Politique

Le Sénat pour les nuls

Publié le 02 mars 2011
A quoi sert le Sénat ? Tous les régimes parlementaires ne sont pas forcément fondés sur le bicamérisme. Mais à l'échelle de nos cinq républiques, il est flagrant qu'en un peu moins de 200 ans de démocratie, ce sont bien les périodes qui comptaient deux chambres qui furent les plus stables.
Jean Cluzel, ancien sénateur, membre de l'Académie des sciences morales et politiques, est également président de Canal Académie, la webradio de l'Académie Française.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Cluzel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Cluzel, ancien sénateur, membre de l'Académie des sciences morales et politiques, est également président de Canal Académie, la webradio de l'Académie Française.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
A quoi sert le Sénat ? Tous les régimes parlementaires ne sont pas forcément fondés sur le bicamérisme. Mais à l'échelle de nos cinq républiques, il est flagrant qu'en un peu moins de 200 ans de démocratie, ce sont bien les périodes qui comptaient deux chambres qui furent les plus stables.

Le Sénat est périodiquement critiqué, voire contesté dans son existence même. Depuis l’avènement définitif des institutions républicaines, en 1875, et à chaque accès de fièvre politique, il s’est toujours trouvé des esprits impatients de se débarrasser de ce « gêneur ».

On pourrait s’étonner de ces poussées chroniques d’hostilité à l’égard de la seconde Chambre. L’Histoire n’a-t-elle pas tranché le débat ? Notre pays, dans sa versatilité constitutionnelle, a pourtant fait à deux reprises l’expérience du monocamérisme, et ces deux tentatives ont mal tourné.

La première eut lieu au début de la Révolution, la Constituante ayant opté pour une Assemblée unique. Les excès de la Convention ne tardèrent pas à  montrer les risques d’un tel régime qui aboutit à la Terreur. Après la chute de Robespierre, le 9 thermidor (1794), la Ière République avait toutes les raisons de se rallier au bicamérisme avec la Constitution de 1795, dite Constitution de l’An III.

La seconde date de 1848, lorsque la IIIème République reprit la formule de la Chambre unique, mais en instituant l’élection du Président de la République au suffrage universel direct. Les constituants avaient espéré qu’une Assemblée et un Président (élu pour quatre ans et non renouvelable), bénéficiant d’une même légitimité électorale, pourraient démocratiquement  se confronter.

En réalité, privé de l’élément d’équilibre qu’aurait apporté la seconde Chambre, ce système fut à l’origine d’un conflit permanent qui, au bout de trois ans, se termina par le coup d’Etat du 2 décembre 1851.

Quant à la IVème République, qui n’a même pas duré douze ans, si elle s’est effondrée aussi rapidement, c’est – dans une certaine mesure- parce que son bicamérisme affiché n’était qu’un monocamérisme camouflé.

La Constitution de la Vème république, comme celle de tous les grands Etats démocratiques, a choisi un véritable bicamérisme, manifestant ainsi son souci de la représentation des minorités sociologiques et politiques.

En France, seules les Constitutions ayant opté pour le bicamérisme fonctionnent durablement. Ce fut le cas de la IIIème République, de 1875 à 1940, et c’est le cas de la Vème, depuis 1958. Sensibles à cette leçon de l’histoire nationale, les électeurs ont repoussé par référendum le projet qui  – en 1946 - prévoyait la suppression du Sénat ou la réduction à l’extrême de son rôle. La conclusion est donc claire : c’est à la lumière de l’expérience, et d’une expérience qui a coûté cher, que le bicamérisme s’est imposé dans notre pays. On peut donc avancer que, en République française, Sénat rimant avec démocratie il ne faut pas attenter à ce qui le différencie, dans ses modes d’élection, de l’Assemblée Nationale.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
En savoir plus
Les dangers du jeunisme
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !