En direct
Best of
Best of du 16 au 22 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Réforme
Grève du 5 décembre : Emmanuel Macron considère que la mobilisation est "avant tout contre la fin des régimes spéciaux"
il y a 5 heures 36 min
pépites > Politique
Union des droites
Les Républicains : une procédure d'exclusion vise Erik Tegnér
il y a 10 heures 43 min
pépites > France
Journée de mobilisation
FNSEA – Monde agricole : 1.000 tracteurs vont converger vers Paris le mercredi 27 novembre
il y a 11 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suite française" de Irène Némirovsky : adaptation méritoire d’une œuvre, dont l’auteure puis l’exhumation littéraire firent grand bruit en leur temps

il y a 11 heures 51 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la Belle au bois dormant noue sa cravate et quand s’allument les aurores boréales : c’est l’actualité des montres à la fin de l’automne
il y a 13 heures 41 min
décryptage > Société
L’enfer, c’est nous autres

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

il y a 15 heures 22 min
décryptage > Société
Pauvreté

Face aux inégalités : s’engager dans une dynamique de créativité

il y a 16 heures 48 min
décryptage > Culture
Touche pas à ma vahiné…

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

il y a 17 heures 22 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
"Paranoïsation", "désassimilation" et communautarisme : l’antiracisme dévoyé au profit d'un projet de conquête islamiste
il y a 18 heures 5 min
décryptage > Environnement
Roger Hallam

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

il y a 19 heures 2 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 21 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 21 min
Justice
Carlos Ghosn et son épouse Carole ont pu enfin communiquer pour la première fois en sept mois
il y a 11 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les renards et les lions" de Marcello Simonetta : le destin hors norme des fils de Laurent de Médicis

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pour l'amour des livres" de Michel Le Bris : une amitié entre le voyage et la littérature

il y a 11 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Solutions
Dialogue sous tension entre Emmanuel Macron et les anciens salariés de Whirlpool à Amiens
il y a 14 heures 55 min
pépites > Environnement
Pollution
Réchauffement climatique : les plans de la Chine sur les centrales à charbon menacent les objectifs de Paris sur le climat
il y a 15 heures 53 min
rendez-vous > France
Zone Franche
Plus que jamais, le "pognon de dingue" coule à flots mais les gens sont toujours aussi pauvres
il y a 17 heures 9 min
décryptage > Economie
Insécurité économique

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

il y a 17 heures 52 min
décryptage > Education
Réussite

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

il y a 18 heures 47 min
décryptage > Politique
Promesse

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

il y a 19 heures 18 min
La vérité en face

Mieux informer sur le nucléaire : la clef pour en faire accepter les risques ?

Publié le 17 août 2012
Henri Prévot explique que le risque nucléaire peut être accepté plus facilement, à condition qu'il soit connu et assumé, non seulement par l’État mais par chaque citoyen. Extraits de "Avec le nucléaire, un choix réfléchi et responsable" (2/2).
Henri Prévot est ingénieur général des Mines. Spécialiste des questions de sécurité économique et de politique de l'énergie, il tient un site Internet consacré à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.Il est l'auteur du livre "Avec le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Prévot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Prévot est ingénieur général des Mines. Spécialiste des questions de sécurité économique et de politique de l'énergie, il tient un site Internet consacré à la lutte contre les émissions de gaz à effet de serre.Il est l'auteur du livre "Avec le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Henri Prévot explique que le risque nucléaire peut être accepté plus facilement, à condition qu'il soit connu et assumé, non seulement par l’État mais par chaque citoyen. Extraits de "Avec le nucléaire, un choix réfléchi et responsable" (2/2).

L’information peut-elle être parfaite ?

Les opposants reprochent à la technostructure nucléaire de cacher des informations. Ce reproche a été fondé. Pour éviter les anachronismes il serait plus juste de dire que les informations qui étaient données naguère ne répondraient pas au besoin d’information tel qu’il s’exprime aujourd’hui. La difficulté rencontrée par les organes officiels est double :

d’une part, l’attente du public évolue avec le temps et, d’autre part, ce public est extrêmement varié, tout le monde n’ayant pas le même degré de connaissance, ni les mêmes préoccupations, ni le même désir de savoir. Cependant le message est unique. Ce qui répond à l’attente des uns peut être insuffisant pour d’autres qui crieront à l’« opacité », semant ainsi l’inquiétude chez les premiers. Il suffit d’une maladresse commise par un organe officiel ou d’une plaisanterie lancée par quelqu’un qui n’y connaît pas grand-chose mais fait un bon mot sans y mettre malice pour que la rumeur s’étende, s’incruste de façon presque indélébile.

Aujourd’hui l’opinion demande en général beaucoup plus d’information qu’il y a une trentaine d’années. Celle qui est publiée par l’ASN, l’IRSN, l’ANDRA, EDF et AREVA est beaucoup plus abondante qu’il y a trente ans. On ne dira pas que tout est publié, car il est impossible de le faire. Mais, pour ne donner qu’un exemple, les centrales nucléaires signalent tous les écarts qui ont suscité une action correctrice, aussi ténus soient-ils et même sans aucune incidence sur la sécurité. Tous ces « événements » sont publiés sur Internet, de même que les rapports d’inspection de l’ASN et les rapports de l’IRSN et de l’ASN sur l’accident de Fukushima. Localement, près des centrales, les CLI, commissions locales d’information, sont des lieux d’échange qui fonctionnent bien.

Le grand public n’est pas toujours en mesure de comprendre les informations délivrées par les entreprises et les institutions, ni de porter un jugement sur les commentaires qu’elles suscitent. Pour que l’information soit de qualité et soit comprise, il faut donc améliorer les connaissances de base du plus grand nombre de nos concitoyens. Cela relève de la responsabilité non seulement de l’État, de l’Éducation nationale et des organismes officiels tels que l’IRSN et l’ASN dont l’action est unanimement saluée, mais aussi des scientifiques, des experts et des journalistes : certains mènent une action absolument remarquable.

Assumer et gérer le risque, au plan collectif et au plan individuel

L’État n’a jamais caché que le risque de rejets radioactifs existe. La demande de sécurité s’est faite tellement forte que l’EPR a été conçu pour supprimer ce risque. En cas de panne totale, la réaction en chaîne s’arrête toute seule et de nouveaux dispositifs de sécurité passive refroidiront le cœur du réacteur pendant quelques heures, même après qu’il sera entré en fusion, laissant le temps d’une intervention extérieure. Il a donc été décidé que l’enceinte de confinement serait complètement étanche sans avoir recours à des évents qui, lorsque la pression devient trop grande, permettent de l’abaisser en laissant partir des produits radioactifs. Ne serait-il pas préférable d’être cohérent avec l’affirmation selon laquelle le risque d’accident grave avec émissions de radioactivité à l’extérieur ne peut pas être absolument exclu ? En 2012, il n’est sans doute pas trop tard pour que cette enceinte soit équipée d’évents munis de filtres, comme l’est celle du réacteur finlandais.

La population acceptera plus volontiers le risque nucléaire si elle le connaît et si elle prend sa part dans la gestion de la crise, en cas d’accident.

Après un accident, l’éloignement de la population est une décision de prudence prise par l’autorité publique pour éviter la radioactivité de l’iode, qui s’épuise en quelques semaines, et tant que la situation n’est pas stabilisée. À Tchernobyl comme à Fukushima, la radioactivité est retombée sur le sol de façon hétérogène, par taches. Il est facile de s’en préserver lorsqu’on sait où elle se trouve et elle est très facile à détecter avec des instruments de la taille d’un téléphone portable. Pourquoi les personnes qui le souhaitent, en connaissant les risques et les précautions à prendre, ne pourraient-elles pas revenir chez elles ? Comme on l’a vu à Tchernobyl et comme on commence à le voir à Fukushima, le stress psychique et la désorganisation sociale créent beaucoup plus de dommages que la radioactivité.

______________________________________________

Extrait de "Avec le nucléaire" chez Seuil (7 juin 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vous pensez que Gauguin était un grand peintre ? Erreur : c'était un prédateur pédophile !

02.

Misérable, totalitaire et islamophobe, la France devient le premier pays d’Europe pour les demandes d’asile

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

05.

Cette inquiétante confusion qui s’installe dans les déclarations de la BCE

06.

Ce dérapage tellement prévisible du cofondateur d’Extinction Rebellion sur la Shoah

07.

Le révélateur Whirlpool : mais quelle est maintenant la vision économique d’Emmanuel Macron ?

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

03.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

04.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

05.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

06.

Le fétichisme du diplôme, facteur trop souvent oublié du blocage de l’ascenseur social français

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
luc.b
- 18/08/2012 - 10:42
@ Saturne92 , ces technologies existent déjà.
- Les ampoules LED consomment 8 fois moins que les ampoules incandescences.
- Une pompe à chaleur valorisant la chaleur des eaux usées consomme 6 fois moins qu'un chauffage électrique.
- Avec le stockage de froid la nuit, le Centre Hospitalier de Valenciennes a réduit de 50% sa consommation d'énergie pour la climatisation.
- Au Centre Hospitalier Sud Francilien, avec 70 tonnes de biomasse par jour, la centrale à Trigénération peut produir 500 kW d'électricité et soit 3,2 MW de chaleur ou 2 MW de froid et 450 kW de chaleur. 2 MW de froid, c'est ce que pourraient fournir 600 climatiseurs consommant 1000 W chacun.
thymthym711
- 18/08/2012 - 01:42
Mémoire défaillante ? 2/2
Si lorsque l'accident, qui va interdire de vivre dans une région durant des décennies, n'est qu'une question de temps (déjà 3 accidents majeurs : USA, Ukraine, Japon) alors nul n'a le droit de prendre le risque d'une telle technologie ni de le faire courir aux autres. En plus des accidents il faut aussi envisager le terrorisme ou la guerre.
Le mal est fait, nous avons 19 centrales nucléaires. Il serait raisonnable de penser à l'après-nucléaire dès aujourd'hui. Cela ne va pas se faire du jour au lendemain. Ne plus en construire de nouvelles et faire tout ce qui est possible (donc gros investissements) pour finir de les exploiter en réduisant les risques et en prévoyant leur démantèlement et les coûts qui vont avec serait la moindre des choses.

"L’État n’a jamais caché que le risque de rejets radioactifs existe." Oui l'Etat dit toujours la vérité comme en 1986 quand "le nuage radioactif" en provenance de Tchernobyl s'est arrêté à notre frontière. Il est difficile d'être cru une fois que l'on a menti, même s'il est vrai qu'aujourd'hui nous avons accès à beaucoup d'informations.
Handicap supplémentaire pour le nucléaire : il s'est fait connaître par Hiroshima et Nagasaki.
thymthym711
- 18/08/2012 - 01:21
Mémoire défaillante ? 1/2
"Aujourd’hui l’opinion demande en général beaucoup plus d’information qu’il y a une trentaine d’années."
Ce n'est pas sérieux. Je n'ai pas les mêmes souvenirs. Par exemple voici une information emprunté au site de l'Express :
"31 juillet 1977: manifestation contre la centrale Superphénix
En avril 1976, Jacques Chirac, Premier ministre d'alors, lance la nouvelle génération de centrales. Le chantier est baptisé Superphénix, et s'installera à Creys-Malville, dans l'Isère.
Plus d'un an après, la contestation est à son comble. Plus de 60 000 manifestants marchent sur le site, jusqu'à ce que les forces de l'ordre répliquent. Bilan: un mort du côté des contestataires. "
A l'époque les pouvoirs publics ont fait taire les contestataires et les personnes qui se posaient des questions.
Poser aujourd'hui la question de faire accepter les risques par les populations alors que 58 réacteurs sont en activité c'est se moquer du monde. La population a été mise devant le fait accompli.
La phrase très utilisée "le risque zéro n'existe pas" ne justifie pas que l'on prenne le risque d'une technologie qui par accident peut tuer d'immenses espaces et porter atteinte aux êtres vivants et aux hommes.