En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

02.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
pépites > International
Bataille de chiffres
Coronavirus : les autorités américaines estiment que la Chine a menti sur le nombre de morts et falsifié les chiffres
il y a 20 min 28 sec
pépites > Economie
Nouvelles demandes
Les Etats-Unis comptabilisent désormais 6,6 millions de chômeurs de plus en une semaine
il y a 2 heures 5 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
La droite réfléchit à sa stratégie de rebond, Valeurs Actuelles l’enfonce (en même temps que les autres); Marine Le Pen surfe sur la colère des réseaux sociaux, le gouvernement balance sur elle; Tracer sans fliquer ?; Tensions sur l’approvisionnement
il y a 3 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Scénarios du déconfinement
Mission d’information : retrouvez l’intégralité de l’audition d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 4 heures 37 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 6 heures 4 min
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 6 heures 42 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 7 heures 56 min
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 8 heures 21 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économie chinoise ne redémarre pas aussi vite que ce que ses dirigeants affirment. Ou ils ne le savent pas ou ils mentent. Mais pourquoi ?

il y a 9 heures 12 min
pépites > Défense
Ennemi invisible
Opération Barkhane : quatre soldats français ont été contaminés par le coronavirus
il y a 1 heure 39 min
pépites > Europe
"Mea Culpa"
Coronavirus : la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'excuse auprès de l'Italie
il y a 3 heures 10 min
pépites > Santé
Chiffres inquiétants
Covid-19 : 570 décès auraient déjà été enregistrés dans les Ehpad depuis le début de l'épidémie dans le Grand Est
il y a 4 heures 2 min
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 5 heures 49 min
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 6 heures 57 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 7 heures 37 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 8 heures 6 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Santé
Risques de rechute

Déconfinement graduel : ce que le gouvernement ne devra vraiment pas louper

il y a 9 heures 24 min
© Reuters
François Hollande rencontre Eric Schmidt pour évoquer l'idée d'une taxe que devrait payer Google aux éditeurs de presse français
© Reuters
François Hollande rencontre Eric Schmidt pour évoquer l'idée d'une taxe que devrait payer Google aux éditeurs de presse français
Sur le ring du numérique

Entre le président de Google et le président français : qui a le plus de pouvoir ?

Publié le 12 février 2013
La patron de Google Eric Schmidt est reçu ce lundi par François Hollande pour évoquer l'idée d'une taxe, d'un droit voisin que devrait verser le géant américain aux éditeurs de presse français. Mais face à une multinationale qui contrôle l'information, le président français peut-il vraiment faire grand chose ?
Gilles Dounès a été directeur de la Rédaction du site MacPlus.net  jusqu’en mars 2015. Il intervient à présent régulièrement sur iWeek,  l'émission consacrée à l’écosystème Apple sur OUATCHtv  la chaîne TV dédiée à la High-Tech et aux Loisirs.Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Dounès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Dounès a été directeur de la Rédaction du site MacPlus.net  jusqu’en mars 2015. Il intervient à présent régulièrement sur iWeek,  l'émission consacrée à l’écosystème Apple sur OUATCHtv  la chaîne TV dédiée à la High-Tech et aux Loisirs.Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La patron de Google Eric Schmidt est reçu ce lundi par François Hollande pour évoquer l'idée d'une taxe, d'un droit voisin que devrait verser le géant américain aux éditeurs de presse français. Mais face à une multinationale qui contrôle l'information, le président français peut-il vraiment faire grand chose ?

Atlantico : Alors que François Hollande rencontre Eric Schmidt pour évoquer l'idée d'une taxe que devrait payer Google aux éditeurs de presse français, on peut se demander qui est le plus puissant entre le président français et le patron de Google ?

Gilles Dounès : On peut dire que c’est Eric Schmidt dans la mesure où quand la France à 366 milliards de budget prévus pour 2012 et est toujours en train de chercher quatre sous pour faire un franc, Google qui fait environ 40 milliards de chiffres d’affaires est largement bénéficiaire. En plus, c’est une multinationale qui tire son revenu d’une multitude d’activités alors que le commerce extérieur français est en déficit depuis une dizaine d’années.

François Hollande est par ailleurs dans une passe assez délicate et a besoin de cette image d’homme de la modernité en phase avec le numérique comme lorsque dans les années 1980 et 1990, les chefs d’Etat français allaient chercher des people et des artistes. Le numérique est en effet la révolution industrielle du 21e siècle. On est dans une crise qui dure, une crise de l’énergie et de la dématérialisation qui touche maintenant les métiers du livre et de l’information. C’est sur les savoirs et la connaissance avec en particulier la nouvelle façon de transmettre les connaissances au lycée et à l’université que va se jouer la nouvelle révolution. Et cela pourrait donc être quelque chose qui joue dans le rapport de force, de séduction que Google exercera sur le président français car François Hollande le sait bien. Nous ne sommes pas dans une guerre ouverte. Si guerre ouverte il y a, elle se fera plutôt contre la Commission européenne où il y a des gens beaucoup plus durs, avec une doctrine libérale et anticoncurrentielle plus dure.

L’Italie et l’Allemagne évoque également l’idée des droits voisins. Si Eric Schmidt vient rencontrer  le président français et non pas Angela Merkel ou Mario Monti, n’est-ce pas parce qu’il estime qu’il a plus de chance de le soumettre à sa volonté ?

Non, il rencontre François Hollande car il est le président de la France, le pays des droits d’auteurs. Beaumarchais avait posé la première pierre, et Jack Lang l’instaure en dernier dans les années 1980. C’est cette médiation là qu’il vient chercher. La France a cette aura-là. S’il avait été questions de l’industrie automobile, Eric Schmidt aurait été voir Angela Merkel. Mais au niveau culturel et du droit d’auteur et voisin, Google préfère s’adresser à la France, d’autant plus que les aptitudes de François Hollande, même si cela lui a été beaucoup reproché, est d’arriver à faire la synthèse. Et c’est sans aucun doute arrivé aux oreilles de Google.

Il faut ajouter que l’Europe des 27 continue à peser de façon important sur leur chiffre d’affaires de ces multinationales du numérique et de la dématérialisation. Google devrait donc montrer de la bonne volonté d’autant plus au vu des enquêtes menées par les autorités de régulation. Google n’a pas intérêt à passer pour le monopole de la dématérialisation en devenir.

Google menace de ne plus référencer les sites français. Le simple fait de passer aux menaces ne montrent-ils pas les faiblesses du géant américain ?

Cela peut être une lecture. Ca fait en tout cas partie de la négociation, montrer ses muscles. Google a déjà un certain nombre de casseroles. Google est devenue une espèce de multinationale de la connaissance et de l’extraction de la connaissance par rapport à des métiers qui étaient jusqu’à présent autonomes. Il a fallu qu’il trouve un accord avec les bibliothèques. On n’est dans une crise du partage de la valeur ajoutée avec au niveau de l’information une crise de la presse qui n’en finit pas et où la dématérialisation devient la solution ajoutée à cette crise. Mais c’était la même chose pour le disque.

Google pourrait-il se passer des sites français ?

On pourrait le croire. Mais Google est dépendant d’une chose : la cadre réglementaire et législatif. Ils ont déjà été obligés de se plier aux injonctions des autorités chinoises en donnant des éléments qui étaient sur leur service de l’ancêtre de Google+ alors qu’ils étaient censés garantir une confidence absolue des données qui passaient par leurs services. Ils ont dû livrer des informations personnelles aux Chinois y compris en ce qui concerne les dissidents politiques. Ils sont dépendants d’un cadre réglementaire. Or c’est ce qui est en jeu avec les plaintes des éditeurs allemands, italiens, et maintenant français. Donc le rapport de force n’est pas tant en défaveur de la France que de Google. Ça s’est équilibré, chacun a besoin de l’autre et il va falloir trouver une issue, une solution gagnant-gagnant.

Un autre problème se pose : celui de la toute-puissance de Google sur l’information et la culture d’un pays. Cela peut-il être contourné par les gouvernements ?

C’est en effet un problème, si Google contrôlent l’accès à l’information, des accords ont été passés avec les éditeurs, notamment pour des ouvrages utilisés ou qui ne sont plus réédités. C’est l’un l’intérêt de Google et sa force de frappe. L’Europe a laissé passer dans une certaine mesure l’occasion de se poser en tant qu’alternative. C’est pour cela que maintenant les autorités de régulation se penchent sérieusement sur le cas de Google et qu’ils sont obligés de faire profil bas et de chercher un accord sans forcément aller au rapport de force ou au clash d’où l’intérêt de passer par la France et François Hollande qui sont les pays qui ont inventé les droits d’auteurs. Hollande a également très tôt compris l’enjeu de l’école numérique. Mais il aurait fallu mettre de l’argent sur la table pour créer quelque chose d’à part à même de tenir Google à l’écart.

Il manque par exemple un Institut national de l’audiovisuel (INA) des bibliothèques à la française et surtout à l’européenne qui serait garant des catalogues et qui valoriserait et récupèrerait une partie de la valeur ajoutée et les commercialise. On pourrait aussi mettre en commun un fonds numérique des bibliothèques universitaires françaises et de donner un droit d’accès aux étudiants à ce catalogue numérisé ce qui permettrait de ne plus passer par Google qui prélèverait comme à chaque fois une partie de la valeur. Il existe donc des solutions pour court-circuiter Google. Mais en tardant à développer la bibliothèque numérique Europeana, qui n’en est qu’à ses balbutiements, C’est Google qui sort gagnant.

Antoine Kalewicz 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

02.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

03.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

04.

Coronavirus : l’après crise sera violente

05.

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

06.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

07.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Tomraclure
- 30/10/2012 - 11:03
@ De France et de plus loin
Au contraire, pour avoir vécu en Belgique, en Espagne, en Allemagne, je peux vous dire que les monarchies belges et espagnoles sont le ciment de l'état. Sans eux, les pays auraient explosé depuis longtemps. Ils regnent mais ne gouvernent pas, evidemment.

En Allemagne, le président a les mêmes fonctions que les monarques européens, mais arrive à être neutre. Ce qu'on demande aux souverains européens...

Donc pour la France, un Etat Fédéral, et une monarchie parlementaire ou constitutionnelle au sommet du pays.
Tomraclure
- 30/10/2012 - 11:00
@ Kettle : Vive le Roy
Effectivement, ca peut fonctionner, avec Louis XX.

Non, il suffit que le peuple appelle son Roi. Ou que les Royalistes arrivent à se faire entendre.

Hollande est un usurpateur parmi d'autres. Rien de plus...
vspatrick
- 30/10/2012 - 10:19
Personne n'oblige.....
personne à utiliser Google, d'autres alternatives sont dispos.
Google devrait stopper le referencement de l'info à la Française.

Marre de ces gens (soit disant journalistes) qui réclament du fric sans se bouger le cul.

Personne n'empêche les français de créer un Google ?
Que devient notre innovation..... étouffée par les taxes.