En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

02.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

03.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

06.

Le coronavirus, danger massif pour la zone euro

07.

Cette guerre mondiale qui pourrait voir le jour dans l’Arctique

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Faut-il défendre le "droit au blasphème" ou la liberté d'expression ?

06.

Les deux risques majeurs du coronavirus : une crise économique mondiale et un séisme géopolitique

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Non, la France n'est pas la Thuringe : voilà pourquoi la droite ne PEUT pas s'allier à l'extrême droite !

06.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Coupure de courant
Le PDG d'EDF annonce avoir déposé "entre 80 et 90" plaintes pour des coupures intempestives
il y a 4 heures 49 min
light > Sport
Biathlon
Emilien Jacaquelin champion du Monde de poursuite
il y a 5 heures 33 min
pépites > Faits divers
Déboires d'arrière cuisine
Selon le JDD, Pavlenski aurait poignardé deux personnes au Nouvel An de Juan Branco
il y a 6 heures 21 min
pépites > Justice
Conséquences
Affaire Griveaux : Piotr Pavlenski et sa compagne en garde à vue
il y a 8 heures 5 min
décryptage > Economie
Vidéo Betbeze

Bourse, le coronavirus est derrière nous

il y a 8 heures 47 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

il y a 9 heures 37 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le général de Gaulle a su que la France devait être une République couronnée par les urnes pour pérenniser la grandeur de la Nation

il y a 9 heures 38 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Le choix cornélien de la Manif pour Tous et de la France de Johnny Hallyday : suivre la révolte des classes populaires ou rejoindre l’alliance des bourgeoisies

il y a 9 heures 43 min
décryptage > International
Back to 1962

Cette guerre mondiale qui pourrait voir le jour dans l’Arctique

il y a 11 heures 2 min
décryptage > High-tech
Danger sur nos données

Le piratage informatique chinois nous menace, les marchands de données personnelles aussi

il y a 11 heures 40 min
pépites > Politique
Municipales
Agnès Buzyn sera la tête de liste LREM à Paris
il y a 5 heures 25 min
pépite vidéo > Sport
Système D
Confiné à cause du coronavirus, il court un marathon... dans son salon
il y a 5 heures 52 min
décryptage > Politique
Il a besoin d’une boussole...

Macron se plaît à déplorer « l'affaiblissement de l’Occident ». Mais connaît-il seulement le sens de ces mots?

il y a 7 heures 17 min
décryptage > International
Poker

Les Etats-Unis et "l'art" incertain de la dissuasion nucléaire

il y a 8 heures 31 min
rendez-vous > Culture
Atlantico Lettres
Soif de père
il y a 9 heures 23 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Comment le mauvais traitement médiatique de l’information scientifique pollue le débat sur le glyphosate et menace l’avenir de l’agriculture

il y a 9 heures 37 min
décryptage > France
Entretien avec ...

Gabrielle Cluzel : "Les bourgeois, ce sont les autres"

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Culture
Culture

Pessimisme de l’intelligence : Aamin Maalouf, du naufrage du Proche-Orient à celui des civilisation

il y a 10 heures 43 min
décryptage > Economie
Virus éco

Le coronavirus, danger massif pour la zone euro

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Politique
Nostalgie

Y-a-t-il encore des hommes et femmes politiques armés pour la violence des temps ?

il y a 11 heures 54 min
© Reuters
Combien de temps faudra-t-il attendre avant que la courbe du chômage s'inverse...
© Reuters
Combien de temps faudra-t-il attendre avant que la courbe du chômage s'inverse...
Patience...

"La bataille du chômage ne se gagne pas en un mois", OK. Mais en combien de temps alors ?

Publié le 27 janvier 2013
Le ministre du Travail Michel Sapin, a affirmé que "la bataille contre le chômage ne se gagne pas en un mois, elle se gagne sur la durée". Pour remporter cette victoire, il faudra attendre cinq à dix ans, après des réformes coûteuses.
Gilles Saint-Paul est économiste et professeur à l'université Toulouse I.Il est l'auteur du rapport du Conseil d'analyse économique (CAE) intitulé Immigration, qualifications et marché du travail sur l'impact économique de l'immigration en 2009.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint-Paul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint-Paul est économiste et professeur à l'université Toulouse I.Il est l'auteur du rapport du Conseil d'analyse économique (CAE) intitulé Immigration, qualifications et marché du travail sur l'impact économique de l'immigration en 2009.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre du Travail Michel Sapin, a affirmé que "la bataille contre le chômage ne se gagne pas en un mois, elle se gagne sur la durée". Pour remporter cette victoire, il faudra attendre cinq à dix ans, après des réformes coûteuses.

Atlantico : Alors que le taux de chômage en France est de 10,3% au sens du BIT - le Bureau international du travail - selon les chiffres de l'Insee, Michel Sapin, le ministre du Travail, a déclaré sur Europe 1 : "la bataille contre le chômage ne se gagne pas en un mois, elle se gagne sur la durée". En combien de temps la France pourra alors commencer à recréer des emplois ? A quel taux de chômage pouvons-nous dire que la bataille de l'emploi est gagné pour un pays comme la France ?

Gilles Saint-Paul : En France, le chômage est structurel et dû aux rigidités du marché du travail. La question n'est pas tant de "créer des emplois", condition qui est satisfaite lorsque la conjoncture est favorable, mais de créer un contexte où le marché du travail est suffisamment "huilé" pour pouvoir accueillir les nouveaux entrants, garantir un retour à l'emploi rapide pour les chômeurs, et faciliter les réallocations de main d’œuvre qu'impliquent les innovations et les modifications structurelles de l'économie. Pour y parvenir, il faut des réformes courageuses et coûteuses à court terme, qui ne portent leurs fruits qu'après cinq à dix ans, une fois que les entreprises sont convaincues qu'elles sont dans un nouveau "régime" de politique économique.

La bataille du chômage sera gagnée quand ce-dernier n'excédera pas 8 % au plus fort d'une récession et tombera à 3 ou 4 % après un pic d'activité, mais aussi et surtout lorsque la durée du chômage ne dépassera pas en moyenne deux à trois mois et que la proportion de chômeurs de longue durée sera au-dessous de 20%.

L'accord conclu entre les partenaires sociaux le 11 janvier dernier - qui comprend entre autres une taxation des CDD ou encore une mise en place de droits rechargeables (qui permettent de conserver tout ou partie des indemnités chômage si un chômeur reprend un emploi avant la fin de sa période d'indemnisation) - va-t-il en ce sens ?

Cet accord n'aura qu'un effet marginal. Les entreprises n'y gagnent qu'une plus grande flexibilité concernant la mobilité interne des salariés et l'ordre de priorité dans les licenciements collectifs, mais les coûts de licenciement ne sont pas réduits. En revanche les nouveaux droits et portabilités proposés aux salariés seront coûteux à financer et amoindrissent l'intérêt du crédit d'impôt décidé en novembre. Indirectement, une partie des gains de ce crédit d'impôt est transférée aux "insiders" déjà employés qui étaient assis à la table des négociations au lieu de se traduire par un coût du travail plus faible et donc plus de création d'emploi.

Enfin, la taxation des CDD nuira aux secteurs qui en ont le plus besoin. En l'état elle ne détruit que peu d'emplois mais cette mesure crée un précédent en instaurant une taxe spécifique qui sera à l'avenir un "curseur" supplémentaire sur lequel le gouvernement pourra jouer de façon discrétionnaire. Il en résulte une incertitude néfaste à la création d'emploi.

Dans un contexte de crise, comment se situe la France en Europe en termes d'emploi et de chômage ?

Paradoxalement, la France ne s'en tire pas trop mal pendant les crises, car les rigidités du travail, et notamment la protection de l'emploi, qui sont en moyenne néfastes pour l'économie, jouent un rôle de stabilisateur automatique (c'est pour cette raison qu'il est préférable de mettre en œuvre des réformes structurelles en phase d'expansion). D'autre part l'économie française est plus diversifiée que les économies espagnoles ou irlandaises, ce qui a également contribué à amortir la crise. La vraie question est de savoir si le tour de vis fiscal ne va pas entraîner une transition vers un nouvel équilibre nettement plus défavorable en termes de croissance et d'emploi que ce que nous avons connu jusque-là, et si la persistance des déficits publics et l'absence d'engagement sérieux sur une réduction des dépenses ne va pas entraîner une attaque des marchés contre la dette publique française suivie d'une spirale contractionniste.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

02.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

03.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

06.

Le coronavirus, danger massif pour la zone euro

07.

Cette guerre mondiale qui pourrait voir le jour dans l’Arctique

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Faut-il défendre le "droit au blasphème" ou la liberté d'expression ?

06.

Les deux risques majeurs du coronavirus : une crise économique mondiale et un séisme géopolitique

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Non, la France n'est pas la Thuringe : voilà pourquoi la droite ne PEUT pas s'allier à l'extrême droite !

06.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

Commentaires (56)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
domdas
- 29/01/2013 - 00:31
Encore faut-il avoir des soldats pour livrer bataille !
La bataille du chômage on la gagnera le jour où l'on aura de vrais soldats pour la gagner, pas des déserteurs !
zelectron
- 29/01/2013 - 00:18
évaluation précise du temps qu'il faudra ...
...avec les socialistes: pile à la Saint Glinglin !
zozo26
- 28/01/2013 - 12:17
privilèges
Le gouvernement n'a qu'un seul objectif: protéger les privilégiés gaucho-syndicalistes SNCF, EDF, RATP et enseignants, salariés de grands groupes avec bonnes conventions collectives et votant bien à gauche.
Pour le reste, c'est de la figuration, ajouté à cela la mentalité française. Le gros de ma carrière a eu pour décor les PME. En 2007 je me suis retrouvé au chômage, j'avais 54 ans . Lorsque j'allais faire mes courses entre deux recherches, des gens que je croisais me demandaient pourquoi je me cassais la tête à retrouver un emploi. Pauvre France, le pays qu'il faut quitter.