En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

02.

L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive

03.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

04.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

05.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

06.

Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum

07.

Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse

01.

Zone euro : la crise continue

01.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled !

02.

Marc Lavoine se marie; La fille de Mick Jagger s'éprend du fils de Marc Levy, Blanche Gardin d'une star américaine; Jean Dujardin se saisit des fesses de Nathalie, Baptiste Giabiconi expose les siennes; Charlene de Monaco traverse la Méditerranée à vélo

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

05.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Vers une 3ème guerre mondiale ? Pourquoi Xi Jinping pourrait bien commettre la même erreur que le Kaiser en 1914

ça vient d'être publié
décryptage > France
A la guerre comme à la guerre

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott !

il y a 53 min 18 sec
décryptage > Terrorisme
Nouvelle attaque

Afghanistan : Daech à l’offensive

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Consommation
COCKTAIL & TERROIR

Les idées cocktails originales de l’été : le Framboise Fizz, dégustez de l’armagnac frais, sans vous ruiner

il y a 2 heures 12 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Europe, relance, dettes... L'Allemagne change de politique, plus pour renforcer son rôle de locomotive que pour plaire aux Européens

il y a 3 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "L’offrande grecque, une aventure de Bernie Gunther" de Philip Kerr, du rififi chez les Grecs !

il y a 14 heures 9 min
pépites > Europe
Revers de la médaille ?
Brexit : les départs des Britanniques vers l’Union européenne auraient augmenté de 30% depuis le référendum
il y a 14 heures 53 min
pépites > International
Port de Beyrouth
Le nitrate d’ammonium, à l’origine des explosions à Beyrouth, était également au cœur de la catastrophe d'AZF à Toulouse
il y a 16 heures 50 min
light > Science
Impact de l'homme sur les écosystèmes
La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment
il y a 18 heures 29 min
pépites > France
Polémique 2.0
L’enseigne Cultura boycottée par des clients pour son utilisation de l’écriture inclusive
il y a 21 heures 13 min
pépite vidéo > International
Dégâts considérables
Explosions au Liban : ces images des rues de Beyrouth qui témoignent de la violence de la catastrophe
il y a 1 jour 8 min
décryptage > Société
Ils ont osé ça

Une femme considérée comme très malheureuse pourra avorter jusqu’au dernier jour de sa grossesse !

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

il y a 1 heure 46 min
décryptage > Société
Réorganisation des entreprises

Open space : la Covid m’a tué

il y a 2 heures 42 min
décryptage > France
Risques à domicile

De Lubrizol à Beyrouth en passant par le pont de Gênes, les leçons des catastrophes sont-elles bien tirées en France ?

il y a 3 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Le dernier des yakuzas" de Jake Adelstein, plongée dans le Japon des gangs, un héros inquiétant, un récit haletant !

il y a 14 heures 30 min
pépites > Justice
Calendrier judiciaire
Assassinat de Rafic Hariri : le verdict du procès finalement reporté suite aux explosions au port de Beyrouth
il y a 16 heures 11 min
pépites > Science
Ecosystème
Antarctique : de nouvelles colonies de manchots empereurs ont été découvertes grâce à des clichés pris depuis des satellites
il y a 17 heures 40 min
pépites > International
Solidarité avec le peuple libanais
Explosions à Beyrouth : Emmanuel Macron se rendra jeudi au Liban
il y a 20 heures 40 min
pépite vidéo > France
Images révoltantes
Un homme violemment agressé dans une laverie pour avoir demandé de porter un masque
il y a 22 heures 40 min
décryptage > France
Rébellion, sauvagerie ou les deux ?

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

il y a 1 jour 1 heure
Le nettoyeur

Le plein emploi : utopie dangereuse, ou solution à la crise ?

Publié le 14 décembre 2012
Aujourd'hui, presque tous les économistes considèrent un niveau de chômage minimum comme une nécessité. Pourtant, pour certains économistes hétérodoxes, le plein emploi est non seulement un objectif atteignable, mais nécessaire, qui pourrait empêcher les récessions et les crises économiques.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aujourd'hui, presque tous les économistes considèrent un niveau de chômage minimum comme une nécessité. Pourtant, pour certains économistes hétérodoxes, le plein emploi est non seulement un objectif atteignable, mais nécessaire, qui pourrait empêcher les récessions et les crises économiques.

 

Aujourd'hui, presque tous les économistes ont oublié l'objectif du plein emploi. Dans un pays, le taux de chômage doit être faible, mais il y a un taux de chômage minimum qu'on aura toujours.

Il y a une logique à ça : un marché du travail doit être fluide. Très peu de gens trouvent un emploi le lendemain du jour où ils quittent le précédent (et on ne veut pas forcément s'y remettre immédiatement). Au niveau macroéconomique, cette fluidité se traduirait par un taux de chômage idéal autour de 5%, selon la plupart des économistes. Si le taux de chômage devient plus faible, c'est au contraire un problème : signe de tension et de surchauffe sur le marché du travail, et peut être de l'économie. Et les économistes ont toujours un peu en tête la fameuse courbe de Philips, infligée aux étudiants d'économie de première année, qui montre une relation entre inflation et chômage. Trop d'emploi, et l'inflation décolle. Et ce alors même qu'on sait depuis la stagflation des années 70 que cette relation est beaucoup plus complexe que cela.

Pourtant, après des décennies de chômage de masse en Europe, et dans une nouvelle année de marasme économique sur le continent, peut être faut-il regarder cette idée poussiéreuse du plein emploi de nouveau.

Pour certains économistes hétérodoxes, le plein emploi est non seulement un objectif atteignable, mais nécessaire. En effet, le plein emploi pourrait empêcher les récessions et les crises économiques.

Après tout, une récession c'est une baisse de la demande dans l'économie, mais d'où vient cette baisse de la demande ? Du fait que les entreprises licencient quand elles perdent de la vitesse. Les gens perdent leurs emplois, et donc ils consomment moins. Ces licenciements provoquent une baisse de la demande, qui provoquent d'autres licenciements, et ainsi de suite dans un cercle vicieux. Si, d'une manière où d'une autre, on pouvait garantir un emploi à chacun qui le perd, cette baisse de la demande serait stoppée nette.

C'est l'idée des économistes néo-chartalistes, qui proposent que l'Etat garantisse un emploi à chacun qui en fait la demande. Ainsi, le plein emploi est garanti, et les récessions sont tuées dans l'oeuf. La politique fiscale et éventuellement monétaire peuvent empêcher le plein emploi de mener à trop d'inflation.

Les objections à cette idée sont plus microéconomiques que macroéconomiques : le problème est que l'Etat n'est pas doué (vraiment pas) lorsqu'il s'agit de trouver des tâches productives à faire aux gens. Si chacun pouvait trouver un emploi public au lieu de travailler dans le secteur privé, on imagine la vaste bureaucratie quasi-soviétique et parfaitement délétère qui en sortirait.

Mais, au 21ème siècle, ne peut-on pas faire mieux ? L'entrepreneur américain Morgan Warstler propose une bourse du travail, administrée et subventionnée par l'Etat, sur le modèle d'eBay. Les employés et les employeurs se notent entre eux, et une assurance est incluse dans le prix du travail. Et chaque heure travaillée est rémunérée par l'Etat en plus du salaire proposé par l'employeur. Autrement dit, mettons que le tarif de l'Etat est à 10 euros de l'heure, et qu'une très bonne babysitter est à 5 euros de l'heure, et une moyenne à 2 euros. Si je veux recruter une bonne babysitter, je paye 5 euros de l'heure, mais elle reçoit 15 grâce à la subvention.

Puisque le coût de l'emploi est très faible pour les employeurs, l'intérêt à recruter est évident : si ça ne vous coûtait que quelques euros pour que quelqu'un vienne faire votre lessive ou votre ménage, ne le feriez-vous pas ? Mais malgré tout, les employés sont rémunérés à un salaire correct. Ces emplois seraient de “vrais” emplois répondant à de vrais besoins, et pas des faux emplois aidés. Le secteur public serait gagnant financièrement puisque ces emplois subventionnés remplaceraient les nombreuses prestations de chômage. Et l'économie connaîtrait le plein emploi. 

Il serait intéressant de tester cette idée. Mais plus que l'idée de la bourse du travail, ce qui est intéressant c'est de repenser l'idée du plein emploi et de la malédiction du chômage. Après plusieurs décennies de chômage de masse, il est peut être temps de réfléchir à des idées peu orthodoxes pour relancer l'économie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pierre79
- 16/12/2012 - 10:07
@ Sophie2
C'est un point crucial à soulever, en effet, mais attention à ne pas tomber dans l'utilitarisme là non plus. Sans garde-fou, votre politique de réduction de la masse monétaire par l'impôt pourrait - théoriquement - déboucher sur des taux de prélèvements confiscatoires et donc immoraux puisque contraire au droit de propriété. N'oublions pas que la société - et les politiques qui la gèrent - est fondée avant tout sur le respect des droits fondamentaux des individus et pas l'utilité sociale coute que coute.
Hormis ce point, il me semble que ces théories hétérodoxe vont avoir un grand rôle à jouer pour réformer nos sociétés étatisée, et c'est tant mieux qu'on en parle !
Sophie 2
- 15/12/2012 - 18:47
Que disent les "circuitistes" ?
"Au niveau macroéconomique, la fonction première des impôts n’est pas de financer les dépenses du gouvernement, mais plutôt de réguler l’économie en prévenant l’inflation (quand la dépense privée est trop élevée) et le chômage (quand elle est trop faible) [...] La théorie économique est rongée par une méconnaissance grave du rôle, de la nature et de la signification de la monnaie et des impôts. La croyance selon laquelle les impôts sont une source de revenu du gouvernement et qu’ils peuvent financer des programmes sociaux est une erreur qui domine la théorie des cercles académiques et politiques depuis longtemps. On admet donc généralement que la dépense du gouvernement doit se limiter aux « ressources financières restreintes » obtenues pas imposition. Notre analyse a montré que contrairement à la croyance générale, les impôts font partie de la phase de reflux du circuit monétaire, et qu’en tant que tels ils détruisent, et non ne créent de la monnaie. Les impôts ne peuvent donc pas logiquement payer les dépenses du secteur public. La compréhension du rôle des impôts dans cette structure circuit
Sophie 2
- 15/12/2012 - 18:45
@ cdg - 14/12/2012 - 16:43
Dans le néochartalisme l'Etat crée la monnaie dont il a besoin et la "mise en circulation" permettra au contraire aux divers agents de payer les impôts qui, in fine, ne servent qu'à réguler la masse monétaire. Un Etat n'a pas à se poser la question de savoir s'il y a assez de recettes fiscales, il n'en a en fait pas réellement besoin.