En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

04.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

05.

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

06.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

07.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

03.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

04.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

05.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Avenir

Comment empêcher la fuite des cerveaux français du numérique ?

il y a 2 heures 47 sec
décryptage > Santé
Course contre la montre

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

il y a 2 heures 28 min
décryptage > International
Idéologie

Communisme revisité : ces nouveaux penseurs dont s’inspire Xi Jinping pour diriger la Chine d’une main de fer

il y a 2 heures 46 min
décryptage > International
En même temps à risque

L’étrange pas de deux d’Emmanuel Macron avec le Hezbollah

il y a 3 heures 11 min
pépites > Santé
CORONAVIRUS
Les chiffres qui inquiètent en Ile-de-France
il y a 22 heures 3 min
pépites > Consommation
BILAN MITIGÉ
Soldes : un résultat décevant
il y a 23 heures 3 min
pépites > Faits divers
VAL-DE-MARNE
Vincennes : deux morts dans un incendie
il y a 23 heures 39 min
light > Loisirs
MIEUX VAUT TARD QUE JAMAIS
Elle se fait tatouer à 103 ans
il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
MOUVEMENT DE FOULE
Cannes : crise de panique après une rumeur de fusillade
il y a 1 jour 2 heures
pépite vidéo > International
NIGER
Six humanitaires français tués au Niger
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Société
Tout nouveau tout beau

Vous avez aimé le # "privilège blanc" ? Vous adorerez le # "privilège juif"

il y a 2 heures 20 min
décryptage > Science
Espace

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

il y a 2 heures 38 min
décryptage > Histoire
Atlantico Business

Les femmes qui ont changé le monde et le cours de l’Histoire. Aujourd’hui, Mata Hari : du mouvement Metoo au Bureau des Légendes

il y a 2 heures 58 min
décryptage > Société
Protection contre le virus

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Société
Des mots qui viennent d’ailleurs

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

il y a 22 heures 51 min
pépites > France
DÉJÀ !
Les vendanges débutent avec plusieurs semaines d'avance
il y a 23 heures 22 min
light > France
AÏE
Méditerranée : un poisson mord les mollets des vacanciers
il y a 1 jour 1 heure
pépites > Santé
VRAIMENT ?
Selon Poutine, la Russie aurait développé le "premier vaccin" contre le coronavirus
il y a 1 jour 1 heure
pépites > France
ATTAQUE ARMÉE
Niger : qui étaient les victimes ?
il y a 1 jour 2 heures
décryptage > Economie
ASSURANCES

L’autre test du Covid : les assurances seront-elles à la hauteur des promesses d’indemnisation de leurs polices face aux dégâts de l’épidémie

il y a 1 jour 4 heures
Cyber war

Crise syrienne : la guerre s’étend désormais aussi sur les réseaux sociaux

Publié le 21 août 2012
La propagande pour et contre le régime du clan el-Assad est de plus en plus présente sur la toile. Attaques informatiques contre al Jazeera, faux comptes Facebook, faux followers sur Twitter, la crise syrienne dépasse les frontières et gagne les réseaux sociaux.
François-Bernard Huyghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La propagande pour et contre le régime du clan el-Assad est de plus en plus présente sur la toile. Attaques informatiques contre al Jazeera, faux comptes Facebook, faux followers sur Twitter, la crise syrienne dépasse les frontières et gagne les réseaux sociaux.

L'agence Reuters annonce pour la seconde fois avoir été piratée : des inconnus ont "instillé" sur son site de fausses nouvelles : la mort d'un prince saoudien, comme quelques jours auparavant une interview d'un chef de l'Armée Syrienne de Libération annonçant une retraite imaginaire de ses troupes. Ces incidents font suite à un longue série d'attaques informatiques contre des médias comme al Jazeera ou des sites hostiles à Bachar el-Assad.

Outre les rumeurs et autres faux documents circulant sur la Toile, toute la panoplie des exploits classiques de hackers y est passée : "défacement de sites" (technique consistant à apposer un slogan vengeur sur la première page d'un site par exemple), attaques par Déni d'accès partagé (cette fois, il s'agit de saturer l'accès à un site en lui faisant parvenir des milliers de demandes par des ordinateurs dont on a pris le contrôle à distance), fausses pages d'adversaires, virus, etc. Bref, tout ce qu'Anonymous fait habituellement subir à un régime dictatorial ou à une institution supposée ennemie de la liberté d'Internet, ce sont les adversaires de Damas qui en sont maintenant victimes : les deux côtés ont compris l'intérêt de se battre par écrans interposés autant que dans les rues.  

L'affaire n'est pas exactement nouvelle : dès les débuts de la révolte en Syrie l'affrontement dans la rue s'est doublé d'une lutte dans le cyberespace, où, pour une fois ce n'étaient pas obligatoirement les cyberdissidents soutenus par l'Occident ou les groupes de type Anonymous, LuLzsec ou Wikileaks qui avaient toutes les initiatives et remportaient tous les succès. Parfois, un trucage était révélé on se souvient de l'affaire de la fausse blogueuse syrienne; "Gay Girl in Damascus", victime de la répression pour laquelle s'émouvaient les réseaux sociaux et qui, en définitive, n'était ni une fille, ni lesbienne, ni damascène (même sa photo était celle de quelqu'un d'autre)

Mais dans la plupart des cas d'attaques, on retrouve la trace de la fameuse Syrian Electronic Army pro-Bachar, avec son site, son compte Facebook (souvent supprimé et aussitôt réinstallé), son Twittter, sa présence sur YouTube, etc.

La SEA pratique des activités classiques de propagande sur les réseaux sociaux, des confrontations plus agressives sur les forums avec les adversaires du régime et des actions de piratage contre les sites réputés hostiles : médias arabes ou occidentaux, sites d'opposants, etc.

Plus des techniques quasi soviétiques (dans l'esprit sinon dans l'état d'avancement technologique) comme la création de faux comptes Facebook d'opposants pour "hammeçonner" des adversaires.

Ajoutons à tout cela les techniques de surveillance d'Internet développées depuis des années par le régime, y compris avec la fameuse technologie Qosmos et l'habitude qu'auraient les policiers syriens de demander gentiment leur login et leur mot de passé aux manifestants qu'ils arrêtent...

La redoutable synergie de méthodes anciennes (surveillance des citoyens, plus propagande, plus désinformation) avec le Web 2.0 fonctionne et les autocrates de demain - ici sans doute instruits par les expériences de Ben Ali et Moubarak- sauront transposer le panoptique en termes d'interceptions électroniques, la rhétorique idéologique sur les réseaux sociaux et la desinformatsyia sous forme de hacking et e-influence.

Et des méthodes employées par des sociétés ou des organisations privées, comme d'acheter de faux comptes Facebook d'amis ou de faux Followers sur Twitter, peuvent se transposer dans une optique de contrôle idéologique et policier ou d'action sur l'opinion publique internationale.

Cela ne signifie pas que Bachar El Assad va gagner : son sort se joue à coups de missiles et de pressions internationales, pas sur les médias sociaux. Mais cela signifie que l'illusion des "Révolutions 2.0", comprenez la conviction que les technologies 2.0 sont forcément au service d'un usage démocratique et pro-occidental et que seuls de sympathiques cyberdissidents anglophones en t-shirt ont compris les nouvelles règles du jeu, cette illusion-là est loin derrière nous.

Cet article a été préalablement publié sur le blog de l'auteur

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires