En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
La charge épuisante de sa fonction et la maladie sont autant de raisons d'expliquer la renonciation du pape.
Ô tempora, ô mores
Et déjà la nostalgie du temps où les papes ne renonçaient pas à leur charge...
Publié le 15 février 2013
Plusieurs commentateurs reprochent à Benoît XVI de ne pas être allé jusqu'au bout de son pontificat. Pourtant, la charge épuisante de sa fonction et la maladie sont autant de raisons d'expliquer la renonciation du pape.
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sophie de Menthon est présidente du Mouvement ETHIC (Entreprises de taille Humaine Indépendantes et de Croissance) et chef d’entreprise (SDME)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Plusieurs commentateurs reprochent à Benoît XVI de ne pas être allé jusqu'au bout de son pontificat. Pourtant, la charge épuisante de sa fonction et la maladie sont autant de raisons d'expliquer la renonciation du pape.

Le monde a salué avec la gravité et la considération qu’il convient la démission de Benoît XVI. L’admiration exprimée est unanime, et pourtant une petite voix en moi s’élève empreinte de nostalgie et d’une forme de déception. Que l’on soit catholique, fervent, pratiquant ou indifférent, le pape représente un ancrage profond qui va bien au-delà la pratique religieuse, d’ailleurs c’est aussi un chef d’Etat. Avignon, Rome, la papauté… ses pompes et ses ors, son influence dans le monde sont indissolublement associés à des rites historiques. C’est ainsi que le pape est en quelque sorte un relais entre le temporel et l’éternité. "L’Habemus papam" et ses fumées blanches constituaient une sorte de repère et de renaissance après la mort, c’était la fin d’un deuil, celui de la mort du pape puisqu’il était pape ad vitam… aeternam. Une façon aussi d’apprivoiser la vieillesse et la mort, une façon d’honorer un vieil homme, de supporter sa maladie avec lui son déclin ce qui est particulièrement important dans une société qui bâcle les deuils, qui gomme jusqu’au terme de "mort". On décède, on disparaît, on nous quitte ; mourir le mot fait peur. Une époque aussi où l’on ne parle que de retraite et de temps de travail… alors le pape en s’en allant a finalement cédé au siècle, ô tempora, ô mores ! Bien sûr, la charge épuisante, la maladie, les difficultés mondialisées, sont autant d’excellentes raisons pour "céder la place", comme on dit du CAC 40 !

Pas question de contester cette sage décision qui rend, certes, Sa Sainteté plus humaine, plus proche du commun des mortels mais ne venons-nous pas d’évidence, à tout jamais de casser ce qui était une forme de symbolique. Dieu va-t-il fixer l’âge de la retraite pour ses serviteurs ? J’aimais que cette longévité papale fût une exception.

C’est vrai, il faut avoir la force et être capable d’assumer la "gestion" de l’Eglise, d’un milliard de catholiques, complexe, difficile et épuisante ; mais on aurait pu imaginer qu’un Premier ministre cardinal nommé par le pape puisse exercer cette fonction et que le pape, jusqu’à sa dernière résidence éternelle demeure le chef spirituel de la chrétienté, jusqu’à ce dernier souffle qu’accompagne traditionnellement toujours les fidèles du monde entier. La tradition veut que lorsque le pape meurt sa bague, anneau qui représente Saint-Pierre pêchant au filet dans sa barque symbole de la foi de celui qui la porte, soit solennellement détruite (en même temps que le sceau de plomb) immédiatement après sa mort par le cardinal Camerlingue en présence des cardinaux. Que va-t-on faire aujourd’hui, détruire cette bague avec le pape vivant, une forme de sacrilège ?

Le terme "d’abdication" doit être écarté, c’est un triste mot qui ne peut pas convenir au successeur de Saint-Pierre.

Benoit XVI a fait entrer le Vatican dans le monde tel qu’il est, assumant les scandales et l’époque ; sa retraite est tout un symbole en elle-même.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
06.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cloette
- 16/02/2013 - 14:43
La papauté ,ses pompes et ses
La papauté ,ses pompes et ses ors ....SteakKnife, s'il n'y avait ni pompes, ni ors ,la papauté n'existerait plus ,et oui, le nerf de la guerre ,là aussi !
cloette
- 16/02/2013 - 14:43
La papauté ,ses pompes et ses
La papauté ,ses pompes et ses ors ....SteakKnife, s'il n'y avait ni pompes, ni ors ,la papauté n'existerait plus ,et oui, le nerf de la guerre ,là aussi !
RBD
- 15/02/2013 - 14:13
Une première fois
Cette décision historique a causé une énorme surprise mais elle est canoniquement possible et encadrée. Il fallait simplement qu'un Pape ose le faire une première fois.
On a déjà largement évoqué depuis lundi les allusions qu'il a pu faire au fil des ans à cette possibilité, le coup de vieux qu'il a pris ces derniers mois, et le fait qu'il ne voulait pas imiter sur cette voie son prédécesseur. Comme quoi l'amitié ne signifie pas forcément avoir le même style.
Cela montre aussi que ceux que l'on considère comme les plus conservateurs sont souvent les plus à l'aise pour mettre en pratique de vraies nouveautés.

On pourrait aussi évacuer le terme de "démission", beaucoup entendu dans les media alors qu'il n'est pas exact.