En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

06.

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

07.

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Prise de guerre ?
Covid-19 : une commande française de masques aurait été détournée et achetée en liquide par les Etats-Unis en Chine juste avant l'acheminement vers la France
il y a 2 heures 35 min
pépite vidéo > Europe
Courage des Britanniques
Le prince Charles adresse un message de solidarité aux Britanniques face à l’épreuve du coronavirus
il y a 3 heures 43 min
light > High-tech
Bonheur en famille
Confinement : grâce à Google et à la réalité augmentée, il est possible de recréer un véritable zoo à la maison
il y a 5 heures 18 min
pépites > France
Nouveau délai
Coronavirus : Gérald Darmanin précise le calendrier et le décalage de la déclaration d'impôts
il y a 6 heures 40 min
décryptage > Economie
Solidarité nationale

Appel de l’Etat aux dons pour les plus affectés par le Coronavirus : et la France inventa le Fisc fucking

il y a 7 heures 47 min
décryptage > Europe
Nouvel épicentre de la pandémie

L’Union européenne en réanimation : pronostic vital engagé

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Société
Contagion

Petites prévisions sur l’impact du Coronavirus sur les inégalités

il y a 10 heures 24 sec
décryptage > Santé
Crise silencieuse

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

il y a 10 heures 30 min
décryptage > Politique
Stratégie offensive

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

il y a 10 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

il y a 11 heures 34 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Sibeth Ndiaye décide de remanier les membres de son cabinet ministériel
il y a 3 heures 12 min
pépites > Terrorisme
Espoir
Sophie Pétronin serait toujours en vie, selon le fils de l'otage française enlevée au Mali
il y a 4 heures 38 sec
pépites > France
Printemps et confinement
Covid-19 : Christophe Castaner met en garde les Français qui auraient l’intention de partir en vacances
il y a 5 heures 58 min
pépite vidéo > Société
Ministère de l'Intérieur
Violences conjugales : un numéro d'urgence est dorénavant accessible par un simple SMS
il y a 7 heures 12 min
décryptage > Politique
LR

Aurélien Pradié : "Non, je ne suis pas anti-libéral"

il y a 8 heures 19 min
décryptage > International
Campagne électorale

Les élections américaines face à l’émergence d’un nouveau candidat : le coronavirus

il y a 9 heures 40 min
décryptage > International
Il paraît que c’est de l’humour

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

il y a 10 heures 17 min
décryptage > Consommation
Mesures barrières... contre les kilos

Déjeuner chez soi par temps de confinement : attention surpoids

il y a 10 heures 42 min
décryptage > Santé
Drame de la désindustrialisation

Vaccins contre le Covid-19 : mais qui sera capable de produire les dizaines de millions de doses nécessaires ?

il y a 11 heures 21 min
décryptage > Environnement
Alimentation

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

il y a 12 heures 2 min
© Reuters
La revue Prescrire a dévoilé le 31 janvier dernier une liste noire des "médicaments plus dangereux qu’utiles".
© Reuters
La revue Prescrire a dévoilé le 31 janvier dernier une liste noire des "médicaments plus dangereux qu’utiles".
Traitement

Médicaments inutiles et dangereux : pourquoi sont-ils toujours là ?

Publié le 06 février 2013
Après le "Mediator", "Diane 35", quel sera le prochain médicament retiré du marché à cause de sa dangerosité ? La revue Prescrire a dévoilé le 31 janvier une liste noire des "médicaments plus dangereux qu’utiles" pour lesquels elle demande le retrait du marché. Une dizaine de médicaments plus ou moins courants sont pointés du doigt.
Sauveur Boukris est médecin enseignant à l'université Diderot (Paris VII). Il est l'auteur de nombreux livres médicaux dont Ces médicaments qui nous rendent malades (Le Cherche Midi, 2009). Chroniqueur médical, il participe à différentes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sauveur Boukris
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sauveur Boukris est médecin enseignant à l'université Diderot (Paris VII). Il est l'auteur de nombreux livres médicaux dont Ces médicaments qui nous rendent malades (Le Cherche Midi, 2009). Chroniqueur médical, il participe à différentes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après le "Mediator", "Diane 35", quel sera le prochain médicament retiré du marché à cause de sa dangerosité ? La revue Prescrire a dévoilé le 31 janvier une liste noire des "médicaments plus dangereux qu’utiles" pour lesquels elle demande le retrait du marché. Une dizaine de médicaments plus ou moins courants sont pointés du doigt.

Atlantico : Existe-t-il, sur le marché, des médicaments dont la dangerosité a été prouvée ? Ou bien le danger se situe-t-il dans l'utilisation qu'on en fait ?

Sauveur Boukris : Il y a des médicaments qui peuvent être dangereux car ils peuvent provoquer des accidents coronariens, rénaux, voire cardiaques. C’est par exemple le cas de l’ "Arcoxia" qui est un anti inflammatoire non stéroïdien, dérivé du "Vioxx" qui a été supprimé en 2004. Pourtant ce médicament est tout même commercialisé, avec une petite variante chimique mais qui reste de la même famille. Il y aussi des médicaments pour la maladie d’Alzheimer comme l’ "Aricept" qui peuvent entraîner des syncopes et des accidents rénaux. On les connaît, il y a beaucoup d’informations diffusées. Mais l’industrie pharmaceutique a tendance à minimiser ou à sous-estimer le nombre de cas ou encore le risque potentiel. Donc les informations émises par les firmes sont souvent sous-évaluées. Il faut se renseigner sur les sites (Formadep, Docbuzz ou encore Atoute), les revues telles que Prescrire voire les revues spécialisées étrangères. Les informations sont en général référencées et fiables. La médecine évolue très vite, c’est pourquoi il faut perpétuellement remettre ses connaissances en question. Non seulement il faut connaître les effets secondaires mais il faut se dire que même si dans les statistiques le pourcentage est faible, pour le malade, cela peut être du 100%. Il y peut y avoir des effets secondaires peu nombreux statistiquement mais graves cliniquement, tout comme des effets très divers mais bénins. Tout ceci est le fruit de la lecture du médecin ainsi que de son expérience.
La responsabilité incombe au médecin qui doit se renseigner sur les médicaments qu’il propose à ses patients, il doit lire auparavant les notices pharmaceutiques, s’informer sur ce qui se fait de mieux. Sauf quelques cas particuliers de personnes qui cumulent de façon intentionnelle ou non différents médicaments, les patients écoutent et suivent les prescriptions. Si effet secondaire il y a, c’est parce que le médecin ignore ou sous-estime l’effet d’un médicament. Si le médecin est hésitant il doit prévenir de la possibilité d’effets secondaires et conseiller au patient d’arrêter la prescription puis d’appeler au moindre doute. Je suis pour l’anticipation du médecin.

Comment la dangerosité des médicaments est-elle établie ?

A partir des essais cliniques nous avons pu établir que tel ou tel médicament était potentiellement dangereux. Quand un médicament a son autorisation de mise sur le marché (AMM), on en connaît les effets secondaires. Mais les autorités sanitaires peuvent considérer que ces risques sont peu importants, et lorsqu’un médicament est autorisé à plus grande échelle, le nombre de cas d’effets secondaires va bien évidemment croître. Cela dit, on les maîtrise plus à travers les essais cliniques. La dangerosité d’un médicament est très subjective. On considère la notion de bénéfice/risque (le bénéfice devant bien sûr être plus fort) et l’amélioration du service médical rendu (ASMR), qui consiste à comparer un médicament aux autres sur le marché, et est-ce que l’amélioration est significative. Il y a une codification : numéro 1 et 2 quand il y a une grande amélioration, 4 ou 5 quand ce ne sont que des copies de précédents médicaments et donc il n’y a pas d’amélioration.

La notion d’utilité et d’inutilité est sujette à discussion. Est-ce utile pour la société ou pour le patient ? Il faut aussi prendre des précautions dans l’emploi du terme « dangereux ». Pour des chimiothérapies par exemple, si un médicament a des risques potentiels mais qu’il a aussi une grande efficacité et qu’il y a une chance sur deux pour que ce médicament améliore le quotidien d’un patient, alors on prend le risque, tout en en connaissant les possibles conséquences. Dans le cadre de la médecine générale, il y a un réel laisser-aller face à la dangerosité de certains médicaments. 5% de médicaments dangereux… Cela me paraît beaucoup, même si on en retrouve pratiquement dans chaque famille thérapeutique. Pour ceux qui sont encore prescrits, on peut pointer du doigt le manque d’information de certains médecins mais aussi, et surtout, l’irresponsabilité de l’agence nationale de sécurité du médicament (ANSM) qui ne joue pas suffisamment le gendarme en interdisant les médicaments mis en cause, ou en émettant des réserves dans la prescription.

Si effectivement, comme l'avance Le Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux des professeurs Bernard Debré et Philippe Even, 50% des médicaments sont inutiles, dont 5% potentiellement dangereux, comment expliquer qu'ils soient toujours là ? A partir de quel moment décide-t-on de supprimer un médicament du marché ? Quel délai y a-t-il entre la décision et le retrait du marché ?

Bien souvent on les supprime après coup, lorsqu’il y a des décès, de plaintes déposées ou une médiatisation. Il a fallu deux ans pour supprimer « Vioxx » dont je parlais précédemment. En général, il faut compter plusieurs années avant que des médicaments dangereux quittent le marché. Pourquoi ? Il y a des controverses entre experts, ces derniers demandent des contre-expertises qui nécessitent une enquête sur la durée, parfois ils considèrent que les risques sont mineurs face aux bienfaits et que les enjeux économiques pèsent dans la balance. Il y a un paradoxe dans la mesure où l’on parle d’Autorités sanitaires qui, finalement, ne font pas preuve d’une grande autorité. C’est à force de dénonciation de patients que l’on en vient à retirer, sur le tard, des produits à risque.

Les tests avant commercialisation sont-ils insuffisants ? 

A partir du moment où un médicament a son brevet, la durée du brevet est d’environ quinze ans. Il se passe sept à huit ans avant qu’un laboratoire ne passe en phase de commercialisation. A ce moment-là, il pousse le marketing à son paroxysme afin de faire un retour sur investissement. L’enjeu financier est bien évidemment de taille. Par chance, certains laboratoires, s’ils soupçonnent le moindre risque pour les patients cessent de suite les essais. Pour "Diane35", il y a eu six cas. Certes sur le million de boîtes consommées, ce n’est pas énorme mais cela reste quatre décès qui auraient pu être évités. Pour l’exemple du "Mediator", il y a eu des décès mais ces décès n’auraient pas eu lieu si les autorités de santé avaient joué leur rôle.

L'insuffisance de circulation des données dans le monde médical ne pose-t-elle pas problème ?

Parfois il y a conflit d’intérêt car des experts de laboratoires sont également experts auprès des agences. Mais de toute façon les décisions sont toujours prises avec du retard car pendant le délai entre l’apparition de cas (plus ou moins graves) et la réelle prise de conscience des autorités sanitaires, la commercialisation continue. L’ANSM, après le rapport paru dans la revue Prescrire, ne peut pas nier que des médicaments encore en vente représentent un danger pour les patients. Je pense donc que leur devoir est d’informer les médecins, et d’ordonner aux laboratoires des études complémentaires. Depuis vingt ou trente ans, les autorités sanitaires tardent à prendre des décisions. En effet, il y a de plus en plus de produits sur le marché, bien qu’il n’y ait pas d’innovation majeure mais beaucoup de copies, et elles semblent noyées dans ce flux. Ainsi, le marketing a pris une place considérable sur le marché. Autre constat, les patients n’ont plus peur de remettre en cause les laboratoires, notamment à la suite d’affaires telles que celle du "Mediator", qui pour le coup, est presque caricaturale. Trop longtemps nous avons été naïfs quant à l’impact des médicaments, leurs effets secondaires. Ce type d’affaire nous a invités (nous les médecins), à remettre en question nos connaissances, développer notre esprit critique. D’ailleurs ces scandales devraient être l’occasion idéale pour le ministère de revoir sa politique en faisant enfin du patient sa priorité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

03.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

04.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

05.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

06.

Coronavirus : le défi des corps (contagieux) des malades décédés

07.

"La France unie" : Emmanuel Macron lance un slogan bien moins rassembleur qu’il n’y paraît

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

03.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

04.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
emi-75
- 07/02/2013 - 11:39
A qui faire confiance ?
Bonjour,
Toutes ces histoires me font peur ! Je ne sais plus trop qui croire. Chaque semaine, il y a une nouvelle affaire comme si c'était fait exprès pour entretenir la psychose chez les patients ! Pourtant, je fais confiance à mon médecin et à mon pharmacien qui m'expliquent bien comment sont faits les médicaments.
Cet article peut aussi vous aider : http://www.entrepatients.net/fr/sante/dossiers/142227-medicaments-parcours-medicament-episode-1-de-recherche-a-commercialisation
jlbaty
- 07/02/2013 - 06:41
la bachelot nous a bient entubé et ça continu
Il y a même des entreprises, qui produisent des pac tout compris de séminaires bidon ,pour offrir aux medecins pour les remercier des sur prescription de medocs
Salvatore Migondis
- 06/02/2013 - 20:39
@Benjamin..
J'espère que vous avez eu la décence de rembourser les huit jours de réanimation payés par la communauté..!