En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
La note s'il vous plaît

Hausse de 30% de l'électricité d'ici 2017 : la vérité sur ce que nous coûtent les énergies renouvelables

Publié le 19 février 2013
La taxe qui finance les énergies renouvelables est la première contributrice à la hausse de 30% de la facture de l'électricité d'ici à 2017 selon la Commission de régulation de l'énergie.
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Florent Detroy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La taxe qui finance les énergies renouvelables est la première contributrice à la hausse de 30% de la facture de l'électricité d'ici à 2017 selon la Commission de régulation de l'énergie.

La Commission européenne peut se réjouir, l’Union européenne est sur la voie de réussir son engagement de produire 20% d’énergie à partir de sources renouvelables. La France, pour sa part, est également en bonne voie pour gagner son pari : produire 23% d’électricité à partir de ressources renouvelables.

Pourtant la réalisation de cet objectif n’est pas du goût de tout le monde. Le secteur est encore loin d’avoir atteint sa maturité, et fonctionne pour l’instant essentiellement grâce aux subventions. Cette aide à un nom : la CSPE, ou Contribution au service public de l'électricité. La CSPE est une taxe qui apparait sur la facture d’électricité des particuliers. Si elle finance la cogénération ou encore la péréquation tarifaire dans les îles (surcoût de la production électrique dans certaines zones îliennes non connectées au réseau), elle est aussi chargée d’apporter une compensation financière à EDF, obligé d’acheter une certaine quantité d’électricité renouvelable dans le cadre de sa mission de service public. Or, la part de cette dernière fonction ne cesse de progresser depuis sa création en 2003.

En 2003, les seules énergies renouvelables ont représenté dans la CSPE un montant de 142 millions d’euros, soit 10% du montant total. En 2013, elle est attendue pour atteindre 2 789 milliards d’euros, soit 54% du total. La part des énergies renouvelables dans la CSPE a en particulier décollé après le Grenelle de l’environnement, après lequel les tarifs de rachat de l’électricité ont été fortement relevés. La France se vantait même à l’époque d’avoir les tarifs de rachat parmi les plus élevés d’Europe. La hausse trop rapide de la production solaire, ainsi que le déclenchement de la crise économique, ont obligé finalement l’État à freiner l’élan du secteur.

Si à partir de 2010 les tarifs de rachat ont été réduits, le rythme d’installation a continué à progresser fortement, si bien que la CSPE a fini par être insuffisante pour couvrir les frais d’EDF. L’électricien a calculé qu’au premier trimestre 2012, le déficit cumulé de la CSPE était de 700 millions d’euros. Pire, la situation devrait continuer de se dégrader, selon les calculs de plusieurs institutions. Pour la CRE, la Commission de régulation de l'énergie, les besoins de financement de la CSPE en 2020 pourrait atteindre les 8 milliards d’euros.

Il est facile d’en conclure que le coût de l’électricité va aller croissant dans les années à venir. D’ailleurs, la CRE a prédit une augmentation de 50% d’ici 2020 de la facture d’électricité. Pourtant la part du financement des énergies renouvelables dans cette augmentation sera noyée dans l’accumulation d’investissements qui n’ont rien à voir avec la transition énergétique. Rénovation ou construction des nouveaux réseaux énergétiques et augmentation des capacités de production d’électricité compteront au deux-tiers de cette hausse. Surtout, certaines énergies sont en train de devenir compétitives en France, notamment l’éolien terrestre.

Et cette maturité, après des années de subventions, peut d’ores et déjà se mesurer en terme industriel. Les entreprises françaises Alstom et Areva ont notamment présenté des résultats en progression au dernier trimestre en partie grâce à l’accumulation de contrats dans le renouvelable. Si les prix de l’électricité augmenteront donc selon toute probabilité, il faut faire attention à ne pas prendre les énergies renouvelables pour les bouc-émissaires, et bien calculer les retombées de cette industrie pour la France si ses entreprises réussissent à se maintenir au premier plan.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

02.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

03.

Fleurs et vacheries au G7 : les avis surprenants des dirigeants étrangers sur Emmanuel Macron ; Notre-Dame, victime collatérale de négligence politique ; Julien Dray, mentor repenti d’Emmanuel Macron ; Panne sèche pour la voiture autonome

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

06.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

07.

G7 à haut risque : des compromis sont-ils possibles dans le monde occidental divisé de Donald Trump ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Colchique
- 22/02/2013 - 01:51
Et, c'est comme cela que tomba
le gouvernement Bulgare
http://www.youtube.com/watch?v=gmg8uskU8Io&feature=em-uploademail

Pour une simple facture d'électricité ! On sait ce qu'il nous reste à faire.....
Mani
- 20/02/2013 - 09:18
@laurentso
" Si la facture d'électricité augmente, c'est à cause des coûts exorbitants du nucléaire, notamment du démantèlement des centrales."
.
Notamment ??
Cap2006
- 20/02/2013 - 07:54
la vérité, c'est que le cout du nucléaire est ...
...completement minoré..... dépendant d'un approvisionnement qu'il nous faut sécuriser....

N'oublions jamais qu'il y a un gisement de 30% d'economie sans le moindre impact sur notre vie de consommateur...