En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Justice
Affaire Griveaux
Piotr Pavlenski indique être à l'origine du vol des vidéos sur l'ordinateur d'Alexandra de Taddeo
il y a 42 min 37 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"What is love" d'Anne Buffet : un contrepied systématique et réjouissant des poncifs sur l’amour

il y a 2 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Miroir de nos peines" de Pierre Lemaitre : un roman passionnant dont on regrette de tourner la dernière page...

il y a 2 heures 57 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : un expert chinois indique que des patients "guéris" pourraient toujours véhiculer le virus
il y a 3 heures 34 min
décryptage > Défense
Dissuasion

L’armement nucléaire français est incontournable à l'indépendance de la France

il y a 5 heures 12 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"
il y a 5 heures 59 min
décryptage > Science
La menace fantôme

Vaisseaux spatiaux, fusées et débris divers : quand la NASA transforme l’espace en cimetière géant

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Politique
Comme avant

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

il y a 8 heures 19 min
décryptage > Société
Divisions

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 21 min
light > Politique
Classe politique endeuillée
L'ancien ministre socialiste Michel Charasse est décédé à l'âge de 78 ans
il y a 1 heure 31 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vie de Gérard Fulmard" de Jean Echenoz : un pastiche de polar, plaisant mais pas fracassant !

il y a 2 heures 50 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le noir passe au blanc et quand le design horloger est de retour : c’est l’actualité des montres à l’heure du Covid-19
il y a 3 heures 12 min
pépite vidéo > Europe
Lutte contre l'extrémisme
Attentats à Hanau : l'hommage émouvant des Allemands envers les victimes
il y a 4 heures 8 min
décryptage > Environnement
Inquiétudes

Fermeture de Fessenheim : vers une fragilisation à long terme des compétences de la filière nucléaire et notamment pour la construction des futurs EPR

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Santé
Lutte contre l'épidémie

Coronavirus : pourquoi l’heure de la vraie fermeté avec la Chine est venue pour l’OMS

il y a 6 heures 57 min
décryptage > Terrorisme
Attentats en Allemagne

Le complotisme, moteur d’un terrorisme identitaire pointé du doigt par le FBI

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Europe
(in)Stabilité politique

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

il y a 8 heures 39 min
pépite vidéo > Politique
engagement
Rencontre avec le plus jeune maire de France
il y a 22 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition : "Soulages au Louvre" de Pierre Soulages

il y a 22 heures 31 min
© Reuters
L'Inde a mis ce samedi en orbite un satellite de télécommunications de 3 400 kilos, lancé par Ariane 5. C'est le plus gros satellite lancé par le pays.
© Reuters
L'Inde a mis ce samedi en orbite un satellite de télécommunications de 3 400 kilos, lancé par Ariane 5. C'est le plus gros satellite lancé par le pays.
Vers l'infini et au-delà

La conquête spatiale est-elle désormais réservée aux géants asiatiques ?

Publié le 02 octobre 2012
Quelques mois après le premier amarrage en mode manuel entre deux vaisseaux chinois en orbite autour de la Terre, l'Inde accélère son programme spatial et prévoit dix lancements de satellites avant 2013. Les Etats-Unis et la Russie vont-ils se faire damer le pion dans la course vers Mars ?
Jacques Villain est ingénieur, spécialiste de l'histoire de la conquête spatiale, membre de l'Académie de l'Air et de l'Espace.Il est l'auteur de Irons-nous vraiment un jour sur Mars ? (Vuibert, février 2011) 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Villain
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Villain est ingénieur, spécialiste de l'histoire de la conquête spatiale, membre de l'Académie de l'Air et de l'Espace.Il est l'auteur de Irons-nous vraiment un jour sur Mars ? (Vuibert, février 2011) 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quelques mois après le premier amarrage en mode manuel entre deux vaisseaux chinois en orbite autour de la Terre, l'Inde accélère son programme spatial et prévoit dix lancements de satellites avant 2013. Les Etats-Unis et la Russie vont-ils se faire damer le pion dans la course vers Mars ?

Atlantico : L’Inde a mis ce samedi en orbite un satellite de télécommunications de 3 400 kilos, lancé par Ariane 5. C'est le plus gros satellite lancé par le pays. Dix autres lancements sont prévus d’ici novembre 2013 et le budget de l’agence spatiale indienne a été porté à 1,3 milliard de dollars. Assiste-t-on à l’émergence d’un nouvel acteur de la conquête spatiale ?

Jacques Villain : On ne peut pas dire que l’Inde soit un nouvel acteur, puisqu’elle a lancé son premier satellite il y a 32 ans. Ce n’est pas la première fois qu’Arianespace lance des satellites indiens, cela fait vingt ans que ça dure, tout comme l’Inde, avec son petit lanceur PSLV lance des satellites européens, notamment le dernier satellite d’observation français, Spot.

Aujourd’hui, l’Inde a donc un petit lanceur qui fonctionne très bien et est bon marché, car la main d’œuvre indienne est moins chère que l’européenne, et un autre lanceur, plus gros, le GSLV-III, que le pays a plus de difficultés à mettre au point, en particulier au niveau de la propulsion à hydrogène. Or, il est vrai que pour avoir véritablement une activité spatiale qui ait pignon sur rue, il faut un gros lanceur. Ils sont en train de le mettre au point, et il faudra quelques mois, voire quelques années, pour que les Indiens prennent pied dans le club des pays disposant de gros lanceurs.

Alors que les Etats-Unis et l’Union soviétique étaient, en leur temps, les acteurs qui repoussaient la "dernière frontière", les Indiens et les Chinois prennent-ils le relais ?

C’est ce que j’appelle la théorie des trois cercles. Durant la guerre froide, le premier cercle était les deux superpuissances, les Etats-Unis et l’Union soviétique, qui ont mis au point toutes les technologies en matière de lanceurs, de satellites, de vols habités… Puis nous avons le deuxième cercle, mené par la France, la troisième puissance spatiale en 1965. Puis dans les années 1970 sont arrivés la Chine et le Japon, la Grande-Bretagne en 1971, l’Inde est arrivée en 1981, et nous voyons maintenant arriver les pays du troisième cercle. Il y a eu l’Iran en 2009 et la Corée du Sud, qui essaye vainement depuis deux ans de lancer un satellite avec un lanceur russe – ils devraient procéder à un nouveau lancement d’ici quelques jours. On voit aussi apparaitre un certain nombre d’autres pays qui ont des velléités en matière spatiale : le Brésil, qui est aidé par l’Ukraine, a depuis longtemps bien des difficultés à mettre au point un lanceur.

Il est donc normal qu’après la domination des pionniers, l’espace se mondialise.

Les Etats-Unis et la Russie, aujourd’hui en proie à des difficultés budgétaires, peuvent-ils être distancés par ces pays émergents ?

Non ! Même si la Russie, compte tenu de son budget spatial, n’a de grandes ambitions que sur le papier, elle reste le pays qui lance le plus de satellites par an. D’autant qu’elle a une activité militaire très forte, comme les Etats-Unis, et l’activité spatiale militaire domine largement.

Dans l’espace commercial, c’est-à-dire le marché des lancements de satellites d’applications – télévision ou télécommunications - les Américains dominaient durant les années 70. Les Européens, avec Ariane, ont ensuite pris le relais dans les années 1980, et les Américains se sont retirés de ce marché. Aujourd’hui, il n’y a pratiquement pas de lancements commerciaux effectués par les Américains, car des pays comme la Chine, l’Inde ou des sociétés privées proposent des prix plus bas que l’industrie américaine.

On a depuis quelques années une nouvelle situation : le marché des lancements de satellites se déplace vers l'Est, même si Arianespace reste le leader. La bataille va être rude.

Alors qu’Obama a mis un terme au programme Constellation, la Russie subit encore une situation économique difficile et l’Europe n’a jamais décidé de se lancer dans des missions habitées, la Chine veut retourner sur la Lune d’ici 2020 et l'ancien président indien Abdul Kalam a lui déclaré en 2010 que le pays espérait aller sur Mars en 2030. Est-ce réaliste ?


Il faut être prudent : l’Inde n’a jamais annoncé qu’elle allait déposer un homme sur Mars ! Elle a simplement dit qu’elle allait lancer en 2013 une sonde martienne. Et d’ailleurs, on n’y croit pas beaucoup, car lancer une sonde martienne en 15 ou 18 mois…

Il faut se méfier, dans le domaine spatial, des effets d’annonces. C’est un domaine tellement enthousiaste que ces nouvelles puissances sont promptes aux effets d’annonce, comme naguère les puissances occidentales : rappelez-vous de la Guerre des étoiles de Reagan, de Von Braun en 1952 qui disait qu’on serait sur Mars en 1960…

Par ailleurs, la Chine a publié un livre blanc en décembre 2011, où elle dit que la mission à long terme serait de débarquer un Chinois sur la Lune, mais aucune décision n’a été prise par le Parti communiste chinois. Le discours d’Obama, en février 2010, ne disait ni oui ni non à un voyage sur Mars. Il disait qu’il fallait investir dans la technologie, et qu’au milieu de la technologie, on pourrait éventuellement envoyer des hommes vers Mars. Mais ce n’est pas un programme.

Le programme spatial indien habité ne représente que 10 millions de dollars par an. C’est ridicule. Ce n’est pas avec cela qu’ils vont y arriver.

La Chine souhaite construire une station spatiale également en 2020, qui pourrait de facto remplacer l’ISS. Alors que les lanceurs utilisés par les Américains sont Russes, est-ce que ces derniers vont être complètement exclus de l’espace ?

Théoriquement, la Station spatiale internationale doit s’arrêter en 2020. Le programme de la station est très contesté aux Etats-Unis. Mike Griffin, l’ancien administrateur de la Nasa, avait, je cite, dit qu’il fallait arrêter ces conneries. Le programme de station n’est donc pas partagé par l’ensemble de la communauté. Et je vois mal, en 2020, les Américains être complètement inféodés aux Chinois pour une station. Je ne crois pas qu’ils accepteraient de jouer un second rôle dans une station chinoise.

Du coup, ils seraient tentés d’abandonner complètement cette expérience ?

Je le pense. Honnêtement, je pense que les Occidentaux ne sont pas près de refaire une station. La Chine est dans un processus qui reprend les étapes faites par les soviétiques : un vol habité à un seul astronaute, puis à deux, à trois maintenant, une mini-station qui va être lancée, puis en 2020 une station modulaire à la mode de Mir. Ils sont en train de réacquérir toutes les étapes des soviétiques. Y compris le retour d’échantillons lunaires par des sondes automatiques en 2017, comme les Soviétiques l’avaient fait en 1970. Ils vont dérouler ces programmes jusqu’en 2020 ou 2022, et après, on verra ce qui se passera.

Il faut en tout cas rester prudent et ne pas prendre ses rêves pour la réalité. On voudrait tous que quelqu’un, un Chinois ou un autre, mette le pied sur Mars. Mais pour l’instant, ce n’est pas décidé. Et en ce moment aux Etats-Unis, pour la première fois depuis le début de la conquête spatiale, il n’y a pas un dollar investi dans un programme habité vers où que ce soit. C’est une véritable rupture.

Propos recueillis par Morgan Bourven

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La réaction de la femme de Griveaux

02.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

03.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

04.

Les Frères Musulmans, Youssef al-Qardaoui et le discours d'Emmanuel Macron sur le "séparatisme islamiste"

05.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

06.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

07.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

01.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

02.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

03.

Politique arabe : pourquoi la France n’est plus écoutée au Moyen-Orient depuis la fin de la guerre d'Algérie

04.

Vanessa Paradis seule : son fils va quitter la maison, Samuel n’est pas là; Le nouveau mari de Pamela Anderson effrayé par ses dettes, le compagnon de Laeticia Hallyday pas troublé par ses problèmes financiers; Loana à nouveau dans une relation abusive

05.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

06.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

01.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

02.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

03.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires