Politique
Le Sénat pour les nuls
Publié le 02 mars 2011
A quoi sert le Sénat ? Tous les régimes parlementaires ne sont pas forcément fondés sur le bicamérisme. Mais à l'échelle de nos cinq républiques, il est flagrant qu'en un peu moins de 200 ans de démocratie, ce sont bien les périodes qui comptaient deux chambres qui furent les plus stables.
Jean Cluzel, ancien sénateur, membre de l'Académie des sciences morales et politiques, est également président de Canal Académie, la webradio de l'Académie Française.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Cluzel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Cluzel, ancien sénateur, membre de l'Académie des sciences morales et politiques, est également président de Canal Académie, la webradio de l'Académie Française.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A quoi sert le Sénat ? Tous les régimes parlementaires ne sont pas forcément fondés sur le bicamérisme. Mais à l'échelle de nos cinq républiques, il est flagrant qu'en un peu moins de 200 ans de démocratie, ce sont bien les périodes qui comptaient deux chambres qui furent les plus stables.

Le Sénat est périodiquement critiqué, voire contesté dans son existence même. Depuis l’avènement définitif des institutions républicaines, en 1875, et à chaque accès de fièvre politique, il s’est toujours trouvé des esprits impatients de se débarrasser de ce « gêneur ».

On pourrait s’étonner de ces poussées chroniques d’hostilité à l’égard de la seconde Chambre. L’Histoire n’a-t-elle pas tranché le débat ? Notre pays, dans sa versatilité constitutionnelle, a pourtant fait à deux reprises l’expérience du monocamérisme, et ces deux tentatives ont mal tourné.

La première eut lieu au début de la Révolution, la Constituante ayant opté pour une Assemblée unique. Les excès de la Convention ne tardèrent pas à  montrer les risques d’un tel régime qui aboutit à la Terreur. Après la chute de Robespierre, le 9 thermidor (1794), la Ière République avait toutes les raisons de se rallier au bicamérisme avec la Constitution de 1795, dite Constitution de l’An III.

La seconde date de 1848, lorsque la IIIème République reprit la formule de la Chambre unique, mais en instituant l’élection du Président de la République au suffrage universel direct. Les constituants avaient espéré qu’une Assemblée et un Président (élu pour quatre ans et non renouvelable), bénéficiant d’une même légitimité électorale, pourraient démocratiquement  se confronter.

En réalité, privé de l’élément d’équilibre qu’aurait apporté la seconde Chambre, ce système fut à l’origine d’un conflit permanent qui, au bout de trois ans, se termina par le coup d’Etat du 2 décembre 1851.

Quant à la IVème République, qui n’a même pas duré douze ans, si elle s’est effondrée aussi rapidement, c’est – dans une certaine mesure- parce que son bicamérisme affiché n’était qu’un monocamérisme camouflé.

La Constitution de la Vème république, comme celle de tous les grands Etats démocratiques, a choisi un véritable bicamérisme, manifestant ainsi son souci de la représentation des minorités sociologiques et politiques.

En France, seules les Constitutions ayant opté pour le bicamérisme fonctionnent durablement. Ce fut le cas de la IIIème République, de 1875 à 1940, et c’est le cas de la Vème, depuis 1958. Sensibles à cette leçon de l’histoire nationale, les électeurs ont repoussé par référendum le projet qui  – en 1946 - prévoyait la suppression du Sénat ou la réduction à l’extrême de son rôle. La conclusion est donc claire : c’est à la lumière de l’expérience, et d’une expérience qui a coûté cher, que le bicamérisme s’est imposé dans notre pays. On peut donc avancer que, en République française, Sénat rimant avec démocratie il ne faut pas attenter à ce qui le différencie, dans ses modes d’élection, de l’Assemblée Nationale.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
En savoir plus
Les dangers du jeunisme
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
04.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
05.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
06.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
07.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
01.
Nicolas Bedos, bientôt au "Grand Journal" ?
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?