En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Renault en plein chaos post Ghosn

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

05.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

07.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 42 min 2 sec
décryptage > Société
Culpabilisation à grande échelle

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment l'image de la présidence d'Emmanuel Macron a été écornée par l'affaire Benalla et ses mystères

il y a 2 heures 38 min
rendez-vous > Science
Atlantico Green
Les recherches prometteuses de chimistes japonais sur de nouveaux matériaux plastiques qui permettent de fixer le CO2
il y a 2 heures 41 min
décryptage > Finance
Monnaies

Facebook : comment le Libra pourrait bien changer le dollar

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Société
Transmission

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

il y a 4 heures 13 min
Vallée des Rois
Egypte : découverte exceptionnelle de trente sarcophages de plus de 3.000 ans
il y a 18 heures 23 min
pépite vidéo > People
Epreuve
Meghan Markle se confie sur le harcèlement des tabloïds
il y a 21 heures 1 min
pépites > Europe
Journée décisive et historique
Brexit : manifestation à Londres devant le Parlement pour réclamer un nouveau référendum
il y a 22 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La Bruyère, portrait de nous-mêmes" de Jean-Michel Delacomptée : un portrait captivant

il y a 23 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

"Le dernier hiver du Cid" de Jérôme Garcin : le chagrin et la piété

il y a 1 heure 27 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
La Nasa a dévoilé les combinaisons des astronautes qui marcheront sur la Lune ; Le système planétaire le plus proche de nous a des propriétés étranges
il y a 2 heures 37 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L'amélioration des conditions de travail de la police passera par la restauration de l'autorité de l'Etat et par une modernisation en profondeur

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Culture
Culture

"Fleurs de Légion" de Stéphane Giocanti : un véritable roman d’initiation

il y a 2 heures 45 min
décryptage > Europe
Bras de fer politique

Jusqu’à quand une poignée de parlementaires britanniques s’opposera-t-elle à l’inéluctable - le Brexit ?

il y a 3 heures 58 min
pépites > International
Cessez-le-feu
Recep Tayyip Erdogan menace les combattants kurdes en cas de non-respect de l’accord
il y a 16 heures 54 min
light > Insolite
"Highway to Hell"
Un informaticien a piraté la billetterie du Hellfest afin de tenter d'obtenir désespérément une place
il y a 20 heures 10 min
pépites > Europe
Casse-tête politique
Brexit : l'amendement Letwin a été adopté, les députés reportent leur décision sur l'accord
il y a 21 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"John Tanner, Tome 1, le captif du peuple des 1000 lacs" de Christian Perrissin et Boro Pavlovic : une histoire vraie, servie par des dessins bien loin des images d'Epinal

il y a 23 heures 28 min
pépite vidéo > Europe
Catalogne
Les images des violences à Barcelone en marge de la manifestation des indépendantistes catalans
il y a 1 jour 1 min
© Reuters
Des tranches d’aides doivent encore être versées sous condition à la République hellénique. Peut-on s’attendre à plus de contestations dans le pays ?
© Reuters
Des tranches d’aides doivent encore être versées sous condition à la République hellénique. Peut-on s’attendre à plus de contestations dans le pays ?
ανταρσία

Et si l'économie n'était pas la cause de tous les maux grecs ?

Publié le 22 janvier 2013
Une attaque armée visant le siège du parti au pouvoir en Grèce, Nouvelle-Démocratie, a eu lieu la semaine dernière. La crise économique qui traverse le pays s'est immédiatement transformée en crise politique, et les grands partis pourraient disparaître au profit des extrêmes.
Stathis Kouvelakis est enseignant de sciences politiques à l'université anglaise de King's College. Il est spécialiste de la France et de l'Europe.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stathis Kouvelakis
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stathis Kouvelakis est enseignant de sciences politiques à l'université anglaise de King's College. Il est spécialiste de la France et de l'Europe.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une attaque armée visant le siège du parti au pouvoir en Grèce, Nouvelle-Démocratie, a eu lieu la semaine dernière. La crise économique qui traverse le pays s'est immédiatement transformée en crise politique, et les grands partis pourraient disparaître au profit des extrêmes.

Atlantico : Une attaque armée visant le siège du parti au pouvoir Nouvelle-Démocratie a eu lieu lundi 14 janvier en Grèce, selon l'AFP. Des coups de feu ont été tirés très tôt selon la police, et une balle a été retrouvée dans le bureau du Premier ministre Antonis Samaras. Cette fusillade intervient après une série d'incendies criminels contre les locaux de partis politiques, et la police grecque a évoqué le possible retour de Lutte révolutionnaire, un groupe d’extrême-gauche qui a déjà mené plusieurs actions violentes. La Grèce est-elle au bord de l’explosion politique ? 

Stathis Kouvelakis : Il y a une grande tension politique en Grèce, liée à l'intensité de la crise économique, sociale, et bien entendu politique. C'est dans ce contexte qu'il faut analyser les éléments d'une "stratégie de tension" qui se met en place. Ceci étant, il faut avoir des éléments sérieux pour identifier les auteurs de la récente attaque. Le scénario de la police parle d'une possible résurgence d'un terrorisme d'extrême gauche.

C'est aussi le discours tenu par le gouvernement, qui utilise cette attaque pour mettre en accusation Syriza, le principal parti d'opposition de la gauche radicale, en le sommant de se dissocier de cette attaque, ce qui est ridicule. Il laisse entendre qu'il serait moralement responsable de cette attaque du fait de la politique d'opposition qu'il mène.

J'observe que cette attaque n'a pas été revendiquée alors que traditionnellement, les groupes d'extrême gauche revendiquent leurs actes à travers des textes très longs car il s'agit pour eux de faire de la propagande leurs idées.

Les attaques de ces dernières années  (2000-2010) dans la foulée des événements de décembre 2008, ne provenaient pas du tout des groupes d'extrême-gauche classiques des années 1970-1980, mais plutôt de la mouvance anarchiste ou autonomiste qui existe en Grèce. Elle est extrêmement fragmentée et opaque. Les divers sigles qui apparaissent ne renvoient pas à des entités identifiables. On est donc dans le brouillard le plus complet, et il faut comprendre que le climat économique est tendu.

La situation économique de la Grèce joue-t-elle un grand rôle dans la crise politique qui traverse le pays?

La crise économique qui traverse la Grèce s'est immédiatement transformée en crise politique. La mise en place de ces mémorandums signifie en réalité que le Parlement grec n'est plus le centre de décision du pouvoir, et les gouvernements grecs ne font que mettre en place des politiques qui sont décidées ailleurs. Les tensions sociales sont extrêmement fortes car la mise en œuvre de la politique a des conséquences dramatiques en matière d'appauvrissement de la population, de récession, de chômage - le chômage est à 28%. Un tiers de la population vit en dessous ou sur le seuil de pauvreté, selon les chiffres officiels.

Cette situation a provoqué des affrontements sociaux extrêmement vifs. Durant ces affrontements, la répression policière a été très forte. Les images de la répression contre les manifestations aux abords du parlement grec sont devenues monnaie courante. Nous y sommes habitués depuis maintenant près de trois ans.

Il y a une extrême droite néo-nazie extrêmement violente qui se développe aussi, et qui bénéficie de l'appui ouvert de la police. Ce courant est important, et ce sont des choses qu'on a déjà vu dans le passé. D'un côté une crise sociale, un véritable cataclysme, de l'autre côté un affaissement de l'autorité de l'État. On sait par l'expérience de l'histoire que ces groupes ne peuvent opérer une percée que lorsque l'État apparaît comme incapable d'assurer des fonctions essentielles, des fonctions de service public, social, jusqu'aux services de l'ordre et de la sécurité. Ces groupes peuvent bénéficier d'un soutien important de la population, et c'est cela qui est nouveau.  

Hormis les contestations sociales dans le pays, les groupes politiques sont-ils un moyen de lutter contre les réformes mises en place ? Est-ce un réflexe inhérent à la Grèce de résister via des organisations extrêmes ?

L'histoire de la Grèce est jalonnée par l'action de groupes violents liés à l'État, liés à a droite et aux fractions les plus dures de l'État grec qui ont à plusieurs reprises joué la carte de la déstabilisation comme lors de l'affaire Z en 1961. Des groupes paramilitaires ont assassiné un député de gauche.

C'est banal que ce type de groupes jouisse d'un soutien, et interagisse avec des fractions de l'appareil d'État et notamment la police. On sait que dans les unités spéciales de la police, peut-être la moitié des membres a voté pour Aube Dorée. Concrètement, sur le terrain, à chaque fois que des groupes d'extrême droite se livrent à des pogroms contre des immigrés, des migrants ou des militants de gauche, ils bénéficient systématiquement de l'appui et de la couverture de la police locale, comme c'est le cas dans certains quartiers d'Athènes.

L'opinion répandue dans les milieux d'opposition de gauche est que cette stratégie de la tension serait plutôt le fait d'éléments venant de l'Etat profond lui-même. Il chercherait à créer un climat d'instabilité et de peur pour faire barrage à la montée de la gauche et à la perspective d'un changement politique. Ce sont les termes du débat actuel.

Six mois après l’accord trouvé suite aux élections législatives en juin, comment sont perçus les "partis politiques classiques" par la population ?

L'aspect le plus spectaculaire est la disparition du Pasok. Ce parti a dominé la vie politique du pays les trois, quatre dernières décennies. C'est un parti qui il y à peine quatre ans avait remporté les élections législatives en 2009 avec 45% des voix. Il s'agit maintenant d'un groupuscule qui ne sera probablement même pas représenté au prochain Parlement.

C'est l'aspect le plus remarquable de l'effondrement du système politique tel qu'il existait auparavant. La percée de la gauche radicale d'un côté, et la montée de l'extrême-droite de l'autre sont d'autres expressions du même phénomène, dans une bien moindre mesure. Le parti de droite qui gouverne Nouvelle-démocratie est le seul parti qui tienne encore de l'ancien système politique, mais en se "droitisant" lui-même de plus en plus. C'est un parti qui apparaît d eplus en plus comme là pour maintenir l'ordre et faire barrage à la montée de la gauche. Le parti de M. Samaras n'est plus le parti de centre-droit modéré,  relativement ouvert sur certaines questions sociales et de politique étrangère. Le climat politique actuel est à des années lumières de cela.

La Grèce était un modèle de stabilité politique depuis la chute de la dictature des colonels en 1974 jusqu'à la fin des années 2000. Deux partis alternaient au pouvoir (centre-gauche et centre droit) et réunissaient plus de 80% des voix depuis le début des années 80. Il y avait des éléments de crise politique qui étaient déjà à l'état latent. Cependant, ce qui est venu mettre brutalement un terme est la thérapie de choc appliquée à la Grèce.

Comme le précise la journaliste canadienne Naomi Klein dans de nombreux écrits, la seule originalité du cas grec est que c'est la première fois qu'une telle thérapie est appliquée à un pays occidental membre de l'Union européenne et de l'eurozone. Par contre, ces recettes ont déjà été appliquées par le FMI dans des pays du sud, et ont partout produit les mêmes résultats: les anciens systèmes politique se sont tous effondrés. En Amérique Latine, l'ensemble de l'ancien personnel politique qui a eu à gérer ce type de programme de réajustement structurel a été complètement balayé par ce processus. C'est pour ça qu'on se retrouve en Amérique Latine avec des gouvernements de gauche, anti libéraux. C'est ce qui se produit en Grèce sous nos yeux.  

Des tranches d’aides doivent encore être versées sous condition à la République hellénique. Peut-on s’attendre à plus de contestations dans le pays ?

Les nouvelles mesures du troisième mémorandum votées par le Parlement grec en novembre dernier vont entrer en application à compter de ce mois-ci. Elles prévoient de nouvelles mesures d'austérité (batterie de nouvelles taxes, réduction de salaires, …) et cela dans un climat où la récession et le chômage  a connu tout ce qu'on connaît en Europe occidentale depuis la fin de la guerre. Le cataclysme ne peut que s'approfondir, et une nouvelle série de réaction est  inévitable.

Par ailleurs, les tranches d'aide accordées à la Grèce évoquées dans la question ne vont pas dans l'économie du pays, ou les besoins de l'Etat et donc de la population. Ce sont des prêts, accordés pour rembourser d'autres prêts aux créanciers.  

Propos recueillis par Ann-Laure Bourgeois

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Renault en plein chaos post Ghosn

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

05.

Fortunes américaines vite dilapidées et richesses italiennes transmises à travers les siècles : l’héritage dans tous ses états

06.

Plus urgent que le vote de l'interdiction du voile en sorties scolaires, le combat contre un anti-racisme dévoyé

07.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
vangog
- 22/01/2013 - 20:36
Syrisa a fait partie des coalitions des 30 dernières années
comme toute l'extrême-gauche!
Ils sont furieux contre eux-même et on les comprend!
walküre
- 22/01/2013 - 20:30
Tous les partis grecs
se sont discrédités notamment le parti socialiste. Il reste aux Grecs les extrêmes. A droite s'il veulent s'en sortir. Mais le veulent-ils vraiment, eux plus prompts à tendre la sébille qu'à se retrousser les manches ? En attendant qu'ils remboursent leurs dettes... bon, inutile c'est vrai, la Fraznce est prête pour encore mettre la main à la poche via les impôts.
Ravidelacreche
- 22/01/2013 - 11:11
tous les maux grecs et pas que
L’économie c'est comme le supplice du pal au début ça fait du bien après ça finit mal!