En direct
Best of
Best of du 16 au 22 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

06.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Campagne des municipales
Agnès Buzyn regrette le terme de "mascarade" et confirme sa volonté de ne "pas laisser à Anne Hidalgo les pleins pouvoirs" à Paris
il y a 9 heures 37 min
pépites > High-tech
Outil numérique
Assemblée nationale : les députés votent en faveur de l'application de traçage StopCovid
il y a 11 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

La Révolution et l’Empire dans le cinéma français : plusieurs bons films pour cette période historique agitée ! Humour et délectation

il y a 12 heures 56 min
light > Science
Cratère de Chicxulub
L'astéroïde à l’origine de l’extinction des dinosaures aurait suivi la trajectoire la plus dangereuse possible
il y a 14 heures 55 min
décryptage > Société
Lutte contre le virus

StopCovid : les dangers d’un mirage

il y a 16 heures 9 min
pépites > Justice
Justice
Fraude fiscale : Patrick Balkany est condamné en appel à cinq ans de prison, son épouse Isabelle à quatre ans d’emprisonnement
il y a 17 heures 22 min
décryptage > Economie
Plan de relance

Le gouvernement contaminé par le virus du micro-management

il y a 19 heures 58 min
décryptage > Economie
Soutien face à la crise

(Enième ) plan de sauvetage de l’industrie automobile française : une obsession politique contre-productive

il y a 21 heures 2 min
décryptage > Economie
Crise économique

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

il y a 21 heures 35 min
décryptage > France
Polarisation du débat

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

il y a 22 heures 16 min
light > Politique
Bras de fer avec Twitter
Donald Trump menace de "fermer" les réseaux sociaux après le signalement de ses tweets
il y a 10 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Autre qu’on adorait" de Catherine Cusset : superbe graine de Prix

il y a 12 heures 44 min
décryptage > Economie
Leçons du confinement

Dépendance et pertes d’exploitation : les assureurs battus sur tous les fronts face à la crise du coronavirus…

il y a 14 heures 42 min
pépites > Politique
Soutien
Deuil après la mort d’un enfant : l’Assemblée nationale approuve enfin et à l’unanimité le congé de 15 jours
il y a 16 heures 8 min
pépites > Europe
Solidarité
Covid-19 : la Commission européenne propose un fonds de relance de 750 milliards d'euros pour sortir de la crise
il y a 16 heures 54 min
pépite vidéo > Science
Bond de géant pour l’humanité
Plus que quelques heures avant le premier vol habité de SpaceX
il y a 17 heures 49 min
décryptage > France
Hexagone

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

il y a 20 heures 15 min
décryptage > Société
Univers cauchemardesques

Pourquoi les oeuvres dystopiques déprimantes attirent tant de gens par temps de pandémie ?

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Politique
Des hommes, des vrais !

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

il y a 21 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron se réinvente en ministre de l’Industrie très gaullien… dans un environnement concurrentiel totalement différent

il y a 22 heures 35 min
D'après un sondage Ifop-JDD, 53% des sympathisants UMP veulent que Nicolas Sarkozy "soit candidat de la droite" en 2017.
D'après un sondage Ifop-JDD, 53% des sympathisants UMP veulent que Nicolas Sarkozy "soit candidat de la droite" en 2017.
Come back difficile

Tout ce que Nicolas Sarkozy ne doit pas faire pour réussir son retour en politique

Publié le 27 août 2012
53% des sympathisants UMP veulent que Nicolas Sarkozy "soit candidat de la droite" en 2017, selon un sondage Ifop-JDD. Mais le candidat déchu de 2012 peut-il vraiment revenir en 2017 ?
Christian Delporte est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines. Il dirige également la revue Le Temps des médias.Son dernier livre est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Delporte
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christian Delporte est professeur d’histoire contemporaine à l’Université de Versailles Saint-Quentin et directeur du Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines. Il dirige également la revue Le Temps des médias.Son dernier livre est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
53% des sympathisants UMP veulent que Nicolas Sarkozy "soit candidat de la droite" en 2017, selon un sondage Ifop-JDD. Mais le candidat déchu de 2012 peut-il vraiment revenir en 2017 ?

Atlantico : D'après un sondage Ifop-JDD, 53% des sympathisants UMP veulent que Nicolas Sarkozy "soit candidat de la droite" en 2017. Valérie Pécresse a estimé que l'ancien président pourrait avoir "envie de revenir" sur la scène politique si "un certain nombre de paramètres" étaient réunis. Quels sont ces "paramètres" ?

Christian Delporte : D’abord, il faut dire que le camp Fillon (auquel appartient Valérie Pécresse) comme le camp Copé ont tout intérêt à ménager dans leur discours Nicolas Sarkozy, toujours très populaire chez les sympathisants et plus encore les militants UMP. Faisons donc la part de l’objectif tactique d’une telle déclaration. Le retour éventuel de l’ancien président de la République est plus affaire de circonstances que de paramètres. Il ne peut revenir que s’il apparaît comme l’homme providentiel de la droite, c’est-à-dire d’une droite déchirée, sans leader, menacée par le Front national, échouant aux élections intermédiaires (municipales et régionales de 2014), promise à la défaite en 2017.

Autrement dit, le retour n’est pas pour demain, d’autant que celui qui triomphera dans la guerre des chefs de l’UMP s’appliquera soigneusement à verrouiller le parti et le groupe parlementaire pour éviter un tel retour. Pour revenir, Nicolas Sarkozy devra être « appelé », ce qui suppose un mouvement d’opinion à droite, peut-être suscité par ceux qui auront été privés du pouvoir à l’UMP. Bref, le retour n’est pas impossible, mais il faudra, pour cela, réunir un faisceau complexe de circonstances.

En France, on l'a vu avec Valéry Giscard d'Estaing ou Lionel Jospin, les come-back politiques sont souvent très difficiles. Nicolas Sarkozy peut-il vaincre la malédiction des retours ratés ?

Nous sommes dans un pays paradoxal. D’un côté, on s’irrite ou on s’indigne parce que les politiques s’accrochent au pouvoir et, de l’autre, on ne peut imaginer qu’une carrière politique puisse prendre fin. Ailleurs, ce n’est pas le cas. Bill Clinton, José María Aznar, Tony Blair ont quitté encore jeunes la politique, après avoir connu le sommet des responsabilités. Ils n’ont pas cherché à revenir et ont entamé une deuxième carrière. Que Nicolas Sarkozy souhaite un retour, qui prendrait inévitablement des couleurs de revanche, c’est possible. Mais il risque de se heurter aux mêmes obstacles que ceux que vous citez. Car d’autres, à droite, vont émerger, s’imposer, nourrir des réseaux et des clientèles.

Le prochain chef de l’UMP et les éventuels présidentiables feront tout, en coulisses, pour écarter Sarkozy. La logique est toujours la même : les élus et les cadres du parti d’abord, les militants et les sympathisants ensuite, se rangent sous la bannière de celui qui peut les faire gagner. Sarkozy en a profité en son temps. La question du timing est également essentielle. On ne peut pas être un éternel recours. Laisser supposer trop tôt son retour, c’est s’exposer à l’érosion lente de l’espoir qu’il suscite. Attendre le dernier moment, c’est prendre le risque que le jeu soit déjà totalement verrouillé. VGE a été doublé par Barre en 1988. En 1995, il espérait apparaître comme le recours dans la guerre fratricide qui opposait Chirac et Balladur. Peine perdue. Quant à Jospin, il a fait preuve d’une indécision qui a ravi ses rivaux socialistes.

On a beaucoup comparé la présidence Sarkozy à celle de Valéry Giscard d'Estaing, qui lui aussi a été battu et a essayé de revenir. Nicolas Sarkozy ne risque-t-il pas de pousser le mimétisme avec Giscard jusqu'au bout ?

Valéry Giscard d'Estaing n’avait que 55 ans en 1981. Il a tout de suite affiché sa volonté de revenir en refusant de siéger au conseil constitutionnel, puis en remontant un à un les échelons de la carrière politique : député en 1984, président du conseil régional d’Auvergne en 1986, président de la commission des Affaires étrangères de l’Assemblée nationale en 1987, président de l’UDF en 1988, tête de liste UDF-RPR aux Européennes de 1989… Mais, à l’époque, la droite était divisée en deux partis, et sa défaite en 1981 laissait le chemin libre à celui qui avait construit le RPR pour conquérir l’Elysée : Jacques Chirac. Autrement dit, Giscard parti, l’électorat de droite ne se sentait pas orphelin. La situation de Nicolas Sarkozy me semble très différente : la droite républicaine est réunie sous un seul drapeau et l’UMP n’a pas de leader naturel.

De plus, contrairement à Giscard, Sarkozy est l’héritier d’une droite bonapartiste, pour reprendre la typologie de René Rémond. Il n’imagine certainement pas une renaissance qui partirait d’un siège de député à Neuilly. Son modèle serait plutôt celui de l’homme providentiel qu’on vient implorer comme le sauveur, tel qu’était apparu le général de Gaulle en 1958. Mais, pour cela, il ne faut pas rester inactif et notamment, à travers ses amis, peser sur le destin de l’UMP.

A l'inverse, en mai 1958, le général de Gaulle a réussi son retour au sommet de l’État après 14 ans d'absence à la faveur de la crise algérienne. La France traverse également une crise. La situation est-elle comparable ?

En fait, ces 14 années se découpent en deux temps : celui du RPF (1947-1953) où de Gaulle, après avoir fait trembler la vie politique, échoue à revenir au pouvoir et celui de la traversée du désert (1953-1958), marqué par son silence et son isolement. En janvier 1958, seuls 13% des Français, selon un sondage Ifop, le désignent comme l’homme dont le pays a besoin. Mais de Gaulle profite à la fois du vide politique, du caractère exceptionnel de la situation et du flou des clivages politiques.

Il s’assure de l’appui des principaux partis, y compris des socialistes de Guy Mollet. Seuls les extrêmes et quelques francs-tireurs, dépourvus de troupes (Mitterrand, Mendès France), se démarquent de lui. La crise, aujourd’hui, n’a pas les mêmes caractères. La République n’est pas menacée d’un coup d’Etat, les institutions fonctionnent et dégagent des majorités. Du point de vue des politiques, ce serait plutôt le trop-plein que le vide. Et puis, Sarkozy ne peut se prévaloir de la légitimité de l’homme du 18 juin.

Nicolas Sarkozy ne semble pas avoir la dimension historique du général de Gaulle...

Ni Sarkozy ni personne, à vrai dire. Le général de Gaulle pouvait incarner l’homme providentiel parce que, premier des Résistants, il avait déjà sauvé l’honneur de la France. Il n’avait exercé le pouvoir qu’un court laps de temps, comme chef d’un gouvernement provisoire réunissant toutes les forces politiques de la Résistance.

Après l’échec du RPF, il était redevenu l’homme du 18 juin. Nicolas Sarkozy, lui, ne peut prétendre, comme le Général, être « au-dessus des partis ». En 1958, de Gaulle appartenait déjà à l’histoire ; aujourd’hui, Sarkozy, encore perçu comme l’homme d’un camp, ne peut prétendre réunir toutes les forces républicaines autour de lui. Nous sommes revenus à des temps ordinaires.

L'intervention de Nicolas Sarkozy sur la Syrie était-elle une manière efficace de refaire parler de lui ou a-t-elle fait pschitt ?  

Elle manifeste sa volonté d’affirmer son expérience internationale, de se rappeler au bon souvenir de ceux qui voudraient l’oublier, mais aussi de défendre son bilan en matière de politique étrangère, celui dont il est le plus fier. Nous verrons bien s’il s’agit d’un acte isolé ou, par de nouvelles interventions, du premier pas d’une stratégie mûrement réfléchie. Pour l’heure, on peut hésiter. Jusqu’à présent, les chefs de l’Etat ayant quitté le pouvoir ne se prononçaient pas sur la politique internationale de leur successeur.

A cet égard, cette rupture d’un devoir de réserve tacite est inédite. Reste que Nicolas Sarkozy est membre de droit du conseil constitutionnel. S’il siège, comme il l’a annoncé, il devra exercer un devoir de réserve absolu sur les textes qui lui seront soumis. Il faudra décrypter ce qu’en disent ses plus fidèles amis. Au travers de leurs paroles, on sentira vite les réelles ambitions de l’ancien président de la République.

Propos recueillis par Alexandre Devecchio

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

02.

Décentralisation : pour un redécoupage des départements français

03.

Emmanuel Macron a téléphoné à Jean-Marie Bigard. Et après il appellera Yassine Belattar, un autre humoriste ?

04.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

05.

Tsunami de licenciements en vue : quel destin pour les chômeurs du Covid-19 ?

06.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

07.

Les Etats moyens d’Asie, ces alliés "naturels" pour la France et l’Europe

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

03.

Covid-19 : l’outil de notification de l’exposition au virus d’Apple-Google ne semble pas parti pour un envol spectaculaire

04.

Coronavirus : Combien de temps faut-il vraiment aux malades pour s’en remettre ?

05.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

« L’islam est la religion la plus con » avait dit il y a quelques années Houellebecq. « L’islam est la religion la plus à craindre » déclare aujourd’hui Onfray

02.

Renault : sauver les entreprises en les accablant de contraintes nouvelles est-il vraiment le meilleur moyen de reconstruire une industrie française performante ?

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Chloroquine : Olivier Véran saisit le Haut conseil de la santé publique

05.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

06.

En 2022, il ne faudra pas hésiter à voter pour le candidat (ou la candidate) qui s’engagera à abroger la loi Avia !

Commentaires (26)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Gastoch
- 27/08/2012 - 13:58
UMP
Un point très important dans ce qui est dit ici concerne la nécessité de maintenir l'unité à droite au sein de l'UMP. C'est sans aucun doute la condition sine qua non d'un retour de Nicolas Sarkozy aux affaires. Cela passe par un président rassembleur. Même si Copé est certainement plus sarkoziste que Fillon, ce dernier à la tête de l'UMP est un meilleur choix dans la perspective d'un retour de Nicolas Sarkozy.

D'autre part Nicolas Sarkozy n'a pas intérêt à trop s'investir dans la politique française. Pas dans l'immédiat. Un grand succès à l'international lui donnerait la dimension historique d'un de Gaulle. Je pense à l'Union pour la Méditerranée et au Proche-Orient. Sinon pourquoi s'installer au Maroc et intervenir médiatiquement à propos de la Syrie? Lui et d'autres anciens hommes d'Etat comme Tony Blair peuvent s'employer sur ce terrain.
flogo
- 27/08/2012 - 09:45
@ Redmonde
Reprenons :
Mr Sarkozy n'a rien à faire de tout ce que vous pouvez écrire, ou faire dire sous le vocable "opinion"
Quant à ce que pense les gens de droite ...n'affirmez pas en vous basant sur votre seule opinion !
Vous seriez surpris de connaître ce que pense la majorité des gens de droite sur le retour éventuel de Sarkozy...
l'enclume
- 26/08/2012 - 22:32
Fonky Family - Cherche Pas a comprendre
Par Fonky - 26/08/2012 - 17:25
Alors Fonky, l'on n'a plus d'argument, aurais-je frappé là où cela fait mal?
"Porcinet Ier, le plus mal élu des présidents de la 5ème République, 16% des 47 millions d'inscrits !!!!!!! hihihihihihih!!!!!!
"Comme disait mon grand-pére tous les ans il y a de plus en plus de cons, mais cette année j'ai l'impression que les cons de l'année prochaine sont déja là."
Patrick Timsit
J'en connais au moins 40 !!!!!!! et vous Fonky