En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Selon Les Echos, Vincent Peillon serait prêt à lâcher 400 euros de prime par an aux professeurs des écoles.
Passage en force

Prime de 400 euros pour les enseignants du primaire : "acheter" les réformes est-il le meilleur moyen de les faire passer ?

Publié le 02 février 2013
Selon Les Echos, Vincent Peillon serait prêt à lâcher 400 euros de prime par an aux professeurs des écoles. En plein bras de fer avec les enseignants du primaire sur le retour à la semaine de quatre jours et demi, le ministre de l'Education nationale serait-il tenté d'acheter sa réforme ?
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon Les Echos, Vincent Peillon serait prêt à lâcher 400 euros de prime par an aux professeurs des écoles. En plein bras de fer avec les enseignants du primaire sur le retour à la semaine de quatre jours et demi, le ministre de l'Education nationale serait-il tenté d'acheter sa réforme ?

Atlantico : La prime de 400 euros proposée par Vincent Peillon semble correspondre davantage à l'idée de lâcher du lest sur les revendications syndicales. En la proposant le ministre ne cherche-t-il pas à rendre possible la réforme des rythmes scolaires ? 

Erwan Le Noan : L’annonce de cette "prime" tombe à pic ! Elle intervient quelques jours après la mobilisation des enseignants, alors que le malaise grandit entre eux et le Gouvernement. Il faut se souvenir que Vincent Peillon avait commencé son ministère en expliquant qu’il ne pourrait probablement pas augmenter les salaires pour les enseignants. Puis voyant la grogne monter, le Ministre a commencé à faire miroiter une compensation salariale. Il semble avoir été surpris par l’ampleur du mouvement enseignant et essaie maintenant de le calmer rapidement.On peut le comprendre, s’il rate sa première réforme, une fois de plus, le "Mammouth" restera immobile dans les années qui viennent … (et lui perdra ses chances de promotion politique). Reste à savoir où l’Etat trouvera cet argent, alors même qu’il ne fait déjà pas vraiment d’efforts pour réduire ses dépenses !

En somme est-ce qu'une réforme peut s'acheter ?

Evidemment. Les économistes Delpla et Wyplosz ont même écrit un livre qui propose de compenser financièrement les "privilégiés", cibles des réformes. L’exemple emblématique de leur démonstration, c’était les taxis : ils suggéraient qu’ils soient indemnisés de la perte de valeur de leurs licences consécutive à une libéralisation (il est nécessaire d’avoir une autorisation pour exercer la profession de taxi, que les chauffeurs se revendent très cher et qui leur sert de garantie financière). Il faut dire que les perdants des réformes sont généralement bien identifiés et les gagnants beaucoup plus diffus. Or, les perdants ont de fortes capacités de mobilisation, d’autant plus qu’en France ils se trouvent plus souvent dans la fonction publique ou les activités proches de l’Etat. Les acheter peut les calmer…

Quelles sont par ailleurs les modalités, les méthodes pour "acheter" une réforme ? Comment bien faire passer la pilule ?

Une réforme est, quoiqu’il arrive, une négociation. Il n’est donc pas étonnant qu’il y ait des concessions. Faire "passer la pilule", c’est faire accepter à certains qu’ils vont perdre. Soit ils ont un sens très fort de l’intérêt général et il suffit de leur montrer que la réforme profitera à la collectivité, soit on les convainc que c’est bon pour eux … et rien de mieux pour convaincre qu’un peu d’argent. La chronologie des réformes fait toujours débat : faut-il prendre le temps de les faire ou agir rapidement en début de mandat ? Ce Gouvernement a choisi la seconde option : il n’a pas beaucoup bougé pendant six mois, perdant en popularité et accumulant des attentes. Maintenant, il ne peut plus se permettre de se mettre son électorat à dos, même un peu. Nicolas Sarkozy avait choisi à l’inverse de précipiter les réformes après son élection… puis il avait tout arrêté…

Quels sont les risques de pratiquer une telle politique ? Pour quelle efficacité ? 

Dans le cas de la "prime Peillon", le premier risque est pour les finances publiques. Où va-t-il trouver tout cet argent ? Ensuite, c’est aussi un mauvais signal donné à l’opinion : il suffit que les fonctionnaires protestent une fois pour que le gouvernement socialiste leur envoie à nouveau un chèque ! Or, on ne peut pas vraiment dire que les enseignants soient maltraités. Il peut cependant être très important politiquement d’afficher un succès de réforme, pour permettre d’en enclencher d’autres. Le problème c’est que sur le fond, ces concessions sont rarement très bonnes … et qu’elles ne sont pas suivies des réformes d’ampleur nécessaires. Dans leur livre sur les Réformes ratées du Président Sarkozy, les économistes  Cahuc et Zylbergerg ont montré que la réforme des régimes spéciaux entrait dans cette configuration : pour avoir "sa" réforme, le précédent Gouvernement a cédé … mais au final l’intérêt économique était très limité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

04.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

07.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (23)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 03/02/2013 - 22:44
qu'en termes pudiques ces choses sont dites
"pour avoir "sa" réforme, le précédent Gouvernement a cédé … mais au final l’intérêt économique était très limité."

non non, le cout de la reforme a été fiancierement plus cher a la sortie qu 'avan la reforme .... et pas "tres limité".

la reforme était faite pas pour la justice mais pour l'equilibre des regimes et le barratinage commencait avec la necessite financiere. l'approche etait sur la durée certes mais ce sont les finances qui importait ET LA ENCORE UNE FOIS , le pretendu courage .. a été payant ...surtout dans le silence des transactions ....

Comme pour le regimes des electriciens et gaziers en 2004 sur le dos du regime des privés .....

on va voir ce que cela donnera sur le jour de carence ....voila l'indicateur repere.
Satan
- 03/02/2013 - 18:08
Ecole privée: pompe à fric sans résultat!
les chiffres le montre, l'école privée malgré les subventions et la mise à disposition gratuite des fonctionnaires enseignants n'arrive pas à fournir de résultat à la hauteur!
Ils suffit de discuter avec la jeunesse française pour se rendre compte du désastre...
Moi qui n'est aucun a priori idéologique ne peut que tristement constater la misère intellectuelle ambiante. heureusement qu'il y a TF1 et The Voice pour amener un peu de culture dans ce pays!
Satan
- 03/02/2013 - 18:05
L'école privée est en fait public! Subvention et compagnie!
Mais attention shutt tabou!
Maintenant en France on dit privée pour ce qui est financé par l'argent public! Mais shutt, les profiteurs monothéistes veulent continuer à en profiter s'en que personne y retrouve à redire. Les privilèges financés par l'état les arranges bien quand ils en profitent!
Pas besoin d'être de droite ou de droite pour remarquer l'arnaque! Même les services de communication du Vatican veillent aux grain et sont près à tout les fumigènes: le jeu en vaut la chandelle: subventions à plein régimes et fonctionnaires mis à disposition gratuitement! C'est beau de faire du "privée" dans ces conditions non?