En direct
Best of
Best of du 03 Novembre au 09 Novembre 2018
En direct
Télé propagande ?
Al-Jazeera manipule-t-elle souvent les images comme elle l'a fait lors de l'enterrement de Chokri Belaïd ?
Publié le 15 février 2013
La chaîne Nessma TV reproche à al-Jazeera d'avoir manipulé les images de l'enterrement de l'opposant tunisien Chokri Belaid, afin de faire croire que la mobilisation avait dégénéré en manifestation pro-Ennahda.
Mohammed El Oifi est maître de conférence à Sciences Po, spécialiste des médias et des opinions publiques arabes, co-auteur de l’ouvrage : Qatar, les nouveaux maitres du jeu, Edition Demopolis.  Parution mars, 2013.  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mohammed El Oifi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mohammed El Oifi est maître de conférence à Sciences Po, spécialiste des médias et des opinions publiques arabes, co-auteur de l’ouvrage : Qatar, les nouveaux maitres du jeu, Edition Demopolis.  Parution mars, 2013.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La chaîne Nessma TV reproche à al-Jazeera d'avoir manipulé les images de l'enterrement de l'opposant tunisien Chokri Belaid, afin de faire croire que la mobilisation avait dégénéré en manifestation pro-Ennahda.

 

Atlantico : La chaine Nessma TV reproche à al-Jazeera d'avoir manipulé les images de l'enterrement de Chokri Belaïd afin de faire croire que la mobilisation avait dégénéré en manifestation pro-Ennahda. Les accusations de la chaine Nessma TV à l'encontre d'al-Jazeera vous semble-t-elles justifiées ? Sachant qu'Ennahda qui est lui-même accusé d'être financé par le Qatar dans le but d'instaurer un régime islamique.

Mohammed El_Oifi : Les faits sont assez simples, le vendredi 8 février 2013 dans l’après-midi, al-Jazeera Mubeshir (une chaine différente de la chaine d’information en continu) a retransmis d’une manière simultanée la cérémonie de l’enterrement de Chokri Belaid  au cimetière du Jellaz, à laquelle ont participé des dizaines de milliers de personnes, et le rassemblement de quelques centaines des partisans du gouvernement devant l’Assemblée nationale constituante au Bardo à l’appel du parti al Nahda et du Congrès pour la République. Dans ce dernier cas, il ne s’agit pas d’images d’archives dans la mesure où une banderole affiche le message suivant "le bureau régional du mouvement al Nahda à El Mourouj soutient la légitimité (gouvernement issue des élections) et exige la vérité sur les raisons de l’assassinat de Chokri Belaid" et la deuxième banderole proclame : " le devoir de protéger la révolution".

Ces deux rassemblements ont été mis sur un pied d’égalité par al-Jazeera Mubeshir alors qu’ils n’ont pas la même signification et qu’ils ont attiré un nombre très différent de manifestants. Ce "souci d’équilibre" de la part de la chaine a sûrement été interprété par les sympathisants de Chokri Belaid comme une volonté de sous-estimer l’importance de ce dernier et  les conséquences éventuelles de son assassinat sur l’évolution des rapports de forces politiques en Tunisie. A ce niveau, les calculs électoraux des uns et des autres ne peuvent pas être négligés dans l’interprétation du choix de la chaine.

Plus problématique reste le fait d’accompagner (d’une manière volontaire ou involontaire) les images des foules immenses qui participent à l’enterrement de Chokri Belaid avec les slogans favorables à "la légitimité" scandés par les manifestants favorables au gouvernement devant  l’Assemblée nationale constituante au Bardo. Cette confusion entre les images et les slogans des deux événements ne peut qu’être source d’incompréhension pour le récepteur, même si elle peut s’expliquer par les conditions du direct. En effet, on en a entend également et clairement sur le même enregistrement d’al-Jazeera Mobeshir les slogans défavorables à al-Nahda et notamment : " Ya Ghannouchi, ya saffah" (Ghannouchi, l’assassin).

Si al-Jazeera a bien manipulé les images des funérailles de Chokri Belaïd dans un montage trompeur, s'agit-il d'un événement isolé, ou est-ce représentatif d'une ligne éditorial manipulatrice de la chaine ?

L’assassinat de l’opposant Chokri Belaid a créé un choc immense dans la société tunisienne. Mais le passage de la "violence verbale" dans les médias, à laquelle participait le défunt, au meurtre politique a exacerbé la sensibilité des Tunisiens à la question des médias. Dans le cas présent, c’est al-Jazeera qui est concernée, or après avoir été regardée comme le sauveur de la Tunisie avant 14 janvier 2011, elle est devenue aujourd’hui, pour une partie des Tunisiens, une partie uniquement, un véritable le bouc émissaire. On lui prête la capacité de créer la réalité ou de la falsifier, alors qu’elle ne fait, le plus souvent, que refléter les contradictions et les conflits d’intérêt qui déchirent une société qui vit un moment de transition complexe. La chaine Nessma TV qui a lancé ses accusations se définit clairement contre "le projet de société islamique" qu’elle prête à al-Jazeera et au Qatar et par conséquent à al-Nahda. Cette chaine privée a été autorisée par l’ancien président Ben Ali en 2007 et Chokri Belaid a été son avocat en 2012 suite aux poursuites judiciaires liées à la diffusion du film Persépolis. Le défunt avait l’habitude, notamment sur les plateaux de Nesma TV, de critiquer d’une manière extrêmement violente aussi bien al-Jazeera que le Qatar. Il était donc assez logique dans ces conditions de la part de Nesma TV d’accuser al-Jazeera de manipulation en vue de régler ses comptes avec un adversaire farouche même après son décès. Mais cette accusation est  à relativiser étant donné le nombre important  de directs, d’invités et d’émissions de débat  consacrés à l’assassinat de Chokri Belaid.

La ligne éditoriale de la chaine est-elle plus politique que journalistique ?

Les deux à la fois. Al-Jazeera a choisi de soutenir les révolutions arabes, sa ligne éditoriale à cet égard n’a pas changé (le cas du Bahreïn est une exception). Comme les Tunisiens avant la chute de Ben Ali, les rebelles syriens aujourd’hui considèrent que c’est leur meilleur allié. Mais après la recomposition des cahmps politiques suite aux changements consécutifs aux révolutions, de nouveaux clivages apparaissent, souvent les forces islamistes arrivent au pouvoir grâce à élections libres. Or, les oppositions exigent qu’al-Jazeera s’oppose aux nouveaux gouvernements élus démocratiquement comme elle avait l’habitude de s’attaquer aux régimes de Ben Ali ou de Moubarak.

Quelle est l'indépendance de la chaine par rapport au pouvoir qatari ?

Il est impossible d’expliquer le succès d’al-Jazeera si l’on ne tient pas compte du degré de liberté dont bénéfice ses journalistes. Il est vrai que l’activisme du Qatar sur le plan régional ou même international bouscule les acteurs traditionnels et suscite leur hostilité. L’une des manières de mettre en difficulté à moyen terme le Qatar est de délégitimer al-Jazeera qui est considérée sa principale source d’influence. Ainsi l’amalgame entre le Qatar et al-Jazeera a pour objectif d’affaiblir les deux, mais l’analyse des composantes sociologiques de la chaine, son mode de fonctionnement et de ses prises de positions montrent qu’une distance nécessaire est maintenu volontairement entre l’Etat qatari et la chaine pour assurer sa pérennité et sa légitimité.

Propos recueillis par Julie Mangematin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi les nouveaux iPhones vous coûteront le double du prix que vous pensez payer si vous en changez
02.
L'initiateur de #sansmoile17... est salarié de LREM
03.
L'Italie prépare une bombe capable de faire exploser l'Europe et de lui faire perdre sa souveraineté politique
04.
"Les filles bien n'avalent pas" ! C'est le titre d'un des livres de Marlène Schiappa…
05.
Bruxelles : si l’Italie veut vivre son aventure populiste, ce sera sans l’Union européenne
06.
Gilets jaunes : pourquoi certains Français ont nettement plus de raisons que d’autres de se plaindre de l’évolution de leur pouvoir d’achat
07.
33 000 morts dues aux bactéries résistantes aux antibiotiques : faut-il limiter drastiquement les prescriptions ?
01.
Pourquoi les nouveaux iPhones vous coûteront le double du prix que vous pensez payer si vous en changez
02.
L'initiateur de #sansmoile17... est salarié de LREM
03.
L'Italie prépare une bombe capable de faire exploser l'Europe et de lui faire perdre sa souveraineté politique
04.
"Les filles bien n'avalent pas" ! C'est le titre d'un des livres de Marlène Schiappa…
05.
Bruxelles : si l’Italie veut vivre son aventure populiste, ce sera sans l’Union européenne
06.
Gilets jaunes : pourquoi certains Français ont nettement plus de raisons que d’autres de se plaindre de l’évolution de leur pouvoir d’achat
07.
33 000 morts dues aux bactéries résistantes aux antibiotiques : faut-il limiter drastiquement les prescriptions ?
01.
Radicalisation en prison : pourquoi l'Etat reste-t-il le "premier recruteur de Daech" ?
02.
Pour près de deux Allemands sur trois, Angela Merkel devrait "se retirer"
03.
L’horreur de la guerre au Yémen, ou le deux poids deux mesures des Occidentaux qui sanctionnent Russie et Iran… mais laissent tout passer aux Saoudiens ou aux Pakistanais !
04.
Comment la mafia se retrouve dans votre assiette
05.
Pourquoi est-ce que la nomination d'Andrea Enria à la tête de l'autorité bancaire européenne risque de ne rien changer
06.
#DansMaRue : l’application de la mairie de Paris qui promeut le retour de la délation
01.
Un couple découvre 53 cadavres de chats dans leur jardin
02.
S’armer face au péril russe ? Emmanuel Macron ferait bien de relire quelques manuels d’histoire
03.
2008- 2018 : ces 10 ans où l’Euro a perdu beaucoup de terrain dans son rêve de concurrencer le dollar comme monnaie de réserve mondiale
04.
Guerre et paix dans le cyberespace : pourquoi l'appel de Macron à faire la paix dans le cyberespace n'est pas prêt de se concrétiser
05.
Derrière l’itinérance d’Emmanuel Macron et le contact direct avec les Français, le renoncement à la démocratie représentative ?
06.
Démographie : la fertilité des femmes décline remarquablement presque partout dans le monde
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Bara
- 15/02/2013 - 23:29
Le cas de Bahreïn est une exception chiite !
Dans le cas de Bahreïn, les révolutionnaires sont chiites et veulent renverser un pouvoir sunnite.
Or, la chaîne Al Jazeera roule pour les wahhabites, donc des sunnites.

Elle soutient les wahhabites en Libye, en Tunisie, en Egypte, en Syrie... et oeuvre partout dans le monde pour le rétablissement du califat sunnite.
guigou
- 15/02/2013 - 17:39
@ISABLEUE et michel_m
Allez voir la photo du prix World Press Photo 2012. On y voit la grandeur du peuple élu.
un
- 15/02/2013 - 14:33
un
en France, l'info n'est pas trafiquée, peut-être ?????
peut-on affirmer que les télés, journaux, radio, nous donnent de
l'INFORMATION,c'est-à-dire,sans aucune connotation politique ?
ce n'est pas au journaleux de donner son point de vue, mais à l'auditeur, au lecteur de se faire son idée.
Pujadas, Calvi, etc..sont-ils neutres ????Je ne crois pas.....