En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Vendredi, Pierre Bergé a dénoncé un "humus antisémite, antigay" chez les opposants au projet de loi.
Les arguments qui tuent

Les débats sur le mariage homosexuel ont-ils dévalué le langage ?

Publié le 09 février 2013
Pierre Bergé vient de donner un nouvel exemple de cette dévaluation des mots et du langage en dénonçant vendredi sur BFM TV un "humus antisémite, antigay" chez les opposants au projet de loi.
Thomas More est le patronage d'un blogueur qui traite des questions juridiques et politiques dans une perspective chrétienne.http://thomasmore.wordpress.com/
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas More
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas More est le patronage d'un blogueur qui traite des questions juridiques et politiques dans une perspective chrétienne.http://thomasmore.wordpress.com/
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Bergé vient de donner un nouvel exemple de cette dévaluation des mots et du langage en dénonçant vendredi sur BFM TV un "humus antisémite, antigay" chez les opposants au projet de loi.

L’un des propres de l’homme est de parler : il est un être parlant qui entre en relation avec la réalité par le biais du langage. C’est l’origine de la culture, de l’histoire voire de la civilisation. La langage est un joujou extra mais les jeux de mots sont parfois dangereux : les calembours peuvent blesser et les manipulations de langage peuvent tuer au sens propre comme au sens figuré. Lorsque les mots sont triturés au-delà du raisonnable, ils ne permettent plus de raisonner : lorsque les mots ne permettent plus d’entrer en contact avec le réel, la folie n’est pas loin (V. la langue Sctroumpf). Le projet d’ouvrir le mariage aux personnes de même sexe fournit son lot de bidouillages du langage qui sera sûrement étudié par les savants des temps futurs. On pourrait aussi s’amuser de la même façon à propos de l’usage de la numération mais c’est une autre histoire…

Pierre Bergé vient de donner un nouvel exemple de cette dévaluation des mots et du langage en dénonçant  un humus antisémite, antigay chez les opposants au projet de loi. L’assimilation en deux temps de l’opposition à l’extension du mariage aux personnes de même sexe à l’homophobie puis de l’homophobie au racisme et à l’antisémitisme est un classique de l’argumentaire gay (V.  T. Collin, Le mariage gay : Eyrolles 2005, épuisé malheureusement. Lisez déjà Les lendemains du mariage gay, Salvator 2012). La première étape a été la construction de la rhétorique de l’homophobie. Le mot est d’apparition récente (début années 1970) et s’il ne veut rien dire par lui même (peur du semblable ?) il a bien fallu lui donner un contenu. C’est précisément par analogie avec le racisme et l’antisémitisme que la notion a été construite alors que ces notions sont sans commune mesure. Le discours sur l’homme impliqué par le racisme et celui qui considère comme plus juste de ne pas ouvrir le mariage aux personnes de même sexe n’ont rien de commun, notamment parce que l’humanité ou la dignité des personnes homosexuelles ne sont pas niées comme le racisme et l’antisémitisme le faisaient pour une partie des êtres humains (V. not. dernièrement Beninews). En réalité, l’homophobie serait l’expression d’un vice plus profond de nos sociétés trop traditionnelles : l’hétérosexisme. Encore un mot qui ne veut pas dire grand chose par lui même mais qui permet de signifier que nos sociétés sont constituées sur le modèle hétérosexuel impliquant une oppression des minorités sexuelles et des minorités de genre (personnes homosexuelles, bi, transgenre etc.). La puissance rhétorique de cet élément de langage est énorme :

"Le terme hétérosexisme a donc un potentiel critique extraordinaire puisqu’il permet de problématiser le bon sens en le dénonçant comme un super-préjugé (T. Collin, p. 63)."

Finalement, tout est langage et tout est politique. Aucune réalité n’existe en-dehors de ce jeu de volontés, qui vire au rapport de force (ce dont on s’étonne presque ces derniers jours). L’enjeu est en définitive :

"de rendre impossible, dans le débat démocratique sur l’égalité des droits, toute référence à une expertise extra-politique (anthropologique ou psychanalytique) (T. Collin, p. 64-65)."

Pour compenser l’homophobie latente de nos sociétés, il faudrait légiférer. Le levier juridique et politique des revendications est bien connu : il s’agit du principe de non discrimination. En effet, si certaines personnes ont accès à des services légaux, voire simplement non illicites, il devient insupportable que d’autres n’y aient pas accès. Que ce soit le mariage, l’accès à la parentalité (encore un néologisme), tout le monde veut tout et son contraire. Tout cela n’a plus grand chose à voir avec l’égalité. Pour mémoire, le Conseil constitutionnel a nettement rappelé que réserver le mariage à des personnes de sexe différent n’était pas contraire au principe d’égalité :

"le principe d’égalité ne s’oppose ni à ce que le législateur règle de façon différente des situations différentes ni à ce qu’il déroge à l’égalité pour des raisons d’intérêt général pourvu que, dans l’un et l’autre cas, la différence de traitement qui en résulte soit en rapport direct avec l’objet de la loi qui l’établit ; qu’en maintenant le principe selon lequel le mariage est l’union d’un homme et d’une femme, le législateur a, dans l’exercice de la compétence que lui attribue l’article 34 de la Constitution, estimé que la différence de situation entre les couples de même sexe et les couples composés d’un homme et d’une femme peut justifier une différence de traitement quant aux règles du droit de la famille… (V. aussi Cour EDH, 24 juin 2010Schalk et Kopf c. Autriche)."

Le droit est instrumentalisé afin de permettre à chacun d’obtenir la satisfaction de ses souhaits : l’avortement, la stérilisation comme l’assistance médicale à la procréation ou l’euthanasie, le mariage comme le divorce. Le principe de non discrimination permet à chacun d’exiger l’accomplissement d’actes licites au regard de la loi civile positive sans que personne ne puisse s’y refuser et l’État est là pour garantir la satisfaction des désirs de chacun.

A partir de là, les mots peuvent et doivent être remodelés pour exprimer ce que l’on souhaite être la réalité. L’homme a du mal à renoncer à la toute puissance et à une conception magique du langage. Les débats sans fin sur les mots père et mère, parents 1 et 2, notamment, sont l’expression de ce pouvoir attribué aux mots. Ce débat est sans fin car dès lors que l’on renonce à l’idée même de réalité et de vérité (même avec un petit v, la réalité pratique et quotidienne), tout est possible politiquement. La référence à la novlangue orwellienne est devenue un lieu commun mais peu ont vraiment entendu la leçon (V. unMustread absolu chez Philarête) ! Les dérapages, de part et d’autres d’ailleurs, et autres points Godwin ne sont que les symptômes d’une dévaluation du langage. Les mots et le droit sont manipulés au point de perdre tout sens véritable. C’est pour cela qu’il n’est plus absurde de dire que le mariage pour tous, c’est le mariage pour personne! Tout est possible, tout est vrai, tout et son contraire, au besoin en même temps. Il n’y a pas de raison ; il n’y a plus de raison.

Pour mémoire, notre ministre de l’éducation était devenu entrepreneur il y a quelques années en se lançant dans le négoce international : il importait du saumon. Son slogan Du saumon pour tous ! Peu importe en réalité ce qui est demandé… remplacez mariage, ou saumon, par ce que vous voulez et lancez vous dans la bataille. C’est le grand mouvement du schtroumpf pour tous !

Article précédemment publié sur le blog de Thomas More

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Une suggestion pour Greta Thunberg : et si pour sauver la planète, on guillotinait les riches ?

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

06.

Carlos Ghosn : enfin un ami, Francis Ford Coppola !

07.

Les épargnants français, bipolaires ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

05.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

06.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (36)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Alice .R
- 10/02/2013 - 22:30
RIEN QUE LE CONCEPT du "mariage pour tous"est une supercherie
Une argumentation MAGISTRALE d'un professeur de lettre :

http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2013/02/le-mariage-pour-tous-une-supercherie.html
CN13
- 10/02/2013 - 17:11
Donc, si je comprends bien...
la gauche "française" accuse systématiquement les gens de "anti-" parce qu'ils n'ont pas les mêmes convictions ni pensées qu'elle !
Logiquement, dans un pays LAïC et démocratique qu'est la France, les opinions diverses doivent être prises en compte et respectées, non ? on s'aperçoit que ce n'est pas le cas sous la gouvernance de Hollande.
Moi, j'appelle "çà" de la DICTATURE, et çà ne fait que commencer.
Eh oui ! la vérité fait mal ! mais, chut, les journalistes n'ont pas le droit de le dire.
Freddie
- 10/02/2013 - 13:22
Antisémistisme
Il est marrant de taxer d'antisémites les gens qui sont pour le mariage traditionnel. Et alors le grand rabbin de France Gilles Bernheim, qui a défendu le mariage tradi dans un essai très émouvant, il est antisémite, lui aussi ?!