En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

03.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

04.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

07.

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 5 heures 59 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 6 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 7 heures 23 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 9 heures 33 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 10 heures 18 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 11 heures 47 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 12 heures 19 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 13 heures 26 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 13 heures 50 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 14 heures 19 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 7 heures 9 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 8 heures 5 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 10 heures 6 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 11 heures 36 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 11 heures 48 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 13 heures 21 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 13 heures 37 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 13 heures 57 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 14 heures 24 min
© Reuters
La Suède, la Norvège, et le Danemark et la Filande sont souvent cités en exemple pour avoir mis en place des réformes pour moins dépenser.
© Reuters
La Suède, la Norvège, et le Danemark et la Filande sont souvent cités en exemple pour avoir mis en place des réformes pour moins dépenser.
Copieurs !

Faut-il que nous nous inspirions davantage du modèle nordique ?

Publié le 07 février 2013
Le journal britannique The Economist a consacré sa une aux pays nordiques, en affirmant que ces derniers étaient le "prochain super modèle à suivre". Qu'est-ce qui est à prendre, qu'est-ce qui est à laisser ?
François-Charles Mougel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François- Charles Mougel  est professeur des Universités d'Histoire contemporaine à Sciences-po Bordeaux. Il est l'auteur de L'Europe du Nord contemporaine de 1900 à nos jours aux éditions Ellipses (2006) et de Histoire des relations...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le journal britannique The Economist a consacré sa une aux pays nordiques, en affirmant que ces derniers étaient le "prochain super modèle à suivre". Qu'est-ce qui est à prendre, qu'est-ce qui est à laisser ?

Atlantico : L'hebdomadaire britannique The Economist a consacré sa Une aux pays nordiques, en affirmant que ces derniers étaient le prochain super modèle à suivre. La Suède, la Norvège, et le Danemark et la Filande sont souvent cités en exemple pour avoir mis en place des réformes pour moins dépenser, tout en conservant un service public très performant, ainsi que pour leur haut niveau d'éducation. Devons-nous nous inspirer davantage du modèle nordique ?

François-Charles Mougel : Il faut aussi inclure l'Islande qui fait partie de la même aire de civilisation. Le modèle nordique est ancien, il  remonte à la seconde guerre mondiale, et pour quelques aspects à l'entre deux guerre. Sa grande caractéristique est surtout d'être évolutif, il n'est pas figé et il s'adapte en permanence. Après les embellies des années 60-70, il a connu des difficultés voire des crises dans les années 80-90, et il a su chaque fois s'organiser. Si l'on devait s'en inspirer, il faudrait adopter une culture de l'adaptation permanente, et non pas se contenter d'un modèle figé qui doit être préservé de façon indéfinie, un peu comme notre système de sécurité sociale et notre système éducatif qui n'est pas mis en perspective avec les besoins du 21ème siècle.

Les Nordiques qui sont fiers de leur modèle ne le présentent jamais leur système comme un exemple à suivre. Ils répètent que c'est quelque chose qui marche bien, et qu'on essaie de perfectionner en permanence pour qu'il puisse continuer.

Il y a plusieurs volets à étudier : tout d'abord, l'aspect social. Le système d'Etat-providence se retrouve dans ces pays, il est largement redistributif, et maintient un haut niveau de protection en matière d'emploi, d'éducation, de service public. Ce système est lui-même changeant. Un rapport d'un économiste norvégien parle "d'Etat de ressources humaines", on ne fige pas ce qui existant. Cela signifie que dans le domaine de l'emploi, on ne se bat pas pour garder des emplois obsolètes ou trop soumis à la concurrence. On cherche des solutions nouvelles. Un système de retraite à point a été mis en place, et le versement des pensions est variable selon les performances de l'économie. Dans le domaine de l'éducation, on a mis en concurrence les écoles privées et es écoles publiques par des systèmes de "bons éducation" qui permettent aux parents de choisir le meilleur établissement avec un système d'évaluation. Il y a donc des modifications en permanence.

Il y a dans ces pays une culture de l'évaluation. Les individus dans leur emploi et les institutions dans leur exercice sont soumis à un système d'évaluation par les usagers et par les pouvoirs publics eux-mêmes. Ce contrôle peut parfois être vécu comme une épreuve sévère, mais permet de vérifier en permanence l'adéquation des dépenses aux besoinsL'Etat et les structures politico-administratives sont également partie prenante de ce modèle nordique en évolution.  Ainsi, récemment, la Finlande a supprimé tous ses départements et est en train de réduire de deux tiers le nombre de ses communes. Une pareille décentralisation est en marche dans les autres pays. On fait disparaître ce qui existe en France, c'est-à-dire le millefeuille administratif, ce qui engendre des économies et donne plus d'efficacité aux services publics.


Il y a aussi une particularité de la culture nordique. Dans ces cinq pays, les instances représentatives négocient permanence pour aboutir à un compromis. Cela suppose une négociation permanente, d'égal à égal, entre l'Etat, le Capital et le Travail. Dans les pays nordiques le taux de syndicalisation oscille entre 60 et 80%, ce qui leur donne une forte capacité d'action, sans surenchère ni excès. C'est un peu l'inverse de la France ! De leur côté les fédérations patronales savent aussi qu'il faut adopter un partage raisonnable entre profits, salaires et impôts, car c'est la garantie d'une paix sociale bénéfique à tout le monde. 

Certes, il ne faut pas être trop idéaliste dans cette analyse, mais le jeu social se veut "gagnant-gagnant". Autre exemple de cet esprit de compromis, en Norvège, on a su constituer et préserver un important fonds, gagé sur les recettes des hydrocarbures, pour financer les retraites et l'Etat-providence quand ces ressources auront disparu.

Au lieu de répartir immédiatement les bénéfices, on les conserve, ce que n'a pas su faire la France avec son fonds des retraites, qui a servi de variable d'ajustement aux finances publiques. Ce sens de la prévision et de la prospective est évidemment très important pour la survie du "modèle".

The Economist souligne néanmoins quelques imperfections : des taxes encore trop lourdes qui encouragent les entrepreneurs à s'exporter et des immigrés qui ne bénéficient pas des aides de l’État. Quelles sont les limites à ce modèle ?

Les pays nordiques sont globalement accusés d'être extraordinairement gourmands en taxes. C'était vrai jusque dans les années 90. Depuis, le niveau de pression fiscale a énormément diminué. Dans le cas de la Suède, le rôle de l’État dans le PIB est passé de 67 à moins de 50%. Pour les autres pays, les proportions sont à peu près comparables Les politiques fiscales vont toutes dans le même sens: abaissement des taxes sur les gains capital et de l'impôt sur les sociétés ( de l'ordre de 30% chacun) et  maintien d'un haut niveau d'impot sur les revenus et la consommation. 

La fiscalité prend aussi en compte les biens collectifs comme l'usage des forêts ou des ressources minérales et hydrologiques, qui sont taxés dès lors que les profits des entreprises dépassent un certain seuil. Ceci n'est pas encore imaginable chez nous, même si notre fiscalité sur l'eau va un peu dans le même sens : un bien collectif doit être protégé, et les entreprises doivent payer pour l'usage de cette ressource collective.

Globalement la taxation est encore lourde, mais aujourd'hui on est descendus en dessous du seuil de 50% des dépenses publiques dans le PIB alors que, notamment en Suède et au Danemark, les taux de prélèvements étaient nettement supérieurs, de l'ordre de 65 % jusqu'aux années 1990. Il faut dire que la politique de redistribution active rend l'impôt supportable et que la culture civique exclut la fraude, une situation qui n'existe pas vraiment en France.


Concernant l'immigration, il faut distinguer les immigrés à statut légal, et ceux à statut illégal : ces derniers sont parfois ostracisés, des quotas ont été mis en place pour éviter de les attirer, et ils sont souvent à l'extérieur des systèmes de protection.  Il faut savoir que la majorité de ceux qui sont en situation régulière ou installés depuis longtemps bénéficient du système de protection social normal.


La question de l'immigration fait l'objet d'une mobilisation politique forte. A part l'Islande, où le problème ne se pose pas, il y a dans les quatre autres pays une nette montée des partis populistes, voire des partis d'extrême-droite. L’idée c'est que le modèle tel qu'il existe est difficile à défendre, et ne peut pas être applicable à tout le monde. Un peu comme Michel Rocard l'avait dit :"on ne peut pas accueillir toute la misère du monde".  Cette question de l'accès aux droits sociaux est cruciale car l'Etat providence va connaître de fortes pressions avec le vieillissement rapide de la population. Il faudra donc arbitrer dans les dépenses sociales et cela risque de poser de graves problèmes politiques, qui ne sont pas résolus à l'heure actuelle.


Pour en revenir à l'impôt, il faut dire que s'il est vrai que des entrepreneurs, des sportifs ou des cinéastes partent à l'étranger, la fraude fiscale est relativement faible dans les pays du Nord car il y a consensus sur l'impôt: même s'il est parfois lourd, il est perçu comme relativement juste car redistributif et équitable. La culture civique est ici importante , ce qui n'est pas toujours le cas dans notre pays.

Les pays scandinaves ont su injecter l'économie de marché dans le fonctionnement de l’État providence pour améliorer ses résultats, et le privé et le public semblent cohabiter sans problème. Cependant, la corruption doit être surveillée pour éviter les conflits d'intérêts. Ce fonctionnement est-il imaginable en France ?

Même si la culture nordique est exigeante en termes d'impôts, elle n'est pas hostile à l'argent et à l'initiative. Il n'y a pas une vision punitive de l'impôt. Bien qu'il existe des grandes fortunes comme les Wallenberg en Suède, les écarts sont relativement plus resserrés dans les pays du nord qu'en France  ou dans les pays du Sud de l'Europe.

C'est une tradition un peu protestante, la marque aussi que la société forme une très grande classe moyenne. plus qu'une pyramide très hiérarchisée. Les notions de privilège ou de caste..

Il faut aussi savoir que ces sociétés, très sensibles à l'intérêt général à l'aspect collectif (mais non collectiviste), ont de secteurs publics marchands relativement étroits. Il n'y a pas de grandes entreprises publiques, comparable à celles que l'on a connues en France avant la période des privatisations, ou même en Grande Bretagne.

Il y a des secteurs parapublics dans le domaine des hydrocarbures , par exemple en Norvège, mais pour le reste, c'est le secteur privé qui gère. Il n'y a pas de conflit idéologique entre secteur public et entreprise privée, donc pas de conflit entre l'intérêt général et le profit.  L'idée, c'est que le système économique doit concourir aux objectifs communs : le plein emploi, et le dynamisme.

Dans la santé, il y a eu introduction d'un système hôpital public/privé pour avoir le meilleur rapport qualité/prix. Mais cela n'a pas été fait dans l'esprit thatchérien comme en Grande-Bretagne qui sous-entend que le privé a toujours raison.  Globalement, donc le système nordique reste un exemple et nombre de pays européens auraient intérêt à l'étudier.. et à s'en inspirer !

 Propos recueillis par Ann-Laure Bourgeois

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 08/02/2013 - 12:47
@vangog
evidemment le "chantage syndical français" vous incluez le medef !!!

et votre connaissance des syndicalismes dans les pays nordiques est tres certainement affuté car on vous en a parlé depuis des lustres et dans le détail .

et vous avez un connaissance affuté comme moi des prerogatives et de la variétés des puissances syndicales en présence dans ces pays a tetes couronnées .
vangog
- 08/02/2013 - 01:55
Adaptation, évaluation et négociation...
Voilà ce qui caractérise les pays Nordiques et les oppose totalement au dogmatisme, a l'égalitarisme et au chantage syndical français.
A la différence des Français, les Nordiques n'ont pas été intoxiqués par le Marxisme-Léninisme qu'ils ont soigneusement banni de leur société plus intelligente que la notre...
Sans cette hérésie économique et sociale qui corrompt toutes les strates de la société, tout devient alors plus facile!
jerem
- 08/02/2013 - 00:20
et le surendettement exceddif des menages nordiques ? rien
et rien sur l'endettement record des pays nordiques ? quel dommage de nous vanter le poids de la dépense publique et d'oublier de souligner en complement de la part du temps partiel , les niveaux de l'endettement des menages des pays scandinaves ......