En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 1 heure 27 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 4 heures 28 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 5 heures 19 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 8 heures 36 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 9 heures 30 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 10 heures 46 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 11 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 58 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 12 heures 31 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 52 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 4 heures 54 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 6 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 8 heures 22 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 10 heures 20 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 10 heures 57 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 11 heures 54 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 49 min
© Reuters
L'agriculteur d'aujourd'hui ne partage pourtant plus grand-chose avec l'image clichée du paysan d'autrefois.
© Reuters
L'agriculteur d'aujourd'hui ne partage pourtant plus grand-chose avec l'image clichée du paysan d'autrefois.
Portrait robot

Qui sont les agriculteurs français d'aujourd'hui ?

Publié le 24 février 2013
Le 50e salon de l'agriculture, souvent présenté comme un lieu du folklore gaulois, a ouvert ses portes ce weekend pour neuf jours à Paris. L'agriculteur d'aujourd'hui ne partage pourtant plus grand-chose avec l'image clichée du paysan d'autrefois.
François Purseigle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Purseigle est ingénieur en agriculture et maître de conférences en sociologie agricole. Il est habilité à diriger des recherches en sociologie à l’Institut National Polytechnique de Toulouse (ENSAT).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le 50e salon de l'agriculture, souvent présenté comme un lieu du folklore gaulois, a ouvert ses portes ce weekend pour neuf jours à Paris. L'agriculteur d'aujourd'hui ne partage pourtant plus grand-chose avec l'image clichée du paysan d'autrefois.

Atlantico : Le 50e salon de l'agriculture a ouvert ses portes samedi pour neuf jours à la Porte de Versailles à Paris. 700 000 visiteurs y sont attendus. Quel peut-être aujourd’hui le portrait type de l’agriculteur ?

François Purseigle : Il n’y a pas vraiment de "portrait-type" dans le sens où ils ne correspondent plus aux sociétés paysannes d’autrefois qui étaient bien plus homogènes. Notre vision de cette profession est aujourd’hui très idéalisée, voire stéréotypée, et cela peut empêcher de voir l’actuelle diversité du métier. Les formes d’organisation du travail ont éclaté avec la modernité, y compris dans le monde agricole, et l’on ne saurait généraliser la profession aujourd’hui. On peut néanmoins dégager trois logiques dominantes sur le plan sociologique :

  • Tout d’abord la logique conventionnelle, la plus connue, qui se base sur les structures familiales (le fils reprend l’exploitation du père).

  • Ensuite les agriculteurs qui fonctionnent dans une logique de firme répondant à des logiques financières innovantes en matière de gouvernance (sous traitance, capitaux externe etc.)

  • Enfin la logique de subsistance qui concerne les agriculteurs les plus précaires, ces derniers faisant varier leurs modes de travail en fonction de leurs besoins prioritaires.

On peut dire par ailleurs que la profession reste majoritairement masculine bien que les femmes représentent désormais 22% des agriculteurs. Il s’agit là d’un changement majeur puisque la grande partie des installations féminines était autrefois représentée par des épouses reprenant l’exploitation de leur mari après son départ à la retraite.

Quels sont aujourd’hui les réseaux de socialisation des agriculteurs ? Sont-ils les mêmes qu’autrefois ?

Non. Les réflexes des sociétés paysannes et villageoises d'autrefois ont totalement disparu. On trouve aujourd’hui plusieurs agriculteurs qui vivent en zone périurbaines, voire urbaines, et travaillent à la campagne. Par ailleurs, même pour ceux qui choisissent de rester ruraux, les modes de sociabilités ne s’inscrivent plus dans la ruralité traditionnelle : les agriculteurs utilisent beaucoup les réseaux sociaux que ce soit pour des raisons personnelles ou professionnelles par exemple. Les logiques territoriales d’autrefois n’ont plus cours, et cela s’explique en partie par le fait que les agriculteurs sont plus isolés en milieu rural qu’en milieu urbain. Contrairement à ce que l’on pourrait croire la majorité des populations rurales sont composées d’ouvriers et d’employées des services, et il est préférable pour un agriculteur de s’abstraire des territoires ruraux pour entretenir ses relations de travail.

Qui sont aujourd’hui les nouveaux agriculteurs ? L’exode urbain est-il ici un vrai phénomène de renouvellement ?

La majorité des individus qui s’installent aujourd’hui sur une exploitation sont encore originaires du monde agricole, bien que l’on compte tout de même parmi ces nouveaux arrivant un tiers de personnes dont la famille n’est pas issue de cet univers. Ces agriculteurs sont généralement beaucoup plus autonomes dans leur gestion et leur perception du métier et adhèrent davantage aux principes de l’entreprise qu’à ceux du monde agricole traditionnel, bien plus centré sur la logique d’exploitation d’une propriété passée de père en fils. On peut ajouter qu’ils ont le plus souvent expérimenté la vie active dans d’autres secteurs avant de se consacrer à l’agriculture. En dépit de cette nouvelle donne il faudrait néanmoins affirmer que les fondements familiaux restent majoritaires dans l’agriculture française, les logiques marchandes et financières des nouveaux arrivants n’ayant pas réussi à réellement s’imposer.

Pour ce qui est de "l’exode urbain" il est sûr que l’on assiste à un retournement de l’exode rural. Malgré tout, ceux qui font le choix de quitter les grandes agglomérations n’embrassent que très rarement le métier d’agriculteur : il s’agit la plupart du temps d’une implantation résidentielle et c’est ici d’avantage la fonction "récréative" du monde rural qui attire ces nouveaux habitants.

La culture propre au monde agricole est-elle en train de disparaître ou assiste t-on à une simple évolution des valeurs ?

Malgré le caractère "éclaté" de la profession déjà évoqué plus haut, on peut dire qu’il y a une relative homogénéité du milieu agricole moderne. Bien que les pratiques et les revenus varient considérablement il y a en effet un isolat idéologique qui demeure dans la profession. Ainsi, cette population vote majoritairement à droite et considère que la valeur travail supplante la valeur environnementale. En revanche alors que le modernisme agricole dans les années 60 s’est accompagné d’une rupture idéologique relative, autour de la question du statut des femmes, de la contraception ou de la sexualité - faisant ainsi des agriculteurs un groupe qui accompagnait les évolutions de la société -, il ne semble pas qu’il en soit de même aujourd’hui, lorsqu’il s’agit par exemple de l’acceptation des pratiques homosexuelles. Tandis que les personnes interrogées appartenant à d’autres catégories socioprofessionnelles considèrent, à 77%, que l’homosexualité est une pratique acceptable, les agriculteurs ne sont que 64% à tenir cette position. Chez les 18-24 ans, les agriculteurs qui considèrent que l’homosexualité est inacceptable sont près de 21%, contre 12% chez les autres jeunes, soit 10 points d’écart. Ce même écart est de 20 points chez les 35-49 ans, de 15 points chez les 50-64 ans et de 21 points chez les 65 ans et plus.

 Propos recueillis par Théophile Sourdille

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
yvonman53
- 25/02/2013 - 13:13
Agriculture
"Labourage et pâturage sont les deux mamelles de la France"
gegemalaga
- 24/02/2013 - 18:08
qui sont les agriculteurs
désolé , mais je reste sur ma faim !

la prochaine fois , venez m'interviewer : d'origine Beauceronne , et ayant eu pendant 25 ans une maison en pleine campagne Rennaise , je pense que j'aurais pu vous éclairer;

à , au fait :
on se doutait un peu que l'homosexualitée y avait moins cour que rue des Archives ...

gegemalaga
sicenetoi
- 24/02/2013 - 12:28
Le monde agricole ?
Je ne le connais pas particulièrement bien que petit propriétaire terrien donc bénéficiaire tout petit revenu foncier ( pour info 250€/an ...) J'en connais les pratiques, celles de la part de mon fermier. Au premier abord, sa pratique est plutôt respectueuse de l'environnement . mais je ne suis pas toujours là...
Ce que je sais je le lis dans la presse, sur leur syndicat (FNSEA) et ses pratiques ou magouilles , sur l'attribution des subventions de la PAC qui sont littéralement squattées aux 3/4 parles 10000 plus gros d'entre eux qui n'en n'ont pas vraiment besoinest assez dégueulasse. les petits agriculteurs ne sont pas assez représentés pour peser vraiment sur le monde agricole et ses pratiques démolisseuses d'environnement. dans 10 ans il ne restera plus que l'agriculture industrielle et ça, c'est assez inquiétant. Alors que des volontés d'installation en bio ou autres types sont en recherche de terrains à prix abordables sont nombreuses, on leur oppose Notre dame des landes .....