En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© D.R.
Pour prévoir un changement drastique, il suffirait de se baser sur de simples règles mathématiques.
Boule de cristal
1 + 1 = demain... Quand les maths permettent de prédire les bouleversements du monde
Publié le 04 février 2013
Selon le biologiste George Sugihara, de simples principes mathématiques pourraient expliquer les bouleversements qui définissent aussi bien le changement climatique, les crises financières mais aussi l'effondrement des stocks de poissons.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le biologiste George Sugihara, de simples principes mathématiques pourraient expliquer les bouleversements qui définissent aussi bien le changement climatique, les crises financières mais aussi l'effondrement des stocks de poissons.

Et s'il était possible de prévoir la prochaine crise économique, les prochains changements de climats ? Le biologiste théorique George Sugihara assure que cela est plus que probable ! Pour prévoir un changement drastique, il suffirait en effet de se baser sur de simples règles mathématiques. Les exemples des crises financières, du changement climatique, des stocks de poissons ou encore des crises d'épilepsie pourraient bien servir de modèles ! Regarder comment différents écosystèmes en bonne santé se transforment à toute vitesse devrait en effet permettre de créer quelques règles. Car si ces "systèmes" sont en effet différents, ils partagent toutefois le fait d'être complexes, interdépendants mais également non-linéaires, instables.

George Sugihara rappelle ainsi quelques principes fondamentaux que les experts oublient souvent. Premièrement, il est important de penser un système dans sa globalité, et non plus comme plusieurs petites parties que l'on peut tout bêtement additionner. L'exemple des stocks de poissons permet d'en prendre conscience : les stocks sont généralement gérés espèce par espèce, mais une alerte sur l'effondrement des stocks aide à créer le mouvement actuel de gestion des océans basé sur tout l'écosystème. Mais les chercheurs ont toutefois toujours tendance à sous-estimer les baisses du nombre de poissons. La même chose peut d'ailleurs être observée pour le changement climatique : les modèles utilisés ne cessent de sous-estimer la possibilité d'un brusque changement. Cela s'explique notamment par l'oubli de la nature non-linéaire de certains systèmes.

Les scientifiques présument en effet généralement que des systèmes complexes comme le climat ou encore la finance fonctionnent sur un schéma stable et linéaire. Il n'en est bien évidemment pas le cas. Si les systèmes linéaires produisent des statistiques "stationnaires" en présumant qu'un procédé ne change pas en fonction du temps, les systèmes qui ne le sont pas peuvent changer d'un coup, sans prévenir, après avoir longtemps été stables et linéaires.

En gardant les deux principes exposés ci-dessus, il devient donc possible de prédire les changements drastiques. L'important est en effet d'étudier les différents systèmes à leur niveau le plus générique afin d'identifier des principes universels indépendants des spécificités qui différencient chaque système. Parmi ces principes universels se trouve notamment l'idée qu'il existe des signes précurseurs aux transitions brutales : notamment un "ralentissement critique". Les systèmes deviennent en effet plus lents à l'approche de points de rupture. Un bon exemple est le changement climatique il y a 34 millions d'années.

Autre signe annonçant des changements drastiques : les pulsations des différentes parties d'un système qui se synchronisent d'un coup. La crise financière en est un bon exemple. Peu de temps avant l'effondrement du système financier mondial, les experts ont pu observer une homogénéité dans les stratégies d'investissements des institutions, mais aussi dans leurs stratégies de management de risques. Ainsi les institutions étaient très dépendantes des autres.

Si certains indicateurs semblent pouvoir aider à prédire des changements brutaux, il faut néanmoins garder à l'esprit que certains bouleversements sont inévitables. L'instabilité appartient en effet à la nature et tout ne peut pas se prévoir. On peut néanmoins toujours essayer de se préparer à toutes les éventualités.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
05.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
06.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
EOLE
- 04/02/2013 - 10:49
Où sont les maths là dedans?
Je n'y vois que du simple bon sens et du suivi élémentaire de séries statistiques, bref ce que les égyptiens savaient parfaitement faire à la période prédynastique... et probablement bien avant!
Ravidelacreche
- 04/02/2013 - 10:21
Quand les maths permettent de prédire...
« La théorie, c'est quand on sait tout et que rien ne fonctionne. La pratique, c'est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi. Ici, nous avons réuni théorie et pratique : Rien ne fonctionne... et personne ne sait pourquoi ! »
de A Einstein
Monkeyman
- 04/02/2013 - 10:11
Et si les fractales contribuaient aussi aux prédictions ? !
Je présume que jadis certains matheux étaient cartésiens et binaires.
Depuis, j’espère qu’ils ont tenu compte des règles de la mécanique quantique qui permettent seules de rentrer dans le monde de l’infiniment petit, donc du monde vivant ! MAIS ? !
Du point de vue prédiction, une étude sur l’évolution, utilisant les fractales, de L. Nottale, J. Chaline, P. Grou, est sortie en l’année 2000 … V. sur Internet « Les arbres de l’évolution »

Elle se concluait sur une hypothèse : si nous suivions les schémas évolutifs des dinosaures, des rongeurs, des chevaux, des primates, des échinodermes, des tremblements de terre, des krachs boursiers, etc., nous devrions rencontrer probablement avant 2080 la transformation la plus importante que toutes celles que l'homme moderne a connues depuis son apparition (Ndlr. c. à d. l’homo sapiens) ; que les changements qui en découleraient pourraient affecter globalement l'arbre évolutif …

Elle me paraissait au départ très aléatoire.
« Mais » en 2005, l’enterrement dans un silence assourdissant du résultat de l’évaluation comparative de notre génome et de celui du chimpanzé (Le 1 % !) n’aurait-il pas prouvé que nous fussions des êtres « fractals » ? !