En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
ça vient d'être publié
pépites > France
Drame
Suicide des agriculteurs : un député LREM chargé de faire un état des lieux
il y a 6 heures 37 min
décryptage > Economie
Négociations

Brexit : vers une bataille de poissonniers

il y a 12 heures 58 min
décryptage > Media
En route vers les César de la connerie

"Mâles et blancs". Vous avez aimé la saison 1 ? Vous adorerez la saison 2 !

il y a 13 heures 28 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Pourquoi la pollution automobile aurait quand même baissé (et peut-être même plus) sans la politique anti-voitures d’Anne Hidalgo
il y a 13 heures 54 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

La colère du peuple algérien face au règne d'Abdelaziz Bouteflika

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

La philosophie : ce sentiment premier de l’existence

il y a 14 heures 2 min
décryptage > International
Un homme averti n’en vaut toujours pas deux

Nouvelles ingérences électorales (de Russie ou d'ailleurs) en vue : les démocraties occidentales toujours pas vaccinées

il y a 14 heures 20 min
décryptage > Société
M'as-tu vu

Voyeurisme, une addiction contemporaine : il y a ceux qui filment...et ceux qui regardent

il y a 14 heures 46 min
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 1 jour 7 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 1 jour 10 heures
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'Agence spatiale européenne vous propose de passer des mois dans un lit en apesanteur ; Seti met en ligne deux pétaoctets de données pour la recherche extraterrestre
il y a 12 heures 4 min
décryptage > France
Kafkaïen

Ces fautes de l’administration française

il y a 13 heures 15 min
décryptage > International
Désaveu

Elections législatives en Iran : une abstention record et un avenir inquiétant

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Europe
Bonnes feuilles

L’Europe face aux défis migratoires

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Agriculture : l’élevage, l’allié de la planète

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Education
Mal adaptés

Pourquoi les plus introvertis sont injustement traités par le système scolaire

il y a 14 heures 3 min
décryptage > High-tech
Menace

Ransomware : radioscopie d'un méga risque économique sous estimé en France

il y a 14 heures 33 min
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 1 jour 6 heures
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 1 jour 10 heures
© Reuters
Il y a un certain discours "décadentiste" en France qui consiste à dire que "tout fout le camp".
© Reuters
Il y a un certain discours "décadentiste" en France qui consiste à dire que "tout fout le camp".
Idée reçue ?

Y a-t-il un lien entre délinquance et familles monoparentales ?

Publié le 28 décembre 2012
L'opinion est souvent tentée d'expliquer la montée de l'insécurité et de la délinquance par l'éclatement de la famille dite "traditionnelle" et l'absence d'autorité. Un point de vue sur lequel s'accordent la plupart des chercheurs qui ont travaillé sur ce sujet.
Laurent Mucchielli est un sociologue spécialisée sur l’analyse de l'évolution de la délinquance, de la violence et des politiques de sécurité.Il est l'auteur de "L'invention de la violence. Des peurs, des chiffres, des faits" chez Fayard.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Mucchielli
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Mucchielli est un sociologue spécialisée sur l’analyse de l'évolution de la délinquance, de la violence et des politiques de sécurité.Il est l'auteur de "L'invention de la violence. Des peurs, des chiffres, des faits" chez Fayard.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'opinion est souvent tentée d'expliquer la montée de l'insécurité et de la délinquance par l'éclatement de la famille dite "traditionnelle" et l'absence d'autorité. Un point de vue sur lequel s'accordent la plupart des chercheurs qui ont travaillé sur ce sujet.

Atlantico : Selon certaines statistiques, les enfants de familles monoparentales auraient davantage de chances de tomber dans la criminalité que ceux issus de familles classiques. Qu'en est-il en réalité ?

Laurent Mucchielli : Premièrement, d’un point de vue purement statistique, lorsque l’on réalise une étude on peut trouver tout un tas de variables qui peuvent être des trompe-l’œil sur le plan de l’analyse. Pour utiliser des termes spécifiques, il existe une différence entre ce que l’on appelle une corrélation statistique et une explication concrète. Je m’explique : imaginons que lors d’une étude sur les personnes atteintes de cancer on se rende compte que la majorité d’entre eux sont locataires plutôt que propriétaires. Cette information collectée, on pourrait être tenté de dire que le fait d’être propriétaire diminue les chances de développer cette maladie, ce qui se révèle être bien sûr une aberration sur le plan de l’explication. La propension à attraper le cancer ne saurait évidemment se mesurer sur de tels critères.

La relation entre famille monoparentales et criminalité relève donc d’un effet de loupe. Il est vrai effectivement de remarquer que, lorsqu'on observe les populations qui ont affaire à la justice, on trouve davantage de personnes issues de ces milieux familiaux. Cela s’explique cependant de manière bien plus efficace lorsqu'on se rend compte qu’il y a moins de familles monoparentales dans les milieux favorisés que dans les milieux populaires. C’est ici l’origine sociale davantage que l’origine familiale qui se trouve être déterminante dans le développement de la délinquance et de la criminalité.

Ces impressions ne révèlent-elles pas une inquiétude croissante face à la déstructuration de la famille ?

Effectivement. Il y a un certain discours "décadentiste" en France qui consiste à dire que "tout fout le camp" et que les valeurs qui cimentaient autrefois la société sont en train de disparaître. La vision de la famille et du mariage n’échappe pas à ce genre de constat très en prise sur l’opinion publique. Il est certes bien certain que la famille ainsi que la relation parent-enfant ont évolué, mais de nombreux travaux tendent à démontrer que cela débouche davantage sur de nouvelles structures que sur une explosion de la famille en tant que lien. Les valeurs et l’entraide familiales existent bel et bien, mais les modifications profondes qu’elles subissent déclenchent en effet une certaine appréhension d’une bonne partie de la population.

On évoque ainsi beaucoup la fin de l’autorité et d’aucuns font trop rapidement le lien avec le développement de la délinquance. Ce n’est pourtant pas l’émergence d’un nouveau rapport entre l’enfant et ses parents qui est ici un facteur clé, mais bien l’absence de relations, phénomène qui encore une fois peut toucher les familles qui ne sont ni séparées, ni divorcées. L’absence du père est bien un problème qui influence directement l’enfant, il serait absurde de le nier, mais ce n’est pas un cas qui se cantonne aux familles monoparentales et il est loin d’être directement déclencheur de comportements criminels, l’entrée en jeu d’autres causes étant ici nécessaire.

Quelles sont donc les causes principales du développement de la criminalité ?

Il existe trois « gros » facteurs, qui d’ailleurs s’imbriquent les uns dans les autres, sur le plan statistique : le premier facteur de délinquance est comme nous l’avons déjà évoqué l’existence d’un conflit parental accompagné de violences conjugales ou de maltraitance sur les enfants. Cela crée un syndrome de reproduction des pratiques violentes qui transforme très souvent les victimes en agresseurs.

Vient ensuite un facteur qui n’est pas directement familial, bien que cela soit parfois lié, à savoir l’échec scolaire qui s’accompagne d’une marginalisation influant directement sur la tentation de se comporter en sociopathe. Ce critère d’éloignement des normes sociales joue d’ailleurs autant sur l’entrée dans la délinquance que dans sa sortie : un repris de justice sera moins tenté de récidiver s’il possède une activité et un salaire qui lui permettent de s’occuper, de s’intégrer et de se structurer.

Le troisième facteur, et non des moindres, est la précarité socio-économique qui pèse à la fois sur la construction d’une vision de la société (l’enfant sera moins tenté de travailler pour s’en sortir s’il constate que, comme ses parents, il a de fortes chances de vivre sur un maigre salaire).

L’impact des familles monoparentales intervient par contre loin derrière et ne peut être considéré que comme très secondaire dans le déclenchement de la délinquance juvénile et plus tard de la criminalité aggravée. Il s’agit d’un phénomène choquant pour l’opinion mais moins destructeur qu’on le pense sur le plan social.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
De France et de plus loin
- 11/12/2012 - 11:33
Et bien obligeons les parents
Et bien obligeons les parents célibataires à se mettre en couple !!
DEL
- 10/12/2012 - 23:24
Délinquance, quelle délinquance?
De quelle délinquance parle-t-on? Les délinquants financiers, escrocs, fraudeurs au fisc, abuseurs de biens sociaux, et autres détourneurs de fonds sont-ils plus que d'autres issus de famille monoparentale?
Ou ne parle-t-on que de la petite délinquance?
Pas trop précis, l'auterur, pas assez...
lepoitevin
- 10/12/2012 - 19:31
Bla, bla, bla !
Comme nombre de sociologues, Laurent Mucchielli est un spécialiste de la négation de la réalité (voir ses nombreuses tribunes dans LE MONDE ou ailleurs). Il ne faut donc pas attendre de sa part une analyse pertinente. La composition de la population carcérale explique parfaitement les causes de l'augmentation de la délinquance. Et une statistique ethnique sur les familles monoparentales ne ferait que le confirmer.