En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

02.

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

03.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

04.

Le chauffeur de Bayonne a été lynché à mort : le ministre des transports a osé parler « d’incivilités » !

05.

Désirer une Noire, c'est du racisme !

06.

Monsieur, madame, le, la maire de Lyon…

07.

Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

05.

L’Europe paralysée face au péril turc : cette question brûlante à poser à Emmanuel Macron

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

04.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

05.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

06.

Comment la politique iranienne de Trump a jeté Téhéran dans les bras de Pékin

ça vient d'être publié
pépites > Faits divers
Incidents lors de la Fête nationale
14 juillet : un pompier a été blessé par balle lors d'une intervention à Etampes
il y a 17 min 29 sec
décryptage > International
Panorama

COVID-19 : la pandémie s’étend et se politise aux États-Unis

il y a 1 heure 17 min
décryptage > Défense
Opération Serval

Depuis 2012, la menace terroriste a évolué dans sa nature et sa géographie mais n’a pas diminué en intensité

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Politique
Et en même temps

Emmanuel Macron, Président de droite à l’insu de son plein gré ?

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Politique
Le grand flou

Le mystère du financement de la relance

il y a 4 heures 36 min
décryptage > Politique
Oral de rattrapage

Macron, l'incompris... mais la faute à qui ?

il y a 5 heures 20 min
pépite vidéo > Santé
FÊTE NATIONALE
Emmanuel Macron souhaite rendre le masque obligatoire dans les lieux publics clos
il y a 22 heures 33 min
light > Insolite
BON APPÉTIT
Une cliente trouve une tête de lézard dans sa bolognaise, l'enseigne s'excuse
il y a 23 heures 49 min
pépites > France
COMMÉMORATION
Nice commémore les quatre ans de l'attentat de Nice
il y a 1 jour 27 min
pépites > France
FRANCE
"MACRON ASPHYXIE L'HÔPITAL" une banderole déployée durant la cérémonie
il y a 1 jour 1 heure
décryptage > France
AJ+

Désirer une Noire, c'est du racisme !

il y a 1 heure 7 min
décryptage > International
"Avec Castro, à l’heure du crime"

Les connexions castristes du tueur de Dallas : questions sur l’assassinat de John F. Kennedy et ses relations avec le gouvernement cubain

il y a 2 heures 5 min
pépite vidéo > France
Tour eiffel
14 juillet 2020 : revivez l'intégralité du feu d'artifice de Paris
il y a 3 heures 25 min
décryptage > Consommation
Révolution

Covid-19 : le monde des supermarchés d’après est arrivé

il y a 4 heures 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Plutôt l’offre que la demande : Macron enterre le mythe keynésien et parie sur l’entreprise pour redresser la situation économique et sociale

il y a 5 heures 8 min
pépites > Economie
EMPLOI
Macron annonce une exonération de cotisations et 300.000 contrats d'insertion pour les jeunes
il y a 22 heures 22 min
pépites > Santé
SANTÉ
Macron souhaite le masque obligatoire dans tous les lieux publics clos
il y a 23 heures 41 min
light > France
FÊTE PERCHÉE
Un DJ va mixer en haut de la grande échelle des pompiers
il y a 1 jour 13 min
pépites > France
CORONAVIRUS
Le nombre de cas de Covid-19 double tous les deux jours à Marseille
il y a 1 jour 56 min
pépite vidéo > France
DÉFILÉ
14 juillet : Trois miraculés d’une intervention au Mali vont défiler
il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
La baisse des prix de l'essence obtenue par le gouvernement semble éprouver des difficultés à se maintenir.
© Reuters
La baisse des prix de l'essence obtenue par le gouvernement semble éprouver des difficultés à se maintenir.
Essence en hausse

53 millions de coûts pour l'Etat et déjà une hausse du gazole : le début de la fin des mesures de blocage ?

Publié le 12 septembre 2012
Les prix de l'essence auraient augmenté en moyenne de 1,5 centime d'euros cette semaine pour le diesel et le sans plomb 95 alors que le gouvernement avait essayé de diminuer les tarifs à la pompe. Pourquoi ? Est-il impossible de bloquer les prix de l'essence ?
Thomas Porcher
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thomas Porcher est Docteur en économie, professeur en marché des matières premières à PSB (Paris School of Buisness) et chargé de cours à l'université Paris-Descartes.Son dernier livre est Introduction inquiète à la Macron-économie (Les Petits...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les prix de l'essence auraient augmenté en moyenne de 1,5 centime d'euros cette semaine pour le diesel et le sans plomb 95 alors que le gouvernement avait essayé de diminuer les tarifs à la pompe. Pourquoi ? Est-il impossible de bloquer les prix de l'essence ?

Atlantico : La baisse des prix de l'essence obtenue par le gouvernement semble éprouver des difficultés à se maintenir. En effet, les prix auraient augmenté de 1,5 centime en moyenne cette semaine pour le diesel et le sans plomb 95. Comment expliquer cette hausse alors que, dans le même temps, le cours du baril de pétrole n'a pas augmenté et que l'euro s'est apprécié ?

Selon les relevés hebdomadaires de la DGEC (Direction de l'Energie et du Climat, ndlr), le prix du gazole a augmenté de 0,5 ct passant de 1,397 à 1,403, les prix du SP – SP 95 et SP98 – ont augmenté de moins d’un centime passant respectivement de 1,586 à 1,593 pour le SP 95 et de 1,642 à 1,651 pour le SP98. Ce sont des moyennes nationales pour la semaine dernière mais c’est vrai que lorsque l’on regarde l’évolution des prix au jour le jour, les relevés de carbeo (une application qui rassemble les prix des stations-service, ndlr) d’hier montrent une hausse de plus d’un centime par rapport aux relevés de la semaine dernière.

Mais on reste dans des variations extrêmement faibles : le pétrole Brent est passé de 89,9 à 89 euros grâce à une appréciation de l’euro, le gazole a Rotterdam à légèrement diminué et le SP 95 a légèrement augmenté. Le prix des carburants prend en compte plusieurs marchés qui se superposent (le marché du Brent, le marché des produits raffinés), ces marchés sont hypersensibles et il n’est pas anormal que sur de très courtes périodes et sur des montants très faibles (moins d’un centime), ils n’évoluent pas de manière instantané.

Combien de temps faudra t-il avant que la baisse de 6 centimes soit complètement comblée par la "hausse naturelle" des prix de l'essence ?

Personne ne peut répondre avec précision car une nouvelle crise de la zone euro pourrait faire baisser les prix du pétrole et par répercussion les prix de l’essence. Inversement, un accroissement des tensions géopolitiques avec l’Iran pourrait faire flamber les prix.

Mais sur le moyen/long terme, tout le monde connaît la réponse. Le pétrole étant structurellement orienté à la hausse depuis 8 ans, cette mesure, qui n’est pas un vrai blocage, sera tôt ou tard balayée. Pour rappel, en 2011, le prix moyen du baril de Brent s’élevait à 112 dollars contre 79 dollars en 2010, le litre de gazole était à 1,33 euro contre 1,15 en 2010 et le SP 95 à 1,50 euro contre 1,35 en 2010.

La mesure a coûté 53 millions d'euros à l'Etat. Est-il vraiment possible pour un gouvernement d'influencer sensiblement le prix de l'essence ?

Le prix des produits raffinés comme le prix du pétrole est déterminé au niveau international. Le gouvernement français ne peut pas influencer ces marchés. Par contre, il peut jouer sur d’autres leviers comme la fiscalité. Aujourd’hui, le débat sur « plus ou moins » de fiscalité dans les prix de l’essence n’est plus d’actualité.

Les partisans d’une hausse de la fiscalité ont tort quand ils prônent que le prix élevé de l’essence permet la transition énergétique par l’utilisation des transports ou d’autres sources d’énergie : premièrement car la possibilité d’utiliser les transports ne concerne qu’une faible partie des français et deuxièmement parce que le prix du pétrole a été multiplié par cinq en dix ans sans qu’une réelle transition énergétique fasse sérieusement l’objet de débat. Les partisans d’un prix plus faible par une baisse des taxes ont également tort compte tenu du contexte économique : notre économie traverse actuellement une grave crise de la dette, or pour réduire la dette publique, des recettes publiques sont nécessaires. Depuis 11 jours, la baisse des taxes de 3 centimes a entrainé une perte de 53 millions d’euros (44 millions de TICPE et 9 millions de TVA sur TICPE) au final sur trois mois, la perte pour l’Etat sera de 450 millions (375 millions de TICPE et 75 millions de TVA sur TICPE).

Quelles solutions sont alors envisageables pour réguler durablement les prix de l'essence ?

La seule solution reste une « fiscalité plus intelligente », il faut donc inciter les gens qui disposent de transports en commun à les utiliser et protéger ce qui n’ont pas d’autres alternatives pour aller travailler que leur voiture. En termes d’utilisation de la voiture, les disparités par département sont flagrantes : 14% d’utilisation de la voiture pour les trajets domicile-travail à paris, contre 36% en Hauts-de-seine, 41% au Val-de-Marne, 61% en Essonne et entre 75 et 85% dans la majorité des départements de province. Cette différence ne dépend pas d’un choix réel de l’utilisateur mais plutôt d’une contrainte, car certains Français ont le choix entre l’utilisation de leur voiture ou des transports en commun, d’autres non. Face à l’augmentation du prix des carburants, l’élasticité de la demande est d’ailleurs très différente en fonction de la zone d’habitation.

Le gouvernement devrait donc baisser fortement les prix du carburant, puis créer une redevance complémentaire régionalisée qui tiendrait compte de l'accès aux transports en commun des habitants. Ce mécanisme complèterait la baisse des taxes sur l’essence et permettrait d’insérer de la progressivité dans la fiscalité des carburants. D’autres réflexions annexes sur les besoins de transports des régions, la nécessaire transition énergétique, le rééquilibrage de la TICPE sur le gazole et l’essence ou une contribution différenciées sur les marges brutes entre majors, grandes et moyennes surfaces et indépendants doivent également être engagées.

Propos recueillis par Olivier Harmant

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
jmpbea
- 12/09/2012 - 23:26
hollande est capable
de dépenser 500 millions pour une mesure de merde et les pions des collèges gagnent 850 euros nets pour 32 heures de travail; l'ordre juste et ré-enchanter le rêve qu'il disait le moi président...
Daniel Le Blond
- 12/09/2012 - 22:06
Et le coût d'exploitati transports en commun, il est oublié ?
Voilà qui ressemble à une sacrée usine à gaz comme on les aime en France. Dans la veine du prix de l'électricité différencié par tranches indispensable / utile / superflu...
Ce qui m'y amuse, c'est l'idée que les parisiens paient plein tube puisqu'ils bénéficient d'un système de transport public exceptionnel.
Mais n'oublions pas que dans un système de transport public, l'investissement initial est la face cachée de la dépense : la "vraie dépense", c'est le déficit annuel, grosso mod 50% des coûts de fonctionnement.
vangog
- 12/09/2012 - 20:20
Les français ont "préservé" six centimes sur leur litre
d'essence consommé pendant l'espace de quelques mois, magnifique gain qui permettra au mieux de se payer un billet de cinéma (pour aller revoir "La grande illusion", par exemple) ou un billet de loto dont près de la moitié retournera dans les (grandes)poches de l'état : Les con-tribuables, eux, paieront la différence, magnifique illustration de la social-démagogie que subissent les Français depuis le vieux Mitté...