En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

02.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

03.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

04.

Epidémie de gastro-entérites : tout ce qu’il faut savoir pour éviter d’attraper le norovirus

05.

Chine : un virus mystérieux inquiète les autorités chinoises. Et désormais l'OMS

06.

La bombe démographique européenne : à partir de 2021, la population diminuera

01.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

02.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

03.

LR : le tigre de papier

04.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

05.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

06.

« Voulez-vous que l'air soit plus pur ? » : le référendum que Macron ne peut pas perdre !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
A torts ou à raison ?
Violences policières : Sibeth Ndiaye défend les forces de l'ordre
il y a 5 heures 34 min
pépites > Politique
"10, 9, 8... boum"
Donald Trump raconte l'élimination du général Qassem Soleimani par les forces américaines
il y a 8 heures 9 sec
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Proxima Centauri c : y a-t-il une superterre à 4,2 années-lumière du Soleil ? ; Bételgeuse : sa baisse de luminosité décryptée par Sylvie Vauclair
il y a 11 heures 55 min
décryptage > International
Fiche de lecture

Goliath : le livre choc sur la manière dont les citoyens occidentaux ont organisé la dangereuse impuissance des démocraties (et la surpuissance des géants du web)

il y a 13 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Daniel Pennac, rêveur sacré

il y a 13 heures 24 min
décryptage > International
Disparition passée inaperçue

Avec la mort du sultan d'Oman, quel avenir pour la diplomatie conciliatrice au Moyen-Orient ?

il y a 13 heures 25 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Attentat de Charlie Hebdo, entraves à la laïcité : vers le rétablissement du délit de blasphème ?

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Religion
Bonnes feuilles

Comment le dieu social s’est installé dans l’inconscient des musulmans

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Religion
Au nom de l'islam

Malik Bezouh : « Le fondamentalisme musulman ne sera pas défait à coups de proclamation de morale creuses »

il y a 13 heures 48 min
décryptage > Economie
Une bromance

Ce que “l’amitié” entre Donald Trump et Bernard Arnault révèle de la manière dont l’Europe a échappé au pire de la guerre commerciale. Sans que rien ne soit gagné...

il y a 14 heures 27 min
light > Politique
Une nouvelle vie
Royaume-Uni : le prince Harry et son épouse Meghan Markle renoncent à leur titre d'altesse royale
il y a 7 heures 4 min
pépites > Politique
Numéro 1
Municipales 2020, Paris : Anne Hidalgo prend la première place
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Tribunes
De nouveaux enjeux

Les étranges voeux d’Emmanuel Macron pour l’environnement en 2020

il y a 12 heures 38 min
décryptage > Economie
Un constructeur qui tient la route

Baisse des ventes mondiales d’automobiles : comment Renault est parvenu à limiter la casse même sans Carlos Ghosn

il y a 13 heures 23 min
décryptage > Politique
On a besoin de lui !

M'jid el Guerrab (plus connu sous le sobriquet de "l'homme au casque") va-t-il reprendre du service auprès de Ségolène Royal ?

il y a 13 heures 25 min
décryptage > International
Contre-intuitif

Pourquoi, contrairement aux apparences, l'Iran a gagné face aux Etats-Unis

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Système de santé en France : les dérives de la gestion administrative et du manque d’engagement et de courage du pouvoir politique

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Social
Bonnes feuilles

Paris brûle-t-il ? : les Gilets jaunes face au "mépris" d’Emmanuel Macron

il y a 13 heures 28 min
décryptage > Politique
Etre pris la main dans le sac

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

il y a 14 heures 9 min
décryptage > Politique
La factrice sonne toujours deux fois

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

il y a 14 heures 53 min
© Reuters
Les repreneurs potentiels de Petroplus ont jusqu'à ce mardi pour déposer leurs offres concernant la raffinerie de Petit-Couronne.
© Reuters
Les repreneurs potentiels de Petroplus ont jusqu'à ce mardi pour déposer leurs offres concernant la raffinerie de Petit-Couronne.
Industrie

Fermeture de Petroplus ? Pourquoi le raffinage n'est pas rentable en France

Publié le 05 février 2013
Les prochaines heures s'annoncent décisives pour l'avenir de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne, près de Rouen, dans la Seine-Maritime, et de ses 470 salariés, avant la dernière limite, ce mardi, pour le dépôt des candidatures au rachat du site.
Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Porcher
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les prochaines heures s'annoncent décisives pour l'avenir de la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne, près de Rouen, dans la Seine-Maritime, et de ses 470 salariés, avant la dernière limite, ce mardi, pour le dépôt des candidatures au rachat du site.

Atlantico : Les repreneurs potentiels de Petroplus ont jusqu'à ce mardi pour déposer leurs offres concernant la raffinerie de Petit-Couronne (Seine-Maritime). Plusieurs sociétés pourraient déposer des offres, mais certaines d'entre elles seraient d'ores et déjà jugées "insuffisantes" ou tomberaient sur le coup d'une interdiction envers l'Iran. L'activité de raffinage est-elle rentable en France ?

Thomas Porcher : La rentabilité d’une raffinerie est évaluée en fonction des marges de raffinage. Or, le calcul de la marge brute de raffinage est la différence entre la valeur des produits raffinés (essence, diesel,…) sur le marché de Rotterdam moins le coût d’achat du pétrole qui inclue le prix du brut sur les marchés mais aussi le fret et les assurances. Cette marge doit donc être prise avec précaution car elle dépend plus de la volatilité des prix des produits raffinés et du brut sur les marchés que de la productivité des acteurs du raffinage, souvent d’ailleurs tenus comme responsables des pertes du secteur.

Si l’évolution des marchés provoque une augmentation de l’écart entre les prix des produits raffinés et du pétrole brut, alors le secteur du raffinage réalise des marges sans même que sa productivité réelle ne change et inversement pour les pertes. Il suffit de regarder les chiffres des marges brutes de raffinage sur Brent (Euro/tonne) des derniers mois pour comprendre la volatilité du secteur : en février 2012, la marge était de 18 euros pour passer à 40 euros en avril puis redescendre à 25 euros en mai.

C’est d’ailleurs là qu’est le principal problème du raffinage en France comme dans le reste du monde, la rentabilité des raffineries ne dépend pas réellement de leur productivité mais de marges « artificielles » qui sont soumises à la volatilité des marchés. Parfois, le secteur du raffinage est gagnant, c’est le cas cette année pour Exxon Mobil et Chevron qui ont vu leurs bénéfices soutenus par le raffinage, parfois perdant comme ces trois dernières années en France.

En 2010, les raffineries françaises étaient en grève. Le secteur du raffinage est-il protégé en France ? Profite-t-il de prix artificiels par rapport aux prix qui résulteraient d'une confrontation naturelle entre l'offre et la demande sur un marché ?

Le secteur du raffinage n’est pas protégé en France. Par contre, le prix du diesel à la pompe est un prix artificiel qui ne joue plus en faveur des raffineries. Depuis 1994, la demande française en diesel ne cesse de croître, alors que la demande en essence connait une forte diminution.

Actuellement, la demande de gazole représente 80% de la demande de carburant et les raffineries françaises se trouvent obligées d’exporter leur production d’essence qu’elles n’arrivent pas à écouler sur le territoire, parfois à un prix bas, et d’importer du gazole de l’étranger. Cette inadaptation de l’outil de travail des raffineries françaises à la demande est absurde et pèse sur leur compétitivité. Les pertes s’expliquent en partie par les surcapacités de production d’essence dues à l’inadaptation de l’offre et de la demande. Or, l’arrêt de l’avantage fiscal sur le diesel permettrait de réadapter l’offre à la demande. Il faut donc cesser de protéger le diesel pour protéger les raffineries.

La crise économique, ayant entraîné une baisse de la consommation d'essence, a-t-elle débouché sur une surcapacité des capacités mondiales de raffinage ?

Il est vrai qu’on assiste à une baisse de la demande, une baisse structurelle avec la production de véhicules plus légers et donc moins gourmands en carburant et une baisse conjoncturelle avec la crise. Mais, comme je l’ai dit précédemment, l’annonce des bénéfices des premières compagnies montrent que cette année, le secteur du raffinage a soutenu leurs bénéfices. Le vrai problème est que leur rentabilité, et donc leur survie, dépend surtout des mouvements hasardeux des marchés.

Or, le maintien de raffineries sur les territoires nationaux est essentiel car elles assurent une sécurité d’approvisionnement. Et chacun doit prendre conscience que l’alternative d’une disparition des raffineries en France peut se révéler dramatique : le pays sera alors à la merci des importateurs qui peuvent imposer des contraintes de prix en agissant eux-mêmes sur le calendrier des importations. Les français insulaires connaissent déjà cette situation et manifestent périodiquement contre ces méfaits.

Propos recueillis par Olivier Harmant

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Le gorille
- 06/02/2013 - 08:31
Diable ! Où est le ministre du pétrole ?
Une précision chiffrée eût été la bienvenue : par tonne de pétrole, combien de litres de diésel et d'essence? Et expliquer que le raffinage n'a que peu marge de manoeuvre pour varier les proportions...
Ceci dit, où est le ministre du pétrole ? A croire que personne, au niveau ministériel j'entends, ne sait prendre sa calculette ! Ni même penser en termes de système !
Ou alors le ministre le sait-il seulement, comment fonctionne le raffinage ? Une réponse négative ne me surprendrait guère.
Salvatore Migondis
- 05/02/2013 - 22:30
???
Et moi qui croyais les Français si raffinés...
20dicte
- 05/02/2013 - 19:54
Même une Maison de tolérance
Même une Maison de tolérance sait protéger tant son outil de travail, tant ses clients que son personnel.