En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Sport
Machisme
Clémentine Sarlat dénonce le harcèlement moral et les remarques sexistes qu'elle a subies à "Stade 2"
il y a 7 heures 44 min
décryptage > Politique
La voix de son maître

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

il y a 9 heures 19 min
light > Culture
Industrie à l'arrêt
Disney repousse une douzaine de films Marvel à cause de l'épidémie
il y a 10 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire populaire du football" : Populaire et subversif : vive le foot !

il y a 12 heures 4 min
pépites > France
Drame
Drôme : deux morts et sept blessés dans une attaque au couteau perpétrée par un demandeur d'asile soudanais
il y a 12 heures 27 min
pépite vidéo > Media
Racisme
"Ils enterrent des Pokémon" : un journaliste de BFMTV dérape pendant l'hommage aux victimes chinoises du Coronavirus
il y a 13 heures 48 min
décryptage > Religion
Besoin de sens

Sauver Pâques : les catholiques se mobilisent pour communier malgré le confinement

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Environnement
Rions vert

C comme con, con comme Cochet : il confond le CO2 et le coronavirus !

il y a 14 heures 43 min
décryptage > High-tech
Applis stars du confinement

Voilà comment Zoom et House party peuvent menacer vos données professionnelles ou personnelles

il y a 15 heures 16 sec
décryptage > Politique
Dérapages à répétition

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

il y a 15 heures 19 min
pépites > Politique
Défiance
Covid-19 : une majorité de Français jugent que le gouvernement gère mal l'épidémie
il y a 8 heures 40 min
light > Media
Solidarité
Le groupe Canal+ va reverser ses recettes publicitaires de 20h à la Fondation de France
il y a 10 heures 2 min
pépite vidéo > International
Le monde d'avant
Coronavirus : en Suède, sans confinement, la vie continue comme si de rien n'était
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Maus", Tomes 1 et 2 : Un roman graphique hors norme

il y a 12 heures 8 min
pépites > Défense
Touchés
Coronavirus : 600 militaires français atteints
il y a 12 heures 43 min
décryptage > International
Vital

Pour éviter les famines, ne pas interrompre le commerce mondial de céréales

il y a 14 heures 19 min
décryptage > Santé
Aller de l'avant

Covid-19: Il faut accélérer, ce n’est jamais trop tard

il y a 14 heures 34 min
décryptage > Education
Imaginaire

Si le coronavirus fait irruption dans les jeux de vos enfants, ne vous faites pas de soucis

il y a 14 heures 49 min
décryptage > Société
Pas de retour à la normale rapide

Déconfinement graduel : attention danger dans l’opinion

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Jeanne d'Arc, une dissidente au temps du Moyen Age

il y a 15 heures 28 min
Marché instable

Envolée du prix des céréales : qu’y peuvent les gouvernements ?

Publié le 29 août 2012
Les prix du cours du blé et du maïs ont considérablement augmenté à la suite de mauvaises récoltes qui ont touché les États Unis et la Russie.
Marcel Mazoyer est Ingénieur agronome et Ingénieur des Eaux et Forêts. Il est Professeur à l’Université Paris XI, professeur émérite à AgroParisTech. Marcel Mazoyer est aussi consultant dans de nombreuses organisations paysannes, de la FAO, de la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marcel Mazoyer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Marcel Mazoyer est Ingénieur agronome et Ingénieur des Eaux et Forêts. Il est Professeur à l’Université Paris XI, professeur émérite à AgroParisTech. Marcel Mazoyer est aussi consultant dans de nombreuses organisations paysannes, de la FAO, de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les prix du cours du blé et du maïs ont considérablement augmenté à la suite de mauvaises récoltes qui ont touché les États Unis et la Russie.

Atlantico : Les cours du blé et du maïs ont considérablement augmenté. L'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) prévient que "les prix vont rester élevés". Mais peut-on vraiment parler d’une envolée des prix ?

Marcel Mazoyer : Pas du tout. On parle d’une envolée des prix quand le cours d’une denrée double ou triple. En 1972-73 par exemple, le prix du blé, du maïs et du soja est passé de 200 euros la tonne à 600 euros. Plus récemment, en 2007-2008, le prix du blé est passé de 100 euros la tonne à 300. Le prix a été multiplié par trois. Cette flamblée résultait à l’époque d’une pénurie significative et d’une forte spéculation.  

Là, on fait face à une augmentation des prix comme il s’en produit quasiment une année sur trois. L’amplitude est beaucoup plus faible, de l’ordre de 20 à 30 % du prix de l’année dernière. Le prix au mois de juillet d’une tonne de blé était de 200 euros, contre 250 au mois d’août. Cette montée des prix s’explique par la sécheresse, qui a entraîné une très mauvaise récolte aux États-Unis et en Russie, deux grands producteurs de céréales. Quand la récolte est bonne, les prix baissent. Il n’y a donc pas envolée des prix mais une variation interannuelle normale.

Concrètement, comment expliquer cette variation des prix ?

D’abord, il faut savoir qu’on connaît une baisse historique du prix des produits agricoles depuis la Seconde Guerre Mondiale. Le coût de revient des denrées produites par les entreprises les plus compétitives, seules capables d’exporter sur un marché international limité (10% de la production mondiale), a été divisé par plus de 6. Et, en conséquence, le prix international réel de ces mêmes denrées a aussi été divisé par 6.

Au lendemain de la guerre, la tonne de blé était à 600 euros ; au début des années 2000, on est parfois tombé à moins de 100 euros la tonne sur le marché international.

Cette chute du prix s’explique par la modernisation des secteurs de l’agriculture mondiale qui approvisionnent le marché international. Au cours des années 80, les prix à la tonne baisse à nouveau malgré la crise de 72. De nombreux investisseurs venus de tous les horizons, ont profité de la libéralisation des politiques agricoles et des échanges agricoles internationaux pour installer de grandes entreprises agricoles dans les pays peu ou pas exploités, où les prix de la terre et de la main d’œuvre sont extrêmement bas.

De grandes entreprises se sont installées dans de nouveaux pays comme le Brésil, l’Argentine, l’Ukraine ou encore l’Indonésie et ont permis d’accélérer cette réduction à moins de 100 euros la tonne. Grâce à un prix de location des terres beaucoup plus faible, ces entreprises ont accumulé énormément de parts de marché. Cette diminution des prix a réduit considérablement le nombre d’agriculteurs qui ont été découragés et exclus par le marché.

Ainsi, la cause de l’insuffisance de revenu de centaines de millions de paysans, sous-équipés et peu productifs, c’est d’abord la faiblesse des prix auxquels sont payés leurs produits. Des prix qui sont généralement beaucoup trop bas pour leur permettre d’investir. Ce qui les pousse massivement à l’exode, au chômage, à la précarité urbaine et à l’émigration.

En outre, face à une baisse des prix aussi importante, on assiste environ tous les 25 ans à une envolée des prix. En effet, lorsque la baisse des prix s'accentue pendant plus de deux décennies, cela ne provoque pas seulement l’appauvrissement et l’exode des producteurs agricoles les plus démunis, cela stoppe les investissements de la plupart des autres et cela décourage même les investissements des plus compétitifs. Au total l’ensemble des investissements agricoles se trouve donc réduit et la production ralentit, alors que la consommation de produits agricoles alimentaires et autres, peu élastique, continue d’augmenter assez régulièrement.

Moyennant quoi, les stocks de report (d’une campagne sur la suivante) baissent et se rapprochent d’un seuil (60 jours de consommation) qui paraît insuffisant aux opérateurs avertis, surtout si de surcroît les prévisions de récolte sont mauvaises. Auquel cas, ces opérateurs précipitent leurs achats, ce qui fait doubler les prix.

Contrairement aux États-Unis et à la Russie, la France a fait une bonne récolte de blé cette année. Face à cette augmentation des prix, quels peuvent être les marges de manœuvres du gouvernement ?

Si on en croit les propos du ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll sur RTL "des négociations sont en cours avec les céréaliers". La France va suivre les accords du G20 qui visent à réunir un Forum de réaction rapide si la situation s'aggrave.

Il est nécessaire que les céréaliers fassent un effort pour aider les éleveurs. L’Europe et Bruxelles ont aussi un rôle à jouer, ils peuvent apporter un soutien aux céréaliers et aux éleveurs.

L’augmentation de la consommation par les pays émergents ne peut-elle pas expliquer cette variation ?

C’est une autre fausse image véhiculée. La consommation mondiale augmente faiblement, de 1,5 à 2 % par an. Par contre, cet accroissement concerne bien une demande qui provient de l’émergence de la classe moyenne en Chine au Brésil ou en Inde.

Encore une fois, la variation actuelle des prix s’explique par une petite pénurie liée à la mauvaise récolte des pays producteurs États Unis, Russie, Ukraine. C’est une variation significative mais je le répète, ce n’est rien d’extraordinaire.

L’augmentation des prix accentuerait la faim... Combien de personnes sont touchées par la faim lors des périodes de pénurie ?

Sur 7 milliards d’êtres humains, il y a aujourd’hui quasiment 3 milliards de gens qui n’ont pas assez de revenu pour se nourrir convenablement. 2 milliards souffrent gravement de malnutrition (ils accumulent énormément de carences en micronutriment).

Il faut aussi distinguer les hommes qui souffrent de la faim. On compte 925 millions d’individus qui ont une insuffisance calorique. Chaque année 9 millions de personnes meurent de la faim. Les 70% de ces gens sous-alimentés sont des ruraux. Les 25% sont des anciens ruraux condamnés à l’exode qui vivent maintenant dans des bidonvilles. Ils sont chômeurs ou vivent dans la précarité.

L’augmentation des prix des aliments soulève à nouveau le débat des agro-carburants. D’après-vous, l’éthanol est-il responsable de la hausse des prix du maïs ?

La production d’éthanol a été développée au cours des dernières décennies. Le Brésil qui a la plus grande expérience en la matière a commencé à produire de l’éthanol à base de canne à sucre en 1975.

Lors de l’envolée des prix de 1972-1973, la production d’éthanol n’existait pas ou seulement à l’état expérimental. La crise de 2007-2008  fait face au même phénomène. Comme je l’ai dit auparavant, ces deux crises résultent d’une baisse considérable des prix. Néanmoins, cette fois-ci l’éthanol avait une part dans la production / consommation de céréales.

Par contre, avec ou sans production d’éthanol, cette envolée des prix ce serait produite de toute manière. Ce n’est donc pas l’éthanol qui est fautif dans l’augmentation des tarifs mais la baisse du prix qui a touché le secteur pendant 25 ans.

L’augmentation des prix de 2012 n’est pas non plus due à l’éthanol. Elle résulte d’une baisse de la production aux Etats-Unis et en Russie. En ce qui concerne l’éthanol, la production n’a pas augmenté. Au contraire, le Brésil grand producteur, était par exemple en situation de pénurie il y a quelques mois. En période de difficulté d’approvisionnement, les biocarburants pèsent car c'est une demande supplémentaire. Les consommateurs pauvres sont alors plus vulnérables. La vraie question ne vient pas de l’éthanol mais de la pauvreté. Il faut casser la machine à casser des pauvres.

On a attaqué les États-Unis qui sont un grand producteur d’éthanol à base de maïs. Les Etats-Unis ne représentent que 1/3 de la production de maïs dans le monde. L’éthanol n’a pas participé au bond des prix en 2006-2007. A long terme,  si dans un futur on manque de terres (ce n’est pas le cas en ce moment) la question se posera de savoir si on doit continuer à produire de l’éthanol, mais aussi tout autre produit qui n’entre pas dans la consommation, comme le coton par exemple…

 

Propos recueillis par Charles Rassaert

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
BOUM
- 29/08/2012 - 22:36
Se défendre ou être mangé
Derrière les gouvernements, il n'y a en fait que les gros producteurs ou les grands semenciers que ceux-ci protègent. Si les institutions internationales pouvaient qch, ce serait dèjà fait, non ?
L'erreur fondamentale, c'est la mondialisation des échanges de ces biens stratégiques. Les pays pouvant être auto-suffisants doivent chercher à l'être absolument; ils doivent être encouragés par une politique agricole nationale. Ils dépendront ainsi moins des fluctuations de la production mondiale et des spéculations de quelques grands groupes agro-alimentaires monopolistiques. Car demain, quand nous serons 10 Milliards sur terre, qui croit sérieusement que tout cela se passera gentiment selon ces sacro-saintes lois des marchés?
langue de pivert
- 29/08/2012 - 18:12
M.D.R.
Envolée du prix des céréales :
qu’y peuvent les gouvernements ?
Les gouvernements ? Je sais pas !
Mais le gouvernement socialiste de la France il peut les faire baisser
Le gouvernement socialiste il peut tout...
si si...
ghislfa
- 29/08/2012 - 12:36
Il fut un temps où
il existait l'ONIC qui régulait le prix des céréales en fonction de la période de l'année. En période de récolte, on évitait la chute des courts, en période d'inter récolte, on évitait leur ascension. On dérégule, on est moderne, on est anglo-saxon et ... çà augmente sans arrêt. On serait tenté de dire ... comme d'habitude.
Maintenant "les marchés" s'échangent des quantités qui n'ont rien à voir avec la production réelle et imposent le "principe de réalité". Quelle réalité quand on "vend" et "achète" des biens qui n'existent pas?
Résultat, dès qu'un nuage apparaît au dessus du middel west, çà monte.
Et notre rédacteur nous dit que ce n'est pas tant que çà. Il n'est pas au minimum vital, lui, il peut prendre ses aises.