En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 20 min 39 sec
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 1 heure 53 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 3 heures 23 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 3 heures 38 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 4 heures 1 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 4 heures 22 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 4 heures 55 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 5 heures 19 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 5 heures 48 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 6 heures 42 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 50 min 44 sec
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 3 heures 13 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 3 heures 34 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 3 heures 57 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 4 heures 21 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 4 heures 37 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 4 heures 58 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 5 heures 44 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 6 heures 25 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 6 heures 48 min
© D.R.
© D.R.
Date de péremption

Les Français se sentent vieux à 68 ans dans la vie... mais à 45 ans au travail

Publié le 03 janvier 2013
A quel âge sommes-nous vieux ? 68 ans répondent les Français. Enfin sauf au travail où, là, c'est 45 ans. Un gouffre s'est creusé entre les perceptions de l'âge... laissant de jeunes vieux dépourvus d'avenir professionnel.
Anne-Marie Guillemard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Anne-Marie Guillemard est professeur des universités à Paris Descartes.Sociologue ayant notamment travaillé sur l'âge et la vieillesse, elle est l'auteure de Les défis du vieillissement (Armand Colin / 2010).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A quel âge sommes-nous vieux ? 68 ans répondent les Français. Enfin sauf au travail où, là, c'est 45 ans. Un gouffre s'est creusé entre les perceptions de l'âge... laissant de jeunes vieux dépourvus d'avenir professionnel.

Atlantico : 68 ans. C'est l'âge moyen annoncé par les Français lorsqu'on leur demande "A quel âge est-on vieux ?", selon une enquête du CSA. Mais 68 ans, n'est-ce pas déjà très vieux pour se sentir vieux ?

Anne-Marie Guillemard : L'espérance de vie s'accroît : elle frôle aujourd'hui les 80 ans, pour les deux sexes - ce qui est notamment nouveau pour les hommes ! C'est considérable. Le ressenti des personnes n'a rien d'abstrait : il est directement lié aux egos d'âges des individus et de leurs milieux. Les gens vivent plus longtemps et voient les autres vivre plus longtemps. Cela amène tout naturellement vers un premier seuil de perception de la vieillesse aux alentours des 70 ans. Un seuil qui est d'ailleurs largement décalé de l'âge de la retraite.

Une fois atteint cet âge, on peut effectivement parler de vieillesse. Les handicaps, plus ou moins sérieux, commencent à apparaître. Mais quelqu'un qui est dans la soixantaine reste généralement en très bonne santé. La perception de la vieillesse accompagne généralement ce handicap, une maladie ou l'entrée en maison de retraite. Autant de réalités qui se vivent de plus en plus tard.

A l'inverse, les sondés évoquent l'âge de 45 ans, lorsqu'on leur demande l'âge de la vieillesse en entreprise. Comment expliquer un tel décalage ?

La vieillesse professionnelle s'est largement accélérée. C'est une situation présente tout particulièrement en France. Une majorité des directions des ressources humaines estiment que dès 45 ans, il y a un seuil de franchit. Passé celui-ci, elles hésitent à former et à faire évoluer leurs collaborateurs. Pourquoi un tel décalage ? Parce que nos politiques ont encouragé la pré-retraite pendant près de 30 ans, dès 55 ans, enclenchant très directement un véritable compte-à-rebours dès la cinquantaine.

C'est d'autant plus paradoxal que l'insertion professionnelle des jeunes, elle-même, est extrêmement tardive en France. Vous n'êtes pleinement opérationnel au travail qu'entre 30 et 45 ans. Avant, vous manquez d'expérience. Après, vous êtes un demi-vieux. L'âge est devenu facteur de discrimination à l'emploi et s'applique à toutes les catégories. C'est notamment le cas des fameux "seniors" qui, s'ils se retrouvent au chômage, peinent tout particulièrement à trouver un nouvel emploi. Seuls pistes de sortie : la retraite anticipée ou les minimas sociaux.

Quelles sont les conséquences d'un tel décalage dans la perception de l'âge de la vieillesse, entre le monde de l'entreprise et celui de l'entourage ?

C'est terrible pour le pays et c'est terrible pour les gens. L'important chômage des seniors, qui ne fait que gonfler, impose de n'avoir qu'une seule génération au travail. Sur la catégorie des 30-55 ans, qui représente 40% de la population, on trouve plus de 80% des emplois. Ce sont eux qui font vivre le pays et assume sa productivité. Cette population assure seule les transferts sociaux ... alors qu'elle vieillit elle-même : les bab-boomers vont bientôt atteindre l'âge de la retraite !

Le jugement sur l'âge au sein de l'entreprise coûte beaucoup aux seniors. Il a un effet de miroir. Les propos des managers se retrouvent chez les salariés. Certains en viennent à intégrer, à intérioriser des jugements négatifs, estimant qu'ils étaient "trop vieux pour être formés". Une logique qui les pousse naturellement vers la sortie et qui complique d'autant plus leur insertion.

L'âge médian de sortie du travail est de 59 ans. Autant de gens qui risquent de ne pas retrouver d'emploi lorsqu'ils perdent le leur. Il y a presque trois ans de différence entre cette réalité et l'âge "normal" de la retraite. Une logique que l'on trouve beaucoup moins dans certains pays, notamment scandinaves.

L'inverse est-il vrai ? Le fait de vivre plus longtemps amène-t-il un sentiment de jeunesse lorsque l'on avance dans sa vie, y compris au travail ?

Bien sûr. Les gens se sentent jeunes malgré cette logique adoptée dans le monde professionnel. D'où un fort sentiment d'incompréhension et d'égarement.

Il faut apprendre aux entreprises à raisonner autrement et à former intelligemment leurs quadragénaires, justement pour ne pas se retrouver avec un personnel en forme, soucieux de progresser... mais dépourvu des avantages pour justifier son maintien à un poste. Il faut mettre en oeuvre une gestion prévisionnelle, préventive, des carrières.

L'approche sociétale, politique et entrepreneuriale de cette question est cruciale : mieux vaut être, à âge égal, un jeune retraité fringuant et plein de projets qu'un vieux travailleur sans avenir !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
EIFFEL
- 07/01/2013 - 08:48
La réalité de la situation
Je suis dans cette situation. J'ai 46 ans, autodidacte, ancien dirigeant d'entreprise de 50 personnes, je maitrise l'informatique, la CAO, la 3D, le management,etc., et pourtant je me retrouve au RSA. J'ai envoyé des centaines de CV depuis un an, je n'ai eu que deux réponses, et ....négatives de surcroit. On ne vous donne aucune raisons, on vous dit simplement, désolé votre CV ne correspond pas à notre recherche. La réalité est bien autre. Vous n'êtes en France employable que de 25ans à 40ans. Avant 25ans vous n'avez pas d'expérience, vous n'intéressez personne, après 40ans vous avez des prétentions trop couteuses... Mais les compétences ont une valeur et en France on ne souhaite pas les payer. On ne peut pas vouloir vendre des clio à 25000€ et payer tous son personnel au SMIC. L'adage "vouloir le beurre, l'argent du beurre et la crémière" s'applique ici aussi. La crise à bon dos... Pour relancer une économie il faut aussi des citoyens dans le pays qui ont un pouvoir d'achat suffisant pour y consommer. Rien ne sert échafauder des plans compliqués.
RV
- 03/01/2013 - 18:48
tout à fait d'acord
La réflexion d'A-M Guillemard est (cmme toujours) très pertinente et structurée. Il ne faut cependant pas oublier la vitesse à laquelle évolue notre société: le poids des représentations est un vrai problème pour le vieillissement. La "nouvelle" (qui n'est plus si nouvelle pourtant) technologie n'est pas vraiment adaptée aux travailleurs les plus âgés, etsurtout pour ceux qui ne sont pas à des niveaux d'encadrement, créant un véritable fossé avec les attentes des entreprises. Dans la société (en général,mais aussi au sein des familles) l'accès des "jeunes" à la consommation ou à la vie sociale d'adulte a bien été altérée, créant des politiques prégnantes dans leur direction : de ce fait, sans vraiment avoir résolué le problème des jeunes on a aggaravé celui des plus agés. Aujourd'hui, le Président a du dire qu'il allait développer une politique en direction des jeunes, stigmatisant les effets d'âges. Le précédent Président avait quant à lui purement et simplement éliminé le secrétarait d'Etat aux personnes âgées! Etre vieux devient un refuge pour "oublier" des réalités difficilement gérables dans le quotidien...
DEL
- 03/01/2013 - 14:29
jeune vieux et vieux jeune!
Est vieux celui qui s'installe dans une "routine" et ne cherche plus à en sortir: je connais des gens de moins de trente ans qui sont dans ce cas et des gens de 80 ans qui n'y sont pas.
En revanche, on n'a pas la même énergie à 60 ans qu'à même cinquante ans. Travailler plus longtemps, oui, mais sur des postes adaptés...