En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Idée reçue
Et si les délocalisations permettaient aussi de créer des emplois ?
Publié le 06 octobre 2012
Si les délocalisations détruisent de nombreux emplois, Renaud Chartoire explique comment elles contribuent aussi à en créer. Extraits de "En finir avec 20 idées reçues sur l'économie française." (1/2).
Renaud Chartoire est agrégé de sciences économiques et sociales et enseigne l'économie en classes préparatoires aux grandes écoles.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Renaud Chartoire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Renaud Chartoire est agrégé de sciences économiques et sociales et enseigne l'économie en classes préparatoires aux grandes écoles.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les délocalisations détruisent de nombreux emplois, Renaud Chartoire explique comment elles contribuent aussi à en créer. Extraits de "En finir avec 20 idées reçues sur l'économie française." (1/2).

Lorsqu'une entreprise se délocalise, elle ne délocalise le plus souvent qu'une partie de sa production. Quand en particulier l'objectif de la délocalisation est de profiter de coûts de production plus faibles, il est clair que ce sont les stades du processus de production qui demandent le moins de technologie et de qualifications de la part des salariés qui vont être concernés par ce processus. Si les centres d'appel ou la production de textile bas de gamme peuvent généralement sans trop de problèmes être localisés dans des pays du Maghreb, les centres de recherche, les services de comptabilité, de gestion, de marketing, les étapes les plus techniques de mise en production ne peuvent quant à eux être implantés dans de tels pays. Par conséquent, la délocalisation d'une partie de la production va induire en France la création d'emplois de logistique et de gestion pour faire le lien avec les unités délocalisées, ainsi qu'un accroissement d'emplois d'accompagnement au niveau des services bancaires, des services de consultants, d'avocats d'affaires internationaux, de traducteurs, etc. Évidemment, si ces créations sont réelles, elles ne sauraient en rien compenser quantitativement les destructions précédemment présentées.

 

Il existe donc aussi d'autres sources de créations d'emplois, plus indirectes celles-ci. Par exemple, lorsque l'entreprise française a gardé comme fournisseurs d'autres entreprises françaises avec lesquelles elle travaillait auparavant, si cette délocalisation lui a permis de gagner en compétitivité et donc d'augmenter ses parts de marché au détriment de concurrents étrangers, alors elle va accroître ses commandes à ses fournisseurs et donc y régénérer des besoins de main d'oeuvre. Il y a alors un effet de stimulation des exportations françaises vers la filiale du pays d'accueil. De plus, une entreprise française peut aussi localiser une partie de sa production dans un autre pays non pas pour y rechercher des coûts plus faibles, mais pour y conquérir de nouveaux marchés. Et à l'heure du « patriotisme économique », on peut comprendre qu'une telle stratégie puisse devenir essentielle pour garder ou gagner des parts de marché à l'étranger. Quel rapport avec l'emploi national ? A priori aucun ; si les consommateurs étrangers se mettent à acheter des produits français faits à l'étranger, tant mieux pour l'emploi dans les pays concernés, mais au niveau français, on cherche vainement le gain. Pas inutilement en fait ; si l'entreprise française génère des profits grâce à cette production réalisée hors de ses frontières, elle pourra éventuellement les utiliser pour développer ses activités dans son pays d'origine.

 

Mais ce n'est pas tout. Lorsque Toyota par exemple s'implante à Valenciennes, il se donne une image de « producteur national » quand bien même chacun sait pertinemment qu'elle reste une entreprise japonaise. Et lorsque j'achète une voiture Toyota, comment savoir si elle a été produite en France ou au Japon ? Et si elle a été produite en France ou au Japon ? Et si celle a été produite en France, quelle part l'a réellement été ? En fait, à partir du moment où une entreprise est parvenue à se donner cette image, elle peut espérer augmenter ses ventes dans le pays étranger, et ce même pour les produits qu'elle continue à produire dans son pays d'origine ! Ainsi, elle peut, en délocalisant une partie de sa production, donner des débouchés aux parties de son activité productive qu'elle continue à réaliser dans son pays d'origine. Et qui dit hausse de l'activité, dit hausse des emplois.

 

Les délocalisations seraient à l'origine d'une évolutions structurelle de l'emploi vers plus de qualification, car les emplois délocalisés seraient prioritairement des emplois à faibles compétences et ceux créés, à fortes qualifications. Il y a alors un effet indirect de glissement d'emplois peu qualifiés vers des emplois plus qualifiés.

__________________________________________________

Extrait de "En finir avec 20 idées reçues sur l'économie française", Ixelles éditions (26 septembre 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
05.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
06.
Entrée en service des bus électriques chinois : ce (contre)choc pétrolier que personne ne voyait venir
07.
A l’insu de son plein gré : le « nouveau monde » finira-t-il par faire basculer la France dans une nouvelle culture démocratique « grâce » à ses vieux travers ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
05.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
05.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
kim yong zéro
- 07/10/2012 - 06:05
en finir avec renaud chartoire
c'est bien connu ,les autres pays n'ont pas notre génie et sont incapables de créer des emplois qualifiés.les chinois n'ont pas de recherche,leurs universités sont les moins bonnes au monde,leurs jeunes boudent les carrières scientifiques a l'inverse de la france.au fait combien d'ouvrages "réellement " vendus renaud?
MEPHISTO
- 06/10/2012 - 20:43
Le bon sens
Si on égalait nos charges patronales , nos cotisations sociales et notre fiscalité sur le taux moyen EUROPEEN. si on travaillait plus et plus longtemps: on aurait sans doute pas un problème de délocalisations et donc moins de chômage
laurentso
- 06/10/2012 - 13:49
L'ennui de cette question
est qu'elle n'apporte aucune réponse univoque. On peut considérer qu'une entreprise qui délocalise réduit ses coût et peut consacrer davantage de capitaux pour des investissements en France (pôle d'excellence, R&D, etc.). Mais cela n'est pas vrai dans toutes les industries (textile, petit outillage, par exemple).
Au plan macro, les délocalisations permettent de réduire les prix donc aux ménages de consacrer davantage de leur revenu à pour les services ou autres biens "nationaux". Le hic, c'est que la France compte tout de même 3 millions de chômeurs (au moins) et que cette logique optimiste a failli. Cela fait trente ans qu'on nous fait le coup de la "mutation", des "restructurations industrielles". Elles sont à sens unique, ou presque, destructrices de richesses et d'emplois.
Dans la sidérurgie, on ne fera croire à personne que l'Europe, singulièrement la France, ne peut pas produire d'acier.