En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 57 min 51 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 2 heures 51 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 4 heures 16 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 4 heures 34 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 4 heures 36 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 17 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 19 heures 41 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 20 heures 4 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 22 heures 33 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 23 heures 51 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 1 heure 2 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 4 heures 11 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 4 heures 23 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 4 heures 34 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 16 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 19 heures 47 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 22 heures 2 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 22 heures 40 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 23 heures 52 min
© Reuters
Le cardinal Carlo Maria Martini, ancien archevêque de Milan, est mort le 31 août à l'âge de 85 ans.
© Reuters
Le cardinal Carlo Maria Martini, ancien archevêque de Milan, est mort le 31 août à l'âge de 85 ans.
Oraison moderne

L'Eglise 200 ans en retard : questions sur l'authenticité de l'interview posthume du cardinal Martini

Publié le 10 septembre 2012
Dans une interview posthume, le cardinal Martini fustige une Eglise qui "a 200 ans de retard". Un discours très progressiste, repris par une grande partie des médias. Mais un entretien dont personne ne peut vérifier l'authenticité.
Rodolphe Bachelart est cinéaste et spécialiste de la question religieuse.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rodolphe Bachelart
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rodolphe Bachelart est cinéaste et spécialiste de la question religieuse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans une interview posthume, le cardinal Martini fustige une Eglise qui "a 200 ans de retard". Un discours très progressiste, repris par une grande partie des médias. Mais un entretien dont personne ne peut vérifier l'authenticité.

Atlantico : Dans une interview posthume au quotidien italien Corriere della Serra, le cardinal Martini, décidé le 31 août, fustige les positionnements d’une Eglise de moins en moins en phase avec les croyants : "L'Eglise a 200 ans de retard ! Pourquoi ne se réveille-t-elle pas ? Avons-nous peur ?", aurait-il déclaré à des "amis", trois semaines avant sa mort. Atteint de Parkinson et quasi aphone, le cardinal Martini a t-il pu s'exprimer dans les termes retranscrits dans l'entretien et tenir un discours politique aussi construit ?

Rodolphe Bachelart : Oui. La puissance de sa pensée intérieure est telle et correspond si bien à tout ce qu'il a dit et écrit qu'il ne fait aucun doute que ce séisme du verbe est bien de lui. Il y a pu avoir manipulation ici et là, pour toucher Benoît XVI et faire le buzz sur la supposée incurie de sa gouvernance conservatrice et sa coupure avec sa base catholique mais, comme avec les écrits de Sainte Catherine de Sienne, dont une partie des dialogues aurait été retouchée, cela ne change rien à sa pensée. Mais attention, sa vision politique était de redonner à l'espace public une large audience, les conditions nécessaires pour viser plus haut. Car sans ces conditions, l'Eglise comme miroir de la cité de Dieu est inaudible pour beaucoup et devient un double inversé. D'où sa colère rentrée et son combat.

A la fin de sa vie, malgré son opposition avec le pape, certains affirment que le cardinal était plus pieux que jamais. Cela remet-il en cause l'authenticité de l'interview, où il apparaît plus politique que religieux ?

Non. Il était dans une sorte d'oraison modern à la Sainte Thérèse de Lisieux, qui préférait plus dialoguer avec les athées que les catholiques de son temps. Elle dénonçait l'arrogance de ces derniers, alors qu'avec les athées, il fallait dialoguer ferme et rester clair. Une position qui se tient, car c'est par son contraire qu'on renforce sa foi et qu'on peut amener au dialogue des incroyants, par exemple.

Pieux dans sa vision moderne, ce serait une espèce d'état de sincérité active adaptée à son époque, comme le préconise St Dominique. Et puis, il faut dire que sentant la mort arrivée et les forces le perdre, on commence à ne tenir que par la puissance de sa foi. C'est l'heure de vérité qui approche. Une attitude somme toute normale pour un prince de l'Eglise. Je crois vraiment qu'il a bataillé jusqu'à son dernier souffle tout en restant un méditatif éclairé. Un état nourrissant l'autre. C'est cela la nature spirituelle.

Comment expliquer la publication de cet entretien 24h après sa mort ?

Le mystère reste entier. J'aimerais que cela soit le fruit de la pudeur divine, mais il est possible qu'il ait voulu frapper fort dans une sorte de dernier coup posthume. Une sorte de revanche. Il y a du panache dans son geste, un appel à ne jamais oublier ceux qui souffrent d'être hors de l'Eglise alors qu'ils aimeraient être enfin reconnus et compris : les petits, les sans grades, les femmes, les divorcés, la majorité, en fait, soumis aux règles séculières, où le pouvoir n'est plus vertical avec l'Eglise, au centre, mais horizontal et éclaté ; l'Eglise étant devenue une chose parmi d'autres.

Le cardinal Martini était un Jésuite. Quelle a été la réaction de cet ordre à la publication de l'entretien ?

Ils ont aussitôt replacé l'homme dans son contexte historique pour mieux adoucir ce dernier texte. Lui donner des nuances et faire de lui les deux faces d'une même pièce. Un peu comme la sainte de Calcutta dont on a découvert après sa mort qu'elle avait perdu la foi mais que, malgré tout, elle avait joué le pari de Pascal. Il est vrai que, pour un monde sécularisé, de la raison triomphante et qui aime les étiquettes, doublé d'une Eglise qui se cherche des directeurs d'âmes, ça fait un peu désordre.

Mais c'est aussi le signe que notre monde, parmi ses élites, a perdu beaucoup de sa mémoire spirituelle. A l'époque de St Thérèse d'Avila, les cours européennes s'arrachaient ses écrits mystiques. Aujourd'hui, on en est bien loin, et l'acculturation a gagné beaucoup de terrain. Mais pour dire vrai, l'Eglise a toujours été traversée par des débats d'une grande violence. Mais il faut comprendre pourquoi. Il est très difficile de faire la synthèse entre les biens spirituels et temporels. Dieu parle par énigme et demande à ses Princes de trancher. Les contradictions sont nombreuses, d'où beaucoup d'incompréhensions des deux camps. En fait, c'est un combat sans fin, toujours renouvelé.

 

Etait-il nécessaire de créer un émoi médiatique à l'heure du deuil ?

Il faut déplacer le débat plus loin et viser plus haut. Ce débat révèle une fracture entre le monde médiatique, où se cache une société du relativisme, et l'Eglise dans ses courants, ou plutôt une façon de parler le monde, le penser et le vivre jusqu'à la question de la mort. Libération ou néant ? Ce qui se joue, c'est la bataille de deux visions du monde. C'est une bataille médiatique et consumériste du monde, qui s'ajusterait selon la conscience de chacun, face à une vision intérieure et libre que peut incarner la parole de l'Eglise dans toutes ses composantes complexes.

On sent que le monde contemporain cherche à se légitimer par tous les moyens, dont, entres autres, par les représentants de Dieu, un des derniers bastions de l'ancien monde, avec ses règles et ses interdits, mais aussi ses espérances. Il y a du poker menteur là-dedans. Un peu comme les Anglais qui ont voulu faire passer Jeanne d'Arc pour une sorcière pour ne pas que le peuple pense que Dieu était avec elle et non avec les Anglais. Ce qui je joue est donc une légitimité, une grille de lecture du monde et de son application concrète. Mais, le débat ne sera jamais tranché.

Il faut se souvenir aussi de la phrase écrite par sainte Thérèse d'Avila, grande mystique espagnole du 16e siècle devenue docteur de l'Eglise, qui demanda au Christ : "Pourquoi moi ?" "Parce que je sais que toi tu m'écouteras, alors qu'eux ne m'écoutent pas". Le Christ a pour habitude de faire naitre des saints, des prélats, selon que la situation de l'Eglise ou du monde l'exige. Est-ce que le Cardinal Martini faisait partie de ses êtres là ? Etait-il une âme royale inspirée par la parole de ce Dieu vivant qui aurait insufflé Vatican II ? Seule l'histoire nous le dira. En tout cas c'est Jean-Paul II qui l'intronisa. Mais dans quelle mesure ?

Quoi qu'il en soit, l'heure est grave, la dé-spiritualisation occidentale avance à grands pas et le Cardinal Martini parait bien avoir pris la mesure de ce problème. La technologie numérique accélérant ce processus d'un verbe désincarné par la puissance du virtuel. Mais, en tout exégète et fin spirituel qu'il était, il ne pouvait pas ne pas savoir que les chemins qui mènent à l'enfer sont pavés de bonne intention. Malgré toute son intelligence de la situation, le cardinal Martini savait qu'on ne peut se fier totalement à son intelligence si profonde soit elle, ni bouger une Eglise avec ses 2000 ans d'histoires d'un claquement de doigts. Il avait besoin de cette autre Eglise, représenté par benoit XIV et plus amoureuse de Moyen-âge et son ordre chrétien que du monde contemporain et éclaté.

Voilà pourquoi il a tout fait pour essayer de la changer de l'intérieur et, dans ce cadre-là de sa pensée, il était l'espoir caché de beaucoup de catholiques de base dont la majorité est composée de femmes. Le problème des médias et du bon samaritain actuel, c'est qu'ils ne savent plus rien sinon que quelque chose ne va plus, quelque chose a été perdu. Mais quoi ? Tout le monde s'accroche à ce qu'il peut, face à ce nouveau monde appelé la mondialisation et dont on ne sait quoi en penser sinon qu'il faut s'adapter. Devant cette impasse de la pensée moderne, l'Eglise a sa carte à jouer depuis le fin des grandes idéologies, mais elle a toujours cette tentation des bondieuseries qui minent son message.

Mais je vais vous avouer un secret. Quand le cardinal Martini dit « L'Eglise a 200 ans de retard ! » on a l'impression qu'il parle de L’URSS du temps de sa nomenklatura pompeuse. C'est ce côté radical, violent, qui dérange et qui plait tant au médias qui paraissent le découvrir alors qu'il n'a jamais cessé d'être lui-même. Le Cardinal Martini voulait que la confession soit un acte de courage. Qu'on n'arrive pas avec une liste de péchés à répéter. Il n'était pas pour une Eglise absolument disciplinaire, préoccupée des canons plus que de l'évangile ; il était dans la droite ligne d'une Françoise Dolto, la pédopsychiatre catholique qui avait écrit L'évangile au risque de la psychanalyse. Confronter les évangiles à Freud et Yung, pour faire court. Oui, le Cardinal Martini était un homme de son temps. Il y avait aussi du cardinal Lustiger dans Martini.

Grande intelligence en avance sur son temps, Lustiger, avec la création de KTO, en lutte contre la pensée dominante mais avec une position ferme sur les principes d'humilité, d'écoute, de pardon, de charité, d'audace, quelque soit la personne ou la situation en face. Les médias rêvent d'arracher à l'Eglise le mot liberté dans sa variété de nuances pour en faire un monopole. Ce que l'Eglise lui contestera toujours, la vrai liberté étant de nature spirituelle pour elle. Encore faut-il y avoir des hommes qui inspirent cette liberté d'âme et de soif de vérité.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

06.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ghislfa
- 10/09/2012 - 16:09
Bref, les déclarations su monsignore
em ... bien la hiérarchie catholique. Alors, un petit coup de "il n'avait plus tout à fait sa tête" et puis de "est-ce-bien ce qu'il a dit" et puis encore du "est-ce raisonnable 24h après son enterrement".
Il y a du jésuite, chez cette Anita. L'intention bidouilleuse est, pourtant, trop apparente.