En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

04.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

05.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

07.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

06.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

ça vient d'être publié
décryptage > France
Bonnes feuilles

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Covid-19 : la société française face au confinement

il y a 7 heures 29 min
décryptage > Culture
Il faut que tout change pour que tout change

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

il y a 8 heures 1 min
décryptage > International
Lion-dragon deal

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

il y a 9 heures 1 min
décryptage > Politique
Le bloc-pol de Laurence Sailliet

Ce devoir de pragmatisme qui s’impose au gouvernement Castex

il y a 10 heures 1 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Société
Retrouver le sens du réel

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

il y a 11 heures 49 min
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 1 jour 45 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 1 jour 7 heures
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : la démocratie à l’épreuve du coronavirus

il y a 7 heures 12 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Crise du coronavirus aux Etats-Unis : une mise à l’épreuve des valeurs fondamentales de la société américaine

il y a 7 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Bernard Plessy : "Travaux et jours dans la Grèce antique" (éditions Paradigme), grandeur du "petit peuple"

il y a 8 heures 33 min
décryptage > Economie
Effet boule de neige

Covid, moins d'habits, plus de chômage !

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Culture
"Last night a DJ saved my life"

Humeur sombre mais folles envies de dance floor : la pop music n’a jamais été aussi rythmée depuis 10 ans

il y a 10 heures 21 min
décryptage > Société
1001 colères

A chacun ses coupables, à chacun ses victimes : mais qui écoute le plus les Français silencieux ?

il y a 11 heures 20 min
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 1 jour 18 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 1 jour 9 heures
La cigogne n'est pas passée

Pourquoi est-ce si compliqué d'adopter des enfants ?

Publié le 20 février 2013
Le ministère des Affaires étrangères a confirmé lundi la baisse du nombre des adoptions à l'étranger en 2012. Le boom économique de certains pays les encourage à privilégier l'adoption des nationaux, avant les étrangers.
Chantal Cransac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chantal Cransac est responsable du service communication de l'Agence française de l'adoption. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministère des Affaires étrangères a confirmé lundi la baisse du nombre des adoptions à l'étranger en 2012. Le boom économique de certains pays les encourage à privilégier l'adoption des nationaux, avant les étrangers.

Atlantico : Le ministère des Affaires étrangères a confirmé lundi la baisse du nombre des adoptions à l'étranger en 2012 : 1 569 contre 2000 en 2011. Est-il devenu plus difficile d'adopter ?  

Chantal Cransac : Il y a une une diminution des adoptions à l'international, car un certain nombre de pays ont connu une croissance économique extrêmement forte, qui a entraîné une diminution des abandons pour cause économique. Cette croissance a aussi permis la création de structures sociales permettant de prendre en charge l'enfant privé de famille.  C'est notamment le cas de la Chine, qui est passée de plus de 14 000  adoptions internationales à environ 5200 entre 2005 et 2010. Il y a aussi eu toute l'envolée asiatique, notamment au Vietnam. Il y avait beaucoup d'enfants auparavant, mais seuls 6 à 7 petits ont été adoptés l'année passée, et ils avaient des problèmes de santé et des histoires lourdes

Ensuite, grâce à des actions de coopération et de lobbying de plusieurs pays d’accueil, un nombre toujours plus important de pays se sont lancés dans une réforme de leur législation en vue d’encadrer les procédures d’adoption et d’apporter une réponse nationale prioritaire aux besoins des enfants. Ainsi, le nombre de pays signataires de la Convention de la Haye est passé de 62 en 2004 à 85 en 2011. Par ailleurs, plusieurs pays non-Parties à cette Convention se sont fermés aux adoptions individuelles afin de contrôler davantage les procédures (Ethiopie, Vietnam, Cambodge...)..

Plusieurs évènements internationaux pèsent aussi dans la balance, comme les catastrophes naturelles, les conflits armés (à Haïti, au Mali…). Dans ce dernier pays, un code de la Famille a aussi été voté en janvier.  D'une manière générale, la mise en œuvre des principes de la convention de la Haye a conduit de plus en plus de pays à proposer à l'adoption un nombre de grandissant d'enfants à besoins spécifiques car ils ne trouvent pas forcément une famille sur place.

Il y a de plus en plus de pays fermés aux adoptions individuelles (dans ce cas, les parents se rendent directement à l'orphelinat)  afin de contrôler les procédures. C'est le cas de l'Ethiopie, du Vietnam et du Cambodge.

 A coté de tout cela, il y a un hiatus entre la demande des candidats à l'adoption, et le nombre d'enfants proposés par les pays d'origine. Il y a grand nombre d'adoptants (23 000 familles seraient dans l'attente d'un enfant)  et souvent ces familles ont un agrément pour un enfant en bas âge. Mais les pays d'origine proposent de plus en plus d'enfants grands,  des fratries, des enfants avec des histoires lourdes ou des problèmes de santé.  Au niveau national, les personnes vont prendre des bambins plus petits et en bonne santé. La difficulté, c'est que les enfants proposés ne correspondent plus vraiment aux profils et aux projets des candidats à l'adoption français.

Dans quels pays est-il plus facile d'adopter ?

Il n'y a pas de pays plus facile qu'un autre. Il y un pays avec un profil d'enfant et des candidats à l'adoption avec un projet. Si ce dernier correspond au profil de l'enfant, ça va se faire très vite. A titre d'exemple, supposons un pays quel qu'il soit qui soit qui a cinq enfants qui ont besoin d'une famille, car les parents viennent d'être déchus de leurs droits parentaux. Si une famille a un projet de cinq enfants, elle peut adopter dans la semaine.

Mais pour les gens qui ont un projet de fratrie (souvent trois enfants) c'est quand même quelque chose de particulier, surtout pour ceux qui n'ont jamais eu d'enfants. Pour les personnes qui vont accepter des enfants en fauteuil roulant car chez eux c'est aménagé pour les personnes invalides, ça peut aussi être rapide.

Par contre pour ceux qui veulent un enfant de 0-3 ans en bonne santé, le projet sera beaucoup plus lent.

Certains pays attachent-ils plus d'importance que d'autres aux finances des familles adoptantes ?  

Cela dépend encore une fois des pays. La Chine, par exemple demande des critères très particuliers : un couple marié, constitué d'un homme et d'une femme. Ils doivent travailler tous les deux (au cas où l'un a un accident de la vie, l'autre peut subvenir aux besoins), avoir le bac, et demandent que les personnes aient un indice de masse corporel inférieur à 40, les obèses ne peuvent donc pas adopter.

Cela se justifie par l'intérêt de l'enfant, qui doit être élevé par des personnes en bonne santé. Le patrimoine des adoptants doit s'élever à 80 000 euros, et leurs revenus doivent s'élever à 10 000 euros par an, par personne (niveau SMIC) ce qui n'est pas très exigeant.  

Quel est le profil des demandeurs ?

Il n'y a pas de profil, le seul souci c'est le projet. Si vous avez 28 ans, et vous souhaitez adopter un enfant déjà grand avec une histoire, ce projet peut être très bon et la procédure ira plus vite. Mais dans tous les cas un agrément est indispensable. C'est un document qui atteste que vous êtes apte à adopter un enfant de 0 à 3 ans, ou de 3 à 5, ou encore de 0 à 10 ans, il varie en fonction du projet.

Ce document est délivré par le conseil général, après une enquête sociale et une évaluation psychologique. Comme précisé auparavant dans le contexte actuel, la procédure va plus vite avec un agrément de 7 à 10 ans que pour les 0-3 ans. Il y a quelques refus de délivrance d'agrément, mais il y a possibilité de faire un recours. Cependant, certains pays refusent d'avoir des candidats avec un projet qui a nécessité un recours.

Quel est le profil des personnes qui réussissent à adopter ?

Au sein de l'agence 83% des personnes sont mariées, 16% sont des femmes célibataires et 1% sont des hommes célibataires. Le respect de la vie privée ne permet pas de savoir si ces personnes ont un concubin, ou non.

La majorité des adoptants font partie de la catégorie cadres et professions intellectuellement supérieures. Puis viennent ensuite les professions intermédiaires et enfin les employés.

Propos recueillis par Ann-Laure Bourgeois

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
titine
- 20/02/2013 - 15:34
Si la loi
facilitait l'adoption, le ventre des femmes ne seraient pas à louer (comme le réclame le sinistre Pierre Bergé)... Alors, si nos élus commençaient par le commencement ? Ils sont payés pour ça, non ?
Apéro 64
- 20/02/2013 - 13:42
Merci le mariage pour tous
Avec le mariage pour tous et l adoption le nombre d enfants a adopter va encore diminuer pour les hétérosexuel. C est ce qui n à pas été dit par les médias et le gouvernement. Tous a Paris le 24 mars pour faire retirer cette loi idiote!!!!!