En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
Saignée
Copinage, commissions, actions de dépistage jamais évaluées : le ministère de la Santé, grand corps malade des finances publiques
Publié le 27 septembre 2012
Suite à un récent article d'UFC-Que Choisir qui s'interroge sur l'intérêt du dépistage du cancer du sein, la ministre de la Santé Marisol Touraine a souhaité l'accélération des études menées actuellement en France sur le sujet. Un coûteux dépistage systématique qui montre les limites du système de santé français, parfois bien peu rationnel.
Nicole Delépine ancienne responsable de l'unité de cancérologie pédiatrique de l'hôpital universitaire Raymond Poincaré à Garches( APHP ). Fille de l'un des fondateurs de la Sécurité Sociale, elle a récemment publié La face cachée des...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicole Delépine
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicole Delépine ancienne responsable de l'unité de cancérologie pédiatrique de l'hôpital universitaire Raymond Poincaré à Garches( APHP ). Fille de l'un des fondateurs de la Sécurité Sociale, elle a récemment publié La face cachée des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite à un récent article d'UFC-Que Choisir qui s'interroge sur l'intérêt du dépistage du cancer du sein, la ministre de la Santé Marisol Touraine a souhaité l'accélération des études menées actuellement en France sur le sujet. Un coûteux dépistage systématique qui montre les limites du système de santé français, parfois bien peu rationnel.

Les Français vont-ils renoncer à se soigner ? Je ne sais pas. En tous cas, non les Français ne doivent pas arrêter de se soigner, mais ouvrir les yeux et reprendre la main !

Ils doivent exiger de l’Etat la fin des mesurettes et des privilèges, la fin de la bureaucratie galopante stérilisante et inflationniste et rendre aux médecins leur liberté de prescription intelligente et adaptée à chaque patient en supprimant les carcans qui bloquent tant la médecine de ville qu’hospitalière, découragent personnel soignant et médecins et désespèrent les malades qui ne comprennent pas qu’on soit passé depuis l’an 2000 de la meilleure médecine du monde selon l’OMS à un désert médical et relationnel tout en dépensant plus de 11% de notre PIB national dans la santé.

Il faut sortir de la médecine bureaucratique totalitaire qui impose aux médecins et patients des schémas décrétés plus pour l’intérêt de l’industrie pharmaceutique et de lobbys médicaux que celui des patients. On parle beaucoup de démocratie sanitaire : il faut l’imposer et reprendre le pouvoir confisqué par les multiples agences créées et payées par l’Etat à chaque fois qu’un problème se pose, écran opaque, dépensier et sans contrôle qui s’interpose entre les assurés sociaux et leur ministère de tutelle qui a force de déléguer n’est plus la tutelle de personne. Et la Cour des comptes a beaucoup plus de mal à contrôler les agences que l’Etat directement.

C’est le temps du changement, très bien ! Il faut revenir à une médecine libérale, dont le nom signifie libre, et à une médecine salariée libérée des jougs de l’industrie et des lobbys dont les courroies de transmission sont les ARS (Agences régionales d’hospitalisation, modifiées récemment en Agences régionales de santé) formule moderne de l’inquisition aveugle et sectaire.

Si on veut retrouver des milliards d’euros sans nuire à la santé, on le peut ; ou tout au moins madame la ministre de la Santé le peut. Mais il faut qu’elle ait la forte et inébranlable volonté politique d’affronter les nombreux privilégiés installés dans l’ombre du pouvoir qui multiplient emplois et pouvoirs décisionnels, sans contre-pouvoir ou presque.

Dans le rapport thématique sur le Plan cancer 2003-2007 de la Cour des comptes publié en 2008, les auteurs soulignent non sans humour qu’il est impossible de créer quelques emplois au ministère pour la lutte contre le cancer mais que quelques mois plus tard on peut créer 180 emplois pour la création décrétée et organisée à l’Elysée de l’ INCa (Institut national du cancer), emplois à salaire accru permettant de recruter au ministère ou dans d’autres agences moins en vogue mais qui font le même travail .

Mme la Ministre, si vous voulez faire des économies substantielles rapides de plusieurs milliards annuels, cela est possible : commencez par réduire drastiquement l'« enchevêtrement, empilement, et redondance des structures prévention et de soins »[1] (et non les hôpitaux ou cliniques) qui se sont accumulés dans les dernières décennies.

Comment accepter que, selon le rapport de la Cour des Comptes, dont j’emploie les termes « le plan cancer n’avait pas fait état de ces organes, qui lui étaient antérieurs, par exemple les travaux des Unions régionales des caisses d'assurance maladie, leurs plans régionaux de l'assurance maladie (Pram) l’action des Missions régionales de santé ou encore des plans régionaux de santé publique (Prsp) des Groupements régionaux de santé publique (Grsp). En vue de clarifier le positionnement de ces derniers vis à vis de l’INCa, une convention type était à l’étude début 2008 »

Comment accepter que l’INCa ait acquis d’emblée une autonomie d’action ou d’inaction sans contrôle et sans contrat avec l’Etat 4 ans après sa création ? Et que des sommes considérables aient été affectés par exemple aux soins dans le plan cancer 2003-2007 sans concertation avec l’assurance maladie qui allait être amenée à payer : « S’agissant des soins, le plan mettait à la charge de l’assurance maladie « des mesures nouvelles (de) 100 M€ en 2003, pour atteindre 640 M€ en 2007 » par an.

De qui se moque-t-on ? Y-a-t-il un pilote dans l’avion ? On va dans toutes les directions, mais à chaque fois une pluie de millions d’euros est déversée sur les amis des amis pour telle ou telle mission de prévention, dépistage, ou autre, dont personne n’a discuté de l’opportunité ni même osé évoquer la question taboue - est-ce utile ? - et encore moins envisagé d'en évaluer les résultats antérieurs en termes de survie de patients.

[A suivre]

[1] Rapport thématique sur la mise en œuvre du plan cancer 2003-2007 juin 2008

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Reconstruction de Notre Dame : Emmanuel Macron prend-il le risque du « too much » ?
04.
Notre Dame brûla et obligea la France à se souvenir qu'elle fut catholique…
05.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
06.
Le blues des gendarmes de Matignon ne faiblit pas
07.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
03.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
04.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Gilles
- 27/09/2012 - 18:33
Gabegie
Le DMP (dossier médical personnel) a été lancé en 2011. Cet outil est utile pour le patient quand il consulte puisque le médecin devrait pouvoir trouver un historique des maladies traitées. J'ai donc ouvert un DMP à l'hôpital de ma ville. Mais dans les services où j'avais un dossier personne ne connaissait ce DMP. Ce qui signifie que l'on a mis en place une "usine à gaz" qui ne semble servir à pas grand chose.
Autres scandale : la Carte Vitale devrait être le seul moyen pour se faire rembourser. pas du tout, les feuilles de maladie continuent à être distribuées. Les caisses traitent donc les 2 parallèlement.
Enfin le princeps ne bénéficie plus du tiers-payant. il faut donc envoyer une feuille à la sécu. Coûts supplémentaires évidemment.
AntiDemago
- 27/09/2012 - 16:43
La santé est un MARCHÉ
1- la santé est UN MARCHÉ
2- la santé est UN MARCHÉ
3- la santé est UN MARCHÉ
4- et suivants durant 3 pages, dont:
- Les toubibs "libéraux" sont des "fonctionnaires privés".
- La santé est un instrument de Pouvoir.
- La médecine est une "science"..... très inexacte.
- L'irresponsabilité est le dogme directeur.
- Les responsables ne sont pas coupables
- ça se la joue entre "spécialistes", dits "les sachants"
- Le CLIENT (pudiquement appelé "patient"), consomme sans limite, c'est la collectivité qui paye.
......
ghislfa
- 27/09/2012 - 15:57
Tien tien tien
Libéralisez pour faire des économies.
La médecine privée rêve encore. Pourtant, il lui faudra bien consentir des efforts, comme tout le monde.
Sa position financière est garantie par le sécu alors, elle devra bien, un jour, accepter la tutelle de cette dernière et cesser de laisser payer la note par les assurés. Car ce sont eux qui payent le seul fonctionnariat libéral français.