, l'inflation qui était de 2,7% en 1988 était tombée à 2,4% en 1992. Toutefois, le traité de Maastricht, contrepartie de l'accord français et européen à la réunification, signé 1992, organisait le processus devant conduire à la monnaie unique.

Une des conditions fixées pour cela était la stabilité des taux de change entre les monnaies devant former ultérieurement l'Union monétaire. Les autorités françaises qui venaient d'obtenir l'accord du gouvernement allemand pour aller vers l'Union monétaire ne voulurent courir aucun risque de mettre ce projet en péril en laissant filer le taux de change du franc contre le Deutsche Mark. Du coup, bien que le niveau d'inflation fût plus de deux fois plus faible en France qu'en Allemagne, les taux d'intérêt à court terme furent poussés par la Banque de France jusqu'à 10,4% en 1992 pour éviter la fuite des capitaux vers l'Allemagne. Et la dynamique fut analogue dans toute l'Europe : en moyenne, les taux d'intérêt à court terme montèrent brutalement à 11,2% en 1992 dans l'ex-Europe à 15 bien que l'inflation n'y soit que de 4,7 %. Cette année-là, sous la pression de la politique imposée unilatéralement par la Bundesbank à tous les voisins de l'Allemagne, les taux d'intérêt réels, c'est-à-dire une fois l'inflation déduite, ont atteint partout en Europe des sommets historiques sans précédent. Du fait de la faible inflation dans le reste de l'Europe, ces taux étaient même  significativement plus élevés en dehors de l'Allemagne."


Extrait de "Made in Germany", éditions Seuil.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
06.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
07.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
kettle
- 03/03/2013 - 16:16
Les allemands ont payé pour le ré-unification
Combien les francais ont payé pour leur ré-unification avec le Maghreb?

vangog
- 03/03/2013 - 14:46
Les allemands ont payé pour le ré-unification
Dans le même temps, les Français ont payé quasiment la même somme pour la social-démagogie Mitterrandienne.
Au bout de quelques années, la ré-unification commence a porter ses fruits sur le plan economique.
Dans le même temps, les français continuent a payer pour leurs fonctionnaires inefficaces et les collectivités en embauchent d'autres!
Cherchez l'erreur...
nervall
- 02/03/2013 - 20:20
c'etait les français
qui avaient ficelé l'euro , certainement poussé derriere par les americains ...