En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 8 heures 5 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 8 heures 43 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 11 heures 26 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 12 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 13 heures 27 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 16 heures 12 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 16 heures 23 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 16 heures 45 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 17 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 8 heures 26 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 10 heures 28 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 12 heures 1 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 13 heures 22 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 16 heures 5 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 16 heures 20 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 16 heures 35 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 17 heures 26 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 17 heures 31 min
© Flickr / faberzeus
Nicole Delépines : "Des monceaux d'économies sont possibles sans nuire aux soins utiles."
© Flickr / faberzeus
Nicole Delépines : "Des monceaux d'économies sont possibles sans nuire aux soins utiles."
Saignée

Hausse des frais de santé : ce n'est pas aux Français d'arrêter de se soigner, mais à l'Etat de chasser les gaspillages

Publié le 28 septembre 2012
En France, bien des économies restent réalisables sans forcément porter atteinte aux soins prodigués aux malades. Quelques pistes de réflexion...
Nicole Delépine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicole Delépine ancienne responsable de l'unité de cancérologie pédiatrique de l'hôpital universitaire Raymond Poincaré à Garches( APHP ). Fille de l'un des fondateurs de la Sécurité Sociale, elle a récemment publié La face cachée des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En France, bien des économies restent réalisables sans forcément porter atteinte aux soins prodigués aux malades. Quelques pistes de réflexion...

A (re)lire, l'épisode 1 : Copinage, commissions, actions de dépistage jamais évaluées : le ministère de la Santé, grand corps malade des finances publiques

Des monceaux d’économies sont possibles sans nuire aux soins utiles ceux qui sont nécessaires au patient y compris les consultations ophtalmologiques et dentaires et les coûts qui s’en suivent.

Qu’ils apprennent à ne pas dépenser trop d’argent à des examens inutiles à des dépistages déconseillés à l’étranger et délétères qui transforment les bien portants en malades chroniques quand ils ne les tuent pas et les entrainent dans une succession d’actes inutiles et souvent nuisibles pour eux leur entourage et la société par les arrêts de travail et handicaps secondaires

Un exemple : le dépistage du cancer de la prostate

Les USA ont rejeté définitivement le dépistage du cancer de la prostate par dosage du PSA. En effet il est inefficace ne permettant pas d’augmenter la longévité des hommes qui s’y soumettent par rapport à ceux qui le refusent.

Les actes thérapeutiques secondaires au dépistage sont source d’infirmité fréquente (impuissance ou incontinence urinaire, etc). Une grande étude américaine (PIVOT) portant sur 89000 hommes et une européenne portant sur 130000 suivis plus de huit ans ont montré l’absence de gain en termes de survie globale des hommes ayant accepté le dépistage. Ce dépistage a transformé nombre d’hommes bien portants en malades impuissants et déprimés qui vivront ni plus ni moins longtemps mais avec une qualité de vie dégradée.

Le coût est estimé en France à 100 euros par homme qui se soumet au dépistage. Ce chiffre ne tient pas compte des coûts assumés par la sécurité sociale des actes (chirurgie ou radiothérapie, examens radiologiques, consultations médicaments et indemnités journalières). On peut d’ailleurs s’étonner que la Haute Autorité de santé qui avait établi il y a quelques années que ce dépistage n’était pas conseillé n’ait pas jugé bon de le de rembourser !

Un développement du même type pourrait être envisagé pour le dépistage du cancer du sein, dogme absolu malgré toutes les études pour le moins contradictoire et là aussi la HAS manque de clarté dans ses souhaits vu les expériences étrangères.

Il faut que la population prenne conscience des manipulations par les labos via les injonctions des campagnes médiatiques et les relais institutionnels ou associatifs en particulier pour des vaccinations anticancer ou autres (rappelons-nous du coût des campagnes de vaccination et de traitement pour la grippe H1N1 qui ont couté au moins 2 milliards d’euros à la France (bien supérieurs aux dépenses des autres pays européens)

Que d’économies seraient engendrées par la suppression du remboursement du vaccin contre certains papillomavirus vendus comme protection contre le cancer du col utérin. Son efficacité n’a jamais été démontrée et il s’agit d’un cancer en voie de disparition en France grâce à la surveillance gynécologique régulière. Ce vaccin, par ailleurs considéré comme dangereux dans de nombreux pays, est le plus cher de toute l’histoire des vaccins, il coute 450 euros et est remboursé par la sécurité sociale ! Est –ce bien raisonnable ?

Autres pistes d’économies pour notre Ministre

via moins de médicaments inutiles comme l’ont rappelé récemment Even et Debré :

Mais comment y arriver si les contrôleurs des médecins leur jettent l’opprobre parce qu’ils n’ont pas respecté telle ou telle recommandation qui fait donner par exemple des kg de statines inutiles et chères (plus d’un milliard euros par an)

Il va falloir redonner sa place au médecin traitant et aux études de médecine leur valeur.

Le médecin doit pouvoir décider en fonction de ses connaissances et non du diktat de la Haute Autorité de Santé qui émet des recommandations en accord avec l’agence du médicament et aussi de l’institut du cancer pour l’oncologie ! que de bureaucratie pour mal vous soigner ou plutôt soigner une maladie selon un « protocole » (que tout le monde fait en Europe, vous dit-on ! ça devrait vous faire fuir car vous êtes un patient et non une maladie, vous êtes uniqu

Mais combien de médecins de terrain auront in fine décidé de ces prescriptions descendues du ciel ? Cette médecine de troupeaux et non d’un individu particulier. En cancérologie le système de blocage de toute initiative et progrès est déjà bien au point et les cancérologues n’ont plus que le droit que d’appliquer (en équipe avec contrôle réciproque) les schémas thérapeutiques venus d’en haut. Si vous résistez vous n’aurez plus le droit d’exercer votre spécialité (ça s’appelle avoir l’accréditation !) .Ce n’est pas suffisant : nos tutelles de l’Institut du Cancer et de la HAS autoproclamées dictateurs de la discipline regrettent qu’aujourd’hui le niveau régional soit efficient c'est-à-dire impose les traitements à toute la région mais n’appliquent pas les recommandations nationales ! Il est bien connu que tous les empereurs veulent toujours conquérir de nouveaux territoires.

Si les traitements sont à nouveau décidés en fonction de la maladie du patient de son histoire, de son vécu, de son examen clinique, et non pas d’un traitement qui vient d’en haut décidés par quelques notables de la médecine loin du terrain, on pourra éviter que le scandale de la recommandation sur le diabète ne se reproduise : elle préconisait des médicaments nouveaux très chers d’intérêt discutable, en lieu et place de produits anciens bon marché et génériqués. Le Conseil d’état a annulé cette recommandation pour non-respect de l’indépendance des experts qui avaient des liens d’intérêt avec le laboratoire favorisé par cette recommandation. La recommandation Alzheimer qui souffrait des mêmes tares a été retirée par la Haute Autorité de Santé avant que le Conseil d’Etat ne lui fasse subir le même sort. Mais combien de mois ou d’années de remboursement inutile, écoulés avant cet arrêté. Combien d’autres encore en place ?

Ceci nous fait aborder le prix des médicaments : la suppression du remboursement des molécules banales comme l’aspirine annoncent toujours l’apparition sur le marché quelques mois ou semaines plus tard d’un antalgique merveilleux qui coute dix fois plus cher. Qui l’accepte ?

Enfin avant de diminuer les prestations de base aux assurés sociaux et de « leur demander de faire des « efforts » il faudra un jour aborder le problème des molécules innovantes. Il s’agit de tous les merveilleux médicaments dits ciblés sur une anomalie génétique d’un cancer du patient donné auquel par cet artifice de langage on fait croire qu’il dispose d’un « traitement personnalisé « alors qu’il ne s’agit que de jouer sur une anomalie du génome de son cancer sans qu’on ait à l‘heure actuelle de recul (sauf pour deux ou trois maladies bien précises )

Ces molécules qui font rêver auraient dû suivre le schéma habituel de mise sur le marché après essais thérapeutiques financés par le laboratoire, mais non ! En même temps que le plan cancer 2003 était mis en œuvre, les décideurs du ministère et de l’Elysée décidaient que ces molécules nouvelles devraient être données tout de suite à tout le monde ou presque sans recul ni de leur efficacité ni de leur toxicité au nom de l’égalité. De fait au bénéfice des laboratoires qui obtinrent des prix faramineux non discutés qui ont abouti à des dépenses de médicaments (dont plus de 60 % anticancéreux ) croissant exponentiellement, au bénéfice des chercheurs qui caracolent dans les congrès sur leurs « progrès, au bénéfice des structures de recherche et startup qui vendent l’étude du génome des tumeurs larga manu pour des sommes astronomiques (remboursées dans notre beau pays par la Sécurité Sociale directement ou indirectement. Au bénéfice du patient ? Espérons-le mais pas toujours quand la publicité de ces nouvelles drogues auprès de médecins et patients leur fait oublier les traitements classiques plus surs qui auraient pu les améliorer.

Cette mesure décidée entre quelques-uns dans un cabinet ministériel ne fut pas chiffré et la direction de la sécurité sociale le payeur ne fut pas consulté !

Voici quelques pistes Mme le Ministre qui allez prendre le pilotage de la santé, il y en aurait bien d’autres dont les plus efficaces seraient de ne pas fermer les lits d’hôpitaux ni diminuer le personnel soignant mais pour un même résultat de réduction de postes diminuer le nombre d’administratifs qui coutent chers bien plus que les maigres économies qu’ils imposent sans discernement.

Rappelons pour conclure que les biens portants doivent se méfier des médicaments et n’en absorber qu’en cas d’absolue nécessité pour de vrais maux. Indépendamment des économies qu’ils engendreront, ils sauvegarderont leur santé.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jerem
- 28/09/2012 - 21:39
Michel Cymies, le doigt levé !
on cherche encore les reportages sur la denonciation du depistage systématique qui a pourtant fait l'objet d'une campagne de pub consequente avec une sacrée floppée de medecins qui l'index pointé en l'air faisaient la promotion du depistage systématique du cancer de la prostate.
une campagne fortement mediatisée par le si plaisant Cymies pour un depistage qu'un an plus tard la haute autorité de santé considerait comme dangereux .... on a pas revu Cymies sur tous les plateaux...
De qui se fout on ?
Qui a autorisé cette campagne, qui l'a financé , qui a fait de la "propagande" et qui s'est soudain reveille avec 12 mois de retard pour lancer un message contraire.
Que doit on comprendre ? ici qu'une detection du niveau du psa est dangereuse et là que ce sont les "investigations" que certains resultats de cette prise de sang pourrait donner ....C'est d'une clarete pour un message en boucle dans les medias avec maintenant des quinzaines par cancer (sein, collo-rectal , etc ...) . on s'etonne du moral morose des francais et de leur reticence maintenant a propos du vaccin de la grippe . le bon sens quoi !!
jerem
- 28/09/2012 - 21:20
Et pourquoi pas la décroissance aussi ?
on se demande si ce n'est pas un plaidoyer pour la décroissance !!! vous vous rendez compte comment les marchés pourraient reagir?
comment peut on proposer de limiter la croissance du chiffres d'affaire des vendeurs de medicaments , comment peut envisager comme cela de limiter les consultations , les nombreuses analyses dans des laboratoires de ville.
Veut on que la France soit un pays inerte de touristes, un musée ..
Cela frole vraiment un discours des verts .
Franchement que vient faire le bon sens dans les temps difficiles que traverse la france, la zone euro et le monde ....
Alors que l'horizon de millions de clients venant a la pharmacie , ghettant derriere un comptoir la multitude de boites de toutes les couleurs , sans prix etiquettés, non remboursés .....c'est ca l'avenir . Et sinon comment va t on faire si on ne pratique pas pernicieusement pour faire crouler la secu alors qu'il faut diminuer le niveau des 56% de dépenses publiques ? ou sera la croissance du pib si on ne laisse filer le prix des nouveaux medicaments comme l'avait autorisé tres tranquillement la loi de 2004 de Douste blazy et Bertrand ?
Tout ce qui précede est au second degre evidemment. Bravo Madame !
léonard simon
- 28/09/2012 - 18:31
@ Charles 25
Pour une fois un réac de gauche approuve un article publié sur Atlantico. Ouf! La droite peut espérer.