En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Le minerai d’uranium est aujourd’hui là où était l’or il y a 10 ans.
Décod'Éco
Pourquoi l'uranium pourrait bien devenir l'or de demain
Publié le 19 février 2013
Avec Byron King
L'uranium a aujourd'hui la même valeur que l'or il y a dix ans. Selon certains experts, son prix être multiplié par quatre à six dans la décennie à venir.
Byron King est diplômé de l'Université de Harvard et exerce actuellement la profession d'avocat à Pittsburgh, en Pennsylvanie. Il contribue régulièrement à l’édition américaine de La Chronique Agora, le Daily Reckoning. On peut également...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Byron King
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Byron King est diplômé de l'Université de Harvard et exerce actuellement la profession d'avocat à Pittsburgh, en Pennsylvanie. Il contribue régulièrement à l’édition américaine de La Chronique Agora, le Daily Reckoning. On peut également...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'uranium a aujourd'hui la même valeur que l'or il y a dix ans. Selon certains experts, son prix être multiplié par quatre à six dans la décennie à venir.
Avec Byron King

La livre d’uranium actuellement se négocie sur le marché spot à 42 $ la livre, ce qui est ridiculement bas. Le prix ne peut que rebondir. J’ai eu une longue discussion avec deux grands spécialistes de l’uranium la semaine dernière. Ils ont travaillé sur l’uranium à la fois dans le secteur privé comme dans le secteur public depuis les années 1970. Ils ont assisté à tous les rebondissements de son histoire.

Ces deux spécialistes ont de solides arguments pour affirmer que les prix de l’uranium augmenteront cette année ainsi que dans l’avenir. “Le minerai d’uranium”, a observé l’un d’eux, “est aujourd’hui là où était l’or il y a 10 ans. Nous prévoyons des prix quatre à six fois supérieurs dans les années à venir”.

Si cette déclaration est avérée — on atteindrait alors 150 $ à 250 $ la livre –, c’est une excellente nouvelle pour les producteurs d’uranium. Vous savez, les types qui produisent déjà ce métal.

Les nouveaux gisements coûtent plus cher…

Commençons par le coût ahurissant pour acquérir de “nouveaux” centres de production d’uranium. Lorsqu’on ajoute les coûts d’explorations et de développement, une nouvelle mine d’uranium se situe entre 100 $ et 120 $ par livre. Ceci est presque le triple du cours spot actuel. Et ceci avant de prendre en compte les vicissitudes des futurs changements fiscaux et des taux d’intérêt plus élevés. Après tout, il n’est intéressant de construire une mine que s’il y a un retour sur investissement décent.

D’un autre côté, développer les mines existantes pose problème. Tous ceux qui essaient de développer une mine se heurtent à une sérieuse barrière du prix à mettre sur la table. Voyez par exemple comment BHP Billiton a remis à plus tard l’expansion du gigantesque site d’Olympic Dam, en Australie, lorsque les coûts se sont élevés à plus de 20 milliards de dollars.

Un niveau d’investissement à 10 chiffres approche la limite de l’entreprise privée à tous égards. C’est énorme, même pour l’industrie pétrolière, sans parler des compagnies minières — même pour les plus gros parmi les gros. Nous parlons des niveaux d’investissement d’un programme de défense majeur ou d’un programme spatial, plus des difficultés comparables à recruter du personnel, à développer la technologie et à programmer pour que cela fonctionne une décennie ou plus.

Regardons les choses autrement. Qui peut se permettre de faire ce genre d’investissement énergétique ? Les gouvernements, peut-être. Ou plus vraisemblablement les partenariats entre l’État et l’industrie. A l’avenir, il faut surveiller les formes d’entreprises dans lesquelles le consortium minier devient une sorte de service public, avec toutes les fioritures légalistes qui s’ensuivent. Mais sans aide du gouvernement, les grands projets énergétiques ne verront probablement jamais le jour. Et c’est ainsi que la courbe de l’offre poursuit sa course.

… mais la demande est assurée

Du côté de la demande, l’histoire de la Chine est “réelle et le devient encore plus”, selon mes sources. Les Chinois ont besoin d’électricité et si actuellement ils brûlent du charbon c’est parce qu’ils en possèdent, pas parce qu’ils le veulent. La pollution atmosphérique en Chine est aujourd’hui un problème national. Dans le pays, les grands projets d’électricité futurs doivent tous se montrer respectueux de l’environnement pour obtenir l’approbation de l’Etat. Du moins, c’est ce que nous dit le Parti communiste.

Toujours selon mes sources, les histoires que l’on entend comme quoi le Japon serait en train de supprimer ses centrales nucléaires sont des “histoires à dormir debout”. Après la catastrophe de Fukushima il y a deux ans, le Japon a d’abord été tenté de s’éloigner du nucléaire. C’était une réaction purement émotionnelle. “Puis est venue la réalité”.

Grosso modo, le Japon a calculé la facture que représentait l’importation du gaz naturel liquéfié, aujourd’hui aux alentours de 20 $ pour mille pieds cubes. En outre, le Japon voit la Chine développer sa marine, ce qui menace les routes maritimes japonaises du commerce et des communications, essentielles pour les importations de pétrole et de charbon.

Le résultat de tout cela est que reconstruire sa puissance nucléaire donne au Japon une raison supplémentaire de verser plus de béton, ce qui est un passe-temps national japonais aussi prisé que le base-ball.

[Suivez les cours de l'uranium -- et des matières premières dans leur ensemble -- jour après jour avec nos spécialistes : il suffit de cliquer...]

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Or, profit, uranium, cours, byron king
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Montée du Brexit Party dans les sondages : Le Royaume-Uni en voie de s'enfoncer dans l'une des plus graves crises politique de son histoire
04.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
05.
La Chine est désormais le premier partenaire commercial de l’Allemagne et voilà ce que ça change pour l’Europe
06.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
07.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
06.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jurgio
- 19/02/2013 - 15:17
L'uranium ne devrait plus servir à rien
Nous maintenons de vieilles centrales de conception simple (trop simple et difficilement gérable) car pour l'instant nous n'avons plus les moyens financiers de tout changer. Il existe pourtant, comme le rapportait récemment un magazine, des matières (tel le thorium) plus efficaces, peu nocives, plus économiques et très abondantes. Mais il faudrait se remettre à l'étude ! Et techniquement, c'est la timidité. Connaissant le monde tel qu'il est (après Tchernobyl, Fukushima...) on préférera se cantonner au principe de précaution et payer plus cher : pourquoi changer ce que l'on commence tout juste à maîtriser ?

En matière nucléaire, nous en sommes un peu l'époque des premières voitures à moteurs à explosion : on s'arrêtait au bout de 30 km pour remettre de l'eau dans le radiateur.
SteakKnife
- 19/02/2013 - 12:47
Oui allons libérer nos amis maliens et leur faire des bisous!
Mais surtout, sécuriser l'approvisionnement en uranium nigérien pour Areva!
Vinas Veritas
- 19/02/2013 - 11:31
Système métrique
Je comprend une rédaction qui publie une traduction d'un article paru en pays anglo-saxon.Mais à quoi bon conserver cet anachronique système de mesure dont les valeurs ne sont pas même identiques outre-manche et outre-atlantique.
Les Français ont inventé le système métrique et l'ont donné au monde.
ce monde l'a adopté hors des zones contrôlées par sa majesté et assimilées.
1m = 1m 1l = 1l
mais que de différences dans le système impérial
entre 1 mile (terrestre) & 1 mile (nautique)
entre 1 gallon (US) & 1 gallon (GB)