En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Capture d'écran
Selon une étude québécoise, le cerveau des psychopathes serait différent.
C'est fou
Le diagnostic des psychopathes dès le plus jeune âge est-il réaliste ?
Publié le 13 février 2013
Selon une étude québécoise publiée dans la revue Archives of General Psychiatry, le cerveau des psychopathes serait différent.
Jacques Borstein est neuropsychiatre et agréé auprès du Bureau de la Cour de Cassation.  Il est responsable et créateur de l'enseignement du diplôme de psychiatrie légale à l' université Paris XI (Faculté de médecine Paris-Sud), et depuis 1985...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Bornstein
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Borstein est neuropsychiatre et agréé auprès du Bureau de la Cour de Cassation.  Il est responsable et créateur de l'enseignement du diplôme de psychiatrie légale à l' université Paris XI (Faculté de médecine Paris-Sud), et depuis 1985...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude québécoise publiée dans la revue Archives of General Psychiatry, le cerveau des psychopathes serait différent.

Atlantico : Selon une étude québécoise publiée dans la revue Archives of General Psychiatry, le cerveau des psychopathes serait différent : il présenterait un volume de matière grise plus faible, c'est-à-dire moins de neurones. Faut-il en conclure qu'un diagnostic des conduites psychopathes dès le plus jeune âge serait réaliste ?

Serge Bornstein : Cette étude qui vise à établir une corrélation entre le cerveau et la structure de personnalité semble répondre à des préoccupations anciennes qui ne sont plus de mise dans le cadre de la psychiatrie moderne. Bien entendu, on ne peut pas exclure, puisque le cerveau est le centre de l’intelligence et des émotions, le rôle dans le développement de la personnalité et des comportements sociaux ultérieurs. Mais il faudrait un très grand nombre de cas pour pouvoir en tirer une quelconque conclusion, et ce n’est pas de mise dans la psychiatrie actuelle, qui se veut dynamique et orientée sur la réactivité sociale globale.

Un diagnostic précoce est extrêmement variable. C’est d’ailleurs valable pour toute la médecine et la psychiatrie. Mais plus le diagnostic est précoce, plus les perspectives de stabilisation ou de guérison sont importantes.

L’étude des antécédents, de la réactivité, avec des tests de personnalité (comme le test de Rorschach ou les TAT  -Thematic Apperception Test) sont tant d’examens psychiatriques  qui vont permettre d’affiner le diagnostic. Quand il s’agit d’états confuso-déficitaires, les perspectives d’amélioration sont très faibles, de même quand il s’agit de psychoses chroniques. Il faut donc un psychiatre chevronné, qui maîtrise parfaitement la question. Le diagnostic ouvre des perspectives thérapeutiques qui peuvent comporter également des hospitalisations ou des internements, des prises en charges psychothérapiques le plus souvent en groupe qui permettent d’agir sur l’impulsivité et l’instabilité, le noyau de cette conduite.

Peut-on empêcher d'une quelconque manière une personne d'avoir un comportement psychopathologique ? Utilise-t-on seulement des méthodes médicales ou y en a-t-il d'autres ?

Le fait que le sujet vive dans le présent, avec avidité, sans se préoccuper des conséquences de ses actes, est un facteur de péjoration quant au pronostic. Il y a parfois quand même de bons résultats.

Il faut donner la priorité à la psychothérapie car il s’agit d’une pathologie du comportement. Il s'agit parfois de sujets intelligents, avec des capacités de maîtrise, susceptibles d’assimiler les références sociales et la loi, en discernant ce qui est permis ou pas.

On calme leur instabilité et leur incitation, souvent corollaires de leur anxiété, par des médicaments mais surtout par la psychothérapie, qui a la maturation du sujet, sa prise de conscience de ce qui est admissible ou non dans la règle du jeu social, et de savoir renforcer les interdits, ce qui lui permet d’avoir un comportement adapté.

Vous défendez la thèse qui établit qu'il n'y a pas de psychopathes mais des personnes au comportement psychopathologique. Où se trouve la nuance ?

Je milite pour la suppression de l’étiquetage « psychopathe». Il équivaut à une condamnation sous-jacente non exprimée. Psychopathe évoque sociopathe, évoque marginalité et délinquance, emprisonnement, difficultés de prises en charge éducative.

Alors qu’au contraire, la conduite psychopathique va pouvoir être décrite comme la résultante d’une structuration de personnalité qui est très variable, et qui peut être dans le cas d’un déficit acquis (arriération, débilité ou sénilité), une structure névrotique, très psychotique etc...Ceci ouvre un large champ à son étude. 

Pour mémoire, elle comprend une impulsivité, une instabilité, une médiocrité des interdits facilitant la délinquance répétitive, sans tirer profit de l’expérience. Les sujets vivent dans l’instant, et sont séduits par des addictions des plus variables (alcool, cannabis, drogues dures etc..).

Ce n’est qu’un comportement. Reste à savoir si l’on a en face de nous un sujet qui peut être réputé normal. Ce comportement peut s’expliquer par une tradition familiale par exemple, ou bien une structure sous-jacente, pathologique, qui va du déficit à la psychose en passant par tous les états névrotiques possibles.

C’est dans la psychiatrie moderne, que se trouve la meilleure manière d’aborder la question, en ayant toujours en tête la défense de la vie et l’approche compréhensive, à visage humain. L’usage immodéré du terme de psychopathe aboutit à une stigmatisation qui va à l’encontre de la prise en charge : si on ne conçoit que la violence sociale alors la répression sociale est la seule de mise. On aboutit à un strict contrôle sans l’apport thérapeutique que je propose.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
05.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
06.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
07.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ISABLEUE
- 13/02/2013 - 15:43
Heu M'sieur ??
Ce ne serait pas tous ces crétins issus de cousins germains ??
ou cousins tout court.

EN tout cas, il y en a un paquet. Cela doit expliquer ceci.
Ravidelacreche
- 13/02/2013 - 10:42
le cerveau des psychopathes serait différent.
Non c'est comme un disque dur mal formaté, ou avec des pistes défectueuses.