En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Reuters
Des manifestations ont lieu en Inde depuis plusieurs jours, suite au viol et au meurtre d'une étudiante à New-Delhi.
Namaste
Quelle est la vraie place des femmes dans la société indienne ?
Publié le 05 janvier 2013
Le viol et le meurtre d'une étudiante à New Delhi ont provoqué des manifestations pour mettre fin à l'impunité des violences faites aux femmes. Pour y parvenir, c'est la mentalité de toute une société qu'il est nécessaire de changer.
Bénédicte Manier est journaliste à l'AFP, spécialisée dans les questions sociales, et le développement. Elle est l'auteur de Quand les femmes auront disparu. L'élimination des filles en Inde et en Asie, aux éditions La Découverte (2008) et ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bénédicte Manier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bénédicte Manier est journaliste à l'AFP, spécialisée dans les questions sociales, et le développement. Elle est l'auteur de Quand les femmes auront disparu. L'élimination des filles en Inde et en Asie, aux éditions La Découverte (2008) et ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le viol et le meurtre d'une étudiante à New Delhi ont provoqué des manifestations pour mettre fin à l'impunité des violences faites aux femmes. Pour y parvenir, c'est la mentalité de toute une société qu'il est nécessaire de changer.

Atlantico : Des manifestations ont lieu en Inde depuis plusieurs jours, suite au viol et au meurtre d'une étudiante à New-Delhi. L'événement laisse penser que les violences faites aux femmes sont monnaie courante dans le pays. Qu'en est-il en réalité ?

Bénédicte Manier : Il ne faudrait pas généraliser, car le pays est très diversifié. Mais on peut dire qu'il existe en Inde un vieil héritage de domination des femmes, encore présent dans une grande partie du pays, surtout dans le nord-ouest, qui inclut New Delhi. Les femmes restent considérées comme inférieures, et beaucoup de filles ne sont pas nourries, scolarisées et considérées à égalité avec les garçons.

Cela se traduit aussi dans le fait qu'une partie du pays continue à éliminer les filles par l'avortement sélectif. Et les fréquentes violences contre les femmes – qu'elles soient sexuelles, conjugales ou liées à la dot – sont également une conséquence de cette culture patriarcale.

Mais les agressions sexuelles s'inscrivent aussi dans un contexte de castes, car dans les campagnes, elles sont souvent perpétrées par des hommes de haute caste sur des femmes Intouchables pauvres.

Ces dernières décennies, le viol s'est développé : il a plus que doublé entre 1990 et 2008. Et surtout, il a augmenté dans les villes, touchant la classe moyenne urbaine. Or, si le viol des femmes rurales pauvres a toujours fait l'objet d'un silence résigné, la classe moyenne, elle, se rebelle. C'est ce qui explique les manifestations actuelles. Ce viol a montré en quelque sorte le choc de deux Indes, l'une émancipée et l'autre plus traditionnelle.

Car les manifestant-e-s des rues de New Delhi sont des jeunes actifs, nés avec la mondialisation, financièrement autonomes, et qui ont intégré l'égalité filles-garçons dans les études et le travail (les protestations ont d'ailleurs rassemblé autant d'hommes que de femmes). Cette génération moderne rejette le vieil ordre patriarcal et veut pouvoir sortir sans crainte le soir.

D'après l'AFP, seuls 26% des 24 206 affaires de viol enregistrées en 2011 ont débouché sur une condamnation (chiffres du Bureau national de la criminalité). Le meurtre de la jeune étudiante peut-il faire avancer l'Inde dans la pénalisation des violences faites aux femmes ?

Ce que les manifestations expriment, c'est non seulement le rejet des violences à l'égard des femmes, mais c'est aussi une vraie crise de confiance envers la police et la justice, inefficaces dans ce domaine. Les victimes, souvent, ne portent pas plainte, parce qu'elles savent que les questions seront humiliantes, que les procédures vont traîner en longueur, que les coupables ne seront peut-être jamais arrêtés ou sanctionnés....

Alors bien sûr, il faut faire évoluer la police et améliorer les lois. Mais il faut aller au-delà de ces mesures conjoncturelles. Et réalité, c'est la mentalité de toute une société qu'il faut changer. A commencer par des discriminations séculaires, qu'il faut combattre dès la naissance, dès l'école. Mais ce sera long. L'évolution des sociétés est toujours lente. D'ailleurs, dans un contexte différent, les pays occidentaux, eux non plus, ne sont pas parvenus à éliminer tous leurs stéréotypes.

Le développement économique de l'Inde, qui fait partie des BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine), les pays économiquement prometteurs, contribuera-t-il à faire avancer l'égalité hommes-femmes ?

Le développement économique indien est une chance historique pour ce pays. Mais il reste très inégalitaire. Il n'a globalement pas permis de transformer les infrastructures du pays, comme l'accès à l'eau. Il n'a pas mis fin à la malnutrition. Il n'a pas non plus amélioré le statut de la majorité des femmes. Il laisse de côté des centaines de millions de pauvres et creuse même les écarts entre régions riches et pauvres, ainsi qu'entre villes et campagnes.

Il faut donc repenser ce mode de développement : il doit maintenant se traduire par autre chose que l'enrichissement d'une minorité urbaine et permettre plus d'égalité et de progrès social pour tous. Il doit donner une chance aux femmes comme aux hommes, aux hautes et aux basses castes, aux ruraux et aux urbains.

Propos recueillis par Ann-Laure Bourgeois

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
07.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
01.
Penelope Cruz reçoit son étoile à Hollywood
02.
Cyndi Lauper charme l'aéroport de Buenos Aires
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Jean-Francois Morf
- 05/01/2013 - 20:38
La source de la misogynie? C'est l'islam, pardis!
Mahomet, en se faisant offrir 12 femmes, a empêché 11 musulmans de se trouver une femme: c'est un égoïste, ce Mahomet!
Loupdessteppes
- 05/01/2013 - 15:45
Il a femme indienne et femme indienne....
Vous n'êtes pas sans savoir qu'ils existe deux courants religieux princpaux en Inde : l'Hindouisme et l'Islam... Et... devinez la suite...
Ganesha
- 05/01/2013 - 14:32
Patriarcal
Ce qui est amusant dans la pensée dominante (unique ?) actuelle, c'est l'usage de l'expression "Société Patriarcale" pour désigner des systèmes où les femmes, mariées et mères de familles nombreuses, règnent en dictateur absolu sur leur maisonnée...
Leur mari n'est qu'un freluquet grotesque qui a tout juste le droit d'aller chercher à se distraire comme il le peut, au dehors !
Ceci explique la violence des jeunes hommes adultes célibataires, que l'on retrouve en Inde, en Egypte, et ailleurs...
Dans les films indiens, une scène comique récurrente est celle où la famille d'une jeune-fille fait défiler de jeunes hommes pour interview et "acheter" un mari, en fonction de ses diplômes et de ses perspectives d'avenir, puisque c'est la fille qui en apportant la dot, a le pouvoir de décision !