En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

03.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

04.

La décennie qui s'ouvre pourrait être encore pire que la précédente et voilà pourquoi

05.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

06.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

07.

Pierre Manent : "Nous souffrirons longtemps de la passivité qu’a imposé le gouvernement aux Français avec le Covid"

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 6 heures 23 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 8 heures 1 min
pépites > Justice
Justice
Affaire des "écoutes" : le procès de Nicolas Sarkozy, jugé pour corruption, est suspendu jusqu'à jeudi
il y a 10 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’archipel des Solovki" de Zakhar Prilepine : plaisir de relire - Les camps des Solovki, antérieurs aux goulags. « J’ai voulu écrire moins sur les camps que sur les Russes » a dit l’auteur, l’un des plus grands romanciers russes contemporains

il y a 11 heures 49 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement
il y a 12 heures 56 min
pépites > Santé
Ecrans
L'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) s'inquiète du temps passé par les jeunes devant leurs écrans, sans activité physique, aggravé par le confinement
il y a 14 heures 58 sec
décryptage > High-tech
Réseaux sociaux

Et si la Chine était en train de doubler la créativité d'une Silicon Valley en panne d'idées ?

il y a 14 heures 53 min
pépite vidéo > Economie
Engagements face à la crise
Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"
il y a 15 heures 18 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

A la fin, est-ce le capitalo-marxisme qui l’emportera?

il y a 15 heures 57 min
pépites > Santé
Coronavirus
Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"
il y a 16 heures 21 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 6 heures 55 min
light > Politique
Succès fou
Barack Obama a vendu 890.000 exemplaires de ses mémoires en seulement 24h en Amérique du Nord
il y a 8 heures 47 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un coupable presque parfait La construction du bouc émissaire blanc" de Pascal Bruckner : un plaidoyer solide, un essai brillant, au secours d’une civilisation crépusculaire ébranlée par les diktats des minorités

il y a 11 heures 28 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Ma lettre au père Noël. Chômage. Récession. Dépression. Un peu de champagne ?

il y a 12 heures 35 min
pépites > International
Diplomatie
Le Premier ministre israélien aurait rencontré secrètement le prince héritier d'Arabie Saoudite
il y a 13 heures 11 min
pépites > High-tech
Gaffe
Un journaliste débarque dans une réunion Zoom secrète des 27 ministres européens de la Défense qui a du être annulée
il y a 14 heures 40 min
pépites > International
Environnement
Un ancien bureaucrate a inspiré le discours du président chinois Xi Jinping changeant l'histoire du réchauffement climatique
il y a 15 heures 7 min
pépites > Finance
Economie
Danone annonce 1.500 à 2.000 suppressions de postes dont près de 400 en France
il y a 15 heures 51 min
décryptage > Media
Sur le divan

"L’élection de Joe Biden est bonne pour l’équilibre mental des Français". Et c’est la psy attitrée de France Info qui vous le dit

il y a 16 heures 14 min
décryptage > Société
La germination des mots

Existerait-il des complotistes sans comploteurs ?

il y a 16 heures 22 min
© DR
Dans le film "Un jour sans fin", le journaliste Phil Connors revit le "jour de la marmotte" encore et encore...
© DR
Dans le film "Un jour sans fin", le journaliste Phil Connors revit le "jour de la marmotte" encore et encore...
Imparfait du présent

Quand la science comprend mieux le "Déjà vu" : cette sensation d'avoir déjà vécu l'instant présent

Publié le 27 septembre 2012
A la limite du paranormal, le "déjà vu" est un mystère pour la communauté scientifique. Une conférence sur le phénomène a permis de faire le point sur les dernières avancées.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A la limite du paranormal, le "déjà vu" est un mystère pour la communauté scientifique. Une conférence sur le phénomène a permis de faire le point sur les dernières avancées.

Le sentiment de "déjà vu" a longtemps été un mystère pour la science. Cette étrange impression d'avoir déjà rencontré une situation frôle le paranormal pour celui qui la ressent, et donne parfois le sentiment d'avoir des pensées prémonitoires. Or, le "déjà vu" peut toucher n'importe qui, de l'individu sain au plus grand psychopathe, en passant par le patient épileptique. Cependant, certaines populations y sont davantage sujettes que d'autres. Les jeunes adultes par exemple y sont particulièrement enclins, contrairement aux personnes de plus de 40 ans, qui rencontrent bien plus rarement ce sentiment.

Les chercheurs s’intéressent depuis longtemps au phénomène. En 1970, un psychologue cognitiviste a fait un grand pas dans la compréhension du "déjà vu" grâce à une distinction conceptuelle particulièrement utile. Le chercheur Endel Tulving a en effet postulé l'existence de deux types de mémoires distinctes : la "mémoire sémantique" et la "mémoire épisodique". La première est le souvenir du sens des choses, des définitions et autres notions figées. Par exemple, le souvenir que Rome est la capitale de l'Italie appartient à la mémoire sémantique.

La mémoire épisodique est bien plus concrète et possède un goût de réalité. Le souvenir d'un voyage à Rome, avec son lot de sensations, appartient à ce type de mémoire. Dans le cas de la mémoire épisodique, il ne s'agit pas simplement de se souvenir de froides informations : il s'agit réellement de "revivre une situation mentalement", a expliqué le psychologue, ajoutant "c'est une sorte de voyage dans le temps mental, une façon de revivre quelque chose qui s'est déjà passé. De fait, certaines activité cérébrales se reproduisent à l'identique lors du "souvenir", comme si le cerveau revivait réellement l'expérience en question.

Le "déjà vu" serait donc lié à un dysfonctionnement de cette mémoire particulière, qui donne l'impression de vivre la situation en temps réel. Une zone du lobe temporal appelée hippocampe tient un rôle particulièrement important dans ces activités de "remémorisation".

 

Une hypothèse postule un télescopage entre les zones cérébrales responsables respectivement du "sentiment de familiarité" et du "souvenir". En temps normal, la zone responsable de la familiarité reconnaît dans un premier temps une situation comme familière. Puis l'hippocampe prend le relais pour expliquer cette familiarité, en ramenant à la surface le souvenir de ce qui s'est passé auparavant. Lors du "déjà vu", ces deux étapes et la situation apparaitrait comme familière tout en paraissant nouvelle.

 

Selon une autre hypothèse, des images visuelles pourraient être reconnues comme "familières" parce qu'elles arrivent au cerveau de façon décalée, par exemple lorsque l’image venant d'un œil arrive quelques milli-secondes avant celle de l'autre œil, donnant l'impression que l'image a déjà été vue.

Ce sont les deux première hypothèses évoquées dans cette vidéo.

 

 

Un symposium sur le sujet était justement réuni en mai dernier à Marseille. Intitulée "Déjà vu, déjà vecu and other mnesic experiential phenomena" (Déjà vu, déjà vécu et autre phénomènes mnésiques expérimentaux), la conférence a débouché sur certaines avancées notables. Alors que les regards se tournaient jusqu'ici en priorité vers l'hippocampe, certains scientifiques ont remarqué le rôle crucial d'une autre zone.

"En 2004 et 2005, notre équipe a montré que la stimulation des cortex rhinaux induit un déjà-vu dans près de 15 % des cas, alors que la stimulation de l'hippocampe ou de l'amygdale ne le provoque que dans environ 5 % des cas, a expliqué au Monde le professeur Patrick Chauvel (Inserm, université d'Aix-Marseille). Nous en avions conclu que le déjà-vu était associé à une dysfonction des cortex rhinaux, structures spécifiquement impliquées dans le processus de familiarité, qui permet de savoir qu'on a vu précédemment un visage, une image... Nos plus récents résultats, publiés par le professeur Fabrice Bartolomei, en mars, dans Clinical Neurophysiology, montrent que cette hypothèse, simpliste, était incomplète."

Le "déjà-vu" proviendrait en réalité d'une "interaction particulière entre ces deux zones : l'hippocampe et les cortex rhinaux", résume Emmanuel Barbeau.  Plus précisément, l'hippocampe entrerait dans une activité de remémorisation trop tôt, avant même d'avoir déjà stocké un contenu à se remémorer. L'hippocampe serait totalement focalisé sur le "faux" souvenir en train d’être remémoré, et serait incapable de traiter la situation en cours. En temps normal, le "présent" est en effet encodé dans notre cerveau pour y être stocké dans la mémoire. Mais l'hippocampe ne peut faire les deux choses à la fois. "Le déjà-vu serait donc un phénomène de recollection sans contenu", note M. Barbeau.

Une autre hypothèse implique les cortex rhinaux. Car des expériences chez le signe ont montré que cette zone était liée à l'impression de "nouveauté". Lorsqu'elle cesse de fonctionner, les événements sont "vidés" de leur nouveauté et semblent donc être un perpétuel recommencement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (22)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Inconnu
- 28/09/2012 - 13:56
Leur théorie n'est pas au point
@ nanie : je partage votre avis. Raisonnements un peu "shorts", suivis d'une extrusion journalistique, ce qui fait que le sujet de l'étude donne une impression de "déjà-vu" !
nanie
- 28/09/2012 - 12:38
Leur théorie n'est pas au
Leur théorie n'est pas au point car comment peut-on expliquer que quand on se rend dans un endroit que nous n'avons jamais vu,ni même entendu parler,on puisse avoir une impression très forte de "déjà vu".Nous n'avons aucun souvenir de cet endroit,puisque il est inconnu pour nous,et moi,ça m'arrive souvent.Encore un peu de travail semble nécessaire!
Occidentale
- 28/09/2012 - 11:42
je veux ajouter car c'est important
besogneux et plein d'intérêts dans tous les sens du terme